Posts Tagged ‘ministre des affaires étrangères’

L’Ukraine a un nouveau ministre des Affaires étrangères

juin 19, 2014

A Kiev, le parlement a approuvé la nomination de Pavlo Klimkine comme ministre des Affaires étrangères. Ils ont aussi accepté d’examiner un projet de loi sur la gestion du gaz. Pendant ce temps les combats continuaient de faire rage dans l’Est du pays.

Ambassadeur en Allemagne, Pavlo Klimkine représentait Kiev jusqu’à présent dans les négociations en cours avec la Russie pour une désescalade, avec la médiation de l’OSCE.

La Russie est « prête à travailler » avec lui, a indiqué le chef adjoint de la diplomatie russe, Grigori Karassine, cité par l’agence Ria Novosti. Il souhaitait « bonne chance » à « l’un des diplomates ukrainiens les plus expérimentés ».

Gestion du gaz en question

Les députés ukrainiens ont aussi accepté d’examiner un projet de loi confiant la gestion des infrastructures gazières de l’Ukraine à une coentreprise ouverte aux investisseurs européens ou américains. Le but étant de réduire la dépendance de Kiev vis-à-vis de Moscou tout en garantissant un transit fiable du gaz russe vers l’Europe.

Et les contacts avec l’Europe se renforcent. Le président ukrainien Petro Porochenko a confirmé que son pays signerait comme prévu l’accord d’association et de libre-échange avec l’Union européenne le 27 juin.

De son côté, le commissaire européen à l’Energie Günther Oettinger recevra le ministre ukrainien de l’Energie Iouri Prodan le 24 juin à Bruxelles pour préparer une reprise des négociations avec la Russie en matière de gaz, a annoncé a porte-parole de M. Oettinger.

Environ 4000 combattants

Pendant ce temps, de violents combats ont éclaté dans l’est de l’Ukraine entre forces armées ukrainiennes et séparatistes pro-russes. Les affrontements ont débuté en début de matinée près de la ville de Krasni Liman depuis laquelle les forces gouvernementales s’emploient à resserrer leur étau plus au sud et à l’est.

Environ 4000 combattants séparatistes seraient engagés dans ces combats pour lesquels les deux camps ont mobilisé des véhicules blindés, probablement des chars, précise une source militaire sans que l’information ait pu être confirmée.

Condamnation de l’Otan

Selon le secrétaire général de l’Otan, la Russie a déployé ces derniers jours des milliers de soldats supplémentaires à la frontière orientale de l’Ukraine. Moscou « se ménage l’option d’une intervention plus en profondeur », a estimé Anders Fogh Rasmussen depuis Londres.

Si cela arrive, a-t-il souligné, « la communauté internationale aurait à répondre de manière plus ferme. Cela impliquerait des sanctions renforcées qui auraient un impact négatif sur la Russie », a conclu le secrétaire général de l’Otan.

Romandie.com

Le chef de la diplomatie ukrainienne insulte Poutine, Moscou crie au scandale

juin 15, 2014

Moscou – La Russie s’est vivement indignée dimanche après la diffusion d’une vidéo montrant le ministre ukrainien des Affaires étrangères insultant le président russe Vladimir Poutine devant des manifestants en train de s’en prendre à l’ambassade de Russie à Kiev.

Dans une scène filmée samedi par la télévision locale, le chef de la diplomatie ukrainienne Andrii Dechtchitsa lâche devant une foule de manifestants en colère Poutine est un connard, afin selon lui de les calmer et de les empêcher de continuer à s’en prendre la représentation diplomatique russe. La phrase, devenu des semaines un slogan en Ukraine, est ensuite scandée par les protestataires.

La manifestation, qui a dégénéré, a eu lieu après qu’un avion militaire ukrainien a été abattu samedi par des insurgés prorusses dans l’Est du pays. Au total, 49 personnes sont mortes dans cette attaque.

Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a vivement condamné dimanche soir les propos de son homologue ukrainien.

Ce qui m’a particulièrement choqué, c’est que le ministre des Affaires par intérim Andrii Dechtchitsa (…) se soit joint aux soi- disant manifestants près de l’ambassade, (…) et se soit permis des déclarations qui ont dépassé les limites de la bienséance, a déclaré M. Lavrov.

Je ne sais pas comment il va pouvoir discuter et travailler avec nous, a-t-il ajouté.

Je comprends bien qu’il a auprès de qui apprendre. Parce que ceux qui soutiennent activement les autorités ukrainiennes à Washington ne se privent pas non plus de mots aussi forts, mais tout de même un diplomate comme Dechtchitsa doit choisir ses expressions, a-t-il encore lancé.

Plusieurs hauts responsables russes avaient déjà condamné dans la journée le comportement de M. Dechtchitsa.

(Le président ukrainien Petro) Porochenko devrait changer son ministre des Affaires étrangères. Il ne sait pas se contrôler, a écrit sur Twitter le chef de la commission des affaires étrangères de la Douma (chambre basse du Parlement) Alexeï Pouchkov.

Le vice-ministre des Affaires étrangères Konstantin Dolgov a pour sa part estimé que cela montrait la véritable nature des personnes au pouvoir en Ukraine.

Cela montre une fois de plus la culture politique, ou plutôt le manque de culture des gens qui sont au pouvoir à Kiev, a-t-il déclaré à la radio.

M. Dechtchitsa s’est justifié en disant qu’il avait fait cela pour faire baisser la tension.

Ma déclaration consistait à exprimer mon mécontentement de manière pacifique. A ce moment, le principal était de retenir les gens, de ne pas permettre la violence, et nous avons réussi à le faire, a-t-il dit à la radio Echo de Moscou.

Lors de la manifestation, qui a rassemblé plusieurs centaines de personnes, le drapeau russe a été décroché et un cocktail Molotov a été lancé. Des manifestants, dont certains brandissaient des pancartes déclarant Russie tueuse!, ont aussi lancé des oeufs et des pavés et ont renversé des voitures diplomatiques.

Romandie.com avec(©AFP / 15 juin 2014 19h25)

Peter Mutharika investi à la présidence du Malawi

mai 31, 2014

L’ancien ministre des Affaires étrangères Peter Mutharika a été investi samedi à la présidence du Malawi. Défaite, la présidente Joyce Banda a félicité son adversaire et appelé ses compatriotes à respecter le verdict des urnes, malgré de graves irrégularités.

« Ca a été un long voyage, mais grâce à l’aide de Dieu, nous voici ici. (…) Je me sens très honoré », a dit l’ancien ministre des Affaires étrangères Peter Mutharika lors d’une brève cérémonie à la Haute Cour de la capitale économique Blantyre, appelant ses onze adversaires à le « rejoindre pour reconstruire le pays ».

« Il est clair que nous sommes confrontés à de sérieux problèmes dans ce pays. Ensemble, reconstruisons ce pays qui est presque sur le point de s’effondrer », a-t-il déclaré, faisant allusion aux graves problèmes économiques auxquels est confronté le Malawi, pays pauvre d’Afrique australe.

Félicitations présidentielles

Quant à la présidente sortante Joyce Banda, troisième avec 20,2% des suffrages, elle a dit dans une déclaration radiodiffusée « féliciter sincèrement le président élu, le professeur Arthur Peter Mutharika (…) pour (sa) victoire dans une élection qui a été très serrée ».

Elle a obtenu 20,2% des voix ce qui la place en troisième position derrière le candidat du parti de l’ancien dictateur Kamazu Banda, Lazarus Chakwera qui obtient 27,8% des voix, pour un taux de participation de 70,8%.

Graves problèmes

La Haute Cour du Malawi avait exigé vendredi que la commission électorale proclame les résultats de la présidentielle avant minuit. Dans un jugement alambiqué rendu après 22h00, elle avait autorisé la commission à recompter les bulletins, rappelant que la loi exigeait que les résultats soient publiés dans les huit jours après la fin des opérations de vote.

Le scrutin du 20 mai s’était poursuivi dans certains endroits jusqu’au 22, en raison de graves problèmes d’organisation. Les huit jours légaux se sont donc achevés vendredi soir. « La loi est claire, il n’y a pas de prolongation » possible du délai pour recompter les résultats, a déclaré le juge Kenyatta Nyirenda.

Romandie.com

Venezuela: Maduro annonce l’expulsion de trois agents consulaires américains

février 16, 2014

CARACAS – Le président vénézuélien Nicolas Maduro a annoncé dimanche soir qu’il avait ordonné l’expulsion de trois agents consulaires des États-Unis, les accusant d’avoir rencontré des étudiants protestataires.

J’ai donné l’ordre au ministre des Affaires étrangères de déclarer persona non grata et de procéder à l’expulsion de trois agents consulaires américains de l’ambassade des États-Unis d’Amérique. Qu’ils aillent conspirer à Washington!, a déclaré M. Maduro sur les chaînes nationales de radio et télévision.

Le Venezuela est depuis deux semaines le théâtre de manifestations étudiantes dont l’une, mercredi dernier, s’est achevée par de violentes échauffourées qui ont fait trois morts et plus de 60 blessés.

Plus tôt, le gouvernement vénézuélien a accusé les États-Unis d’essayer de soutenir et légitimer des tentatives de déstabilisation de la démocratie vénézuélienne, en réponse au secrétaire d’État John Kerry qui avait condamné samedi la violence insensée exercée contre les manifestants.

Fin septembre, M. Maduro avait également ordonné l’expulsion de trois premiers diplomates dont la chargée d’affaires de l’ambassade des États-Unis Kelly Keiderling, accusée elle aussi de conspirer avec des opposants.

Romandie.com avec(©AFP / 17 février 2014 04h20)

Israël: Lieberman redevient ministre des Affaires étrangères

novembre 11, 2013

JERUSALEM – L’ultra-nationaliste Avigdor Lieberman a prêté serment lundi devant le Parlement israélien, redevenant ministre des Affaires étrangères un peu moins d’un an après avoir quitté son poste suite à des accusations de fraude et d’abus de confiance.

Soixante-deux membres de la Knesset ont voté en faveur de sa nomination, et 17 contre.

Le gouvernement israélien avait approuvé dimanche le retour de M. Lieberman au ministère des Affaires étrangères à la suite de son acquittement mercredi par un tribunal de Jérusalem.

M. Lieberman avait dû démissionner de ce même poste le 14 décembre 2012, au lendemain de son inculpation, avec l’espoir d’être rapidement blanchi pour revenir au gouvernement, où le Premier ministre Benjamin Netanyahu lui avait réservé ce portefeuille s’il était acquitté.

Dans quelques heures, nous devrions pouvoir l’accueillir de nouveau à la table du gouvernement, s’était félicité plus tôt lundi M. Netanyahu, selon des propos retransmis à la radio publique.

Il m’a manqué, avait-il ajouté, nous avons beaucoup de travail (…) et de grands défis. Bon retour..

M. Lieberman était accusé d’avoir nommé l’ambassadeur israélien au Bélarus Zeev Ben Arieh au poste d’ambassadeur en Lettonie en échange d’informations policières confidentielles sur une enquête diligentée contre lui.

Les trois juges du tribunal ont estimé que M. Lieberman avait eu une conduite inappropriée mais qui ne justifiait pas une condamnation.

Selon des commentateurs, ce retour de M. Lieberman constitue un coup dur pour le secrétaire d’Etat américain John Kerry, qui tente de sauver des négociations israélo-palestiniennes en crise.

Personnage controversé et haut en couleur, M. Lieberman ne croit pas à la possibilité d’un accord avec les Palestiniens et il rejette le président Mahmoud Abbas comme partenaire à des négociations.

La députée d’opposition Zehava Gal-On a ainsi déclaré lundi que de ré-introniser cet ancien videur de boite de nuit à son poste pourrait compromettre les négociations de paix avec les Palestiniens.

C’est comme placer une bombe dans le processus de paix, a-t-elle déclaré devant le Parlement.

Romandie.com avec(©AFP / 11 novembre 2013 20h14)

Congo : Sassou Nguesso sur tous les fronts

octobre 22, 2013
 Denis Sassou Nguesso et Michel Djotodia (à dr.), le 17 octobre à Ouagadougou. © Ahmed Ouoba/AFP


Denis Sassou Nguesso et Michel Djotodia (à dr.), le 17 octobre à Ouagadougou. © Ahmed Ouoba/AFP

Centrafrique, Angola, Biens mal aquis… En ce moment, les dossiers chauds ne manquent pas pour le président congolais Denis Sassou Nguesso.

Même s’il n’a pas jugé nécessaire d’écourter sa présence au sommet du 20e anniversaire de l’Organisation pour l’harmonisation en Afrique du droit des affaires (Ohada), à Ouagadougou, les 16 et 17 octobre, le président congolais Denis Sassou Nguesso a dû gérer depuis la capitale burkinabè l’incursion de militaires angolais dans le Niari – à laquelle s’ajoute, selon nos informations, l’irruption sporadique d’éléments de la Séléka centrafricaine dans la Likouala, afin d’y pourchasser les partisans de Bozizé. Toujours très remonté, par ailleurs, contre ce qu’il perçoit comme des ingérences inadmissibles de la justice française dans les affaires intérieures congolaises (et contre la passivité du gouvernement de François Hollande à cet égard), DSN s’est abstenu de prendre au téléphone Laurent Fabius, le ministre des Affaires étrangères, qui cherchait à le joindre avant son déplacement à Bangui, le 13 octobre.

Quant à la visite que devait faire la ministre déléguée Yamina Benguigui à Brazzaville, du 4 au 6 octobre, elle a été repoussée sine die. Commentaire d’un familier de la résidence du Plateau : « Sassou est le seul chef d’État à se préoccuper vraiment de la Centrafrique, dont la désagrégation menace toute la région. Si les fonctionnaires sont payés depuis six mois dans ce pays, c’est grâce à lui et aux 25 milliards de F CFA qu’il a débloqués, en deux tranches. Les Français pourraient se montrer un peu moins ingrats. »

Jeuneafrique.com avec AFP

Accusations iraniennes contre Obama dues à des pressions intérieures

octobre 1, 2013

WASHINGTON – Les contraintes de la politique intérieure iranienne expliquent les accusations formulées par le ministre des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif contre le président Barack Obama, a estimé mardi un haut responsable américain.

Ce responsable s’exprimant sous couvert de l’anonymat a affirmé ne pas avoir été surpris par les déclarations de M. Zarif. Ce dernier a reproché à M. Obama de saper la confiance entre Etats-Unis et Iran en affirmant que l’option militaire était toujours sur la table contre la République islamique, malgré un timide rapprochement entamé entre Téhéran et Washington la semaine dernière.

Le responsable américain a aussi affirmé que la politique de son pays vis-à-vis du programme nucléaire iranien n’avait pas changé, et que le pays préférait une solution diplomatique dans ce dossier.

Plus tôt mardi, M. Zarif s’en était pris aux déclarations la veille de M. Obama.

Le président américain s’était dit prêt la semaine dernière à l’ONU à donner une chance à la diplomatie pour tenter de résoudre le dossier nucléaire iranien. Mais si les négociations échouent, nous ne renonçons à aucune possibilité, dont l’option militaire, a-t-il rappelé lundi en recevant le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu à la Maison Blanche.

Selon M. Zarif, le président Obama doit avoir de la cohérence pour renforcer la confiance mutuelle. Les zigzags détruisent la confiance et fragilisent la crédibilité américaine.

La supposition du président Obama selon laquelle l’Iran a accepté de négocier à cause des menaces et sanctions illégales est irrespectueuse pour la nation iranienne, a ajouté M. Zarif.

Les négociations entre l’Iran et les pays du groupe 5+1 (Chine, Etats-Unis, France, Royaume-Uni, Russie et Allemagne) reprendront le 15 octobre à Genève.

M. Obama avait appelé vendredi le président iranien Hassan Rohani, notamment pour évoquer la question nucléaire, un geste sans précédent alors que les deux pays n’ont plus de relations diplomatiques depuis 1980.

Washington et ses alliés soupçonnent le programme nucléaire iranien d’avoir des visées militaires, ce que Téhéran dément.

Romandie.com avec (©AFP / 01 octobre 2013 18h43)

GB : sérieux doute sur les résultats des élections au Zimbabwe

août 3, 2013

LONDRES (Angleterre) – La Grande-Bretagne a émis de sérieux doutes samedi sur les résultats des élections au Zimbabwe après la victoire écrasante du président Robert Mugabe sur fond de plaintes de l’opposition concernant une fraude à grande échelle.

Les irrégularités avant les élections et le jour même du scrutin, dont ont fait état les missions d’observateurs, et en contradiction avec les recommandations de la SADC (Communauté de développement d’Afrique australe), mettent sérieusement en question la crédibilité de l’élection, a déclaré dans un communiqué le ministre des Affaires étrangères William Hague.

Nous avons de sérieuses inquiétudes sur le déroulement de l’élection, a-t-il souligné.

M. Hague a notamment noté que les listes électorales n’avaient pas été transmises à tous les partis politiques engagés dans le scrutin, ce qu’il a qualifié de faille critique.

Il a aussi déploré que de nombreux électeurs aient été refoulés des bureaux de vote.

Le ministre britannique, dont le pays est l’ancienne puissance coloniale, a jugé important que des enquêtes soient désormais menées sur les allégations de fraudes par les missions d’observation ad hoc.

Romandie.com avec (©AFP / 03 août 2013 20h21)

Turquie : le chef de la diplomatie burkinabé s’effondre devant les caméras

mai 9, 2013
Turquie : le chef de la diplomatie burkinabé s'effondre devant les caméras Turquie : le chef de la diplomatie burkinabé s’effondre devant les caméras © AFP

Djibrill Yipènè Bassolé, le ministre des Affaires étrangères du Burkina Faso, a été pris d’un malaise et s’est effondré jeudi au cours d’une conférence de presse à l’occasion d’une visite à Ankara.

Tandis que son homologue turc Ahmet Davutoglu répondait aux questions des journalistes sur la crise syrienne, M. Bassolé a d’abord vacillé, puis a fait une lourde chute sur le plancher.

Le ministre turc et un garde du corps ont tenté d’atténuer la chute en le retenant par les bras, mais cela ne l’a pas empêché de s’effondrer.

M. Bassolé s’est redressé quelques minutes après, puis est sorti en marchant de la salle de conférence et du bâtiment du ministère des Affaires étrangères, faisant un sourire en direction des nombreuses caméras présentes sur les lieux.

Il a immédiatement été conduit dans un hôpital pour des examens, mais son état ne semblait pas susciter d’inquiétudes, a-t-on souligné de source turque.

Jeuneafrique.com avec AFP

France : Laurent Fabius, ministre le plus fortuné avec plus de 6 millions d’euros de patrimoine

avril 15, 2013
Laurent Fabius a déclaré un patrimoine à hauteur de 6 millions d'euros. Laurent Fabius a déclaré un patrimoine à hauteur de 6 millions d’euros. © AFP

Depuis l’affaire des comptes cachés en Suisse de Jérôme Cahuzac, la politique française ne jure plus que par un mot : la transparence. Sous la pression de l’Élysée et de Matignon, la totalité des ministres ont publié, lundi 15 avril, leur déclaration de patrimoine. Parmi eux, Laurent Fabius était l’un des plus attendus. Immobilier, comptes épargne, placements… Petit aperçu des déclarations.

L’heure de la transparence a-t-elle sonné ? Depuis l’affaire Cahuzac, qui a démissionné après la révélation de Mediapart concernant une évasion fiscale en Suisse, la pression ne faiblit pas sur les épaules des élus et responsables politiques français. Les premiers d’entre eux, membres du gouvernement, ont ainsi été sommés par l’Élysée de publier une déclaration de patrimoine, au plus tard lundi 15 avril.

Tous ont dû s’exécuter. Y compris le ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius. Celui-ci a déclaré avoir acquis un appartement à Paris en 2008 pour la somme de 2,6 millions d’euros ainsi que plusieurs maisons, en Ariège et en Haute-Normandie, pour une valeur de plus de 1,1 millions d’euros. Il affirme également avoir des parts dans la société Piasa SVV à hauteur de 1,2 millions d’euros et être titulaire d’une assurance-vie de 516 349 euros. Au total, il culmine avec un patrimoine évalué à 6,07 millions d’euros.

Sa ministre délégué à la Francophonie, Yamina Benguigui, a quant à elle déclaré 15 000 euros de « biens mobiliers divers » ou encore deux assurances-vie dont le montant s’élève à près de 200 000 euros. L’ancienne réalisatrice et écrivain possède également des parts dans la société de production Elemiah pour 75 000 euros, selon leur valeur actuelle.

Au peigne fin…

Avant eux, plusieurs ministres n’avaient pas attendu la date-butoir pour respecter l’injonction de l’Élysée. Najat Vallaud-Belkacem a publié, le 10 avril, une déclaration faisant état de 25 000 euros à titre de compte épargne.
La porte-parole du gouvernement ne déclare en revanche aucun bien immobilier, contrairement à Pierre Moscovici, propriétaire d’un duplex à Montbeliard, évalué à 200 000 euros. Pascal Canfin, ministre délégué au Développement, affirme également avoir acquis un appartement à Paris pour 540 000 euros en juillet 2012, être le titulaire d’une assurance-vie de 2 760 euros, et le détenteur de parts sociales dans le magazine Alternatives Economiques ainsi que dans deux librairies de la Nièvre (5 820 euros).

D’autres enfin, comme Arnaud Montebourg, ministre du Redressement productif, sont allés jusqu’à déclarer la possession d’une place de parking souterrain, ou encore, comme la ministre de la Justice, Christiane Taubira, celle de trois vélos,- des marques Décathlon, Peugeot et Gitane – pour une valeur cumulée de 900 euros. Sacrée transparence.

Jeuneafrique.com par Mathieu Olivier