Posts Tagged ‘Moon Jae-In’

Corée du Nord: Kim Jong Un souhaite que le pape lui rende visite à Pyongyang

octobre 9, 2018

Séoul – Le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un espère la venue du pape François à Pyongyang en expliquant qu’il serait le cas échéant « accueilli avec enthousiasme », a annoncé mardi la présidence sud-coréenne en précisant qu’elle relaiera prochainement le message au Vatican.

Le président sud-coréen Moon Jae-in a une audience prévue avec le pape le jeudi 18 octobre à la mi-journée et participera aussi la veille à la basilique Saint-Pierre à une « messe pour la paix » sur la péninsule coréenne, a précisé mardi le Saint-Siège.

« Lors de sa réunion avec le pape François, il relaiera le message du président Kim Jong Un selon lequel il accueillera avec enthousiasme le pape s’il vient à Pyongyang », a déclaré aux journalistes le porte-parole de M. Moon, Kim Eui-kyeom.

M. Moon effectuera du 13 au 21 octobre une longue tournée européenne qui l’emmènera aussi en France, en Italie et en Allemagne.

Après plusieurs années de tensions en raison des programmes nucléaire et balistique du Nord, la péninsule est depuis le début de l’année le théâtre d’une exceptionnelle détente, marquée notamment par trois sommets entre MM. Moon et Kim.

Lors de la dernière rencontre intercoréenne, à Pyongyang en septembre, M. Moon était accompagné de l’archevêque sud-coréen Hyginus Kim Hee-joong.

Lors d’une conversation avec ce dernier, M. Kim l’a d’ailleurs exhorté à relayer auprès du Vatican son intention de construire la paix, selon la présidence sud-coréenne.

Outre ses rencontres avec M. Moon, M. Kim a aussi rencontré en juin à Singapour le président américain Donald Trump lors d’un sommet historique.

La liberté de religion est inscrite dans la Constitution nord-coréenne. Mais toute activité religieuse est étroitement encadrée et totalement interdite en dehors de structures officielles.

Au début du XXe siècle, avant la division de la péninsule, Pyongyang était un centre religieux de première importance comptant de nombreuses églises et une communauté chrétienne qui lui valurent le surnom de « Jérusalem de l’Asie ».

Mais le fondateur du régime nord-coréen et grand-père de l’actuel leader, Kim Il Sung, considérait la religion chrétienne comme une menace contre son règne autoritaire et l’éradiqua au moyen notamment d’exécutions et d’internements dans des camps de travaux forcés.

Depuis, le régime nord-coréen a autorisé des organisations catholiques à mener des projets d’aide sur son sol, mais il n’entretient aucune relation avec le Vatican.

Lors de sa visite en Corée du Sud en 2014, le pape François avait dit une messe spéciale à Séoul dédiée à la réunification coréenne.

Romandie.com avec(©AFP / 09 octobre 2018 09h48)                                                        

Le président sud-coréen Moon Jae-in a rencontré Kim Jong Un à Panmunjom

mai 26, 2018

Photo fournie par la présidence sud-coréenne le 26 mai 2018 du président sud-coréen Moon Jae-in (g) et du leader nord-coréen Kim Jong Un lors d’une rencontre dans la zone démilitarisée à Panmunjom / © The Blue House/AFP / handout

Le président sud-coréen Moon Jae-in a rencontré samedi le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un dans la zone démilitarisée qui sépare les deux Corées, a indiqué la présidence sud-coréenne au lendemain de l’annonce par le président américain Donald Trump que son sommet avec M. Kim pourrait finalement avoir lieu.

Les deux dirigeants se sont entretenus durant deux heures dans le village de Panmunjon, où ils s’étaient déjà rencontrés le 27 avril et avaient publié une déclaration commune dans laquelle ils s’engageaient à améliorer leurs relations.

« Ils ont eu un échange de vues et ont discuté des moyens de mettre en oeuvre la déclaration de Panmunjon et d’assurer le succès du sommet américano-nord-coréen », selon un communiqué de la présidence sud-coréenne, ajoutant que M. Moon ferait une déclaration personnelle dimanche matin.

M. Trump avait annulé jeudi son sommet prévu à Singapour le 12 juin avec M. Kim. Mais moins de 24 heures après il avait affiché son optimisme, évoquant vendredi le possible maintien du sommet après « des discussions très productives avec la Corée du Nord pour que le sommet ait lieu ».

La présidence sud-coréenne a publié des photographies montrant des poignées de main entre M. Moon et M. Kim ainsi que la soeur de ce dernier, Kim Yo Jong, qui a joué un rôle public important récemment dans les discussions avec le Sud, notamment à la tête d’une délégation venue aux jeux Olympiques d’hiver en février.

La rencontre entre MM. Moon et Kim s’est déroulée dans un bâtiment du côté nord-coréen de Panmunjom, le village où avait été signé l’armistice entre les deux Corées en 1953.

Romandie.com avec (©AFP / 26 mai 2018 14h45)                  

États-Unis: Trump évoque un possible report du sommet avec Kim Jong Un

mai 22, 2018

Le président américain Donald Trump rencontre son homologue sud-coréen Moon Jae-in dans le Bureau Ovale / © AFP / SAUL LOEB

Le président américain Donald Trump a affirmé mardi que son sommet avec le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un, prévu le 12 juin à Singapour, pourrait être reporté, tout en jugeant que ce dernier était « sérieux » dans sa volonté de dénucléariser son pays.

C’est la première fois que le locataire de la Maison Blanche évoque ouvertement un possible report de ce face-à-face historique dont il avait accepté le principe le 8 mars à la surprise générale après des mois de surenchère verbale avec l’homme fort de Pyongyang.

« Il est possible que ça ne marche pas pour le 12 juin », a dit M. Trump, assis dans le Bureau ovale au côté de son homologue sud-coréen Moon Jae-in. « Si la rencontre n’a pas lieu, elle aura peut-être lieu plus tard », a-t-il ajouté évoquant « certaines conditions », sans élaborer.

M. Moon, de son côté, a opté pour une tonalité nettement plus optimiste, se disant convaincu que le sommet à venir serait « couronné de succès » et que M. Trump serait l’acteur central d’un « tournant historique » sur la péninsule.

Interrogé sur la réelle volonté du dirigeant nord-coréen, de près de 40 ans son cadet, de renoncer à l’arme nucléaire, le président américain a jugé que ce dernier était « très sérieux » tout en reconnaissant ne pouvoir prédire l’issue des négociations en cours.

Washington exige une dénucléarisation « complète, vérifiable et irréversible » mais le Nord n’a pas véritablement dévoilé son jeu et envoyé des signaux parfois confus sur ce thème.

Fait notable, M. Trump a aussi laissé pointer son mécontentement vis-à-vis du président chinois Xi Jinping dont il a par le passé loué la fermeté sur le dossier nord-coréen.

– « Joueur de poker » –

Evoquant la deuxième visite de Kim Jong Un à Pékin en l’espace de quelques semaines, il a relevé une différence de ton de la part de ce dernier après ce voyage à Pékin, principal allié de la Corée du Nord. « Les choses ont changé après cette rencontre et je ne peux pas dire que cela me rende très heureux », a-t-il expliqué.

« Le président Xi est un joueur de poker de niveau mondial », a-t-il lancé, laissant entendre que le puissant dirigeant chinois jouait sur différents tableaux.

Lundi, déjà, il s’était ouvertement inquiété que Pékin lâche trop de lest, trop vite. « La Chine doit continuer à être forte et étanche sur la frontière avec la Corée du Nord jusqu’à ce qu’un accord soit conclu », avait-il tweeté, évoquant une frontière devenue « bien plus poreuse récemment ».

Ces déclarations tranchent avec la forme d’euphorie qui a flotté dans les semaines suivant l’annonce d’un accord sur cette rencontre entre le président des Etats-Unis et l’héritier de la dynastie des Kim, qui règne sur la Corée du Nord depuis plus d’un demi-siècle.

Prenant nombre d’observateurs –et semble-t-il M. Trump lui-même– par surprise, le régime est brutalement revenu la semaine dernière à sa rhétorique belliqueuse traditionnelle.

Pour Cho Yoon Je, ambassadeur de Corée du Sud aux Etats-Unis, dire que l’histoire des négociations avec la Corée du Nord se répète sans fin est une analyse tentante, mais erronée.

– « Cette fois, c’est différent » –

« Cette fois, c’est différent », avance-t-il dans une tribune publiée dans le Washington Post, insistant sur « l’espoir que Kim choisisse une autre voie que celle de son père et de son grand-père ».

Selon un sondage du Pew Center réalisé fin avril, plus de deux Américains sur trois sont favorables à des discussions directes entre les Etats-Unis et la Corée du Nord. Mais seuls 38% d’entre eux pensent que le régime de Pyongyang est sérieux dans sa volonté de répondre aux préoccupations de la communauté internationale sur son programme nucléaire.

Avant l’arrivée de M. Moon à la Maison Blanche, l’organisation Human Rights Watch a exhorté les deux dirigeants à ne pas passer sous silence la situation « effroyable » des droits de l’Homme en Corée du Nord.

« Au moment où M. Trump se prépare à rencontrer Kim Jong Un pour parler d’armes nucléaires, il est important de se souvenir que ces armes ont été construites par des gens vivant dans un Etat totalitaire qui limite toutes les libertés fondamentales, a créé un goulag avec travaux forcés et ne peut répondre aux besoins nutritionnels élémentaires de son peuple », a déclaré Brad Adams, directeur Asie de l’ONG.

Quelques heures avant la rencontre Trump-Moon, des journalistes étrangers sont partis depuis Pékin pour la Corée du Nord où ils doivent assister à la destruction de son site d’essais nucléaires, une promesse vue comme un geste de bonne volonté même si les spécialistes sont divisés sur le fait de savoir si le site sera vraiment rendu inutilisable.

Romandie.com avec (©AFP / 22 mai 2018 19h47)                

Prix Nobel? Trump se dit touché mais assure que la priorité est la paix

mai 1, 2018

Le président Donald Trump touché que son nom soit évoqué pour le prix Nobel de la Paix / © AFP / SAUL LOEB

Donald Trump s’est déclaré mardi touché par les propos du président sud-coréen Moon Jae-in sur la possibilité qu’il reçoive le prix Nobel de la paix, tout en soulignant que sa priorité était la paix sur la péninsule coréenne.

« Le président Moon a été très gentil quand il l’a suggéré », a déclaré le président américain interrogé sur ce thème dans le Bureau ovale.

« Je pense que c’était très généreux de sa part de faire cette déclaration mais le principal est d’y arriver (…) Je veux la paix », a-t-il ajouté, précisant par ailleurs que le lieu et la date de son sommet avec le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un seraient annoncés dans les prochains jours.

Le président sud-coréen a minimisé lundi ses chances de recevoir le prix Nobel de la Paix après son sommet historique avec le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un, estimant que le locataire de la Maison Blanche pouvait l’avoir à sa place.

« Le président Trump peut avoir le prix Nobel. Tout ce dont nous avons besoin, c’est la paix », a-t-il répondu à la veuve de l’un de ses prédécesseurs, Kim Dae-jung, qui venait de lui souhaiter de remporter le Nobel.

Kim Dae-jung avait lui-même reçu le Nobel de la paix en 2000 pour son rôle dans le premier sommet intercoréen avec Kim Jong Il, le père de l’actuel maître de la Corée du Nord.

Depuis quelques jours, l’idée que Donald Trump mériterait le prix Nobel de la Paix si sa rencontre avec le dirigeant nord-coréen débouchait sur la dénucléarisation de la péninsule coréenne est mise en avant par certains dans le camp républicain.

« Cela ne serait pas arrivé sans Trump », soulignait la semaine dernière le sénateur républicain Lindsey Graham. « Donald Trump a convaincu la Corée du Nord et la Chine qu’il voulait sérieusement contribuer au changement », a-t-il ajouté, jugeant qu’elle telle récompense serait méritée si l’issue des discussions était positive.

Romandie.com avec(©AFP / 01 mai 2018 21h33)                

États-Unis: Trump assure disposer « de nombreuses options » sur la Corée du Nord

juin 30, 2017

Le président américain Donald Trump (G) accueille le président sud-coréen Moon Jae-In à la Maison Blanche, à Washington, le 30 juin 2017 / © AFP / JIM WATSON

Le président américain Donald Trump a affirmé vendredi avoir « de nombreuses options » sur la Corée du Nord, évoquant la volonté des États-Unis de faire renoncer Pyongyang à ses programmes nucléaire et balistique.

« Nous discutons des nombreuses options dont nous disposons », a déclaré, sans autres précisions, M. Trump en accueillant le nouveau président sud-coréen Moon Jae-In à la Maison Blanche.

L’administration Trump a annoncé jeudi, pour la première fois, des sanctions contre une banque chinoise (Bank of Dandong), accusée d’avoir facilité des transactions au profit de compagnies impliquées dans le développement de missiles balistiques.

Le président américain a également insisté sur la nécessaire évolution des échanges commerciaux entre les deux pays alliés.

« Nous sommes en train de renégocier un accord commercial qui sera, je l’espère, équitable pour les deux parties », a-t-il souligné, soulignant que sa relation personnelle avec le président sud-coréen était « très très bonne ».

De son côté, ce dernier a souligné que le président américain avait été le premier à l’appeler pour le féliciter de sa victoire, et insisté sur la solidité des liens entre les deux pays.

Quelque 28.000 soldats américains sont déployés en Corée du Sud face à une Corée du Nord qui multiplie les essais de missiles –cinq depuis l’entrée en fonction de M. Moon– dans sa quête pour mettre au point un engin balistique intercontinental susceptible de porter le feu nucléaire sur le continent américain.

Le président sud-coréen est favorable à un dialogue avec la Corée du Nord si elle s’engage sur un gel de son programme nucléaire.

Romandie.com avec(©AFP / 30 juin 2017 17h12)                

Corée du Sud: le favori Moon remporte largement la présentielle

mai 9, 2017

Moon Jae-In parle aux journalistes après avoir voté à séoul le 9 mai 2017 / © AFP / JUNG Yeon-Je

Moon Jae-In, ancien avocat spécialisé dans la défense des droits de l’Homme, a confortablement remporté mardi l’élection présidentielle en Corée du Sud, selon un sondage sortie des urnes.

M. Moon, grand favori des sondages et candidat du Parti démocratique de centre-gauche, a recueilli 41,4 % des voix, selon ce sondage réalisé par trois chaînes de télévision. Le conservateur Hong Joon-Pyo était loin derrière avec 23,3 % du vote, suivi du centriste Ahn Cheol-Soo avec 21,8%.

Romandie.com avec(©AFP / 09 mai 2017 13h13)