Posts Tagged ‘Médailles’

Une récolte canadienne de 21 médailles à des Jeux paralympiques uniques

septembre 5, 2021

Le rideau s’est fermé dimanche à Tokyo après les Jeux paralympiques les plus uniques de l’histoire, où les compléter a été une victoire majeure en soi.

© Fournis par La Presse Canadienne

Mené par la nageuse Aurélie Rivard et le coureur en fauteuil roulant Brent Lakatos, le Canada a remporté 21 médailles, dont cinq d’or. Cela est huit podiums de moins qu’il y a cinq ans, à Rio.

Vu l’approche prudente du Canada face à la pandémie, qui a rendu l’entraînement difficile et la compétition presque impossible, au cours de la dernière année et demie, le Canada n’a pas fixé d’objectif de médaille à Tokyo. 

Un sentiment partagé parmi les athlètes était d’apprécier énormément de pouvoir participer aux compétitions, tout simplement.

«Je suis privilégié que le Japon soit allé de l’avant, a déclaré le coureur de demi-fond Nate Riech de Victoria, qui a remporté l’or au 1500 mètres.

«Vous ne savez jamais si vous serez aussi en forme dans trois ans (pour les Jeux paralympiques de Paris), ou à votre prochaine opportunité.»

Lakatos, de Dorval, a porté le drapeau du Canada lors de la cérémonie de clôture.

Lakatos a remporté quatre médailles d’argent lors de ses six courses, complétant un programme chargé avec le quatrième rang au marathon.

Le premier ministre Justin Trudeau a offert ses félicitations aux athlètes canadiens.

«Au cours des deux dernières semaines, les meilleurs Paralympiens canadiens ont visé la médaille d’or et ont montré au monde ce que cela signifie d’être Canadien, a-t-il déclaré dans un communiqué.

«La victoire de ces Paralympiens est une victoire pour tous les Canadiens – pour les amis proches, la famille et leurs communautés, pour tous ceux qui ont regardé de chez eux. Félicitations à Équipe Canada. Vous nous avez tous rendus si fiers.»

Depuis plus de 70 ans, les Jeux paralympiques mettent en vedette les meilleurs athlètes atteints de divers handicaps. Ils se sont développés autour d'un petit groupe d'anciens combattants britanniques pour devenir l'un des plus grands événements sportifs internationaux au monde, auquel participent des milliers de concurrents provenant de plus de 100 pays.Voici quelques-uns des grands moments de l'histoire illustre et inspirante des Jeux paralympiques.

Rivard, de Saint-Jean-sur-Richelieu, a remporté cinq médailles, dont deux d’or, malgré le fait que les Jeux étaient sa première compétition depuis le début de la pandémie.

«Les athlètes se sont battus si fort pour être ici. Ils ont dû s’adapter. Nous avons vu des athlètes créer des environnements d’entraînement chez eux. L’année a été très difficile», a déclaré la chef de mission du Canada Stephanie Dixon, qui totalise 19 médailles aux Paralympiques.

«Les médailles, c’est bien, mais ce n’est pas la juste mesure du succès à ces Jeux.»

Plus de 4500 athlètes de 162 pays ont participé aux plus grands Jeux paralympiques de l’histoire, un exploit remarquable, compte tenu des immenses défis créés par la pandémie.

Une préoccupation était qu’une éclosion aux Jeux olympiques un mois plus tôt annulerait complètement les Jeux paralympiques.

«Nous nous pinçons tous un peu, a déclaré Dixon. Tokyo 2020 a fait un travail incroyable pour créer un environnement sûr pour nos athlètes, ainsi qu’un environnement où ils pourraient performer au mieux de leurs capacités.

«Je suis très impressionné par le niveau d’exécution de ces Jeux, compte tenu de ce que nous vivons dans le monde et de ce qui se passe même au Japon. J’avais l’impression que nous étions dans des bulles de plastique.»

Les deux Jeux se sont déroulés en état d’urgence, vu l’augmentation des cas de COVID-19 au Japon. Les événements ont eu lieu dans des arènes dépourvues de fans.

«Que dire de plus que ‘Arigato Tokyo’, a dit Andrew Parsons, président du Comité international paralympique. Ensemble, contre toute attente, nous l’avons fait. Les Jeux Paralympiques de Tokyo 2020 n’ont pas seulement été historiques, ils ont été fantastiques.»

Les Jeux se sont clôturés par une cérémonie intitulée « Cacophonie harmonieuse », couronnée par une explosion de feux d’artifice, au Stade national.

En plus de l’absence de partisans en raison de la pandémie, les protocoles empêchaient les membres de la famille de se rendre au Japon.

Les athlètes, cependant, étaient unis dans leurs éloges pour le peuple japonais.

«Merci au Japon. Ils ont fait un excellent travail, a confié Lakatos, à propos des organisateurs et des bénévoles. Sans eux, des athlètes comme nous, qui nous entraînent toute notre vie, n’y arriveraient pas.» 

Le Comité paralympique canadien se tourne maintenant vers les Jeux de Pékin 2022, qui débuteront le 4 mars.

Avec Lori Ewing, La Presse Canadienne

Les athlètes masculins procurent trois autres médailles au Canada en athlétisme

août 6, 2021

TOKYO — Par une soirée où le sprinteur étoile Andre De Grasse a accepté le témoin, en route vers le titre d’athlète masculin canadien totalisant le plus grand nombre de médailles olympiques, Mohammed Ahmed a puisé dans ses ressources pour offrir au Canada un premier podium à l’épreuve masculine du 5000 mètres.

© Fournis par La Presse Canadienne

Quarante-huit heures après avoir mérité l’or au 200 mètres, De Grasse a amorcé le dernier segment en cinquième place mais a néanmoins propulsé le Canada jusqu’à la troisième marche du podium au relais masculin 4 x 100 mètres, vendredi aux Jeux de Tokyo.

Le quatuor composé d’Aaron Brown, de Jerome Blake, Brendon Rodney et de De Grasse a uni ses efforts pour réaliser un chrono de 37,70, à exactement deux dixièmes de seconde des Italiens, médaillés d’or. Ce temps est le meilleur de la saison pour le Canada.

De Grasse a doublé le représentant de la Chine lors du segment final pour offrir au Canada la médaille de bronze de l’épreuve à des deuxièmes Jeux consécutifs.

En six finales en athlétisme réparties sur deux olympiades, l’Ontarien de 26 ans n’est jamais passé à côté d’un podium.

«C’est toujours une merveilleuse sensation. C’est extraordinaire de gagner ma sixième médaille. Je suis vraiment très heureux», a réagi De Grasse.

«Bien sûr, j’essaie seulement d’être meilleur chaque fois. J’ai hâte à Paris dans (trois) ans et je vais essayer de répéter.»

Questionné sur ce que pouvaient représenter toutes les récompenses qu’a reçues De Grasse pour ses coéquipiers, Brown s’est présenté au micro et a résumé le tout à l’aide d’un acronyme : «GOAT (Greatest of All Time – Plus grand de tous les temps).

«C’est simple et clair. Il mérite toutes ces fleurs. Il se présente à chaque championnat (…) Andre De Grasse va se présenter et obtenir des médailles. Alors, je vais tout simplement le mettre en valeur, il est mon homme.»

Le couronnement

Un peu plus tôt en soirée, Ahmed est passé en deuxième vitesse dans le dernier tour pour décrocher la médaille d’argent au 5000 mètres.

Se qualifier pour les Jeux olympiques est déjà une réussite en soi, mais remporter une médaille – ou, dans le cas des olympiens suivants, plusieurs – est un exploit dont très peu d’athlètes peuvent se targuer.

Installé en cinquième position avec quelques centaines de mètres à parcourir, Ahmed a profité d’une brèche à l’intérieur de la piste pour dépasser l’Ougandais Jacob Kiplimo, le Kenyan Nicholas Kipkorir Kimeli et l’Américain Paul Chelimo.

Ahmed a parcouru la distance en 12:58,61 et il n’a été devancé que par le détenteur du record du monde, l’Ougandais Joshua Cheptegei (12:58,15).

«Chaque déception, chaque course qui n’a pas répondu à mes attentes m’a amené ici», a déclaré Ahmed.

«La surprise dans mon visage vient de tout ce que j’ai vécu pendant 16 années incroyables. J’ai 30 ans. Je ne sais pas combien d’opportunités il me reste. D’y arriver est incroyable. Et j’étais passé si près en 2016 (à Rio, il s’est classé quatrième). Là-bas, je pleurais des larmes d’agonie et de défaite.»

Ahmed a amorcé les Jeux de Tokyo en terminant sixième au 10 000 mètres. Il avait pris les devants avec moins de deux tours à faire, mais il a manqué d’énergie lors des 300 derniers mètres.

En début de journée, Evan Dunfee a effectué une poussée dans les derniers mètres de l’épreuve du 50 km marche pour remporter la médaille de bronze.

Le Britanno-Colombien de 30 ans a accédé au podium lors d’une journée chaude et humide. Il faisait en effet 25 degrés Celsius avec un taux d’humidité de 70 pour cent au départ de la course, au petit matin. Puis, lorsque Dunfee a croisé le fil d’arrivée, la température ressentie s’élevait à 32 degrés.

Le Polonais Dawid Tomala a triomphé en trois heures 50 minutes et huit secondes (3:50:08) devant l’Allemand Jonathan Hilbert (3:50:44).

Dunfee a dépassé l’Espagnol Marc Tur lors du dernier tour pour se tailler une place sur le podium. Le Canadien a levé ses bras dans les airs en arrivant au fil d’arrivée en 3h50:59.

«Je n’ai pas besoin de la médaille pour me prouver ce que je suis capable de faire, a mentionné Dunfee. Je suis fier de ce que j’ai accompli aujourd’hui. C’est un moment auquel je rêve depuis 21 ans.

«Je ne pourrais pas être plus heureux.»

Mathieu Bilodeau, de Québec, s’est classé 45e.

Par ailleurs, la Canadienne Gabriela Debues-Stafford a terminé au cinquième rang lors de la finale du 1500 mètres, en 3:58,93.

À mi-course, Debues-Stafford occupait la troisième position mais n’a pas été en mesure de maintenir le rythme.

Avec La Presse Canadienne

JO 2016/Jour de Gloire pour la Côte d’Ivoire: Cheick Cissé et Ruth Gbagbi entrent dans l’histoire

août 20, 2016

 

JO 2016: Jour de Gloire pour la Côte d'Ivoire: Cheick Cissé et Ruth Gbagbi entrent dans l'histoire

L’Ivoirien Cheick Sallah Cissé et Ruth Gbagbi sont entrés dans l’histoire. Les deux représentants de la Côte d’Ivoire au Taekwondo ont remporté, dans la nuit de vendredi à Rio, des médailles historiques.  Le premier a eu la médaille d’Or dans la catégorie des -80kg hommes et la seconde la médaille de Bronze.

Le taekwondo a offert à la Côte d’Ivoire les deuxième et troisième médailles olympiques de son histoire, avec l’or de Cheick Cissé en moins de 80 kg et le bronze de Ruth Gbagbi en moins de 67 kg.

Par ces deux médailles, ces deux athlètes entrent dans l’histoire devenant ainsi pour Cheick Cissé le premier sportif ivoirien à remporter une médaille d’or et pour Ruth Gbagbi la première sportive ivoirienne à remporter une compétition olympique.

Nos félicitations vont à l’endroit des athlètes mais également de la fédération ivoirienne de Taekwondo.

Imatin.net

Bilan des médailles des athlètes Africains aux Jeux Olympiques de Rio au Brésil

août 15, 2016
A mi-parcours des Jeux olympiques, qui se déroulent depuis le 5 août dernier à Rio, au Brésil, l’Afrique a remporté seize médailles, dont trois en or.
Après le titre au 10 000m dames d’athlétisme remporté le premier jour des joutes par l’Ethiopienne Almaz Ayana, sont venues s’ajouter deux autres médailles d’or gagnées, en fin de semaine, par la Kenyane Jemima Sumgong au marathon dames (la première de l’histoire de son pays) et le Sud-Africain Wayde van Niekerk 400m hommes.

Ce dernier, ainsi que Ayana, ont, dans la foulée, établi de nouveaux records du monde de leurs spécialités.

A ces trois titres olympiques s’ajoutent six breloques en argent et sept autres en bronze.

Pour le moment, c’est l’Afrique du Sud qui constitue la locomotive du continent avec une moisson de 6 médailles (1 or, 4 argent, 1 bronze). Elle est suivie du Kenya (1 or, 2 argent) et du Kenya (1 or, 3 bronze).

Avec respectivement deux médailles en bronze et une en bronze, l’Egypte et la Tunisie complètent la liste des pays africains ayant monté sur le podium olympique dans la métropole brésilienne.

Ce bilan devrait sensiblement s’améliorer lors de la deuxième semaine des Olympiades qui démarre ce lundi avec notamment les médailles attendues en athlétisme, la principale discipline pourvoyeuse de médailles du continent.

Il y a quatre ans à Londres, l’Afrique avait remporté 35 médailles (12 or, 11 argent, 12 bronze).

Les JO de Rio prennent fin dimanche 21 août.

Apanews.net