Posts Tagged ‘Montérégie’

Canada: Le dépistage rapide serait utile dans les écoles, dit une nouvelle étude

octobre 18, 2021

 

MONTRÉAL — Les tests rapides de dépistage de la COVID-19 qui sont en voie d’être déployés dans les écoles du Québec pourraient à tout le moins permettre d’éviter de renvoyer inutilement à la maison les enfants qui présentent des symptômes inquiétants, démontre une nouvelle étude québécoise.

© Fournis par La Presse Canadienne

Le ministère de la Santé et des Services sociaux et le ministère de l’Éducation ont récemment annoncé que ces tests seraient implantés dans les écoles de dix régions de la province, notamment à Montréal, à Laval et en Montérégie.

La docteure Caroline Quach-Thanh, du CHU Sainte-Justine, et ses collègues ont étudié l’utilisation optimale des tests rapides pour contenir les éclosions et évaluer leur efficacité en milieu scolaire.

Ils en viennent à la conclusion que les tests par réaction de polymérisation en chaîne (les tests PCR) demeurent la technique la plus sensible chez les individus symptomatiques, mais que les tests rapides ont un rôle à jouer lorsque les enfants présentent des symptômes.

«Si tu arrives le matin et que tu réalises que l’enfant tousse un peu et peut-être qu’il a un mal de gorge, si le test est négatif, l’enfant peut rester à l’école, a résumé la docteure Quach. Évidemment, si ça perdure, il faudrait aller faire un (test) PCR comme d’habitude, mais on est capable de permettre une fréquentation scolaire autour de ce test-là.»

Il se pourrait que les tests rapides ratent quelques infections au SRAS-CoV-2 comparativement aux tests PCR, mais le risque est moindre chez les patients qui présentent des symptômes. Ces tests rapides sont aussi plus efficaces lorsque la charge virale est élevée, ce qui correspond au moment où la contagion est plus grande.

La docteure Quach en vient donc à la conclusion que les tests rapides devraient être réservés en priorité aux personnes symptomatiques.

Et même s’ils pourraient permettre à certains enfants de rester à l’école ou au service de garde, dit-elle, il faudra quand même faire preuve de discernement, puisque les critères qui existaient avant la COVID pour renvoyer un jeune à la maison demeurent valides.

«Si l’enfant fait de la fièvre, qu’il ne va pas bien, qu’il n’est pas capable de suivre les activités, on devrait encore le renvoyer à la maison, a-t-elle dit. S’il fait 39 de fièvre et que le test est négatif, qu’il est amorphe, qu’il n’est pas capable de suivre ce qui se passe en classe, il y a peut-être une influenza, il y a peut-être d’autres virus qu’on ne veut pas non plus transmettre.» 

Les résultats de cette étude ont été obtenus grâce à la participation de plus de 2000 élèves du secondaire et près de 300 membres du personnel scolaires recrutés dans deux écoles secondaires de Montréal et suivis entre les mois de janvier et juin 2021.

Les chercheurs ont trouvé une plus grande proportion de cas asymptomatiques dans ces écoles participantes, ce qui voudrait dire que plus de cas ont été ratés dans les autres écoles de la province.

De plus, parmi les infections dont la source était connue, 72,5 % découlaient d’une transmission familiale et 25 % d’une transmission scolaire.

Avec Jean-Benoit Legault, La Presse Canadienne

Canada: L’ancien juge John Gomery n’est plus

mai 19, 2021

L’ancien juge John Gomery, qui a présidé la commission d’enquête sur le « scandale des commandites », est mort mardi à l’âge de 88 ans. Sa fille Liz a précisé sur les réseaux sociaux que son père s’était éteint dans la nuit de mardi à mercredi.

L'ancien juge John Gomery

© RYAN REMIORZ/La Presse canadienne L’ancien juge John Gomery

Les audiences de cette commission très médiatisée ont commencé le 7 septembre 2004.

Elles devaient faire la lumière sur l’usage abusif de fonds publics pour financer des opérations de relations publiques mises en place par le gouvernement de Jean Chrétien dans la foulée du référendum de 1995 afin de faire la promotion du fédéralisme et du gouvernement canadien au Québec.

L’imposante commission s’est étendue sur 10 mois, 172 témoins ont défilé et certaines des révélations ont plongé le pays dans l’émoi.

Le juge Gomery a déposé le premier rapport de la commission le 1er novembre 2005. Le volumineux document fait porter une partie de la responsabilité à l’ancien premier ministre Jean Chrétien et à son entourage. Il exonère cependant son successeur, Paul Martin.

C’était la dernière mission professionnelle pour ce juge né en 1932 dans une famille anglophone de l’ouest de Montréal.

En entrevue à Radio-Canada en 2018, l’ancien juge a confié qu’il était fier du travail accompli à la barre cette commission d’enquête.

Je pense vraiment que la démocratie est meilleure au Canada. Nous avons permis d’établir les balises de ce qui est permis ou non pour les politiciens. Nous avons sensibilisé la classe politique aux dérives dont ils doivent se méfier. Le gouvernement est définitivement plus propre qu’avant», a-t-il dit.

Le juge à la retraite, qui a également présidé le Conseil de presse du Québec (CPQ), a exercé comme avocat pendant plusieurs années au sein du prestigieux cabinet montréalais Fasken, Martineau et DuMoulin, avant d’être nommé juge à la Cour supérieure du Québec en 1982.

Après une vie professionnelle bien remplie, l’ancien juge s’est retiré dans une ferme à Havelock, près d’Hemmingford en Montérégie, troquant la robe du magistrat contre les bottes d’agriculteur.

Il a aussi planté 1200 pins. Avec sa femme, il aimait se promener dans la forêt née de ces arbres.

Avec  CBC/Radio-Canada 

Québec: un bambin de deux ans disparu pendant 12 heures est retrouvé en Montérégie

juillet 8, 2018

 

 th
Bambin disparu, retrouvé en Montérégie
Un enfant de deux ans a été retrouvé dimanche matin, à Sainte-Agnès-de-Dundee, en Montérégie, près de la frontière américaine, après avoir échappé à la vigilance de sa mère, samedi soir.

Il a été retrouvé sain et sauf par un groupe de policiers partis à sa recherche, à 250 mètres de sa maison, dans un champ de maïs qui appartient à son voisin.

« J’étais très inquiète. C’est un soulagement. Je l’ai vu sur les genoux de sa mère dans l’ambulance et il riait », a dit la tante de l’enfant, en entrevue à RDI matin .

« Nous n’avons que de beaux mots pour tous les membres de notre petite communauté qui sont venus nous aider. Ça nous a touchés au coeur », a ajouté la grande soeur du petit.

Il avait disparu samedi soir, vers 20 h 30, selon sa mère.

Des policiers, des maîtres-chiens, des spécialistes en recherches ainsi qu’un hélicoptère de la Sûreté du Québec (SQ) ont été déployés pour le retrouver.

Des policiers de la GRC se sont également joints aux effectifs de la SQ, de même que des pompiers.

Sa mère a précisé que le petit en était à « son troisième égarement ».

Des citoyens de Sainte-Agnès-de-Dundee ont même pris l’initiative de participer aux recherches.

La Presse canadienne

Canada/Incendie à Saint-Pie: un homme blessé et de nombreuses évacuations

avril 1, 2018

Un violent incendie a ravagé deux triplex tôt dimanche matin à Saint-Pie, près... (Photo d'archives)

 

Un violent incendie a ravagé deux triplex tôt dimanche matin à Saint-Pie, près de Saint-Hyacinthe, en Montérégie.

 

Le feu, qui a éclaté vers 4h, a nécessité l’évacuation des deux immeubles et de plusieurs autres résidences avoisinantes.

Un homme a été blessé. Il a subi des brulures sérieuses, mais on ne craint pas pour sa vie.

La cause du sinistre est indéterminée. Les enquêteurs de la Sûreté du Québec tenteront de déterminer s’il s’agit d’un incendie accidentel ou criminel.

Selon des témoins, une détonation aurait été entendue avant le début de l’incendie.

En raison des vents forts, les flammes menaçaient de se propager aux autres résidences situées à proximité, mais les pompiers ont réussi à maitriser la situation.

Lapresse.ca avec Agence France-Presse