Posts Tagged ‘Moura’

Mali : Amadou Koufa accuse l’armée et Wagner d’avoir tué des « centaines d’innocents » à Moura

juin 24, 2022

Dans une vidéo de propagande, le chef de la katiba Macina, affiliée à Al-Qaïda, donne sa version des faits sur l’opération militaire qui a endeuillé ce village du centre, fin mars.

Amadou Koufa. © DR

La vidéo, qui dure à peine plus de deux minutes, a été diffusée le 23 juin au soir sur les réseaux sociaux par Al-Zallaqa, l’organe de propagande du Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (GSIM). Amadou Koufa y apparaît face caméra, en chèche noir et boubou blanc, et s’exprime posément en arabe classique.

L’émir de la katiba Macina, affiliée au GSIM d’Iyad Ag Ghaly, y donne sa version des faits sur l’opération menée du 27 mars au 1er avril par l’armée malienne et les mercenaires de Wagner à Moura, dans le centre du Mali.

Cinq jours de massacre

Durant ces cinq jours, les Forces armées maliennes (Fama) et leurs supplétifs de la société militaire privée russe ont investi ce village de la zone dite inondée et sous contrôle de la katiba Macina depuis plusieurs années. Une opération « d’opportunité aéroterrestre de grande envergure » selon les autorités maliennes, qui aurait permis la neutralisation de 203 « combattants de groupes armés terroristes ». Un « massacre », selon de nombreuses sources locales et indépendantes, au cours duquel 300 à 400 civils auraient été tués par les Fama et leurs alliés.À LIREMali – massacre de Moura : « Toute la nuit, ils ont pris des gens et les ont tués »

Face à la caméra, Koufa accuse nommément « l’armée malienne et Wagner », lesquels auraient bénéficié de la complicité de « mécréants rivaux des habitants de Moura ». Il affirme aussi, comme l’ont indiqué à l’époque plusieurs sources concordantes, que certains de ces combattants étaient bien présents à la foire de Moura quand l’opération a été déclenchée.

CES GENS N’ÉTAIENT PAS TOUS DES MOUDJAHIDINES. IL N’Y EN AVAIT QU’UNE TRENTAINE PARMI EUX

« Quand ils ont attaqué au marché, les moudjahidines qui étaient sur place ont défendu leur frères musulmans, poursuit-il. Ils ont tué des centaines d’innocents isolés et fait prisonniers des dizaines de malheureux. Ces gens n’étaient pas, comme ils le prétendent dans leurs médias mensongers, tous des moudjahidines. Il n’y en avait qu’une trentaine parmi eux. »

D’après Koufa, ses hommes ont ensuite « riposté aux opérations de recherche et de ratissage de l’armée malienne et de Wagner ». Il affirme également qu’ils leur auraient infligé de « lourdes pertes » et qu’ils auraient « récupéré des armements ».

Mali : la Russie bloque une demande du Conseil de sécurité pour des « enquêtes indépendantes » à Moura

avril 9, 2022

La Russie a bloqué vendredi une demande du Conseil de sécurité de l’ONU d’avoir des « enquêtes indépendantes » sur un massacre présumé de plusieurs centaines de civils fin mars à Moura, au Mali, par l’armée malienne et des paramilitaires russes.

Au Conseil de sécurité de l’ONU. © Mary Altaffer/AP/SIPA

Cette demande figurait dans une déclaration rédigée par la France et qui a été soumise à l’approbation vendredi du Conseil de sécurité. La Russie, soutenue par la Chine, s’y est opposée, selon plusieurs diplomates. Moscou et Pékin « ne voyaient pas la nécessité » de ce texte, jugé « prématuré » alors qu’une enquête a été ouverte par les autorités maliennes, a indiqué un de ces diplomates sous couvert de l’anonymat.

Dans un communiqué vendredi à Moscou, le ministère russe des Affaires étrangères avait félicité le Mali pour une « victoire importante » contre le « terrorisme » et qualifié de « désinformation » les allégations sur le massacre de civils par les forces maliennes, tout comme celles sur l’implication de mercenaires russes de la société privée Wagner dans l’opération. La déclaration proposée au Conseil de sécurité soulignait la « profonde préoccupation » de ses membres « face aux allégations de violations et atteintes aux droits humains au Mali, en particulier celles qui auraient été perpétrées contre des civils à Moura, dans la région de Mopti, du 27 au 31 mars 2022 ».

« Établir les faits »

Le projet de texte obtenu par l’AFP appelait « toutes les parties au Mali à mettre immédiatement fin à ces violations et abus et à se conformer à leurs obligations en vertu du droit international applicable ». Il réclamait également « des enquêtes approfondies et indépendantes pour établir les faits, trouver les responsables de ces violations et exactions et les traduire en justice ».

Vendredi, le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a mis en doute la version des autorités maliennes sur les événements de Moura et réclamé une « enquête des Nations unies ». Dans un rapport, l’ONG Human Rights Watch a fait état de l’exécution sommaire de 300 civils par des soldats maliens associés à des combattants étrangers entre le 27 et le 31 mars à Moura. Les autorités maliennes affirment pour leur part avoir « neutralisé » 203 jihadistes dans cette localité du centre du Mali où l’ONU réclame en vain depuis plus d’une semaine un accès pour enquêter sur le terrain, en vertu de son mandat défini par le Conseil de sécurité.

Avec Jeune Afrique