Posts Tagged ‘Moussa Faki Mahamat’

UA : Moussa Faki Mahamat reconduit à la tête de la Commission, Félix Tshisekedi prend la présidence

février 7, 2021
Félix-Antoine Tshisekedi a reçu en audience Moussa Faki Mahamat, président de la Commission de l’Union africaine, le 3 décembre 2020.

Au premier jour de son sommet en visioconférences, l’Union africaine a reconduit à sa tête le Tchadien Moussa Faki Mahamat, en plein débat sur la lutte contre le Covid-19 et l’approvisionnement vaccinal du continent.

« Profondément honoré par ce vote de confiance historique et écrasant », a commenté sur twitter Moussa Faki Mahamat, réélu en fin d’après-midi par 51 États membres sur 55. Il se voit reconduit pour un mandat de quatre ans à la tête de la Commission de l’Union africaine, organe exécutif et institution clé de l’organisation panafricaine.

Au passage, il a félicité Monique Nsanzabaganwa, vice-gouverneur de la Banque nationale du Rwanda, élue son adjointe à la tête de la Commission.

Ancien Premier ministre du Tchad, Moussa Faki Mahamat était seul candidat à sa succession, et faisait face à des accusations -qu’il rejette- « d’une culture de harcèlement sexuel, de corruption et d’intimidation au sein de la commission », selon une récente note de l’International Crisis Group (ICG).

Certains États s’étaient également inquiétés du respect du secret de ce vote organisé à distance et par internet.

« Nationalisme vaccinal »

Organisé exceptionnellement en ligne pour éviter toute contamination, ce sommet se déroule exactement un an après la détection d’un premier cas de Covid-19 en Égypte. À l’époque, l’arrivée de l’épidémie sur le continent avait fait craindre une explosion des fragiles systèmes de santé africains, un scénario apocalyptique qui ne s’est pas réalisé.

L’Afrique reste pour l’instant relativement épargnée, avec 3,5% des cas et 4% des morts officiellement recensés dans le monde, selon le Centre de contrôle et de prévention des maladies de l’UA (Africa CDC).

Mais de nombreux pays sont actuellement confrontés à une seconde vague préoccupante et ont du mal à accéder aux vaccins, alors qu’à raison de deux doses par personne, l’Afrique aura besoin d’1,5 milliard de doses pour vacciner 60% de ses environ 1,3 milliard d’habitants.

« Cette maladie a provoqué beaucoup de souffrance et de difficultés sur notre continent », a déclaré le chef de l’État sud-africain Cyril Ramaphosa, président sortant de l’UA, dans son discours d’ouverture, soulignant que l’urgence sanitaire se doublait d’une « grave crise économique et sociale ».

Les dirigeants africains se montrent de plus en plus agacés face à la course effrénée aux vaccins, dans laquelle ils partent avec un lourd handicap.

Dans une récente interview, Moussa Faki Mahamat a dénoncé le « nationalisme vaccinal » et les « pays riches qui s’arrogent la priorité, certains pré-commandant même plus que ce dont ils ont besoin ».

« Sortir des salles de réunion »

Les débats à huis clos ont démarré par une intervention de Cyril Ramaphosa sur les actuels efforts africains face à la pandémie. Dans son discours il a également appelé le Fonds monétaire international (FMI) à débloquer de nouvelles ressources « pour corriger l’inégalité flagrante des mesures de relance fiscales entre les économies avancées et le reste du monde ».

Son successeur à la présidence tournante annuelle de l’organisation, son homologue de la République démocratique du Congo Félix Tshisekedi, s’est engagé à rendre l’UA plus pertinente en la « faisant sortir des salles de réunion ».

Félix Tshisekedi a exposé un programme ambitieux portant à la fois sur la lutte contre la changement climatique, les violences sexuelles, la promotion de la zone de libre-échange continentale africaine (Zlecaf), ou encore le méga-projet de barrage hydro-électrique Inga dans son pays.

Autre enjeu -interne celui-là- à l’UA, le Nigérian Bankole Adeoye a été élu la tête d’un super département regroupant les Affaires politiques, et le département Paix et sécurité. Il devrait jouer un rôle crucial, aux côtés de Moussa Faki Mahamat, pour tenter de régler de nombreuses crises africaines que l’UA est accusée de négliger.

Le Conseil de Paix et de Sécurité n’a, par exemple, quasiment pas abordé le conflit entre le gouvernement camerounais et les séparatistes anglophones, ou l’essor inquiétant des islamistes radicaux dans le nord du Mozambique.

La crise au Tigré qui secoue depuis trois mois l’Éthiopie, qui abrite le siège de l’UA, fait elle partie des dossiers les plus sensibles.

Dès le déclenchement des combats début novembre, Moussa Faki Mahamat avait appelé à la cessation des hostilités entre le gouvernement d’Addis-Abeba et les autorités dissidentes du Tigré, une région du nord de l’Éthiopie. Mais le Premier ministre éthiopien et prix Nobel de la Paix 2019 Abiy Ahmed a refusé toute médiation de l’UA dans une opération « de maintien de l’ordre » relevant de la souveraineté nationale.

Ce sommet coïncide également avec l’annonce d’une nouvelle politique diplomatique des États-Unis par Joe Biden, qui souhaite renouer des liens avec les institutions multilatérales, notamment l’Union africaine.

Par Jeune Afrique avec AFP

RDC: projet de visite conjointe des patrons de l’ONU et l’UA

février 28, 2018

Le président congolais Joseph Kabila a donné son accord pour une visite conjointe dans son pays du patron de l’ONU, Antonio Guterres, et du président de la Commission de l’Union africaine, Moussa Faki Mahamat, a-t-on appris mardi auprès des Nations unies.

 

« Une lettre a été envoyée » pour proposer cette visite dans la perspective des élections présidentielle et législatives prévue en fin d’année en République démocratique du Congo « et une réponse a été reçue indiquant qu’ils seraient accueillis à Kinshasa dès qu’ils le souhaitent », a indiqué à l’AFP le porte-parole de l’ONU, Stephane Dujarric.

Aucune date précise n’a encoré été arrêtée pour cette visite. A l’automne 2017, l’ambassadrice américaine à l’ONU, Nikki Haley, s’était rendue en RDCongo pour faire pression sur le président Kabila afin que des élections soient fixées au plus vite dans son pays. La date retenue pour les scrutins est le 23 décembre mais l’incertitude demeure sur ce que décidera le président Kabila. L’opposition lui réclame d’annoncer formellement qu’il ne sera pas candidat à un nouveau mandat.

Le climat politique reste très tendu en République démocratique du Congo où la tenue d’une élection présidentielle a déjà été reportée à plusieurs reprises.

Les Nations unies enquêtent sur le meurtre de deux de leurs experts en mars 2017 dans la région du Kasai alors qu’ils réunissaient des éléments relatifs à des charniers. Peu de progrès ont été faits pour identifier les responsables des meurtres de l’Américain Michael Sharp et de la Suédoise Zaida Catalan, malgré des informations transmises par Washington à Kinshasa.

Une enquête de l’ONU est aussi en cours sur une attaque meurtrière en décembre contre des Casques bleus dans le Nord Kivu. Quinze d’entre eux ont été tués et plusieurs dizaines blessés.

La République démocratique du Congo accueille la plus grosse mission de paix de l’ONU, avec quelque 17.500 militaires et policiers.

Sacer-infos.com avec AFP

Le Tchadien Moussa Faki Mahamat élu président de la Commission de l’UA (sources diplomatiques)

janvier 30, 2017

Addis Abeba – Le ministre tchadien des Affaires étrangères Moussa Faki Mahamat a été élu lundi président de la Commission de l’Union africaine à l’issue de plusieurs tours de scrutin, a-t-on appris auprès de membres des délégations participant au 28e sommet de l’organisation, à Addis Abeba.

Opposé à quatre autres candidats, Moussa Faki Mahamat l’a finalement emporté au dernier tour du scrutin face à la candidate du Kenya Amina Mohamed, a précisé à l’AFP l’ancien président burundais Pierre Buyoya, présent en qualité de Haut représentant de l’UA pour le Mali et le Sahel.

Egalement ancien Premier ministre de son pays, M. Moussa Faki est élu pour un mandat de quatre ans et succède à la Sud-africaine Nkosazana Dlamini-Zuma, saluée pour avoir mis la question des droits des femmes sur la table, mais critiquée pour son bilan en terme de paix et sécurité.

Selon un communiqué de la présidence kényane, il aura fallu 7 tours de scrutin pour départager les cinq candidats en lice.

Le nouveau président de la Commission de l’UA, 56 ans, est un fidèle du président tchadien Idriss Déby Itno, qui garde dès lors un pion important au sein de l’UA après avoir quitté lundi la présidence tournante de l’UA, remplacé par son homologue guinéen Alpha Condé.

Moussa Faki Mahamat est depuis 2008 chef de la diplomatie de son pays, lequel joue un rôle important dans la lutte contre le groupe islamiste nigérian Boko Haram et d’autres groupes armés dans le Sahel. La capitale tchadienne N’Djamena accueille l’état-major de la force française Barkhane.

Romandie.com avec(©AFP / 30 janvier 2017 16h08)

Commission de l’Union africaine:Idriss Déby Itno lance son (propre) candidat tchadien pour la présidence

octobre 13, 2016

Président en exercice de l’Union africaine, le président du Tchad, Idriss Déby Itno (avec son grand-frère Teodoro Obiang Nguema sur notre photo), compte mettre le Sommet extraordinaire de l’Union africaine (UA) sur la sûreté et la sécurité maritimes, prévu, le 15 octobre, à Lomé, au Togo, pour promouvoir son candidat à la présidence de la Commission de l’UA. C’est une candidature surprise car personne ne s’y attendait.

Il a désigné comme candidat à ce poste convoité, son ancien premier ministre, Moussa Faki Mahamat, pour espérer damer le pion à l’autre candidat de l’Afrique centrale, le ministre équato-guinéen des Affaires étrangères, Agapito Mba Mokuy. C’est, donc, à la hâte qu’il a envoyé son actuel premier ministre, Albert Pahimi Padacke, en tournée sous-régionale, en informer les grands présidents de la sous-région. A tout seigneur tout honneur, ce dernier a commencé par le doyen des chefs d’Etat d’Afrique, président en exercice de la CEMAC et président comptant son propre candidat à cette compétition, Teodoro Obiang Nguema Mbasogo. Après ce détour par Malabo, le premier ministre tchadien s’est rendu, à Yaoundé, où il a pu rencontrer le premier ministre, Philémon Yang, avant-hier, à la demande du président du Cameroun, Paul Biya, qui séjourne, actuellement, à l’étranger.

« Le Tchad a présenté la candidature du M. Moussa Faki Mahamat, ministre des Affaires étrangères du Tchad depuis des décennies, ancien Premier ministre et plusieurs fois ministre. Le président Idriss Deby Itno a estimé que cette candidature ne pouvait pas être celle du Tchad uniquement. Elle doit être également celle du Cameroun, celle de l’Afrique centrale, celle de la Ceeac. Et pour cela il était utile qu’il s’en ouvre prioritairement à son frère le président Paul Biya », a révélé le Premier ministre tchadien, à l’issue de l’entretien à l’Immeuble Etoile (Primature du Cameroun).

L’élection du président de la Commission de l’UA, reportée en juillet dernier, est prévue lors du 28e Sommet des chefs d’Etat et de gouvernement de l’UA, prévu, à Addis-Abeba, en Ethiopie, les 30 et 31 janvier 2017. Le processus de sélection des nouvelles candidatures au poste de président, de vice-président et des huit commissaires a été rouvert en août 2016.

Afriqueeducation.com