Posts Tagged ‘navire’

Les Philippines saisissent un navire nord-coréen en vertu des sanctions de l’ONU

mars 5, 2016

Manille – Les Philippines ont annoncé samedi la saisie d’un navire nord-coréen, en vertu d’une résolution du Conseil de sécurité de l’ONU qui alourdit nettement les sanctions internationales décidées après l’essai nucléaire et le test de missile balistique de Pyongyang.

Le cargo Jin Teng de 6.830 tonnes ne sera pas autorisé à quitter le port de Subic, au nord-est de la capitale Manille, où il est à quai depuis trois jours. Son équipage sera expulsé, a déclaré le porte-parole de la présidence philippine Manolo Quezon à la radio d’Etat Radyo ng Bayan.

Il s’agit du premier cas recensé d’application des sanctions, les plus dures à ce jour, adoptées dans la nuit de mercredi à jeudi par le Conseil de sécurité.

Le monde est inquiet à cause du programme d’armes nucléaires de la Corée du Nord et en tant que membre des Nations unies, les Philippines doivent faire leur part pour appliquer les sanctions, a dit M. Quezon.

Une équipe des Nations unies est attendue pour l’inspection du navire dans le port, situé près d’une ancienne base navale américaine, a précisé le porte-parole du ministère des Affaires étrangères Charles Jose.

Le Jin Teng a déjà été inspecté deux fois, dont la seconde samedi à l’aide d’appareils électroniques de détection d’armes, selon le porte-parole des gardes-côtes Armand Balilo. Les 21 hommes d’équipage sont très coopératifs, a-t-il assuré, et aucun matériel interdit n’a été découvert à bord.

Charles Jose a précisé à l’AFP que le navire avait été saisi en application de la résolution de l’ONU, indépendamment du résultat des inspections.

-Une honte selon Pyongyang-

L’agence de presse officielle nord-coréenne a de nouveau fustigé samedi la nouvelle série de sanctions, qualifiant de honte la résolution de l’ONU.

C’est une honte pour le monde de permettre une telle pratique autoritaire des Etats-Unis et d’autres puissances munies de nombreux satellites et d’ogives nucléaires, a déclaré KCNA dans un communiqué.

Nous allons résolument faire usage de tous les moyens et méthodes pour répliquer de manière physique, puissante et impitoyable aux agissements anti-Corée du Nord des forces hostiles, ajoute l’agence.

Aucun autre navire nord-coréen n’est à quai à Subic, selon M. Balilo.

Le Jing Teng, chargé de noix de palme, était arrivé à Subic jeudi en provenance de Palembang, en Indonésie, quelques heures seulement après la vote des sanctions aux Nations unies. Cette résolution, présentée par les États-Unis, a été votée à l’unanimité, y compris par la Chine, unique allié de Pyongyang.

Quelques heures après le vote de la résolution, la Corée du Nord, de plus en plus isolée sur la question de son arsenal nucléaire, a tiré six missiles de courte portée dans la mer, selon le ministère sud-coréen de la Défense.

Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-Un a également brandi la menace nucléaire. Nous devons être toujours prêts à chaque instant à utiliser notre arsenal nucléaire, a-t-il déclaré, cité vendredi par l’agence de presse officielle nord-coréenne KCNA.

La Corée du Nord est déjà sous le coup de quatre séries de sanctions internationales depuis son premier essai nucléaire en 2006.

Romandie.com avec(©AFP / 05 mars 2016 17h08)

L’Iran arraisonne un navire marchand dans le Golfe

avril 28, 2015

Téhéran – La marine iranienne a arraisonné mardi un navire marchand lié à la société Maersk dans les eaux du Golfe en raison, selon Téhéran, d’impayés de la compagnie danoise, un incident rare dans une région sensible et hautement militarisée.

Le Maersk Tigris, avec 24 hommes d’équipage à son bord, a été intercepté par les forces des Gardiens de la révolution, l’armée d’élite du régime iranien.

L’opération a eu lieu à 9H00 GMT dans la zone du détroit d’Ormuz, une voie d’eau stratégique par où transite le tiers du trafic pétrolier maritime mondial. Plusieurs navires de guerre occidentaux engagés dans la lutte contre le groupe Etat islamique (EI) en Irak croisaient également récemment dans la zone.

L’ordre de confiscation du navire a été émis par un tribunal et est lié à la société Maersk, a déclaré à l’agence de presse iranienne Tasnim le responsable des affaires maritimes au sein de l’Organisation des ports iraniens, Hadi Haghshenas.

De manière générale, si une compagnie maritime a des dettes et ne les paie pas, les propriétaires des biens transportés se tournent vers les autorités compétentes, a-t-il ajouté sans autre précision.

Cité par l’agence officielle Irna, le directeur exécutif de l’Organisation, Mohammad Saidinejad, a confirmé que le différend était d’ordre privé et que l’opération s’était déroulée dans les eaux territoriales iraniennes.

Une plainte d’une société privée a mené à la confiscation d’un navire battant pavillon des îles Marshall par les gardes-côtes dans les eaux iraniennes, a-t-il déclaré.

Le navire, un porte-conteneurs, venait de Jeddah en Arabie saoudite et se dirigeait vers Jebel Ali à Dubaï, selon le site Marinetraffic.com.

Il a été dirigé vers le port Shahid-Bahonar, qui fait partie du principal complexe portuaire iranien à Bandar Abbas, a précisé l’agence Tasnim.

Le Maersk Tigris est exploité par la société Rickmers management, sous les couleurs du géant du transport maritime Maersk. Le bateau n’appartient pas à Maersk et son équipage n’est pas employé par Maersk, a précisé un porte-parole du groupe danois.

Aucun Américain ne se trouvait à bord du navire, selon les sources américaines.

D’après la télévision d’Etat iranienne, des marins originaires de Bulgarie, de Birmanie, de Roumanie et du Royaume-Uni composent l’équipage de 24 personnes du navire, sous les ordres d’un capitaine bulgare.

A Washington, le Pentagone, qui a indiqué suivre la situation de près, a affirmé qu’au moins cinq navires iraniens avaient demandé au Maersk Tigris de se diriger vers Larak après avoir tiré des coups de semonce devant la proue. Le navire a ensuite obtempéré.

Après avoir émis un message de détresse capté par le commandement de l’armée américaine au Moyen-Orient (Centcom), ce dernier a demandé à un navire de combat américain de se rendre le plus rapidement possible au plus près de l’endroit où se trouve le Maersk Tigris, selon le porte-parole du Pentagone, le colonel Steven Warren.

Mais il est improbable que le bateau américain entre dans les eaux territoriales iraniennes, a-t-il dit. Il semble que ce soit une action de provocation mais nous n’avons pas encore tous les faits.

Lors de son interception, le bateau se trouvait sur une route maritime utilisée par les navires commerciaux, qui se trouve dans les eaux territoriales iraniennes, ont indiqué des responsables américains. Selon la loi maritime en vigueur, les navires commerciaux ont le droit de traverser les eaux iraniennes, en application du principe du droit de passage inoffensif.

Les Etats-Unis défendent et aident financièrement les îles Marshall, mais les responsables américains n’ont pas pu préciser si ses liens avec l’archipel imposaient à Washington d’agir.

L’Arabie saoudite et d’autres pays du Golfe mènent des frappes aériennes sur le Yémen voisin, en proie à une insurrection des rebelles chiites Houthis soutenus par l’Iran.

La semaine dernière, les Etats-Unis ont déployé au large du Yémen leur porte-avions Theodore Roosevelt au moment où un convoi de navires iraniens se dirigeait vers le Yémen. Le convoi, soupçonné par Washington de transporter des armes pour les rebelles en violation d’un embargo de l’ONU, est finalement reparti vers l’Iran, et le Theodore Roosevelt a regagné le Golfe.

L’Iran dénonce régulièrement la présence de forces étrangères dans la région, notamment la Ve Flotte américaine stationnée à Bahreïn, alors que le Qatar accueille le Centcom.

Romandie.com avec(©AFP / 28 avril 2015 22h35

Côte d’Ivoire: un tanker français probablement victime de piraterie

février 4, 2013
Côte d'Ivoire: un tanker français probablement victime de piraterie Côte d’Ivoire: un tanker français probablement victime de piraterie © AFP

Un pétrolier français a été porté disparu le week-end dernier au large de la Côte d’Ivoire et a vraisemblablement été victime d’un acte de piraterie, a indiqué lundi le Bureau maritime international (BMI).

Le navire, battant pavillon luxembourgeois, transporte 17 membres d’équipage. « Aucun Français ne se trouverait à bord », selon le quai d’Orsay.

Il n’a plus donné signe de vie depuis dimanche, a indiqué à l’AFP Noel Choong, responsable du département de piraterie du BMI, basé à Kuala Lumpur.

« On soupçonne que le pétrolier porté disparu a été enlevé par des pirates », a-t-il dit. « Il semble que les pirates se déplacent vers la Côte d’Ivoire car le Nigeria et le Bénin ont augmenté la fréquence de leurs patrouilles dans le Golfe de Guinée », a-t-il ajouté.

« Depuis le dimanche 3 février 2013, aucun contact n’a pu être établi avec le navire-citerne Gascogne battant pavillon luxembourgeois, se trouvant au large de la Côte d’Ivoire », a indiqué de son côté le gouvernement luxembourgeois dans un communiqué.

« Les autorités luxembourgeoises ont été informées de cet incident par le groupe français Sea-Tankers, propriétaire du navire. La situation est suivie de très près par la cellule de crise du groupe français concerné et les autorités respectives », a ajouté le communiqué.

En janvier, un pétrolier battant pavillon panaméen avait été victime d’une attaque de pirates à son ancrage d’Abidjan. Début octobre 2012, un tanker grec avait subi une attaque semblable au même endroit.

Jusque-là, la Côte d’Ivoire avait été préservée par la piraterie en mer qui se développe dans le Golfe de Guinée. Fréquente au Nigeria, premier producteur de pétrole d’Afrique, la piraterie a récemment gagné les eaux du Bénin, où les attaques de navires ont explosé en 2011.

 Jeuneafrique.com avec AFP

Un paquebot géant pour les chantiers STX de Saint-Nazaire

décembre 28, 2012

La commande de la compagnie américaine Royal Caribbean International, numéro deux mondial de la croisière, tombe à pic. Le navire sera l’un des plus grands jamais construits à Saint-Nazaire.

Comme un cadeau de Noël qui arrive à point pour les salariés des chantiers STX de Saint-Nazaire. En effet, la compagnie américaine Royal Caribbean International, numéro deux mondial de la croisière, a commandé un paquebot géant de type Oasis aux chantiers navals STX France (ex-Chantiers de l’Atlantique). STX France est détenu à 66% par STX Europe (filiale du sud-coréen STX Shipbuilding) et à 33% par l’État.

Ce bateau sera livrable mi-2016. En outre, le croisiériste international a posé «une option pour un deuxième navire livrable mi-2018», ont annoncé jeudi soir les chantiers STX. À titre de comparaison, les deux premiers navires de type Oasis, l’Oasis of the Seas et l’Allure of the Seas, livrés en 2009 et 2010, sont les plus grands navires au monde. «Dotés de 16 ponts et de 2700 cabines, ils peuvent accueillir jusqu’à 5400 passagers et 2100 membres d’équipage», ajoute STX. Ils avaient coûté chacun 900 millions d’euros, mais ce troisième exemplaire, pour la construction duquel plusieurs chantiers étaient en compétition dans le monde cet automne, devrait coûter moins cher.

Concurrence féroce entre les chantiers
La concurrence est féroce entre les chantiers navals internationaux et le contexte économique morose, poussant le prix des navires à la baisse. D’une longueur de 361 mètres et 47 mètres de large, ce ­navire sera l’un des plus grands jamais construits à Saint-Nazaire. Cette commande, qui représente dix millions d’heures de travail réparties sur trois ans, s’apparente à une bouffée d’oxygène dans un contexte tendu pour STX. Les chantiers navals de Saint-Nazaire, qui emploient directement 2100 personnes et 4000 en sous-traitance, risquaient en effet de boucler leur deuxième année sans commande. Cela les aurait placés en situation précaire.

Dans la foulée de cette bonne nouvelle, le premier ministre, Jean-Marc Ayrault, et le ministre de l’Économie et des Finances, Pierre Moscovici, se «félicitent» de la commande d’un navire de croisière aux chantiers navals STX France et saluent «l’excellence du savoir-faire français dans la construction navale». «Cette commande passée par l’armateur Royal Caribbean Cruise Line (RCCL) témoigne de l’excellence du savoir-faire français dans la construction navale», soulignent les deux ministres dans un communiqué de presse.

Début de construction programmé en septembre
«Nous sommes très satisfaits, la concurrence a été rude avec la Finlande», s’est de son côté félicité Laurent Castaing, directeur général de STX France sur i-Télé. «Cela va d’abord donner de l’emploi chez nos coréalisateurs», a-t-il ajouté. Depuis un peu plus de six mois, les bureaux d’études et certains secteurs de fabrication étaient touchés par du chômage partiel, tandis que selon les syndicats certains sous-traitants avaient commencé à licencier.

Selon STX, «les études démarreront dès le mois de janvier 2013 pour un début de construction programmé en septembre 2013». «Il va falloir compter de 4 à 6 mois avant que le chômage partiel ne commence à se résorber», a néanmoins souligné Nathalie Durand-Prinborgne, déléguée syndicale pour FO, pour qui cette commande géante a bénéficié de l’intervention de l’État français.

La commande du géant de mers devrait toutefois permettre de sauvegarder des centaines d’emplois notamment chez les sous-traitants.

Interpellé à l’Assemblée nationale le 18 décembre dernier sur la situation difficile dans laquelle se trouvaient les chantiers STX, le ministre de l’Économie, Pierre Moscovici, avait promis le 18 décembre de «sauver les Chantiers de l’Atlantique», en les aidant à «remporter de nouveaux contrats à l’export» et en encourageant la diversification.

Lefigaro.fr par Eric De La Chesnais