Posts Tagged ‘Médiation’

Le président catalan propose Poutine, Trump ou Xi Jinping comme médiateurs

octobre 4, 2018

Le président indépendantiste catalan Quim Torra a demandé au chef du gouvernement espagnol Pedro Sanchez d’accepter une médiation internationale, dans une lettre révélée jeudi et envoyée en copie notamment aux présidents américain, russe et chinois mais pas au Français Emmanuel Macron.

« Je vous écris formellement pour vous demander d’autoriser votre gouvernement à entrer dans une médiation le plus tôt possible », écrit en anglais Quim Torra au socialiste espagnol.

La missive, datée du 26 septembre, a été rendue publique jeudi par des médias espagnols et son authenticité confirmée par une porte-parole du gouvernement régional catalan.

« Pour que le processus de dialogue puisse être le plus transparent possible », Torra a mis plus de 40 dirigeants internationaux en copie de cette lettre dans laquelle il « suggère » à Pedro Sanchez de désigner « un ou plusieurs médiateurs institutionnels ou observateurs ».

Parmi ces dirigeants figurent notamment l’Américain Donald Trump, le Russe Vladimir Poutine et le Chinois Xi Jinping.

Des sources au sein du gouvernement catalan ont expliqué que ces dirigeants avaient été mis en copie car leurs pays étaient « membres permanents (du Conseil de sécurité) des Nations unies ».

Le président français Emmanuel Macron ne figure pourtant pas parmi les destinataires de cette lettre, alors que la France est elle aussi membre permanent. La France est aussi la seule absente de cette lettre parmi tous les États membres de l’UE.En 2017, les indépendantistes catalans ont cherché, en vain, des soutiens internationaux à leur cause mais la République proclamée de façon unilatérale le 27 octobre n’a été reconnue par aucun pays.

Dans la lettre, Quim Torra demande également à Pedro Sanchez de faire en sorte que le parquet renonce aux charges pour rébellion – passible de 25 ans de prison – pesant sur neuf dirigeants séparatistes qui attendent en prison d’être jugés pour leur rôle dans les évènements d’octobre 2017.

« Nous vous demanderions, comme geste significatif envers la société catalane, d’inviter le parquet à retirer les charges ou, au moins et pour l’heure, de lever les objections à leur libération en attente du procès », écrit Quim Torra.

Romandie.com avec(©AFP / (04 octobre 2018 14h05)                                                        

Centrafrique: primauté de la médiation de l’Union africaine, affirme Touadéra

septembre 27, 2018

Nations unies (Etats-Unis) – La médiation pour une paix en Centrafrique relève de l’Union africaine, a déclaré jeudi le président centrafricain Faustin-Archange Touadéra, jugeant que l’implication récente de la Russie dans des pourparlers avec des groupes armés n’avait qu’un but de « facilitation ».

Lors d’une réunion tenue en marge de l’Assemblée générale de l’ONU, à laquelle n’assistait pas la Russie, « un appui fort a été donné à l’initiative africaine (pour la paix et la réconciliation en République centrafricaine), qui fédère toutes les initiatives et qui a le soutien du gouvernement et du peuple centrafricains », a-t-il dit à la presse après la rencontre.

« Nous sommes en train de travailler pour un prochain dialogue avec les groupes armés pour rechercher la paix et la réconciliation », a précisé le président centrafricain.

Fin août, Moscou avait réuni chez son allié soudanais, à Khartoum, quatre des principaux groupes armés pour y signer une « déclaration d’entente ». Cette médiation parallèle a « agacé » les partenaires de la RCA et a été clairement rejetée par la France.

« Dans le cas de la réunion à Khartoum, la Russie n’a joué qu’un rôle de facilitation, tout au moins en matière de logistique », a assuré M. Touadéra, rappelant que son gouvernement n’était pas présent. « Les résultats, les propositions, sont une contribution dans le cadre » de l’initiative de paix menée par l’Union africaine, a-t-il ajouté.

Lors de la réunion, à huis clos, le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres a demandé que « la coopération entre l’Union africaine, l’Organisation des Nations unies, la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale et tous les autres partenaires, y compris les membres du Conseil de sécurité actifs dans le pays, (soit) resserrée », selon un communiqué de ses services.

A la tête de la commission Paix et sécurité de l’Union africaine, Ismail Chergui, présent à la réunion, a aussi souligné devant la presse que cette instance était « au centre de tous les efforts ».

« Les efforts notés à Khartoum sont complémentaires et ne sauraient remplacer l’initiative africaine ». Elle est « la seule à pouvoir fédérer tous les efforts devant permettre aux groupes armés de signer un accord de paix avec le gouvernement, de remettre leurs armes et de s’intégrer dans l’effort de développement du pays », a-t-il insisté.

« Nous sommes convenus de redonner une impulsion nouvelle, forte, aux efforts politiques, centrés sur l’initiative de l’Union africaine, qui est le moteur et la référence », a abondé le secrétaire général adjoint aux opérations de paix de l’ONU, Jean-Pierre Lacroix.

La Centrafrique, que se partagent des groupes armés, est embourbée dans un conflit meurtrier depuis six ans qui a déplacé plus d’un quart de ses 4,5 millions d’habitants.

Romandie.com avec(©AFP / 28 septembre 2018 00h43)                                                        

Soudan du Sud: le chef rebelle Riek Machar va retrouver son poste de vice-président

juillet 7, 2018

Kampala – Le gouvernement et les rebelles du Soudan du Sud, jeune pays enfoncé dans une guerre civile depuis 2013, ont accepté samedi en Ouganda un accord de partage du pouvoir qui verra le chef rebelle Riek Machar retrouver son poste de vice-président, a annoncé le ministre soudanais des Affaires étrangères.

« L’accord prévoit qu’il y aura quatre vice-présidents: les deux qui sont déjà en poste, plus Riek Machar qui occupera le poste de premier vice-président. La quatrième vice-présidence sera attribuée à une femme issue de l’opposition », a affirmé Ahmed Al-Dierdiry, après une réunion des médiateurs à Kampala.

Le président du Soudan du Sud Salva Kiir et son grand rival Riek Machar ont accepté cette proposition, dont les détails doivent être discutés dans les prochains jours à Khartoum et au Kenya, a-t-il ajouté.

Cet accord survient alors que les Nations unies avait donné aux parties en conflit jusqu’à fin juin pour parvenir à « un accord politique viable » sous peine de sanctions.

Il a été conclu samedi à l’issu d’une réunion organisée par le président ougandais Yoweri Museveni, en présence du président soudanais Omar el-Béchir.

Plusieurs précédents accords de cessez-le-feu ont volé en éclats, comme en 2016, l’année où M. Machar a fui son pays.

Deux ans après avoir obtenu son indépendance du Soudan, le Soudan du Sud s’est enfoncé dans une guerre civile en 2013 quand M. Kiir a accusé son ex vice-président, Riek Machar, de fomenter un coup d’Etat.

Le conflit a fait des dizaines de milliers de morts et des millions de déplacés. Des centaines de milliers de personnes ont trouvé refuge au Soudan, selon l’ONU.

Romandie.com avec(©AFP / 07 juillet 2018 19h23)                                                        

France: Jacqueline Gourault nommée « Madame Corse  » au gouvernement

décembre 12, 2017

Corse

Jacqueline Gourault à l’Elysée en août 2017. STEPHANE DE SAKUTIN / AFP

Edouard Philippe a annoncé, mardi 12 décembre, que la ministre Jacqueline Gourault assurerait la fonction informelle de « Madame Corse » au sein de l’exécutif, à la suite de la victoire des nationalistes lors des élections territoriales sur l’île, confirmant une information de Corse Matin.

C’est en réponse à « la demande exprimée par de nombreux élus corses qu’une personnalité puisse incarner le dialogue et y prendre une part accrue » que « nous avons demandé à Mme Jacqueline Gourault, ministre auprès du ministre de l’intérieur, Gérard Collomb, d’être cette porte d’entrée, cet interlocuteur privilégié pour le dialogue avec les élus corses », a dit le premier ministre à l’Assemblée nationale.

« Je fais confiance à ses qualités reconnues de dialogue, d’écoute, à sa très fine connaissance du territoire français pour pouvoir, aux côtés de l’ensemble des membres du gouvernement, engager cette discussion républicaine, naturelle, normale avec les élus corses. »

Deux revendications d’ores et déjà rejetées

Forts de leur triomphe dimanche aux élections territoriales, les nationalistes corses attendent l’ouverture rapide de négociations avec Paris sur une plus grande autonomie politique de l’île, l’indépendantiste Jean-Guy Talamoni brandissant la menace de manifestations s’ils ne sont pas entendus. Autonomie renforcée, statut de résident, coofficialité de la langue corse et amnistie des « prisonniers politiques » sont les priorités des nationalistes.

Mais le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux, a fermé la porte mardi matin à deux revendications des nationalistes, rejetées à Paris : la « coofficialité » de la langue

Lemonde.fr

Zimbabwe : une médiation en cours pour décider du sort de Robert Mugabe

novembre 16, 2017

Un véhicule blindé posté à un carrefour de Harare, le 15 novembre 2017. © Jekesai NJIKIZANA / AFP

Le président Robert Mugabe est toujours placé en résidence surveillée par l’armée. Une médiation est actuellement en cours au palais présidentiel, en sa présence. Le général Constantino Chiwenga et des envoyés sud-africains sont présents pour ces négociations.

Toujours sonnés par les événements, de nombreux Zimbabwéens semblent prêts à tourner la page Mugabe, et espèrent désormais que l’intervention de l’armée contre le président mettra un terme aux 37 années de pouvoir du héros de l’indépendance. « Nous sommes contents de ce qui se passe », exulte ainsi Keresenzia Moyo. « On a besoin de changement dans ce pays, notre situation est pathétique, notre économie en plein marasme », a poursuivi cet habitant d’Harare, interrogé au lendemain du coup de force de l’armée.

Médiation en cours, le calme règne à Harare

Reste que, selon plusieurs sources politiques, Robert Mugabe ne semble pas encore décidé à quitter le pouvoir de son propre chef. « Camarade Bob » estimait dans la matinée de ce jeudi qu’il ne pouvait être démis de ses fonctions que par un vote de la direction de la Zanu-PF, le parti au pouvoir, rapporte Reuters.

De mêmes sources, un prêtre catholique, Fidelis Mukonori, jouerait actuellement les médiateurs pour organiser la mise à l’écart du président, a appris l’agence de presse. Jeudi à la mi-journée, ces négociations n’avaient pas abouti et Robert Mugabe, 93 ans, insisterait toujours pour rester la seule autorité légitime du pays.

Robert Mugabe aurait refusé de démissionner, selon une source proche de l’armée citée par l’AFP en milieu de journée. « Ils se sont rencontrés aujourd’hui. Il a refusé de démissionner, je pense qu’il essaie de gagner du temps », a déclaré cette source sous couvert d’anonymat.

En fin de journée, ce jeudi, le journal gouvernemental The Herald, a publié une série de photographies présentées comme ayant été prises lors de la rencontre, au palais présidentiel, entre Robert Mugabe, le général Constantino Chiwenga et d’autres membres du haut commandement militaire. Sur ces clichés apparaissent également le père Fidelis Mukonori ainsi que deux envoyés spéciaux de Jacob Zuma, le président sud-africain.

Les militaires essaient difficilement de faire croire que ce qui se passe n’est pas un coup d’État

En attendant un dénouement, les Zimbabwéens vaquaient dans le calme à leurs occupations à Harare, malgré les barrages déployés par l’armée. Dans les rues, bon nombre d’entre eux ont confié leur surprise face aux événements. « Nous ne savons pas du tout ce que cela signifie », a ainsi témoigné Karen Mvelani, un étudiant de 21 ans. Il faut dire que jeudi matin, la plus grande confusion continuait de régner quant à la nature du coup de force de l’armée.

Alpha Condé dénonce un « coup d’État »

Par la voix de son président, le Guinéen Alpha Condé, l’Union africaine a dénoncé « un coup d’État ». « Nous exigeons le respect de la Constitution, le retour à l’ordre constitutionnel, et nous n’accepterons jamais le coup d’État militaire », a déclaré Alpha Condé depuis Paris, affirmant qu’il tentait d’entrer en contact avec Robert Mugabe par l’intermédiaire de Jacob Zuma. Ce dernier, fidèle soutien de Robert Mugabe, s’est pour sa part dit « très préoccupé » par la situation. L’organisation régionale d’Afrique australe (SADC) a de son côté annoncé qu’elle tiendrait jeudi une réunion d’urgence au Botswana.

« Les militaires essaient difficilement de faire croire que ce qui se passe n’est pas un coup d’État pour ne pas subir les foudres de la SADC et de l’UA », avance l’analyste Derek Matyszak, de l’Institut pour les études de sécurité de Pretoria.

Selon lui, Robert Mugabe, qui jouit toujours d’une certaine popularité, pourrait rester dans le pays au terme des négociations, si l’armée obtenait son départ du pouvoir. « La difficulté, c’est de garantir la sécurité de Grace en échange du départ de Robert », a poursuivi Derek Matyszak.


Robert Mugabe et son épouse, le 18 avril, à Harare. © Jekesai NJIKIZANA/AFP

 

Le sort de la première dame, dont les ambitions présidentielles ont certainement précipité le coup de force de l’armée, est au centre des discussions. Grace Mugabe, 52 ans, avait en effet cristallisé les tensions en s’imposant comme une éphémère favorite dans la course à la succession de son époux. Le 6 novembre, son principal rival, le vice-président Emmerson Mnangagwa, avait de fait été limogé par le chef de l’État au terme d’un bras de fer avec Grace Mugabe et ses soutiens du « G40 » (« génération 40), faction au sein du parti présidentiel.

Soldats déployés dans la capitale

C’était sans compter les liens étroits que Emmerson Mnangagwa entretient avec de hauts gradés militaires, comme lui issus de la lutte pour l’indépendance du pays. Mardi, le chef de l’armée zimbabwéenne était ainsi sorti de sa traditionnelle réserve pour exiger que « la purge actuelle » cesse « immédiatement ». « L’armée n’hésitera pas  à intervenir », a martelé le général Constantino Chiwenga.

Mardi soir, des militaires sont passés à l’action, prenant le contrôle de plusieurs points névralgiques de la capitale. Des soldats et des blindés encerclent depuis le parlement, le siège de la Zanu-PF, ainsi que la Cour suprême ou encore les locaux de la ZBC, la télévision d’État.

Quel sort pour Mugabe ?

« Nous ne faisons que viser les criminels qui entourent » le chef de l’État, a déclaré le général Sibusiyo Moyo dans la nuit de mardi à mercredi à la télévision nationale, visant sans les nommer les soutiens de Grace Mugabe. « Dès que notre mission sera accomplie, nous nous attendons à ce que la situation retourne à la normale ». « Nous assurons à la nation que Son Excellence le président (…) et sa famille sont sains et saufs et que leur sécurité est garantie », a-t-il ajouté.

Mais de son côté, le président Mugabe a fait savoir à Jacob Zuma qu’il était retenu à son domicile par les militaires, a rapporté Pretoria, précisant qu’il allait bien. Le sort qui lui sera réservé sera crucial dans le dénouement de la crise.

Jeuneafrique.com

Cuba écarte toute participation à une médiation au Venezuela

juillet 26, 2017

Pinar del Río (Cuba) – Les autorités cubaines ont rejeté mercredi toute participation à une médiation au Venezuela, proche allié de l’île communiste, arguant de la légitimité du président Nicolas Maduro, confronté depuis quatre mois à une vague de contestation ayant déjà fait une centaine de morts.

Le vice-président cubain Jose Ramon Machado a « catégoriquement rejeté les insinuations » de certains journaux étrangers sur l’éventualité d’une participation de Cuba à une médiation internationale entre M. Maduro et l’opposition vénézuélienne, dans un discours prononcé à Pinar del Rio (sud-ouest).

« Cuba réclame le respect absolu de la souveraineté » du Venezuela. « Ceux qui tentent depuis l’extérieur de donner des leçons de démocratie et de droits de l’homme, tout en encourageant la violence et le terrorisme, doivent laisser cette nation tranquille », a-t-il ajouté après avoir évoqué les « menaces de sanctions économiques des États-Unis » contre le gouvernement Maduro.

Dénonçant aussi des « manœuvres d’ingérence et déstabilisatrices » contre Caracas, M. Machado a jugé qu’il « appartient uniquement au peuple et au gouvernement (du Venezuela) de surmonter leurs difficultés », dans une allocution à l’occasion des cérémonies du 26 juillet, « jour de la rébellion nationale » qui commémore l’acte de naissance de la révolution castriste.

Ces festivités se tenaient pour la première fois en l’absence du père de la révolution Fidel Castro, décédé en novembre dernier. Il s’agissait également d’une dernière pour son frère cadet Raul Castro, qui ne s’est pas exprimé à cette occasion.

A 86 ans, son deuxième mandat touche à sa fin et il a déjà annoncé qu’il se retirerait à partir du 24 février prochain pour laisser la main à la nouvelle génération.

Au Venezuela, l’opposition a appelé à une grève générale de 48 heures mercredi et jeudi pour protester contre l’élection prévue dimanche d’une Assemblée constituante.

Les opposants voient dans ce projet de réécrire la Constitution un moyen pour M. Maduro de se cramponner au pouvoir, de contourner le Parlement élu, où l’opposition est majoritaire, et d’éviter l’élection présidentielle de fin 2018.

Romandie.com avec(©AFP / 26 juillet 2017 15h47)

Gabon : pour Jean Ping, « dialoguer avec Ali Bongo, c’est non ! »

juin 3, 2017

Jean Ping à Paris en février 2016. © Vincent Fournier/J.A.

Alors que deux de ses soutiens ont récemment appelé à un dialogue avec Ali Bongo Ondimba, Jean Ping a pris la parole vendredi et refusé fermement cette idée. « Je refuse de dialoguer avec ce monstre », a lancé l’ancien président de la Commission de l’Union africaine.

On attendait un recadrage des troupes. C’est bien à cet exercice que Jean Ping s’est livré vendredi 2 juin, lors d’une allocution à son domicile. Celui qui se dit toujours le «président élu » du Gabon a écarté toute possibilité de dialogue avec Ali Bongo Ondimba, son rival, comme l’avaient pourtant suggéré deux de ses soutiens, Guy Nzouba Ndama et Casimir Oyé Mba.

«Je refuse de dialoguer avec ce monstre. Je ne veux pas trahir le mandat que le peuple gabonais m’a librement confié », a lancé l’ancien président de la Commission de l’Union africaine. «À ceux qui, hier encore membres de l’opposition, ont décidé de prendre part à cette kermesse [le dialogue politique national, NDLR] pour des calculs égoïstes, comme à ceux de nos amis et partenaires qui, de bonne foi, nous proposent d’accepter de dialoguer avec Ali Bongo, […] je le redis ici : c’est non ! C’est niet ! »

«C’est aujourd’hui une vérité que le prétendu dialogue d’Angondjè est également un échec. La preuve, rien ne change, on prend les mêmes et on recommence comme auparavant », a ajouté Jean Ping, estimant que le Gabon était «confronté à la pire tragédie de son histoire ». «Si Monsieur Ali Bongo avait accepté le résultat sorti des urnes le 27 août 2016, nous n’en serions pas là. C’est le fond du problème », a-t-il encore poursuivi.

« Je reste ouvert à une médiation internationale »

Et Jean Ping de suggérer une solution de sortie de crise : «Je reste ouvert à une médiation internationale, visant à rétablir la vérité des urnes […] et je lance un appel solennel à la communauté internationale pour une médiation. […] Je dis bien une médiation et non un dialogue avec Ali Bongo en vue de rétablir la vérité des urnes et d’assurer les conditions pacifiques d’une passation de pouvoir ».

En présence d’Alexandre Barro Chambrier, Didjob Divungi et Jean-François Ntoutoume Emane, Jean Ping a donc persisté dans la stratégie mise en place depuis septembre 2016. Il espère notamment pouvoir compter sur le soutien de la communauté internationale, et notamment du nouveau président français Emmanuel Macron.

 

Jeuneafrique.com par

Venezuela: le pape pose des conditions pour intervenir

avril 29, 2017

A bord de l’avion papal – Le pape François a assuré samedi, dans l’avion qui le ramenait d’Egypte, que le Saint-Siège était disposé à intervenir comme « facilitateur » face à la crise au Venezuela, mais « avec des conditions claires ».

« Je crois que cela doit se faire avec des conditions. Des conditions très claires », a déclaré le pape, interrogé sur la manière dont le Vatican pourrait aider à faire cesser les violences qui ont fait déjà une trentaine de morts en un mois de manifestations hostiles au président socialiste Nicolas Maduro.

« Il y a eu une intervention du Saint-Siège à la demande forte des quatre présidents (quatre anciens dirigeants espagnol, dominicain, panaméen et colombien) qui travaillaient comme facilitateurs. Cela n’a pas marché. Car les propositions n’étaient pas acceptées, elles se diluaient, c’était un +oui, oui mais non, non+ », a-t-il rappelé.

« Je sais qu’en ce moment, ils insistent, je ne sais pas bien d’où, je crois que ce sont les quatre présidents, pour relancer la facilitation. Ils cherchent l’endroit », a-t-il ajouté, relevant qu’une partie de l’opposition n’en voulait pas.

« Tout ce qui peut être fait pour le Venezuela, il faut le faire, avec les garanties nécessaires », a-t-il expliqué.

Il n’a pas précisé quelles étaient selon lui ces conditions, mais son secrétaire d’Etat, Pietro Parolin, ancien nonce apostolique au Venezuela, en avait évoqué quatre en décembre: établissement d’un calendrier électoral, libération des opposants détenus, ouverture à l’aide sanitaire étrangère et rétablissement des prérogatives du Parlement.

Dans ce pays pétrolier en profonde crise économique, où sept Vénézuéliens sur dix souhaitent le départ de M. Maduro, l’opposition multiplie depuis un mois les manifestations pour obtenir des élections générales anticipées.

Interrogé sur les tensions autour des ambitions nucléaires de la Corée du Nord, le pape a insisté sur la nécessité « d’une négociation en vue d’une solution diplomatique ». « Il y a tant de médiateurs dans le monde qui se proposent. La Norvège, par exemple qui est toujours prête à aider », a-t-il relevé.

Reprenant son thème habituel de la « guerre mondiale par morceaux », il a estimé que ces morceaux étaient « concentrés en des points qui déjà étaient chauds. En Corée aujourd’hui, il semble que cela se soit trop réchauffé ».

Jorge Bergoglio s’est également dit prêt à rencontrer Donald Trump à l’occasion du passage du nouveau président américain fin mai en Italie pour le G7 de Taormina (Sicile).

« Je n’ai pas encore été informé par la secrétairerie d’Etat qu’il y ait eu une demande. Je reçois tous les chefs d’Etat qui en font la demande », a déclaré le pontife argentin, qui avait assuré lors d’un autre vol l’année dernière qu’un homme promettant de bâtir un mur contre les migrants n’était « pas chrétien ».

Romandie.com avec(©AFP / 29 avril 2017 22h31)

Dialogue en RDC : les évêques mettent fin à leur médiation et dénoncent l’impasse des discussions

mars 28, 2017

Les évêques catholiques se rendent à une réunion à Kinshasa le 21 décembre 2016. © John Bompengo/AP/SIPA

La Conférence épiscopale nationale des évêques (Cenco) a mis fin à la médiation entre le pouvoir et l’opposition, a-t-elle indiqué lundi, tard dans la soirée. Les évêques en appellent à la responsabilité du chef de l’État pour la poursuite des négociations.

« La Cenco n’entend pas conduire les bons offices indéfiniment », a fait savoir cette dernière lundi 27 mars, après plus de trois mois passés à arbitrer le dialogue politique entre le pouvoir et l’opposition.

« À ce niveau, la Cenco porte à la connaissance de l’opinion tant nationale qu’internationale l’impasse politique de ces discussions » a souligné Mgr Marcel Utembi, président de la Cenco, dans son discours de clôture des travaux portant sur « l’arrangement particulier », ce document additif du compromis politique signé le 31 décembre 2016 sous l’égide des évêques dans lequel toutes les modalités d’application de l’accord entre le pouvoir et l’opposition devaient être définies, mais qui n’a toujours pas été adopté.

Les discussions dans l’impasse

Devant la presse, le vice-président de la Cenco, Mgr Fridolin Ambongo, a pour sa part déploré « les jeux d’intérêt partisans qui priment sur l’intérêt de la nation ». « Il y a des petites questions qu’on pouvait facilement traiter qu’on fait traîner en longueur comme si la souffrance du peuple ne leur disait rien », a-t-il renchéri, regrettant qu’aujourd’hui, « plus personne ne parle des élections ».

Très critique envers « la classe politique », dont il pointe « l’inconscience et l’insensibilité par rapport à la gravité de la situation », en référence notamment aux violences dans le Kasaï (centre) et dans l’est de la RDC, Mgr Fridolin Ambongo a lancé un appel au peuple, affirmant que « la pression ne peut venir uniquement de la Cenco ».

Appel au chef de l’État

Pour conclure, la Cenco « en appelle à l’implication personnelle et à la responsabilité du Chef de l’État en tant que garant de la nation, dans la mise en oeuvre rapide de l’accord de la Saint-Sylvestre« . Dans ce compromis, le chef de l’État congolais – dont le mandat est échu depuis le 20 décembre –  peut rester au pouvoir, mais il doit nommer un Premier ministre issu du Rassemblement, la principale plateforme de l’opposition.

« Après trois mois de médiation, nous constatons que les évêques ont échoué dans la mission que le président Joseph Kabila leur avait confiée. Le chef de l’État, en sa qualité de garant de la nation, va prendre ses responsabilités », a réagi mardi Barnabé Kikaya Bin Karubi, conseiller diplomatique du chef de l’État en visite à Berlin, contacté par JA.

Nous avons fait tout ce qui était dans la mesure du possible

« Nous prenons acte de la déclaration de la Cenco qui vient de mettre fin à la médiation. C’est un jour triste pour le Congo et pour les Congolais », a déclaré lundi devant la presse Félix Tshisekedi (le fils d’Étienne), de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS).

Parlant au nom du Rassemblement de l’opposition, il a estimé que ce dernier avait « fait tout ce qui était dans la mesure du possible pour essayer de trouver une solution à cette crise qui est due au fait qu’on n’a pas organisé des élections libres et démocratiques dans ce pays ».

Le Rassemblement, qui est parvenu, bon an, mal an, à rester soudé après la disparition d’Étienne Tshisekedi le 1er février à Bruxelles, s’exprimera publiquement ce mardi, à Kinshasa, au sujet de la situation politique en RDC, a indiqué le fils de l’opposant historique.

Jeuneafrique.com par

Dialogue en RD Congo : la médiation des évêques prise entre deux feux

mars 7, 2017

Monseigneur Marcel Utembi, médiateur dans le dialogue politique en République Démocratique du Congo, à Kinshasa, le 21 décembre 2016. © John Bompengo/AP/SIPA

Depuis trois mois, les évêques congolais arbitrent le dialogue politique laborieux entre le pouvoir et l’opposition. Au risque de ternir leur image…

Peut-on être médiateur dans le marigot politique congolais sans y perdre son âme ? Depuis décembre 2016, cette question agite la conscience des évêques catholiques. Ils sont en effet les arbitres d’un dialogue de sourds entre le pouvoir de Kinshasa et l’opposition, sur fond de crise constitutionnelle.

Le 20 décembre, le dernier mandat de Joseph Kabila a en effet expiré sans qu’un successeur ait été élu. La mission dévolue à la Conférence épiscopale nationale du Congo (Cenco), emmenée par Mgr Marcel Utembi, est délicate : le médiateur de l’Union africaine, Edem Kodjo, qui avait précédé les évêques dans cette tâche, n’avait pas réussi à convaincre l’opposition de négocier. Ses deux poids lourds d’alors, Étienne Tshisekedi et Moïse Katumbi (réunis au sein du Rassemblement de l’opposition), l’avaient récusé, le jugeant trop proche du pouvoir.

L’espoir de la Saint-Sylvestre

Mais en décembre, l’épiscopat faisait renaître l’espoir d’une transition apaisée. Forts de leur prestige dans la société congolaise (catholique à plus de 40 %) et aidés de la pression internationale, les évêques congolais ont ramené tout le monde autour de la table et fini par obtenir l’« accord de la Saint-Sylvestre ». Selon ce compromis signé le 31 décembre, le président Kabila peut rester au pouvoir, mais il doit nommer un Premier ministre issu de l’opposition.

Or cette mécanique s’est rapidement grippée quant à ses modalités d’application. Après la disparition d’Étienne Tshisekedi, le 1er février à Bruxelles, le Rassemblement de l’opposition est parvenu, bon an mal an, à rester soudé. Le 2 mars, il désignait un duo à sa tête : l’expérimenté Pierre Lumbi (proche de Katumbi) du Mouvement social pour le renouveau, et son candidat pour le poste de Premier ministre, Félix Tshisekedi (le fils d’Étienne) de l’Union pour la démocratie et le progrès social. Or Joseph Kabila exige de faire son choix sur la base d’une liste d’au moins trois noms.

La lettre muette de Tshisekedi

Jusqu’à présent, les évêques se refusent à trancher ce litige, à l’origine du blocage. Le risque est en effet grand pour eux d’être accusés de partialité, comme l’a montré l’épisode vaudevillesque de la lettre d’Étienne Tshisekedi. Avant son décès, ce dernier avait en effet transmis aux évêques une lettre adressée au chef de l’État contenant le nom de celui qu’il entendait nommer à la primature. Au lendemain de sa mort, l’opposition s’y est accrochée comme à une relique.

Les évêques doivent démontrer aux Congolais qu’ils restent indépendants, sous peine de perdre leur popularité

Lorsque le président a enfin reçu les prélats, le 20 février, l’opposition était en droit d’espérer que la sainte missive contraigne Kabila à céder. Or, trois jours plus tard, le président de l’Assemblée nationale, Aubin Minaku – un proche du président – affirmait que ladite lettre n’avait pas été remise à son destinataire. « Les évêques se sont laissé intimider ! » s’indignait alors un stratège du Rassemblement.

Impartialité à la loupe

Sous pression, les évêques ont dû organiser aussitôt une conférence de presse afin de s’expliquer. Entre les lignes, ils ont laissé entendre qu’en réalité le chef de l’État avait refusé de recevoir la missive. Trois jours plus tard, comme pour prouver son indépendance, la Cenco lançait une lourde accusation contre le pouvoir : celui-ci entretiendrait volontairement des « foyers de tension » dans le pays afin de retarder l’élection prévue en fin d’année.

Le 27 janvier dernier, l’ambassadeur de la RD Congo à l’ONU a effectivement fait valoir que la – modeste – reprise de la rébellion du Mouvement du 23-Mars (M23) dans l’est du pays risquait de « perturber le processus électoral ». De là à imaginer que le pouvoir l’a lui-même suscitée, il n’y a qu’un pas que les diplomates occidentaux à Kinshasa se gardent de franchir. « Les évêques sont devenus une troisième partie aux discussions, analyse l’un d’eux. Ils doivent démontrer aux Congolais qu’ils restent indépendants, sous peine de perdre leur popularité. »

Fin février, des églises ont été pillées à Lubumbashi (fief de Katumbi) et dans la commune kinoise de Limete (celui des Tshisekedi). L’opposition accuse le régime d’avoir organisé ces exactions pour la discréditer. Le clergé, lui, s’est refusé à en désigner les responsables, restant au milieu du village, entre deux feux.

Jeuneafrique.com par Pierre Boisselet