Posts Tagged ‘NEW YORK’

Un contrat majeur pour Hydro-Québec avec New York

septembre 20, 2021

Hydro-Québec, et son partenaire américain Transmission Developpers, ont annoncé lundi avoir été sélectionnés pour fournir de l’électricité à l’État de New York à partir de 2025.

Hydro Québec vient de remporter un contrat majeur.

© Ivanoh Demers/Radio-Canada Hydro Québec vient de remporter un contrat majeur.

Ce contrat majeur de livraison de 10,4 TWh/an d’électricité permettra, à partir de 2025 et pendant 25 années, d’alimenter plus d’un million de foyers américains, souligne Hydro-Québec dans un communiqué de presse émis lundi.

II s’agit du plus gros contrat d’exportation remporté par Hydro-Québec. À titre de comparaison, le contrat visant à acheminer au Massachusetts 9,45 térawattheures d’hydroélectricité par année pendant 20 ans sont estimés à environ 10 milliards de dollars américains.

Le projet Champlain Hudson Power Express prévoit la construction d’une ligne de transport souterraine et sous-fluviale d’une longueur d’environ 545 km entre la frontière canado-américaine et la ville de New York.

L’État de New York fait un pas audacieux vers la décarbonation», a déclaré la présidente-directrice générale d’Hydro-Québec, Sophie Brochu. Actuellement, 85 % de l’électricité de l’État est produite à partir d’énergies fossiles.

Acceptabilité sociale recherchée

La phase de construction permettra de créer 1400 emplois aux États-Unis indique la société d’État. Afin de favoriser l’acceptabilité sociale du projet, deux fonds seront créés.

Le premier, d’une valeur de 40 millions de dollars américains, offrira aux résidents des collectivités défavorisées et de première ligne des possibilités de formation», indique le communiqué de presse. Le second, d’une valeur de 117 millions de dollars, visera pour sa part l’amélioration de l’état de santé du lac Champlain, du fleuve Hudson et de la rivière Harlem» que le réseau traversera.

La partie québécoise de la ligne de transport (elle aussi souterraine sur 60 km) sera détenue en copropriété avec la communauté mohawk de Kahnawake, qui bénéficiera de retombées économiques pendant 40 ans.

Rappelons que le projet de ligne de transport d’électricité entre le Québec et le Massachusetts cause des tensions avec certaines communautés autochtones du côté québécois, ainsi qu’avec les communautés rurales, du côté américain.

 Avec CBC/Radio-Canada 

New-York : Félix Tshisekedi ce mardi à la tribune de l’ONU

septembre 20, 2021

Président en exercice de l’Union africaine, le président congolais figure parmi les chefs d’État de la planète qui s’exprimeront ce 21 septembre, à l’ouverture de la 76 session de l’Assemblée générale des Nations unies.

C’est depuis l’aéroport international de Loano, à Lubumbashi, dans la province du Haut-Katanga, que le président de la République, Félix-Antoine Tshisekedi-Tshilombo, s’est envolé le 19 septembre pour New-York, aux Etats-Unis. Il est allé participer à la 76session de l’Assemblée générale de l’Organisation des Nations unies (ONU). Le 20 septembre, aux premières heures, le chef de l’Etat congolais a foulé le sol newyorkais, par l’aéroport international John F. Kennedy. Il a été reçu au pied de l’avion par M. Balumuene, ambassadeur de la République démocratique du Congo aux États-Unis, avant de rejoindre sa résidence de circonstance, apprend-on des sources proches de la présidence. Déjà, au menu de ses premières activités, Félix Tshisekedi devrait s’entretenir en tête-à-tête avec le secrétaire général des Nations unies, António Guterres, avant son grand oral du 21 septembre du haut de la tribune des Nations unies.

Sauf imprévu, l’agenda mis à jour par le bureau de l’institution onusienne prévoit que le Félix-Antoine Tshisekedi -Tshilombo prenne la parole à la tribune en onzième position, à 14h00, heure de New-York (soit 19h00, heure de Kinshasa). Son oral sera le deuxième du genre après celui de sa première participation, en septembre 2019. Cette 76e session de l’Assemblée générale de l’ONU est une occasion pour les chefs d’Etat du monde d’échanger sur les grandes questions qui préoccupent la planète, entre autres, la pandémie de la covid-19 qui a privé les dirigeants de la planète de ce rendez-vous annuel en 2020.

Pour cette année, le thème retenu est « Miser sur l’espoir pour renforcer la résilience afin de se relever de la covid-19, reconstruire durablement, répondre aux besoins de la planète, respecter les droits des personnes et revitaliser l’organisation des Nations unies ».

Un discours très attendu

Le discours du président congolais et président en exercice de l’Union africaine est très attendu. Un discours aux multiples enjeux, notamment la question sécuritaire et sanitaire. Il est très attendu car il permettra au président Félix-Antoine Tshisekedi-Tshilombo de faire entendre la voix de l’Afrique et de son pays. Le chef de l‘Etat congolais devra donner sa vision de la prévention au traitement pour arriver à immuniser le monde et, particulièrement, l’Afrique de la covid-19. Il aura donc à défendre ses propositions presque déjà publiques qui privilégient une vaccination de masse, la fabrication des vaccins en Afrique ainsi que la poursuite des recherches sur les différents traitements.  

Un autre sujet qui devrait revenir dans son discours, c’est la sécurité avec notamment la violence qui prévaut à l’est dans son pays et en Afrique. Du terrorisme en Afrique centrale et au Sahel en passant par la déstabilisation des institutions par les coups d’Etat, il est attendu du président en exercice de l‘Union africaine des réponses idoines et efficaces susceptibles de faire bouger les lignes. Il sera aussi question, pour Félix Tshisekedi, de faire le point sur l’économie du continent africain et sur les objectifs du développement durable.

D’autres thèmes comme le changement climatique, l’autonomisation de la femme, ou encore, les droits humains, devraient logiquement figurer dans le discours du Chef de l’Etat congolais à la 76ème session de l’Onu que va présider l’actuel ministre des Affaires étrangères des Maldives, Abdulla Shahid, élu le 7 juin 2021 par l’Assemblée  générale.

Avec Adiac-Congo par Alain Diasso

États-Unis: Les pluies torrentielles qui s’abattent sur New York font sept morts

septembre 2, 2021

Au moins sept personnes sont mortes jeudi à New York et une autre dans le New Jersey en raison des pluies diluviennes causées par les restes de l’ouragan Ida, selon la police.

Les restes de l'ouragan Ida ont causé d'importantes inondations à New York.

© David Dee Delgado/Getty Images Les restes de l’ouragan Ida ont causé d’importantes inondations à New York.

Les inondations massives ont forcé la gouverneure de l’État de New York, Kathy Hochul, et le maire sortant de la ville de New York, Bill de Blasio, à décréter l’état d’urgence, une première pour cause d’inondations soudaines.

Le service météo américain (NWS) a enregistré 89,1 millimètres de pluie dans Central Park à New York en une heure mercredi soir, ce qui dépasse de beaucoup les 49 millimètres de pluie tombés en une heure lors de la tempête tropicale Henri le 21 août. Il s’agissait à l’époque de la plus importante averse jamais enregistrée dans Central Park.

Un bus passe devant des voitures abandonnées sur une autoroute inondée dans le Queens, New York.

© Brendan McDermid/Reuters Un bus passe devant des voitures abandonnées sur une autoroute inondée dans le Queens, New York.

Les trombes d’eau ont commencé à tomber vers 21 h mercredi et ont provoqué des inondations qui touchent environ 20 millions d’habitants.

Les rues de Brooklyn est du Queens sont inondées, et seuls les véhicules d’urgence étaient autorisés à circuler à New York jeudi matin.

Seuls les véhicules d'urgence étaient autorisés jeudi matin à circuler dans les rues de New York.

© David Dee Delgado/Getty Images Seuls les véhicules d’urgence étaient autorisés jeudi matin à circuler dans les rues de New York.

Toutes les lignes du métro de New York étaient aussi à l’arrêt mercredi soir. Les stations et les voies sont inondées, des images montrent des usagers se tenant sur les sièges de voitures remplies d’eau.

De leur côté, les aéroports de Newark, LaGuardia et JFK ont annulé des centaines de vols.

Une femme attend à l'entrée de la station de métro Rector Street alors que le service est retardé après de fortes pluies à New York, le 2 septembre 2021.

© Carlos Barria/Reuters Une femme attend à l’entrée de la station de métro Rector Street alors que le service est retardé après de fortes pluies à New York, le 2 septembre 2021.

Des gens piégés

Parmi les 7 victimes new-yorkaises, plusieurs ont été prises au piège dans leur sous-sol durant les inondations. 

À Passaic, dans le New Jersey, le corps d’un septuagénaire a été retrouvé dans sa voiture qui avait été emportée par la crue soudaine des eaux. 

Sa famille a été secourue, ils étaient tous dans la même voiture. Malheureusement, la voiture a été dépassée par les eaux, et les pompiers qui ont été entraînés sous le véhicule n’ont pas pu sortir» l’homme de 70 ans, a déclaré le maire de Passaic, Hector Lora.  

Des vidéos mises en ligne sur les réseaux sociaux montrent des véhicules submergés jusqu’aux fenêtres sur des axes routiers majeurs, à New York et dans les comtés limitrophes. Les rues du côté de Manhattan et du Bronx sont également submergées.

Les piétons se mettent à couvert près de Columbus Circle à New York le mercredi 1er septembre 2021, alors que les restes de l'ouragan Ida sont restés puissants tout en se déplaçant le long de la côte est.

© Craig Ruttle/Associated Press Les piétons se mettent à couvert près de Columbus Circle à New York le mercredi 1er septembre 2021, alors que les restes de l’ouragan Ida sont restés puissants tout en se déplaçant le long de la côte est.

Les pompiers ont sauvé un homme d’une voiture coincée dans les eaux de crue profondes à New York. Une vidéo montre des pompiers transportant un homme de son véhicule vers un sol sec. Le véhicule de l’homme était l’un des nombreux véhicules coincés dans l’eau sur la Bronx River Parkway.

Plus tôt mercredi, la tempête qui balaie la côte est des États-Unis a provoqué au moins deux tornades, les vents forts ont fait même s’effondrer le toit de l’édifice abritant le service postal des États-Unis au New Jersey et menacé un barrage de Pennsylvanie d’être emporté.

Les autorités rapportent aussi que des centaines de milliers de clients sont privés d’électricité dans le New Jersey et en Pennsylvanie.

Il est tombé 80 mm de pluie en une heure à Central Park, un record.

© David Dee Delgado/Getty Images Il est tombé 80 mm de pluie en une heure à Central Park, un record.

Inondations et tornades

Le NWS avait prévu des inondations consécutives au passage des restes de l’ouragan Ida, indiquant que les terrains escarpés et les rues de plusieurs villes étaient particulièrement vulnérables.

Les vents violents et le mauvais temps s’étendaient jusqu’au Massachusetts où des alertes de tornades ont été émises tôt jeudi.

Il s’agit de la deuxième tempête en peu de temps. La tempête tropicale Henri avait déjà frappé la région il y a un peu plus d’une semaine.

Henri avait provoqué des inondations, et la région était littéralement saturée par la pluie, ce qui la rendait plus vulnérable aux inondations de cette semaine.

La tempête tropicale Larry, elle, se renforçait et se déplaçait rapidement vers l’ouest après s’être formée au large des côtes africaines plus tôt mercredi.

Elle pourrait s’intensifier et devenir un ouragan majeur, comme Ida, avec des vents qui pourraient atteindre 193 km/h.

Par  CBC/Radio-Canada avec les informations de Associated Press, Agence France-Presse et Reuters

États-Unis: Accusé de harcèlement sexuel, le gouverneur de l’Etat de New York annonce sa démission

août 10, 2021
Accuse de harcelement sexuel, le gouverneur de l'Etat de New York annonce sa demission
Accusé de harcèlement sexuel, le gouverneur de l’Etat de New York annonce sa démission© POOL/AFP/Archives/CARLO ALLEGRI

Le gouverneur de l’Etat de New York, Andrew Cuomo, accusé de harcèlement sexuel par plusieurs femmes, a annoncé mardi sa démission, une semaine après un rapport accablant sur l’affaire.

« Etant donné les circonstances, la meilleure manière de vous aider est de me retirer », a déclaré Andrew Cuomo, qui a aussi présenté ses « profondes excuses » aux femmes qui se sont « senties offensées » par ses actions.

Andrew Cuomo, 63 ans, gouverneur en place depuis 2011 et réélu en 2014 et 2018, avait été mis en cause pour la première fois en février, et les témoignages d’anciennes employées de son administration ou conseillères s’étaient multipliées depuis. En mars, il avait déjà repoussé des appels à la démission.

Mais la situation était devenue beaucoup plus difficile pour lui depuis la diffusion, il y a une semaine, des conclusions accablantes d’une enquête demandée par la procureure générale de l’Etat de New York, Letitia James, qui l’accusait d’avoir harcelé sexuellement onze femmes et enfreint les lois fédérales et de l’Etat. Dans la foulée, le président américain Joe Biden l’avait appelé à quitter ses fonctions.

Parmi les femmes figurant dans le rapport, une assistante a déposé plainte la semaine dernière, ouvrant la voie à des poursuites judiciaires contre le gouverneur.

« Les accusations les plus graves ne reposent sur aucune base crédible dans le rapport. Et il y a une différence entre des allégations d’agissements inappropriés et le fait de conclure qu’il y a harcèlement sexuel », s’est encore défendu Andrew Cuomo mardi.

« Mais ça ne veut pas dire que onze femmes n’ont pas été offensées. Elles le sont. Et pour cela, je m’excuse profondément », a-t-il ajouté.

Il a précisé que sa démission prendrait effet dans 14 jours et a rendu hommage à la vice-gouverneure Kathy Hochul, « intelligente et compétente », qui va le remplacer dans l’immédiat, et devenir la première femme gouverneure de l’Etat de New York.

Gouverneur du quatrième Etat le plus peuplé du pays, Andrew Cuomo était devenu une vedette nationale au plus fort de la pandémie de coronavirus au printemps 2020, grâce à ses points télévisés quotidiens, vus comme rationnels et rassurants en pleine crise, et qui l’avaient érigé en figure anti-Trump.

Mais son bilan avait déjà été terni par une affaire de sous-estimation du nombre de morts du Covid-19 dans les maisons de retraite, puis par les accusations de harcèlement sexuel.

Par Le Point avec AFP

États-Unis: Joe Biden demande la démission du gouverneur de New York Andrew Cuomo

août 4, 2021

NEW YORK — Le gouverneur de New York Andrew Cuomo a été confronté à des appels à la démission de plus en plus nombreux, mardi,  notamment de la part du président Joe Biden et d’autres anciens alliés démocrates, après qu’une enquête ait révélé qu’il avait harcelé sexuellement près d’une douzaine de femmes et avait tenté de se venger de l’une de ses accusatrices.

 

© Fournis par La Presse Canadienne

«Je pense qu’il devrait démissionner», a déclaré Joe Biden aux journalistes mardi, faisant écho aux sentiments de la présidente de la Chambre des représentants Nancy Pelosi et des sénateurs américains Chuck Schumer et Kirsten Gillibrand, tous démocrates. 

Le chef de l’assemblée de l’État, qui a le pouvoir de porter des accusations de destitution contre Andrew Cuomo, a déclaré qu’il était clair que le gouverneur ne pouvait plus rester en fonction. 

Le président Carl Heastie, un démocrate, a déclaré qu’il entreprendrait de mener une enquête en destitution «le plus rapidement possible». 

Le gouverneur de New York est demeuré provocant, dans sa réponse préenregistrée,  aux conclusions de l’enquête.  

«Les faits sont très différents de ce qui a été décrit», ajoutant qu’il «n’a jamais touché personne de manière inappropriée ou fait des avances sexuelles inappropriées». 

L’enquête de près de cinq mois était supervisée par la procureure générale de New York Letitia James et dirigée par deux avocats indépendants.

– Par The Associated Press avec La Presse Canadienne

New York : le gouverneur Cuomo a « harcelé sexuellement » plusieurs femmes

août 3, 2021

Selon les conclusions d’une enquête indépendante, les victimes du démocrate sont d’« anciennes et actuelles » fonctionnaires de l’État.

Andrew Cuomo épinglé. Le gouverneur de l’État de New York, le démocrate Andrew Cuomo, a « harcelé sexuellement plusieurs femmes », selon les conclusions d’une enquête indépendante demandée par la justice, a annoncé ce mardi 3 août 2021 la procureure de l’État de New York, Letitia James. « L’enquête indépendante a conclu que le gouverneur Andrew Cuomo a harcelé sexuellement plusieurs femmes et, ce faisant, a violé la loi fédérale et celle de l’État », a affirmé la procureure, précisant qu’il y avait parmi les victimes d’« anciennes et actuelles » fonctionnaires de l’État.

Le rapport d’investigation attribue à Andrew Cuomo des gestes déplacés, « des baisers et des étreintes non désirées », ainsi que « des commentaires inappropriés ». Selon les conclusions de l’enquête, le gouverneur et son personnel ont « aussi pris des mesures de représailles à l’encontre d’au moins une employée pour avoir témoigné », a indiqué un communiqué du bureau de la procureure. « Enfin, l’équipe exécutive du gouverneur a favorisé un environnement de travail toxique qui a rendu possible le harcèlement et une ambiance de travail hostile », ajoute le bureau.

Vers une démission d’Andrew Cuomo ?

Selon Letitia James, il appartient au gouverneur lui-même de « tirer les conclusions » de l’enquête. Interrogée sur le fait de savoir s’il devait démissionner, elle a ajouté : « La décision appartient au gouverneur de l’État de New York. Le rapport parle pour lui-même. » Le gouverneur, qui avait nié les accusations quand elles avaient été rendues publiques, avait longuement été entendu par les enquêteurs le 17 juillet. Andrew Cuomo avait gagné en popularité pour sa gestion de la pandémie de coronavirus, dont New York avait été l’épicentre américain au printemps 2020, mais les accusations de harcèlement l’ont par la suite affaibli.

Avec Le Point

Covid-19 : à New York, vaccin obligatoire pour aller au restaurant

août 3, 2021

À partir du 16 août, il faudra présenter un passeport vaccinal pour sortir manger ou se rendre dans les salles de spectacle et de gym, a annoncé le maire.

New York serre la vis. Une preuve de vaccination sera exigée pour accéder à l’intérieur des restaurants, des salles de sport et de spectacle, a annoncé ce mardi 3 août 2021 le maire démocrate Bill de Blasio, faisant de sa ville la première aux États-Unis à créer un passeport vaccinal. Ce dispositif, baptisé « Key to NYC pass », « exigera la vaccination des salariés et des clients des restaurants en intérieur, des salles de sport et des salles de spectacle », a expliqué le maire lors d’un point presse, précisant qu’il faudrait « au moins une dose » de vaccin. « Si vous êtes vacciné […], vous avez la clé, vous pouvez ouvrir la porte. Mais si vous n’êtes pas vacciné, malheureusement, vous ne pourrez pas participer à beaucoup d’activités », a ajouté Bill de Blasio.

Il a précisé que le dispositif serait lancé le 16 août, mais que les premiers contrôles pour le faire respecter auraient lieu à partir du 13 septembre. Depuis quinze jours, le maire et le gouverneur de l’État de New York, Andrew Cuomo, ont multiplié les annonces pour renforcer la vaccination des fonctionnaires et recommander le port du masque, face à la résurgence du nombre de cas de Covid dus au variant Delta. À New York, ville de plus de 8 millions d’habitants, 71,8 % des adultes ont reçu au moins une dose de vaccin, selon les chiffres de la mairie. Pour rappel, le maire Bill de Blasio avait précédemment annoncé que tout résident qui recevrait sa première dose de vaccin se verrait remettre un montant de 100 dollars, à partir du vendredi 30 juillet, comme le rapportait Bloomberg.

Avec Le Point

À New York, Tidjane Thiam et son fonds séduisent les investisseurs

mars 1, 2021
Tidjane Thiam, le 13 février 2020.Weigh on Results

La nouvelle société d’investissement du financier franco-ivoirien a levé 300 millions de dollars lors de sa première introduction à la Bourse de New York.

Le curriculum vitae de l’ancien DG de Credit Suisse aura su convaincre les investisseurs. En fin de semaine dernière, l’introduction en Bourse de la « société d’acquisition à vocation spécifique » (SPAC, en initiales anglaises) lancée par Tidjane Thiam et ses partenaires, Adam Gishen et Abhishek Bhatia, a été couronnée de succès.

L’opération, revue à la hausse par rapport à son objectif initial de 250 millions de dollars, en raison d’une forte demande, a finalement été réalisée au prix de 10 dollars pour 30 millions d’unités, d’après la communication financière de la société à l’issue du « pricing ».

Les parts du véhicule, baptisé Freedom Acquisition I Corp, sont négociées depuis le 26 février à la Bourse de New York sous le symbole « FACT.U ».À LIRE Tidjane Thiam : tout comprendre au « SPAC », la société d’investissement à 250 millions de dollars que prépare le financier franco-ivoirien

Cibler le secteur des services financiers

La société de « chèque en blanc », enregistrée aux Îles Caïmans, a été constituée dans le but de « procéder à des opérations de fusion, d’échange d’actions, d’acquisition d’actifs, d’achat d’actions, de réorganisation ou de rapprochement entre une ou plusieurs entreprises similaires », selon le prospectus destiné aux investisseurs et déposé mi-février.

Fondé par Tidjane Thiam, Adam Gishen et Abhishek Bhatia, Freedom Acquisition I Corp est soutenu par un fonds privé affilié à Pacific Investment Management Company (Pimco).

La structure prévoit de cibler le secteur des services financiers, en particulier les entreprises technologiques présentant un potentiel de croissance et de stabilité financière. D’un point de vue géographique, la boussole est pointée vers les marchés développés, tels que l’Amérique du Nord ou l’Europe, et les marchés émergents, en Asie, en Amérique latine et certains pays d’Afrique.

Avec Jeune Afrique par Aurélie M’Bida

États-Unis: Les Trump quittent New York

janvier 14, 2021

Mal-aimés des autorités new-yorkaises, la famille Trump quitte le Big Apple en direction de l’État de la Floride.

Donald Trump et sa famille

© CNN Donald Trump et sa famille

Le président sortant Donald Trump a déjà indiqué qu’après la conclusion de son mandat de quatre ans à la Maison-Blanche, il ne reviendrait pas vivre à New York. Le président a choisi de faire de sa résidence appelée Mar-a-Lago sa résidence permanente. Au grand dam de ses voisins qui tentent d’empêcher la venue de l’homme d’affaires.javascript:void(0)

Début décembre, on apprenait que la fille du président Ivanka Trump déménagerait elle aussi en Floride. Celle qui est aussi conseillère du président, son mari Jared Kushner et leurs enfants habiteront une île prisée des milliardaires près de Miami. Le clan habitait jusqu’à tout récemment la ville de New York.

Voilà que c’est maintenant au tour de Donald Trump Jr. de quitter la ville de New York. Selon le New York Post, l’homme de 43 ans va aussi déménager ses pénates en Floride

Il semble que pour les Trump, New York soit devenue une terre antipathique.

«Il n’y a aucune chance qu’ils restent à New York. Ils se feraient torturer dans les rues», indique une source près de la famille au quotidien.

Selon le journal, Donald Trump Jr. et sa conjointe seraient à la recherche d’une nouvelle maison dans le secteur de Jupiter en Floride. 

Le New York Post affirme que Tiffany Trump27 ans, chercherait aussi à s’établir dans le Sunshine State. Elle aimerait poser ses valises près de Miami.

Les derniers événements survenus au Capitole à Washington ont résonné jusqu’à New York. La ville et plusieurs sociétés ont décidé de couper les ponts avec la Trump Organization, prétextant qu’ils ne pouvaient cautionner les agissements du président républicain sortant. 

New York est reconnue pour être d’allégeance démocrate depuis des décennies.

Avec Buzznews

Coronavirus: bilan record de plus de 2.200 morts en 24 heures aux États-Unis

avril 14, 2020

 

Bilan record de plus de 2.200 morts en 24 heures aux États-Unis

Après deux jours de baisse, les États-Unis ont enregistré mardi un sombre record avec plus de 2.200 morts supplémentaires du nouveau coronavirus en 24 heures, le plus lourd bilan journalier recensé par un pays, selon le comptage de l’université Johns Hopkins. Alors que le nombre de morts sur une journée avait baissé autour de 1.500 dimanche et lundi, les Etats-Unis ont déploré 2.228 décès entre 20 heures 30 locales mardi et la veille à la même heure, selon les chiffres de l’université actualisés en continu. Cela porte le bilan américain à 25.757 morts au total.

Le précédent record du nombre de décès sur une journée (2.108) avait été enregistré vendredi aux Etats-Unis. Le pays est devenu ce week-end le plus endeuillé du monde, devant l’Italie (plus de 21.000 morts), l’Espagne (plus de 18.000) et la France (plus de 15.700), qui ont toutefois des populations bien moins importantes. L’Amérique compte également depuis fin mars le plus grand nombre de cas officiellement déclarés, et a franchi lundi la barre des 600.000 contaminations diagnostiquées. Environ 3 millions de tests ont été effectués dans le pays. L’épicentre de l’épidémie américaine se situe toujours à New York, où un ralentissement se confirme toutefois, avec des admissions hospitalières en baisse.

Les prévisions du nombre de morts aux Etats-Unis, selon le modèle le plus cité (IHME), qui prend en compte la façon dont l’épidémie a évolué en Chine et en Europe, se situent pour la première vague autour de 70.000 décès.

Plus d’un New-Yorkais sur 1.000 est mort du coronavirus

La ville de New York a répertorié 3.778 décès «probables» du coronavirus, qui s’ajoutent aux 6.589 cas confirmés, pour un bilan total de 10.367 morts, selon des chiffres publiés mardi. Les décès «probables» concernent des personnes n’ayant jamais été testées positives au virus mais dont l’acte de décès mentionne, comme cause de la mort, «Covid-19 ou un équivalent», selon la définition publiée par les services sanitaires de la ville.

Cela signifie qu’en considérant ces décès comme liés au coronavirus, plus d’un New-Yorkais sur mille est désormais décédé des suites de la maladie depuis l’arrivée de la pandémie dans la région. Avec 10.367 morts, la seule ville de New York compte plus de décès liés à la maladie que la plupart des pays du monde à l’exception de l’Italie, de l’Espagne, de la France, du Royaume-Uni et des Etats-Unis.

La semaine dernière, le maire de New York Bill de Blasio avait reconnu que le bilan officiel sous-estimait probablement l’ampleur du phénomène. L’écart était dû, avait-il expliqué, au fait que beaucoup de gens décédés chez eux n’étaient pas comptabilisés comme morts des suites du coronavirus même s’ils étaient probablement bien atteints.

Les derniers chiffres montrent néanmoins un ralentissement, qu’il s’agisse des décès, des hospitalisations ou des placements en réanimation.

Avec Le Figaro