Posts Tagged ‘Moukondo’

Congo-Brazzaville: Willy Mopila, le taximan qui a enceinté deux policières routières

décembre 13, 2022
 Brazzaville: Willy Mopila, le taximan qui a enceinté deux policières routières

La cohabitation peut faire naître la flamme de l’amour. La circulation routière à Brazzaville est une affaire du transport public et de la police routière qui se font parfois la guerre, mais aussi complices à certains moments. Pour échapper aux pressions monétaires de quelques agents véreux de la police routière, Willy Mopila, un jeune chauffeur de Taxi de Moukondo s’est fait des amis policiers dont deux de sexe féminin sont enceintes de lui. Un chauffeur qui a su rentabiliser cette complicité entre chauffeurs et policiers routiers.

L’une est sergent et l’autre est sous lieutenant dans la police congolaise, détachées à la circulation routière. Elles sont tombées sous les charmes de ce jeune chauffeur qui a transformé leur harcèlement en une relation sentimentale efficace et qui demeurera éternelle avec les enfants au milieu.

Deux policières chargées de réguler le trafic à Brazzaville sont enceinte d’un même homme, chauffeur de taxi, vivant au quartier Moukondo. Quand il s’est fait interpeller pour la première fois par les deux policières à différents endroits, le jeune chauffeur a fait preuve de politesse en engageant un débat tinté d’anecdotes qui a fait tellement rire les deux agents qu’ils se sont changés des numéros.

Il a commencé d’abord à fréquenter la policière sous-lieutenant qui opère souvent à Moungali avant de faire de même avec l’autre, sergent qui fonctionne à Talangai. Le chauffeur de Taxi pouvait désormais circuler sans craindre être dérangé par d’autres policiers, étant déjà couvert par ses deux maîtresses.

Aujourd’hui, les deux agents attendent chacune un enfant du chauffeur qui a demandé conseil à ses proches pour mieux gérer la situation. Pour eux, le fait que les deux policières ne se connaissent pas, il n’est pas question pour le chauffeur de paniquer. Comme tout bon Congolais amoureux de la polygamie, il saura gérer cette situation et décider avec laquelle faire sa vie un jour.

Avec Le Congolais.fr

Congo-Brazzaville/Moukondo : une famille refuse la dot d’un cadre des finances soupçonné être un détourneur des fonds publics

octobre 31, 2022
 Moukondo : une famille refuse la dot d’un cadre des finances soupçonné être un détourneur des fonds publics

Ce père de famille ne transige pas avec le manque des valeurs chez une personne et très jalouse de la dignité de sa famille. Il a opposé son refus catégorique à la dot de sa fille par un homme connu pour être un grand voleur de l’argent public. « Pour rien au monde ma fille n’épousera un voleur et je ne suis pas prêt à être un receleur des biens du peuple » a coupé court cet homme face aux pressions de certains membres de sa famille.

Il y a encore des Congolais de valeurs qui ne se vendent pas pour des miettes des voleurs. C’est le cas de Monsieur Ossebi, un retraité des impôts dont la fille devrait être dotée par un cadre des finances. Une humiliation que ce dernier n’oubliera jamais de sa vie.

Après une période de relation sentimentale, un cadre des finances a voulu officialiser les choses avec celle qu’il pensait faire sa troisième femme. Une fille de 27 ans sans enfant et fonctionnaire au ministère de la santé. Après avoir envoyé la lettre de demande aux parents de sa conjointe, il a été invité à se présenter accompagné de sa famille pour une communication importante de sa belle-famille.

C’est au quartier Moukondo du quatrième arrondissement de Brazzaville qu’il s’est ramené avec ses parents et quelques proches. Monsieur Ossebi qui a aussi invité pour la circonstance quelques membres de sa famille a remercié ses hôtes d’avoir répondu à son invitation avant de larguer ses missiles de croisière qui ont causé des dégâts inoubliables au prétendant de sa fille.

Il a dit avoir bel et bien reçu la lettre de demande de la main du fiancé de sa fille et après l’avoir examinée avec les siens, la décision de la rencontre a été prise pour clarifier les choses.

Monsieur Ossebi après cette brève introduction a remonté son parcours scolaire et professionnel rempli de loyauté, dignité et surtout d’éthique. Toujours dans son allocution, il a expliqué comment il a élevé et scolarisé ses enfants sans le moindre argent externe à son salaire. Tous ses biens immobiliers ont aussi été acquis grâce à la sueur de son front et est fière d’avoir servi le Congo dans les impôts sans être trompé dans les magouilles.

Pour lui, il était imaginaire que sa fille qui a été élevée sur des valeurs puisse se mettre en couple avec une personne qui n’en possède pas et qui est connue pour être un voleur des fonds publics. «  Cher fils, j’entends souvent que vous vantez vos biens ici et là…J’aimerais juste vous rappeler qu’avec votre salaire, il vous est impossible d’amasser tous ses biens ! ..Brazzaville est petite et on se connaît tous… Vos pratiques arrivent dans nos oreilles sans le moindre effort…En un mot, vous volez l’argent du Congo et c’est à cause de vous que certains compatriotes sont dans le malheur »

Une douche froide que le prétendant n’a su digérer devant sa famille et ses proches et a proférer des menaces contre Monsieur Ossebi avant d’être prié de quitter la concession. La famille Ossebi a fait savoir à leur fille qu’elle ne répondra pas de ce qui pourrait advenir si elle insistait sur sa relation avec ce voleur.

Avec Le Congolais.fr

Congo: En vacance à Brazzaville une parisienne décède des suites d’un empoisonnement présumé

août 20, 2022
 En vacance à Brazzaville une parisienne décède des suites d’un empoisonnement présumé

Elle avait choisi de passer ses vacances d’été au milieu des siens, en revenant au pays. Après avoir partagé un verre avec des amies qu’elle avait retrouvé, une congolaise résidant en France est décédé jeudi à Brazzaville. Les premières constatations penchent pour la piste d’un empoisonnement. La police s’est saisie de l’affaire.

Elle était arrivée de France il y a quelques jours, à la grande joie de ses parents, heureux de retrouver la leur, de laquelle ils sont séparés depuis de nombreuses années déjà.

Cette joie semblait également partagée par les amies qui se sont aussitôt enjouées à la vue de celle qu’elles ont toujours appelée « Maco », pour « ma copine » et dont nombreuses de ces amies, pensaient qu’elle avait « une chance à ramasser à la pelle ».

Il y a quelques années, le départ de « Maco » en France où elle était mariée, avait fait jaser dans le milieu de ses amies. « Elle a fait comment », disaient certains, même si sa coquetterie était présentée par d’autres comme un argument ayant pesé pour son départ.

Dès lors, du nombre de ses amies, beaucoup nourrissaient un réel sentiment inimitié vis-à-vis de « Maco », même si à son arrivée à Brazzaville, elles lui ont présenté des sourires de façade.

Alors, comme pour fêter ces retrouvailles, comme elle le faisait depuis son arrivée, « Maco » s’était attablée jeudi soir à Moukondo, avec celles qu’elle désignait comme ses « pures » amies, les fidèles parmi les fidèles. Celles qui de son entendement, partageaient sa réussite et la considéraient comme la leur.

Après cette soirée arrosée, « Maco » est rentrée chez elle et a commencé à ressentir des douleurs abdominales. Puis tout s’est enchaîné très vite. Elle s’est mise à expurger de la bave, et a expiré avant d’être conduite dans un centre de santé.

Les pompiers venus sur place ont émis des suspicions de « mort par empoisonnement ». La police s’est saisie de l’affaire et tente de retrouver les amies avec lesquelles la défunte était sortie.

Ces « pures » qui auraient pu accourir à l’annonce du décès de leur amies, sont désormais aux abonnés absents. Ce qui laisse présager une action concertée de ses présumés meurtriers. Inconsolables, les parents se demandent pourquoi elle, pourquoi ça.

Le phénomène d’empoisonnement de vacanciers venus au pays est désormais fréquent à Brazzaville ainsi qu’à Kinshasa en RDC. Sur les réseaux sociaux, beaucoup invitent les vacanciers à la prudence.

Avec Le Congolais.fr

Congo-Brazzaville/Talangai : à 16 ans, il vole 25 millions de son père colonel de la GR et fait la fête avec ses amis pendant une semaine

juillet 5, 2021

Une grande fête entre jeunes lascars dans un appartement loué dans une auberge à Moukondo par le fils d’un colonel de la Garde Républicaine, âgé à peine de 16 ans et qui a volé 25 millions cfa dans la chambre de ses parents.

Les travailleurs de cette auberge située à Moukondo ont été aux anges toute la durée de séjour de cette bande de jeunes mineurs. Ils affirment avoir reçu chacun quelques 200.000 cfa pour garder silence et ne pas inquiéter les fêtards. « Ils organisaient des partouzes avec des jeunes filles et d’ici on entendait des gémissements » confie un travailleur.

La loi interdit normalement à tout mineur la fréquentation de certains milieux. Mais au Congo, tout est autorisé et les mineurs ont accès dans des hôtels, bars et même boites de nuit.

Le fils d’un influent colonel de la Garde républicaine, âgé de 16 ans a volé à son père la somme de 25 millions cfa et s’est réfugié avec ses amis pendant une semaine dans un appartement dans une auberge à Moukondo dans le 4e arrondissement Moungali.

Les travailleurs de cette auberge ont assisté à ce qu’on appelle véritable fête à l’instar de celles organisées par des stars. Il y’ avait du champagne et boisson à gogo, de la bouffe. Un travailleur affirme avoir pour la première fois de sa vie manger des crustacés, ce qu’il appelle « nourriture des riches et blancs »

Ces jeunes mineurs ont fait défilé non seulement des filles mineures comme eux, mais aussi des prostituées Kinoises majeures avec lesquelles, ils organisaient des partouzes. Deux travailleurs de cette auberge affirment avoir été invités à y participer. «J’ai sauté une petite de 16 ans et elle était trop bonne ! » se félicite le travailleur majeur.

Paniqué par la disparition de son fils qu’il croyait hors du pays, le Colonel a fait passer le message par ses amis qu’il ne le tiendrait pas rigueur et comprenait que c’était une folie de jeunesse. Le jeune voleur en devenir a regagné tranquillement le domicile familial après sa folie. Il a été pardonné par ses parents, 25 millions cfa ne représentent rien à leurs yeux !

Avec Sacer-infos par Stany Frank

Congo: Jean-Dominique Okemba, échappe à un assassinat

janvier 16, 2018

 

 

Le numéro un du Conseil national de sécurité a échappé hier nuit sur la route de la frontière à une tentative d’assassinat contre sa personne. Des hommes armés se sont lancés à la poursuite de son véhicule et l’ont stoppé avant d’atteindre le rond-point Mouhoumi.

Brazzaville, la capitale du Congo devient risqué comme disent les Ivoiriens à cause du conflit des écuries déclenché par le même Jean Dominique Okemba et Jean François Ndenguet. Le limogeage du général Nianga Mbouala, suivi des perquisitions aux domiciles de certains officiers des forces armées et le bruit sur leur prochaine arrestation ne font qu’aggraver la situation.
Indexé par les accusés comme étant le principal instigateur de leur malheur, Jean Dominique Okemba semble devenir la cible d’un secteur de l’armée dont certains membres sans doute seraient rendu responsables d’avoir voulu attenter à sa vie.

Il est presque minuit quand Okemba quitte la présidence de la république pour rejoindre le domicile d’une de ses maîtresses au quartier Moukondo. Le cortège composé de deux véhicules 4×4 longe le boulevard Denis Sassou Nguesso avant de prendre l’avenue de la frontière qui mène à la base.

Sans doute bien informé de l’itinéraire du premier flic congolais, un taxi de marque Toyota dit « Benoît 16 » suit le cortège et le dépasse même.

Le carrefour de la base est le lieu idéal choisi par les assaillants pour l’embuscade. Quand le cortège de Jean Dominique Okemba s’approche du rond-point, son chauffeur remarque la présence du taxi les ayant dépassé plus tôt et avertit son chef qui lui demande de ralentir et laisser passer le deuxième véhicule.
Ce sont des rafales de kalachnikov qui ont cueilli le véhicule de la garde de JDO qui aussitôt a riposté, attirant l’attention de quelques habitants et militaires du GPC. Les assaillants se sont échappés empruntant la voie passant justement devant le camp GPC, devant la passivité des militaires postés devant l’entrée.

Selon l’un des proches de JDO ayant vécu cette tentative d’assassinat, il est clair que les éléments du GPC n’ont pas voulu arrêter les assaillants qui ont pris la fuite sous leurs yeux. La guerre des écuries vient juste de se déclencher à Brazzaville.

Sacer-infos.com

Congo/Brazzaville : Chassés des obsèques de leur père pour un selfie avec le cercueil

août 11, 2016

 

Brazzaville : Chassés des obsèques de leur père pour un selfie avec le cercueil

Le chanteur Koffi Olomide ( Apôtre Jacky Chan) a t-il envoûté l’Afrique avec son selfie ? Des enfants d’un homme décédé ont été chassés et interdits d’assister à ses obsèques pour avoir fait des selfies avec son cadavre et le cercueil.

C’est dans le quartier brazzavillois de Moukondo que la triste histoire a eu lieu. La famille du décédé un homme providentiel pour elle n’a pas du tout apprécié que ses enfants prennent des selfies avec son cercueil au lieu de le pleurer.

Pour la famille, les enfants confirmaient par ce geste ce que les langues du quartier lâchaient : que la mort du père était vivement souhaitée par son épouse pour hériter ses biens.

Comment dans ses moments de tristesse, que les enfants se plaisent à faire des selfies avec son cadavre ?

Les tantes paternelles des enfants sont vite montées au créneau et intimées l’ordre qu’ils s’en aillent de la veillée mortuaire. Une occasion en or leur a été servit pour s’accaparer par la suite des biens de leur frère au détriment des enfants.

Depuis l’annonce de la mort jugée suspecte de leur frère, des vives tensions alimentaient la veillée qui avait lieu au quartier Sonaco de Moukondo.

Imatin.net