Posts Tagged ‘Mossack Fonseca’

Panama papers : un informaticien soupçonné de vol de données arrêté à Genève

juin 15, 2016

Genève – Un informaticien du bureau genevois du cabinet d’avocats panaméen Mossack Fonseca, au cœur du scandale des Panama Papers, a été arrêté pour vol présumé de données informatiques, a-t-on appris mercredi de source proche du dossier.

Une procédure pénale est ouverte par le ministère public genevois à la suite d’une plainte de Mossack Fonseca, s’est contenté d’indiquer un porte-parole du pouvoir judiciaire genevois, Henri Della Casa, à l’AFP.

L’homme, soupçonné de soustraction de données et d’accès indu à un système informatique, a été arrêté il y a plusieurs jours et le parquet a mené une perquisition dans les locaux genevois du cabinet d’avocats, selon une source proche du dossier.

Le bureau genevois de Mossack Fonseca n’était pas en mesure de répondre dans l’immédiat aux questions de l’AFP.

Des vérifications sont en cours pour établir si l’informaticien a bien soustrait des données à son employeur et, si les faits sont avérés, quel type de données et à quelle période.

D’après le journal suisse Le Temps, qui a annoncé en premier l’arrestation de l’informaticien, rien ne permet de dire à ce stade qu’il s’agit de l’homme qui se fait appeler John Doe et qui affirme être à l’origine des révélations des Panama Papers.

Depuis début avril, les Panama Papers, dévoilés par un consortium de journalistes et basés sur quelque 11,5 millions de documents provenant du cabinet Mossack Fonseca, ont débouché sur l’ouverture de nombreuses enquêtes dans le monde et conduit le Premier ministre islandais et un ministre espagnol à la démission.

Ces documents ont plus généralement dévoilé l’utilisation à grande échelle de sociétés offshore permettant de placer des actifs dans des territoires opaques et à très faible fiscalité.

Le 5 avril, Mossack Fonseca a affirmé avoir été victime d’un piratage informatique opéré depuis des serveurs étrangers et avoir porté plainte à ce sujet.

Romandie.com avec(©AFP / 15 juin 2016 17h43)

Panama Papers: perquisitions dans les locaux de Mossack Fonseca

avril 12, 2016

Panama – La police panaméenne a perquisitionné mardi les locaux du cabinet d’avocats Mossack Fonseca, au cœur du scandale d’évasion fiscale dit des Panama papers, a-t-on appris de source officielle.

En ce moment sont menées une perquisition, une inspection visuelle et une fouille au siège de la société Mossack dans la capitale panaméenne, a indiqué dans un communiqué le ministère public du Panama, précisant que des opérations semblables étaient en cours dans des filiales du groupe.

Depuis plusieurs heures, l’immeuble principal du cabinet est cerné par la police, devant lequel des dizaines de journalistes font le pied de grue dans l’attente de déclarations, a constaté un journaliste de l’AFP.

Le système financier panaméen fait l’objet de sévères critiques depuis la publication des Panama Papers, une fuite de documents qui a révélé comment Mossack Fonseca créait des sociétés offshore pour des milliers de clients à travers le monde.

Les autorités fiscales du Pérou ont perquisitionné lundi la filiale du cabinet à Lima pour y saisir des documents, tandis qu’à San Salvador, la police a saisi du matériel informatique la semaine dernière.

Plus de 214.000 entités offshore sont impliquées dans les opérations financières dans plus de 200 pays et territoires selon les révélations du consortium d’investigation ICIJ, qui couvrent une période de près de 40 ans allant de 1977 à 2015. Sont notamment impliqués dans ce vaste système d’évasion fiscale hauts responsables politiques, sportifs ou milliardaires.

La police panaméenne spécialisée dans les délits de propriété intellectuelle et de sécurité informatique s’était par ailleurs rendue lundi dans les locaux de Mossack Fonseca, qui a porté plainte pour piratage et vols de documents.

Romandie.com avec(©AFP / 13 avril 2016 03h43)

L’identité du CICR utilisée pour cacher de l’argent sale au Panama

avril 9, 2016

Le cabinet d’avocats Mossack Fonseca, au cœur du scandale des Panama Papers, a utilisé l’identité du Comité international de la Croix-Rouge pour cacher de l’argent sale, affirment Le Matin Dimanche et la SonntagsZeitung. « C’est très grave », dit le président de l’ONG.

« Nous n’avons jamais eu de relation avec Mossack Fonseca et n’avons jamais reçu de l’argent de leur part », indique, « surpris », dimanche Peter Maurer, interrogé par les quotidiens dominicaux. « Nous ne voulons en aucune manière être impliqués dans des affaires aussi douteuses et ne voulons pas non plus que notre nom y soit associé ».

Outre le fait d’enfreindre les règles internes du CICR et celles de la convention de Genève, la structure panaméenne met en danger les collaborateurs de l’ONG suisse, remarque le responsable. « Si nous nous retrouvons, par exemple, associés à une société offshore appartenant à une faction en guerre, je n’ose imaginer à quoi nous pourrions être mêlés », s’insurge-t-il.

« Le CICR a besoin d’une protection particulière, car nous travaillons dans des zones de guerre et de conflits », souligne Peter Maurer, rappelant que son emblème est respecté, car il symbolise la neutralité, l’indépendance et l’intégrité.

The International Red Cross
Selon Le Matin Dimanche et la SonntagsZeitung, qui ont eu accès aux documents de Mossack Fonseca, le cabinet d’avocats panaméen met à disposition de ses clients deux fondations, utilisées anonymement par ses clients pour détenir les actions de leurs sociétés offshore.

Or, poursuivent les journaux, ce service, qui est utilisé par quelque 500 sociétés, à un bénéficiaire bien particulier: « The International Red Cross », avec l’adresse genevoise du CICR.

Selon la législation du Panama, les bénéficiaires d’une telle fondation peuvent être utilisés sans en être informés, expliquent les dominicaux, retranscrivant un message interne d’un employé de Mossack Fonseca.

Ce montage aurait été utilisé à plusieurs reprises pour cacher des avoirs recherchés par les autorités ou de l’argent soupçonné d’être le produit d’activités criminelles, affirment les journaux.

Le nom utilisé par la société panaméenne n’est pas tout à fait le même que celui de l’ONG suisse, « mais comme l’adresse est mentionnée, on peut en déduire qu’il s’agit du CICR », note M. Maurer. « Nous allons faire tout ce qui est en notre pouvoir pour mettre fin à cet abus ».

Romandie.com avec

« Panama papers »: les comptes secrets des riches et des puissants

avril 4, 2016

Des dirigeants politiques, des célébrités et des dizaines de milliardaires figurent parmi les personnalités mentionnées dans ce qui semble être la plus grande fuite de documents de l’histoire. Une enquête planétaire a été effectuée par une centaine de journaux.

Cette enquête porte sur une période de quelque 40 années révèle comment certaines des personnalités les plus puissantes du monde ont pu dissimuler leur argent dans des paradis fiscaux.

Voici la liste de quelques révélations faites dimanche sur la base des documents provenant du cabinet d’avocats panaméen Mossack Fonseca, classées par catégories de personnes concernées.

Les dirigeants politiques
-Des proches du président russe Vladimir Poutine, aidés par des banques et d’autres entreprises, seraient impliqués dans un détournement de quelque 2 milliards de dollars en utilisant des sociétés écran, obtenant ainsi de l’influence auprès des médias et de l’industrie automobile. Le Kremlin a accusé le Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ) d’avoir lancé une « campagne d’informations » mensongère.

– Le Premier ministre islandais Sigmundur David Gunnlaugsson et sa femme ont également utilisé une société offshore, Wintris Inc, pour occulter des millions de dollars d’investissements dans les trois principales banques du pays lors de la crise financière. Il a nié toute malversation mais fait face à un vote de confiance cette semaine.

-Deux responsables politiques, qui ont construit leur réputation en prônant une plus grande transparence – le président chinois Xi Jinping et le Premier ministre britannique David Cameron – ont des membres de leurs familles liés à des sociétés offshore.

– Le roi Salmane d’Arabie Saoudite, tout comme les enfants du président azerbaïdjanais Ilham Aliev et du Premier ministre pakistanais Nawaz Sharif, contrôlent également des sociétés offshore.

– Le président argentin Mauricio Macri a été membre du directoire d’une société offshore enregistrée au Bahamas, mais il n’a « jamais eu de participation au capital de cette société », a assuré son gouvernement.

– Des personnes mandatées par le président ukrainien Petro Porochenko ont eu recours aux services de Mossack Fonseca pour créer une société dans les Iles vierges britanniques.

Les milieux économiques
Par ailleurs, plus de 500 banques, filiales et succursales ont travaillé avec Mossack Fonseca depuis les années 1970 pour aider leurs clients à gérer des sociétés offshore. Plus de 1100 sociétés ont ainsi été mises en place par l’intermédiaire d’UBS et plus de 2300 par l’intermédiaire de HSBC et ses filiales.

Vingt-neuf milliardaires figurant sur la liste de Forbes des personnes les plus riches au monde sont mentionnés.

Romandie.com