Posts Tagged ‘Mer de Chine méridionale’

Près de 30 disparus dans un naufrage en mer de Chine méridionale

juillet 2, 2022
Un bateau en train de couler.

Le navire est en train de couler après s’être cassé en deux. Photo: Reuters/Service Aérien du Gouvernement de Hong Kong

Vingt-sept personnes sont portées disparues après que leur navire eut été coupé en deux par un typhon, samedi, en mer de Chine méridionale, a annoncé le gouvernement de Hong Kong.

Le navire d’ingénierie se trouvait à 160 milles marins au sud-ouest de Hong Kong lorsqu’il a été pris dans la tempête Chaba; il a subi des dommages importants et s’est brisé en deux morceaux, a précisé le Service aérien du gouvernement de Hong Kong.

Les secours ont été dépêchés sur place après avoir été notifiés vers 7 h 25 (heure locale).

Trois des 30 membres de l’équipage ont pu être secourus à 15 h et ont été emmenés à l’hôpital, ont indiqué les autorités.

Des images fournies par les autorités de Hong Kong montrent une personne en train d’être hélitreuillée tandis que des vagues s’écrasent sur le pont du navire à moitié submergé.

Un membre d’équipage est hélitreuillé tandis que des vagues s'écrasent sur le pont du navire à moitié submergé.

Des sauveteurs hissent dans un hélicoptère un membre d’équipage du navire en train de couler.

Photo: Reuters/Service Aérien du Gouvernement de Hong Kong

Selon les trois survivants, d’autres membres de l’équipage ont pu être emportés par les vagues avant l’arrivée du premier hélicoptère, a rapporté un communiqué du gouvernement hongkongais.

Le typhon Chaba s’est formé au centre de la mer de Chine méridionale et a touché terre samedi après-midi dans la province du Guangdong, dans le sud de la Chine.

L’endroit où se trouvait le navire a enregistré des vents de 144 kilomètres à l’heure et des vagues atteignant 10 mètres de haut, ont indiqué les autorités.

Les secouristes vont élargir la zone de recherche en raison du grand nombre de personnes disparues et prolonger l’opération dans la nuit si les conditions le permettent.

Avec Agence France-Presse

Vol MH370: un navire américain en route pour l’Océan indien

mars 13, 2014

WASHINGTON – La Marine américaine a ordonné jeudi à l’un de ses navires de se rendre dans l’Océan indien à la recherche du Boeing de Malaysia Airlines, alors que selon des informations de presse l’avion a pu continuer à émettre un signal via satellite.

La zone de recherche de l’avion a été élargie allant de la mer de Chine méridionale, à l’est de la Malaisie, au détroit de Malacca après que la Maison Blanche eut fait état de nouvelles informations ayant conduit les autorités locales à examiner des zones de recherche plus à l’ouest, jusqu’à l’Océan indien.

D’après ce que je comprends, sur la base de nouvelles informations, pas nécessairement concluantes, mais nouvelles, la zone de recherches serait élargie à l’Océan indien, a déclaré le porte-parole de la Maison Blanche, Jay Carney.

De son côté, un responsable de la Marine a confirmé à l’AFP que l’USS Kidd transite par le détroit de Malacca en route pour l’Océan indien, se référant à l’un des deux destroyers américains qui participent aux recherches de l’avion disparu depuis samedi, aux côtés de l’USS Pinckney.

Un avion de surveillance supplémentaire, un P-8 Poseidon, devait également se rendre dans la zone, en plus de l’avion P-3C Orion qui participe déjà aux recherches, a-t-il dit sous couvert de l’anonymat.

Les deux navires étaient jusque-là déployés dans le golfe de Thaïlande.

Les recherches se concentraient dans un premier temps en mer de Chine méridionale, à l’est de la Malaisie, le long de la route que devait emprunter le vol Kuala Lumpur-Pékin. La dernière position connue de l’avion était située sur cette route initiale.

Mais, selon le Wall Street Journal et la chaîne ABC, les enquêteurs pensent que l’avion a continué à voler durant cinq heures. Il a disparu des écrans radar une heure après son décollage de Kuala Lumpur alors qu’il suivait sa route normale vers Pékin, sa destination.

Les enquêteurs évoquent un signal automatique transmis par voie satellitaire par l’avion concernant plusieurs de ses systèmes embarqués.

Selon ces sources, durant les quatre heures après que l’avion a disparu des écrans radars civils, vers 17H30 GMT vendredi, ces systèmes ont régulièrement cherché à se connecter à un ou plusieurs satellites relais.

S’il a effectivement volé durant cinq heures, l’avion a pu parcourir 2.200 milles supplémentaires et atteindre l’Océan indien, le Pakistan ou même la mer d’Arabie, si l’on se base sur sa vitesse de croisière.

L’avion de Malaysia Airlines transportait 239 personnes et sa disparition reste à l’heure actuelle un mystère.

Les militaires américains avaient précisé mercredi que leurs satellites espions n’avaient détecté aucun signe d’explosion aérienne au moment où le Boeing a disparu des écrans radars.

Les recherches couvrent désormais près de 27.000 milles nautiques (près de 90.000 km2, soit quasiment la surface du Portugal). Douze pays, dont les Etats-Unis, la Chine et le Japon, participent aux opérations qui mobilisent des dizaines de navires et d’avions.

Romandie.com avec(©AFP / 14 mars 2014 00h10)

Boeing de Malaysia: un destroyer en route pour aider aux recherches

mars 8, 2014

Un destroyer de la 7e Flotte américaine s’est mis en route samedi vers la côte sud du Vietnam, a annoncé le Pentagone. Il va aider aux recherches du Boeing 777 de Malaysia Airlines toujours porté disparu, alors que des proches des passagers se sont regroupés à Pékin.

Le destroyer qui était en manoeuvres dans les eaux internationales de Mer de Chine méridionale pourrait se trouver dans le voisinage de l’avion disparu dans les 24 heures, a précisé le ministère américain de la Défense. Il transporte deux hélicoptères qui peuvent être équipés de matériel d’aide et de recherches.

Quelques heures auparavant, des avions vietnamiens à la recherche du Boeing qui a disparu samedi avec 239 personnes à bord ont repéré deux traînées de carburant parallèles de plusieurs kilomètres en mer de Chine méridionale. « Nous ne sommes pas sûrs d’où viennent ces traînées de carburant; nous avons envoyé des navires vietnamiens » vers cette zone, a précisé le général Vo Van Tuan, adjoint au chef d’état-major de l’armée vietnamienne.

Ces deux traînées sont les premiers signes possibles du vol MH370, qui a perdu samedi matin le contact avec le contrôle aérien quelque part entre l’est de la Malaisie et le sud du Vietnam.
Manque d’informations

L’appareil, qui devait arriver à Pékin à 06h30 locales (23h30 en Suisse vendredi), a disparu samedi à 02h40 locales (19h40 en Suisse vendredi), environ deux heures après son décollage de Kuala Lumpur. Il transportait 227 passagers de 14 nationalités, dont quatre Français, et 12 membres d’équipage, tous malaisiens.

Dans un hôtel de Pékin assiégé par les médias, des amis et parents des passagers étaient partagés entre larmes et colère, déplorant le manque d’informations apportées par Malaysia Airlines.
Usurpation d’identité

Par ailleurs, deux des passagers du vol voyageaient sous de faux nom, ayant usurpé leurs identités à un Autrichien et à un Italien, a-t-on appris samedi soir.

Interrogé en conférence de presse sur les causes possibles de cette disparition de passeport, le président de Malaysia Airlines, Ahmad Jauhari Yahya, a dit n’exclure aucune possibilité.

Selon la compagnie, le pilote de l’appareil était un Malaisien de 53 ans qui avait rejoint la flotte en 1981 et comptait 18’365 heures de vol, un pilote jugé expérimenté.

Romandie.com