Posts Tagged ‘nbsp’

Côte d’Ivoire : cinq militaires des FRCI tués dans un quartier d’Abidjan

août 5, 2012
Des militaires des Forces républicaines de Côte d'Ivoire (FRCI). Des militaires des Forces républicaines de Côte d’Ivoire (FRCI). © AFP

Cinq militaires ivoiriens ont été tués dimanche dans l’attaque d’un commissariat et d’un poste de contrôle de l’armée par des hommes « lourdement armés » dans un quartier d’Abidjan, a déclaré le ministre de la Défense, dernier en date d’une série d’incidents sanglants.

 

Mis à jour à 17h30.

Tôt dimanche, « trois » militaires des Forces républicaines (FRCI) « ont été tués dans l’attaque du commissariat du 17e arrondissement de Yopougon » (quartier ouest), a indiqué le ministre Paul Koffi Koffi depuis le lieu de l’assaut.

« Six hommes sont arrivés dans un taxi, en treillis et lourdement armés, et ils ont ouvert le feu », apparemment pour libérer des personnes « interpellées préventivement » samedi, a-t-il raconté.

Après cette attaque survenue « vers 2H00 du matin » (locales et GMT), « il y a eu des échanges de tirs nourris pendant de nombreuses minutes », a relaté un policier du commissariat.

« Quelques minutes après, (les assaillants) sont allés un peu plus loin vers une position de contrôle » tenue par l’armée dans le quartier, « ils ont tiré sans sommation et ont tué deux FRCI », a poursuivi le ministre de la Défense. « On pense que c’est le même groupe » que pour la première attaque, a-t-il précisé.

« Je pense que c’est du banditisme », a-t-il souligné, sans exclure la piste de militaires criminels: « on va voir si l’enquête nous oriente vers des militaires, des membres des forces de l’ordre ou des civils ».

Le secteur, baptisé Yopougon-Niangon, était dimanche quadrillé par les forces de l’ordre, selon des témoins.

Tensions ethniques

L’insécurité a reculé dans le pays depuis la fin de la crise postélectorale de décembre 2010-avril 2011, ayant fait 3.000 morts et dont Yopougon fut l’un des théâtres majeurs de combats.

Cependant, la circulation d’armes en tous genres – évaluées à plusieurs dizaines de milliers -, des ex-combattants mécontents de leur sort et des tensions ethniques toujours vives, en particulier dans l’Ouest, nourrissent des incidents parfois meurtriers.

Une personne a été tuée et plusieurs blessées mercredi près de Sinfra (centre-ouest) lors d’un affrontement entre des villageois et des chasseurs traditionnels « dozo », confrérie dont des membres sont devenus de facto des supplétifs des FRCI.

Des militaires et des « dozo » avaient été mis en cause après l’attaque du 20 juillet contre un camp de déplacés proche de Duékoué (ouest), qui avait fait six morts selon l’ONU.

Des attaques début juin dans le sud-ouest du pays avaient fait une vingtaine de morts, dont sept Casques bleus nigériens. Le gouvernement du président Alassane Ouattara a accusé des fidèles de l’ex-chef d’Etat Laurent Gbagbo basés au Liberia voisin.

« Climat d’insécurité généralisée »

Signe que l’insécurité reste un sujet de débat, le Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI), principal allié de M. Ouattara, a publié samedi un communiqué au ton inhabituellement ferme sur la question, alors que le pouvoir s’emploie sans relâche à rassurer.

La situation de « violences endémiques entretient un climat d’insécurité généralisée », a affirmé le parti de l’ex-président Henri Konan Bédié.

« Les acteurs et les auteurs de ces agressions meurtrières sont généralement issus non seulement des rangs des milices pro-Gbagbo, mais également des +dozo+, des supplétifs démobilisés non indemnisés et de certains éléments incontrôlés des FRCI », a ajouté le PDCI, appelant à « accélérer » la réforme de l’armée et à désarmer les « dozo ».

La réforme de l’armée est l’un des grands défis du pouvoir, qui a promis de mettre en place un programme de désarmement, démobilisation et réinsertion (DDR) des ex-combattants non intégrés dans les FRCI, un chantier très sensible et coûteux.

Jeuneafrique.com avec AFP

Paroles barbelées

juin 24, 2012

 

Paroles barbelées

sur fond de liberté empoisonnée

avec du vin emprisonné

 

Micro confisqué

par la main déséquilibrée

d’un pouvoir indigeste

 

Vérité à col blanc

étranglée avec des menottes

qui grincent en saignant

 

Droit estropié sans béquilles

boitant avec une toge gauche

dans un monde louche.

 Bernard NKOUNKOU

La belle du fleuve

avril 2, 2012

Donne-moi ta bouche de poisson

et je te mangerais par la queue du fleuve

quand tu conserveras toutes tes arêtes de beauté

 

Dans le charme de tes écailles reluisantes

je te suis partout à la surface d’eau plate

comme une belle nappe dorée de table

 

Ton corps ressemble au pont

enjambant le fleuve que je traverse

jour et nuit sans une planche à voile

Bernard NKOUNKOU

Le temps et le soleil

mars 27, 2012

 

Le temps accompagne le soleil

jusqu’au zénith du restaurant

quand les rayons sont à table

 

Mangeant sur le pouce des clients

dans la joie du repas délicieux

il répand sa lumière de non invité

 

Le temps accroché au mur peint

et au bras de chaque bracelet

attire l’attire de tous les regards

 

Plus une gorgée ne descend dans le ventre

plus le temps se rassasié à satiété

aussi reluisant devient sa belle peau

 

Le temps accompagne la digestion

qui demande en sus un dessert

avant que les jambes sonnent la fin

 

Le temps aime les pieds et la conscience

car ils le respectent beaucoup dans sa marche

lui permettant de réaliser des œuvres humaines.

Bernard NKOUNKOU

Le sort de la pierre

mars 9, 2012

 

Pierre qui roule sans crampons

depuis la montagne et tombe sans jupons

dans la rivière en crue qui a perdu ses enfants

 

Pierre qui repose au fond de l’eau

sans soutien-gorge et ne remontera jamais

car noyée à pleine gorge pour son poids épais

 

Ô pierre tu cours trop vite sans pieds

mais tes rondeurs facilitent ta vitesse

devant une pente glissante et bien lisse

 

Pierre, esclave du royaume des eaux

d’où passe et repasse quantité d’eau

tes gémissements provoquent le roulis de l’eau.

Bernard NKOUNKOU

Le planteur d’amour

mars 8, 2012

Si tu plantes la vigne de l’amour

bois-en la coupe de l’affection

sans tomber dans l’ivresse

 

Si tu plantes des roses de l’amour

fais attention aux épines de la déception

car tu n’es pas le seul à toucher les pétales

 

Si tu plantes les fruits de la passion

regarde comment coule son jus entre les mains

puis délecte-toi de son cœur à satiété

 

Si tu plantes la pomme de l’amour

sois-en patient avant de la manger

car ce jour-là tu seras l’heureux bénéficiaire.

Bernard NKOUNKOU

Coeur de femme à l’occasion de la solennelle journée du 8 mars

mars 8, 2012

Coeur de femme

jardin fleuri

de roses bleues

 

Coeur de femme

vaste champ de bonheur

aux sillons de candeur

 

Coeur de femme

parfum de tendresse

qui arrose le monde de sa fragrance

 

Coeur de femme

chandelle éternelle de lumière

qui attire le coeur de l’homme.

Bernard NKOUNKOU

Peuple de misère

février 22, 2012

Peuple de démocratie escroquée

A la conscience longtemps exploitée

Tu croupis toujours dans la misère

Malgré les richesses de ta belle terre

 

Depuis l’aube sans répit tu travailles

Mais tu n’as rien dans les entrailles

Tu avales la poussière des minerais

Comme un vieux serpent de laquais

 

Indépendant tu as appris la démocratie

Dans l’impréparation tu as exposé l’idiotie

Amoncelant des sacs de déchets d’urnes

Comme un vieil éboueur en grève diurne.

Bernard NKOUNKOU

Vaillante étudiante du Labrador

février 21, 2012

Ô toi, la brune étudiante qui dort

Sous le grand froid du Labrador

Réveille-toi dès le soleil levant

Aux premiers rayons du temps

 

Femme de société, espoir du salut

Debout comme le soldat bien poilu

Enfourche les armes de ta féminité

Jette vite dans la caserne ta timidité

 

Ô toi, la Jeanne d’Arc des temps modernes

Relève les défis là où les hommes échouent

Car tu n’es plus une graminée de petit chou

Dans ce foutu monde de drapeaux en berne.

Bernard NKOUNKOU