Posts Tagged ‘Mouyondzi’

Congo-Mouyondzi : Claudine Munari frustre les rêves de Lydia Mikolo

décembre 17, 2020


Profitant de l’absence de Claudine Munari sur la scène politique suite aux restrictions imposées par le pouvoir de Brazzaville, l’actuelle ministre de la santé, Lydia Mikolo tentait de se faire vendre à Mouyondzi à travers des actions philanthropiques de tout genre. L’on se rappelle encore du détournement des dons du Covid-19 en faveur de l’hôpital de Mouyondzi via son association. Mais, la récente visite de celle qu’on appelle Ngur’Bala, semble anéantir toute forme d’escroquerie politique sur son terrain.

BIENVENUE A MOUYONDZI

Le grand Mouyondzi compte 4 PCA (Poste de Contrôle Administratif) : le district de Yamba, le district de Tsiaki, le district de Mabombo et celui de Kingoué. Avec l’évolution des règles et des lois, ces districts sont devenus des districts autonomes au même titre que Mouyondzi-centre.

Le district de Mouyondzi compte 61 villages et 17 quartiers de la communauté urbaine. Avec une population d’environ quarante mille habitants d’après le dernier recensement qui remonte à plus de vingt ans, le district de Mouyondzi s’étale sur une superficie de 950 Km2.

Les activités principales du district sont l’agriculture, l’élevage et le maraichage. Le barrage de Moukoukoulou situé à 25 Km fait partie de la circonscription de Mouyondzi. Le Barrage hydroélectrique de Moukoukoulou offre peu d’emploi aux habitants de la bourgade du fait de son recrutement très spécifique. Il possède un camp (base vie) dans lequel il loge tous ses employés quel que soit leurs provenances. Du fait de cette proximité, Mouyondzi bénéficie de l’électricité quasi gratuitement (chaque village verse un forfait symbolique de 5000 Fcfa quel que soit le nombre de case ou de maison connecté au réseau électrique, il n’est pas rare de voir éclairé toute la journée même quand le soleil tape très fort..

Il n’y a quasiment jamais de délestage d’électricité à Mouyondzi contrairement au reste du pays et il n’est pas rare voir des petites cases en terre cuite entièrement connectées au reste du monde avec antenne parabolique pour capter canal et ses centaines de chaines.

La Radio locale entièrement financée par la Reine des pays de Mouyondzi Madame Claudine Munari se nomme CMRTV (Claudine Munari Radio-Télévision), elle émet jusqu’à Mindouli dans le Pool et elle relaye quotidiennement quelques programmes de Radio-Congo et de Rfi la Radio Mondiale.

Mouyondzi compte un Député pour 40 000 mille habitants et 18 000 votants alors que la règle du pays est de 15 000 habitants pour un Député.

Mouyondzi dépend de Madingou le chef-lieu de la région de la Bouenza. Mouyondzi abrite un hôpital de référence, un lycée, un stade, une trentaine d’école primaire, cinq collèges d’enseignement générale et 2 collèges d’enseignements techniques dont quatre établissements scolaires entièrement construites et financées par Claudine Munari la Reine qui ne ménage pas ses efforts pour prendre en charge ou abonder les maigres salaires des enseignants vacataires en lieu et place des parents d’élèves. Mouyondzi à un administrateur Maire nommé depuis Brazzaville la capitale politique du pays.

Mouyondzi abrite une grande activité de transport composée essentiellement de gros véhicule de transport de marchandises destinées aux grandes villes de Brazzaville et de Pointe Noire et aussi en direction de l’exportation, les grandes industries de la région de la Bouenza sont la Saris qui exporte le sucre, la cimenterie de Loutété et de Dangoté qui exporte le ciment ainsi que quelques industries d’extraction de mines.

La position centrale de la région de la Bouenza en fait de facto un lieu de brassage de toutes les populations du Congo. La création du centre de formation des enseignants en lieu et place du Lycée normal de Mouyondzi avec son internat moderne fait du district la plaque tournante du développement du pays car comme chacun le sait, il n’y a de développement sans l’éducation.

Juste à quelques mètres de la résidence de la Reine, il y a MTR, une moyenne entreprise ambitieuse créer et dirigée par un entrepreneur congolais très dynamique nommé Vérone Mankou (VMK pour les intimes). MTR fabrique et conditionne du foufou, le produit alimentaire de base des congolais et au-delà, l’aliment de base de toute l’Afrique centrale.
MTR a commencé à produire au cours du troisième trimestre de l’année 2020 et ses produits sont déjà très demandés dans les supermarchés de Pointe-Noire et de Brazzaville.
Malgré des équipes très dynamique qui se relayent matin midi et soir autour de la seule machine de la société, MTR est déjà victime de son succès.

Le chef de l’usine nous a assuré qu’un agrandissement est inéluctable pour satisfaire les clients, d’ailleurs le grand patron de MTR aurait déjà repérer des machines plus performantes pour augmenter les capacités de production de l’usine.
Le foufou de Mouyondzi sera donc prêt à affronter le monde de l’exportation car la demande est aussi très forte auprès des congolais de la diaspora.

La Reine de Madingou Claudine Munari qui ambition de construire d’autres écoles, d’autres lycées et d’autres centre de formation envisage aussi de reprendre ses activités agropastorales à Mouyoundzi et au-delà dans toute la région de la Bouenza.

Claudine Munari la Reine est née à Mouyondzi fortuitement lors des vacances de ses parents Bembé qui travaillaient à Loudima.

Son parcours politique très dense a été forgé par celui qu’elle appelle affectueusement « son Mentor » le Président Pascal Lissouba. Claudine Munari la Reine avait été successivement Maire et Député de Mouyondzi, ses ouvres sont innombrables et immortelle dans la ville et au delà dans toute la région. Elle ne souffre d’aucune sorte de concurrence dans la ville et dans la région.

D’ailleurs tous les natif de la Bouenza qui sont éparpillés à travers le pays et même le monde peuvent en témoigner.
Crée en 2007 son parti politique le MUST y compte plusieurs membres, quasiment toute la région est soumise à sa Reine.

Avec Stany Franck (Sacer-infos) par Patrick Éric Mampouya

Congo-Brazzaville/CHU: des syndicalistes ont envoyé la photo et cheveux du nouveau Dg chez un féticheur à Mouyondzi

octobre 17, 2020
peine installé dans ses fonctions, après sa nomination en conseil des ministres le 23 septembre dernier, Denis Bernard Raiche, canadien d’origine n’a pas raté l’occasion le 28 du même mois de fixer les objectifs de son mandat basées essentiellement sur la performance. L’une de ses premières décisions a été le limogeage du leader de l’intersyndicale mafieux Bienvenu Victor Kouama qui a mis les bâtons dans les roues des deux derniers directeurs de cet hôpital. S’en est suivie une vive polémique sanctionnée par un pacte après des menaces de grève illimitée. Des sources du CHU, on apprend que les ennemis du nouveau DG se seraient rendu à Mouyondzi, dans la Bouenza, remettre son sort entre les mains d’un vieux féticheur, à la base de la mort de Zulu Bad.

Les sorciers n’aiment pas être bousculé et surtout voir un étranger venir éclairer leurs ténèbres, les empêchant ainsi de bien fonctionner. C’est le cas des mafieux du CHU de Brazzaville qui ont fait de cet établissement hospitalier leur fond de commerce, au point de défier même les hautes autorités de la république.

Les Congolais, jusque là, ne comprennent toujours pas comment tout un Sassou qui n’hésite pas à traquer ses opposants reste impuissant face aux bêtises de la mafia du CHU et qui coûte la vie aux Congolais dont ses propres parents.

Cet unique grand centre hospitalier du pays a même été fermé pendant un long moment à cause de la crise permanente qui y existe et entretenue à escient par l’intersyndicale, dont le leader n’est entre autre que Victor Bienvenu Kouama, un simple personnel médical devenu subitement multimillionnaire.

Après le départ du dernier directeur général canadien aussi, Sylvain Villard, le nouveau, Denis Bernard Raiche, sans doute coaché par son compatriote a vite voulu prendre le taureau pas les cornes en licenciant le meneur des troubles.

Le président de l’Intersyndicale du Centre hospitalier universitaire (CHU) de Brazzaville, qui a longtemps dénoncé une mauvaise gestion par la direction canadienne de cet établissement, a été limogé en tant qu’agent. Une décision mal digérée par ses collègues qui ont demandé son rétablissement et menacé d’entrer en grève.

Selon la note de licenciement signée par le nouveau directeur général du CHU, Denis Bernard Raiche, il est reproché notamment à Victor Bienvenu Kouama d’avoir tenu des propos injurieux et proféré des menaces à l’endroit des autorités. Mais ce licenciement ne passait aux yeux du Dr Albert Ngatsé Oko, membre de l’Intersyndicale.

Malgré un compromis de dernière minute trouvé entre la direction et l’intersyndicale qui a sauvé le face des uns comme des autres, le mal persiste ainsi que la méfiance. Les dernières nominations à la tête des structures par le canadien n’augurent pas un avenir radieux pour les mafieux qui ont décidé d’agir en Congolais en faisant recours à la sorcellerie africaine.

Des traîtres parmi les mafieux, comme il en existe partout au Congo, ont fait savoir qu’un délégation aurait séjourné au village Nkila Tari à Mouyondzi, à la rencontre d’un grand féticheur du coin pour neutraliser le nouveau directeur canadien.

Parmi les objets ramenés par ces mafieux chez le féticheur, figureraient la photo du canadien, ses cheveux, du sable où il aurait marché. Le vœu le plus cher des mafieux est de voir le canadien leur laisser le champ libre comme il en a toujours été.

Avec Sacer-infos par Pasal Nguie

Congo/Mouyondzi: il égorge le chat du voisin et le mange à la banane

juin 19, 2018

 

Le trophée du chat en mode consommation
Moutouchsson, originaire du village Mayalama à un jet de pierre de la ville de Mouyondzi dans le département de la Bouenza (sud), reconnu comme grand consommateur de chat au quartier Mbota à Pointe-Noire, a encore frappé très fort.

Lors de son dernier séjour dans son village natal (Mayalama), le jeune carnivore n’a pas hésité d’attraper intelligemment le chat de son voisin qu’il a égorgé froidement avant de le mettre au feu.

Dans le département de la Bouenza, manger du chat fait partie de la tradition. Bien que sa consommation ait chuté, chaque année plusieurs chats (ki wayi) en langue bembé, sont mangés dans la Bouenza.

Il est vrai qu’au Congo-Brazzaville, la loi reste muette sur cette pratique alimentaire, il va s’en dire que celle-ci met tout de même à mal les us sociaux, car le chat est considéré par tous comme un animal de compagnie.

Il est peut-être temps que les autorités se penchent sur la question, même si certains jeunes justifient leurs pratiques par la situation de crise qui sévit dans le pays.

Jack MAÏSSA / Les Echos du Congo Brazzaville

Congo: Verone Mankou se lance dans l’élevage des chats à Mouyondzi

décembre 4, 2017

 

Pour répondre à l’appel du chef de l’État demandant aux Congolais le retour à la terre pour sortir de la dépendance pétrolière et ainsi diversifier l’économie du pays, Verone Mankou a décidé de se lancer dans l’élevage des chats dans le district de Mouyondzi.

Dans le village de Nzaou à l’entrée de Mouyondzi Poste, Verone Mankou a implanté depuis quelques mois son nouveau business d’élevage des chats. Disposant déjà de plus de 500 têtes, l’homme d’affaires Congolais espère prévoit les quintupler dans un an.

Toujours innovateur, l’entrepreneur Congolais ,conseillé par un ami a fait le choix de se lancer dans une telle activité pour répondre à la forte demande des chats à Pointe-Noire.

Depuis un an, la consommation de la viande de chat s’est développée à un rythme impressionnant dans la capitale économique au point d’accuser plusieurs fois des ruptures.

Les restaurateurs qui s’approvisionnent généralement auprès des voleurs de chat auront bientôt une solution à leurs préoccupations et ainsi continuer à satisfaire leur nombreuse clientèle.

A Pointe-Noire, les consommateurs se frottent les mains et louent cette initiative de Verone Mankou. «  C’est très positif de voir un fils du pays de surcroît béembé avoir ce genre d’initiatives. Il y a des business qui ne doivent qu’être développé par les Congolais et Verone Mankou fait notre fierté. » a déclaré un client fidèle du restaurant « Kiwayi » Mâ Mapembé à Voungou.

Adepte acharné du suivisme, il est à prévoir que d’autres Congolais fassent comme Verone Mankou pour ainsi garantir la marchandise aux consommateurs.

Sacer-infos.com by Stany Franck

Congo/Mort de Zulu bad: grande joie à Pointe-Noire, inquiétude dans les rangs des policiers

novembre 10, 2017

Rodrigue Amboulou  dit Zulu bad « le dur et le méchant »


A Mpaka, Marius Malonga a offert cinq casiers de bière malgré la rupture à ses proches pour célébrer la disparition de l’un des plus grands assassins du pays. On pouvait entendre par exemple à Mvoumvou «  un Mbochis de moins », alors que les jeunes de Mbota s’échangeaient des sourires et téléphonaient à leurs amis de Voungou pour annoncer la bonne nouvelle. Eh oui ! Le diable s’en est allé enfin pour toujours. «  Ebembé ya sosso matanga té » «  Feti na féti » «  Ya ba colère vé » «  Zulu Bad na Nzambi ya yandi » pouvait-on entendre.

Le vieux Béembé qui a eu raison du carnassier Zulu Bad est sans doute un Héros à Pointe-Noire où les populations fêtent sa mort comme si le Congo venait de remporter la coupe d’Afrique des nations de football.

Quelques mois plus tôt Zulu Bad avait assassiné avec son arme de service un jeune Béembé vendeur ambulant au grand marché ( Payé payé) sans raison apparent. Très remonté et impuissant face au rang social de l’assassin, le père de la victime avait donné rendez-vous à Zulu Bad à Mouyondzi.

Une promesse qui avait fait rire en son temps Zulu Bad et la bande des Mbochis qui l’entourent. Mais quand une maladie suspecte a commencé à le décimer, le soi-disant courageux et intouchable Zulu Bad a pris le chemin de Mouyondzi pour tenter de trouver une guérison.

C’est à Mouyondzi que Zulu Bad a appris son inévitable décès de la bouche de son guérisseur qui lui a rappelé l’épisode triste de Pointe-Noire. Abattu, Zulu bad a tenté en vain d’obtenir la clémence du vieux Béembé dont il a assassiné le fils.

Il est certain que Zulu bad ira en enfer, mais avant tout, il croisera ses nombreuses victimes au croisement séparant l’enfer du paradis qui l’attendront pour lui chanter «  Aurevoir, aurevoir…aurevoir Zulu bad Mboté ya suka ».

Policier de métier et artiste musicien à ses heures perdues, Zulu-Bad, « l’enfant terrible » de la brigade spéciale d’intervention rapide (BISR) de Pointe-Noire est décédé jeudi.

La nouvelle a fait l’effet d’un coup de tonnerre à Pointe-Noire : Zulu-Bad est mort ! Et pour cause, Rodrigue Amboulou a toujours alimenté la controverse, à travers les missions de police qu’il conduisait, notamment les interventions pour le maintien de l’ordre menés à Pointe-Noire.

Si son surnom Zulu-Bad est synonyme de terreur, c’est que l’homme s’est de par ses fonctions, tissé une réputation de « dur », ne faisant pas de quartiers dans la confrontation, y allant parfois sans ménagement.

 

Si Zulu-Bad était la terreur des malfrats et autres bandits qui redoutaient ses descentes musclées, c’est surtout auprès des élèves et autres jeunes, avec lesquels il a de tout temps été confronté, qu’il avait mauvaise presse.

La seule évocation du nom Zulu-Bad suffisait à créer la panique, voire un sentiment de révolte chez les lycéens ou collégiens qui voulaient en découvre avec lui et son équipe.

Ses tirs de sommation régulièrement lâchés au jugé et de façon bien souvent inopportune avec parfois des incidents de tirs lui ont donné une réputation d’homme à la gâchette facile. Lui s’en défendait, en se définissant en homme de la loi, avec pour seule mission, de rétablir l’ordre.

Pourtant, Zulu-Bad, c’est aussi cet artiste musicien dont les concerts ont toujours drainé des foules à Pointe-Noire, même si de ce coté aussi, la polémique fait état de ce que sa réputation de dur obligeait certains à y aller plutôt par curiosité que par adhésion, pour cerner l’ambivalence du personnage.

Il n’en demeure pas moins que la danse « tramadol », création de son orchestre a cependant eu un réel effet d’entraînement auprès de nombreux mélomanes à Pointe-Noire.

Ses passages réguliers sur les plateaux de télévisions, dans les émissions culturelles où il commençait ses interventions en rendant grâce à Dieu n’ont pu gommer dans l’opinion une image qui lui collait à la peau, celle d’un homme peu fréquentable, le « bad », « le mauvais ».

Ainsi sa mort est vécue à Pointe-Noire avec des sentiments controversés.

Sacer-infos.com par Stany Franck et Lesechos-congobrazza.com par Bertrand Boukaka

Congo: Débandade des forces armées dans la Bouenza

juillet 15, 2017

 

Les hélicoptères viennent de rentrer à peine à Brazzaville: 1 MI 35, 2 Mi 08 transportant des corps, 1 MI17 d’observation. C’est le désarroi au sein des FAC et des milices de Denis Sassou Nguesso. Leurs hélicoptères ne servent plus qu’à ramasser les corps de leurs troupes. 

Les FALC ( NINJAS) ont attaqué vers 4 h du matin la localité de MOUKOMO dans le district de KINGOUÉ.

Le bilan est lourd: une soixantaine des militaires sont morts, 3 Ninjas sont tombés. Plusieurs blessés dans le rang des miliciens de Denis Sassou Nguesso.

Le district de KINGOUÉ est tombé. Le candidat du PCT Mr SILIBALI est en fuite depuis 5h du matin : porté disparu. Il est sur le point d’être localisé par les FALC  parce qu’il a passé un coup de fil à Firmin AYESSA malheureusement les matériaux sophistiqués des FALC ont capté la conversation. Les corps des miliciens de Denis Sassou Nguesso sont déposés à la morgue de MOUYONDZI et de NKAYI.

Que des pleurs à NKAYI.

À MOUYONDZI les militaires et les policiers ont fuit.

Avec Brazzanews.fr

Congo: Braises de crise de Mouyondzi à Madzia

mai 23, 2017

MOUYONDZI au bord du chaos

Une forte présence militaire à Mouyondzi, pour la plupart, ce sont des hommes en civile. Que se trame t-il ? est ce que cette présence est liée à cette éventuelle arrestation de Mme MUNARI, afin de chercher déjà à tuer le poussin dans l’œuf pour éviter tout possible soulèvement ?

Les jeunes de MOUYONDZI s’organisent aussi, un bon nombre sont déjà rentrés dans les forêts. Selon nos services de renseignement les miliciens de Denis Sassou Nguesso croient encerclés MOUYONDZI mais ils sont aussi encerclés par les patriotes.

Pool (Madzia) : attaque d’une position des FAC par les FALC

Aujourd’hui autour de une (1) heure du matin, une position des FAC a été prise d’assaut par les combattants du pasteur Ntumi. Au moment où nous publions les hélicoptères de l’armée arrivés à la rescousse (bien que trop tard) sont dans les airs pour rechercher les combattants ninjas.

Le bilan humain s’annonce de la manière suivante : 21 morts et une vingtaine de blessés militaires. Quelques combattants nsilulus ont été touchés.

Bilan matériel: 46 PM, 2FM, 3 lance-roquettes ont étés emportés par les FALC.

Étant donné que l’attaque s’est produite dans la nuit, le bilan humain n’est que provisoire. Les pertes peuvent être plus importantes.

Pris de colère, les hélicos ont bombardé la population à Madzia. Nous craignons un carnage au sein de la population civile.

 

Photo de BrazzaNews.
Photo: les militaires des FAC dans le Pool, dans la forêt à quelques km de Madzia.
Attaque des FALC à BITALA à 14km de Brazzaville aux environs de 10H30

 

Le capitaine MONGO Hubert est tombé à Bitala avec 14 éléments. On compte plusieurs blessés.

Photo de BrazzaNews.
Capitaine Mongo

Bilan de l’attaque ce de matin aux environs de 5 h 00 à MADZIA et à 10 h 00 à TABA et SOUMOUNA.

Au total il y a 54 morts et plusieurs blessés chez les miliciens de Denis Sassou Nguesso et deux (2) morts chez les FALC. Aux sceptiques de faire un tour à l’hôpital militaire pour voir le nombre important des miliciens blessés.

Attention l’armée est entrain d’enterrer les militaires dans une fausse commune, l’endroit est localisé où ils sont enterrés c’est sur la route de MATOUMBOU et MADZIA avant d’arriver à YOKAMA.

Avec Brazzanews.fr

 

Une tourterelle s’est couchée à jamais

mai 23, 2017

 

Une tourterelle s’est couchée à jamais
Sa vie un zéphyr de doux et léger duvet
De colombe qui roucoule de rire boréal
Innocent comme le moineau qui pépie
Le coup partit et ne fut même pas un chant
Ni une tendre comptine pour l’endormir
Il éclata comme un tonnerre de mars
Déchira le ciel éclaté de Mouyondzi
Le cœur d’une mère en lambeaux
Elle croit serrer son bonheur sa colombe
Sa tourterelle s’en est allée s’en est allée
Une giboulée qui essuie le ciel incendié
Un pan de l’innocence déchiré comme
Le voile du temple pour porter nos péchés
Infâmes sur ce Congo toujours meurtri
Toujours détruit pour combien de temps encore
Nos vies un étrange duo de sang et de mentir
Douloureux duel d’espérance et de cris
Qui fracassent orageusement les portes du ciel
Qui sera la gardienne de cette colombe
De cette tourterelle habillée couleur de sang étal
Sur la marche froide d’un perron quelconque
Kimpa Vita-Munari-Mukaya-Nzinga-Tchitoula
Les bras de la mère bouleversée s’ouvrent
Infâme croix-silhouette-amputée pour la vie
Que le soleil illumine boule de sang lourde boule de sang
Ma tendre tourterelle ma chère prunelle ma tourterelle chérie
Mon unique amour victime d’un si cruel destin
D’un si cruel éclat dites-moi armes fatales
Pour qui sonnez-vous le glas pourquoi crépitez-vous
Vous mes yeux retiendrez-vous mes larmes
Qui ne peuvent laver ces armes fatales
Ma tourterelle ma tendre tourterelle
Mon unique tourterelle voici que je te porte encore
Pour une longue accablante désespérante saison de douleur
Répétant tes mots d’enfant comme un oiseau brisé
Comme les tresses de ta poupée-matiiti-racines
Que tu ne tresseras plus jamais mon bel amour
Il est déjà trop tard je ne peux ramasser ton sang
Qui grondera dans les nuits sombres de toute
Mon inutile existence frissonnante secousse
Remuée comme un leitmotiv de malaria sans fin
Quand retentira ton rire cristallin dans mon esprit
Dans les grumeaux de mes sanglots infiniment profonds
De mon cœur toujours assoiffé de ton amour
Mon cœur délire gémit hurle sans cesse
Sur les pentes salées de mes torrents
Il dévale tremble tressaute s’arrête abasourdi
Déchirée mère déchirée ma tourterelle envolée
A la meute des bêtes livrée l’âme de ma tourterelle
Pleure O Sud d’éclat de magnificence
Pleure O Sud mon incorruptible
Mon indomptable fol amour
Pleure O Sud mon incorrigible bien-aimé
Pleure O profond Sud mon Congo-espérance !
Marie-Léontine Tsibinda

Congo/Bouenza: Mouyondzi en colère

mai 10, 2017

Mouyondzi à feu et à sang

Les miliciens de Sassou Nguesso viennent d’abattre froidement un enfant à Mouyondzi.
C’est en voulant éliminer le père, un certain Modeste, identifié comme opposant que sa fille de 2 ans a été atteinte mortellement.

Les jeunes furieux des injustices et l’impunité généralisées ont pris d’assaut les symboles de la dictature. Le PSP de Mouyondzi et les domiciles des miliciens ont été incendiés.

C’est clair que le pouvoir veut étendre le conflit du Pool jusqu’à Mouyondzi pour embraser tout le pays et achever son génocide qu’il avait commencé en 1997.

 

Photo de BrazzaNews.
Avec Brazzanews.fr