Posts Tagged ‘Moldaves’

Un réseau « moldave » de cambrioleurs démantelé en France

avril 28, 2021

Les malfaiteurs arrêtés par la police judiciaire ciblaient surtout des petites et moyennes entreprises, avec un butin estimé à plus de 100 000 euros.

Ils écumaient la région parisienne, mais pas seulement. Le gang de voleurs originaires de Moldavie avait commencé ses méfaits en novembre en Seine-Saint-Denis avec le cambriolage d’une entreprise spécialisée dans l’isolation thermique. Puis les malfaiteurs avaient étendu leur champ d’action. Le parquet de Bobigny avait alors saisi le service départemental de la police judiciaire de Seine-Saint-Denis (SDPJ 93) et la brigade de recherches et d’intervention (BRI) pour suivre cette délinquance itinérante originaire d’Europe de l’Est, qui s’est accélérée avec l’entrée de la Roumanie dans l’Union européenne. Les voyous profitent de faux papiers roumains, généralement acquis dans un pays frontalier, pour pouvoir circuler librement dans l’espace Schengen.

Le réseau de cambrioleurs a également sévi en Essonne, puis dans le Maine-et-Loire, en Dordogne et dans l’Aveyron. Les enquêteurs de la police judiciaire de Seine-Saint-Denis, branche départementale de l’ex-Quai des Orfèvres, aidés par la BRI, ont mis fin au périple de ces délinquants chevronnés qui ciblaient essentiellement les petites et moyennes entreprises.

Trois malfaiteurs déférés

Leur butin a été évalué à plus de 100 000 euros. « Il s’agit d’une fourchette basse. Une partie du liquide a été retrouvée sur eux, mais la particularité de cette délinquance, c’est d’envoyer le matos volé chez eux via un réseau de recel très bien organisé », indique une source policière qui suit particulièrement la délinquance itinérante. Depuis vendredi, douze malfaiteurs ont été interpellés, mais seulement trois ont été présentés à un juge d’instruction de Bobigny mercredi soir.

Ce n’est pas le premier réseau dit « moldave » démantelé par la police. En 2017, un groupe responsable de 120 cambriolages dans toute la France, pour un préjudice de près d’un million d’euros, avait été défait.

Avec Le Point par Aziz Zemouri

Côte d’Ivoire: un avion s’écrase au large d’Abidjan, bilan 4 morts

octobre 14, 2017
Les décombres d’un avion de transport s’étant écrasé en mer près de l’aéroport d’Abidjan, sur la plage de Port-Bouet, le 14 octobre 2017. © Issouf Sanogo/AFP

Un avion de transport affrété par l’armée française s’est abimé samedi en bord de mer près de l’aéroport d’Abidjan, tuant quatre Moldaves et blessant quatre Français et deux Moldaves à bord, selon un responsable des sapeurs pompiers ivoiriens.

« Dix personnes étaient à bord, des Moldaves et des Français. Les quatre victimes décédées sont de nationalité moldave », a déclaré à la télévision ivoirienne le colonel Issa Sakho, des sapeurs pompiers. Les blessés ont été acheminés dans le camp militaire français, situé en bout de piste de l’aéroport Félix Houphouët-Boigny d’Abidjan.

http://www.wat.tv/embedframe/122223chuPP3r13481348

Parmi les quatre Français à bord, il y avait un civil et trois militaires, selon une source militaire française.

« L’avion était en provenance de Ouagadougou et a chuté dans l’eau », a précisé le colonel des pompiers. « Il nous reste à consolider la carcasse pour ne pas qu’elle dérive, pour que les enquêteurs fassent leur travail ».

Brisée en deux, l’épave de l’avion à hélices siglé d’un « V » bleu sur la queue était visible sur la plage, a rapporté une journaliste de l’AFP. Des centaines de badaud se sont rendus sur la plage.

« Il était aux environs de 06H00, 06H30 lorsque le collègue qui était sur le poste (de surveillance) m’a appelé pour dire qu’il y a un avion qui tombé dans l’eau. Donc rapidement j’ai essayé d’appeler les collègues de service et on s’est retrouvé sur le lieu », a déclaré James Mobioh Aka, un sauveteur de la commune de Port-Bouet, une des dix communes d’Abidjan où se trouve l’aéroport.

« Et lorsque nous sommes venus, on a aperçu l’avion. On a vu qu’il y avait des corps dans l’eau. On est entré (dans l’eau) », poursuit-il « Un jeune homme est entré (dans l’eau) et après il y a eu un second qui l’a suivi et ils sont allés repêcher trois (corps) ». Un autre corps a été récupéré à un autre endroit.

L’avion avait été affrété par l’armée française dans le cadre de l’opération Barkhane de lutte antiterroriste au Sahel, selon une source militaire française. La base militaire française à Abidjan est utilisée dans le cadre de cette opération. Des forces spéciales françaises sont stationnées à Ouagadougou.

Causes inconnues 

Dans le cadre de Barkhane, une centaine de rotations d’avions ont lieu chaque année sur l’aéroport d’Abidjan. Il est fréquent que ces avions, souvent des Antonov, soient pilotés par des équipages de l’ancienne Union soviétique.

Il est aussi fréquent que des militaires français et des employés français d’entreprises sous-traitantes s’occupant de la cargaison soient à bord, a expliqué une source militaire française.

Un fort orage s’était abattu sur Abidjan samedi matin, mais pour le moment les causes de l’accident, qui s’est produit dans la phase d’atterrissage, sont inconnues.

En 2000, un Airbus A310 des Kenya Airways qui assurait la liaison Abidjan-Lagos-Nairobi, s’était écrasé en mer au décollage, à environ 1.500 mètres du rivage, faisant 169 morts et dix blessés.

Les Forces françaises en Côte d’Ivoire (FFCI) comptent environ 950 hommes. Les FFCI sont la principale base française sur la façade atlantique africaine. Il existe aussi des bases à Libreville, au Gabon, et à Dakar, au Sénégal.

Les FFCI ont notamment pour mission l’extraction de civils français et occidentaux en cas de crise en Côte d’Ivoire ou dans les pays voisins. La position centrale d’Abidjan en Afrique de l’Ouest place la base française à moins de trois heures d’avion de la plupart des pays francophones de la région. Le port en eau profonde de la capitale économique ivoirienne permet l’acheminement de matériel par la mer.

Jeuneafrique.com avec AFP