Posts Tagged ‘musique populaire’

La reine du disco, Donna Summer, est morte à l’âge de 63 ans

mai 17, 2012
La chanteuse Donna Summer a tiré sa révérence. Celle qui a fait danser plusieurs générations sous les boules à facettes du monde entier est morte le jeudi 17 mai, des suites d’un cancer. Elle avait 63 ans.

Surnommée à juste titre «  la reine du disco » depuis les années 1970, la chanteuse américaine Donna Summer est décédée le jeudi 17 mai, en Floride, des suites d’un cancer. Elle a marqué à jamais  l’histoire de la musique populaire par l’immensité de son talent.

Ses admirateurs  se souviennent de sa voix puissante et langoureuse. De son corps qui semblait sculpté pour la danse et dont se dégageait un érotisme envoûtant. Ses gestes étaient suggestifs, comme l’étaient ses chansons, qui sont devenus des tubes universels. Elle était, en fin de compte, l’incarnation du disco et personne, à part peut-être The Bee Gees, n’a atteint  son  niveau de popularité et de célébrité.

LaDonna Andre Gaines, de son vrai nom, est née à Boston le 31 décembre 1948. Dans sa famille, la religion est une valeur sacrée. Et c’est tout naturellement que la petite fille chante le gospel à l’église. Encore adolescente, la musique l’attire et elle se retrouve dans un groupe de rock dénommé Crow. Et puis, c’est le départ  pour New York, d’abord, et pour l’Allemagne, ensuite, où elle est engagée dans la comédie musicale Hair, version allemande. Elle se retrouve ensuite en Autriche, avant de regagner l’Allemagne où elle se marie avec Helmut Sommer, dont le nom, anglicisé, sera son nom de scène.

Le succès au milieu des années 1970

Donna Summer enregistre son premier  disque en 1971. Mais le succès n’est pas encore au rendez-vous. Trois ans plus tard, la rencontre avec un duo de producteurs et d’auteurs, Giorgio Moroder et Pete Bellotte, lui ouvre de nouvelles perspectives.  Le travail du trio est récompensé par le succès que récolte en Europe  le single The Hostage. En 1975, son premier grand tube, Love to Love You Baby, adapté de Je t’aime…moi non plus de Serge Gainsbourg, la propulse au premier plan. Pendant des années, elle occupe le sommet des hit-parades à travers le monde. Partout, les pistes de danse sont envahies dès qu’on joue I Feel Love,  Last Dance,  Hot Stuff ou No More Tears (Enough Is Enough).  Le succès est immense. 

Dans les années 1980, alors que le disco entame sa descente, Donna Summer donne un nouveau coup de jeune à sa musique en y incluant une dose de rhythm and blues, de pop et de rock. Elle travaille avec Quincy Jones. Sans cesse, elle renouvelle son art en l’adaptant aux circonstances, aux situations, toujours avec un égal bonheur.  Le temps passant, la chanteuse s’ « assagit ». La sensualité qui la caractérisait cède la place à une chorégraphie plus soft. Mais jusqu’au bout, elle aura été une chanteuse exceptionnelle.

Jeuneafrique.com par Tshitenge Lubabu M.K.

Adele grand gagnante des Grammy

février 13, 2012

http://platform.twitter.com/widgets/hub.1326407570.htmlLa chanteuse britannique Adele a obtenu hier à Los Angeles le trophée de l’album de l’année pour « 21 », lors de la 54e cérémonie des Grammy Awards, qui récompensent chaque année la musique populaire américaine, lors d’une soirée marquée par le souvenir de Whitney Houston, décédée la veille à Beverly Hills.
Adele a terrassé les Foo Fighters (« Wasting Light »), Lady Gaga (« Born This Way »), Bruno Mars (« Doo-Wops & Hooligans ») et Rihanna (« Loud »). Le meilleur album de l’année, le plus prestigieux de la soirée, est le sixième remporté par la chanteuse dimanche, qui a réussi à transformer ses six nominations en autant de récompenses. Très émue, la jeune femme de 23 ans a déclaré: « Ce disque est inspiré par quelque chose de très normal, juste une relation (amoureuse) minable ». « 2011 a été l’année qui a le plus changé ma vie », a-t-elle ajouté.
La chanteuse, qui faisait son grand retour public hier soir, avait dû garder le silence pendant plusieurs mois après son opération des cordes vocales à l’automne. Les Grammy Awards, remis depuis le Staples Center, dans le centre de Los Angeles, sont les récompenses les plus prestigieuses de la musique populaire américaine.

La cérémonie télévisée a commencé avec une prière à la mémoire de la chanteuse Whitney Houston, à l’invitation du présentateur de la soirée, le rappeur LL Cool J. « Nous avons un décès dans la famille », a-t-il dit. « Pour moi, la seule chose à faire est de commencer par une prière pour Whitney Houston », a-t-il ajouté, avant de lire un court texte devant une salle tête baissée en signe de respect. Plusieurs artistes étaient en deuil, à l’instar de Lady Gaga, qui a avait remisé ses atours les plus provocants — sceptre doré excepté — pour se contenter d’une robe noire à armatures en plastique et d’un voile en résille.
Plus tard dans la soirée, la chanteuse de R&B Jennifer Hudson a chanté « I Will Always love you », le titre-phare de Whitney Houston, juste après la lecture de la liste des disparus de l’année, ouverte par Amy Winehouse. Plusieurs chanteurs ont salué la mémoire de la diva pop, notamment Stevie Wonder, qui a lancé: « Nous t’aimons tous, Whitney ».

Lefigaro.fr avec AFP