Posts Tagged ‘Ngoyo’

Congo-Conte : une soirée autour du feu ponctue les activités de Jorus Mabiala à Pointe-Noire

juillet 9, 2022

Au bord de la mer et le soir au Mbongui ont reuni, le 6 juillet au Centre des ressources du conte et des arts de l’oralité à Côte matève, dans le 6e arrondissement Ngoyo,  les amoureux et férus du conte qui sont venus dire au revoir à Jorus Mabiala, conteur congolais résidant à Marseille, après son long séjour de travail dans la ville océane et d’autres villes du pays.

Photo: Les conteurs à la plage. Crédit photo »DR »

Après près de dix mois d’activités dans la ville océane, Jorus Mabiala, conteur de la compagnie Africa Graffitis, a offert une journée de conte en guise d’aurevoir, en organisant le conte au bord de la mer et le dernier Mbongui autour du feu. Deux activités qui ont connu la participation de Jules Ferry Moussoki, comédien et conteur congolais, médaillé d’or aux 8es Jeux de la Francophonie en 2017 à Abidjan (Côte d’Ivoire).

Au cours de cette journée dédiée au conte, les conteurs d’Africa Graffitis, Jules Ferry Moussoki et Jorus Mabiala ont égayé le public d’abord à la plage en fin de journée puis au Centre de ressources du conte et des arts de l’oralité en soirée. Les contes d’ici et d’ailleurs, les animations diverses autour du feu, les danses ont égayé le public heureux d’avoir participé à une journée mémorable.

Signalons que Jorus Mabiala, le conteur congolais résidant à Marseille, a, lors de son séjour au Congo, joué avec sa compagnie de conte « Africa Graffitis » dans les écoles, les lieux et salles de spectacles,  sans oublier les nombreux spectacles et rencontres diverses, formations et ateliers  qu’il a initiés au Centre des ressources du conte et des arts de l’oralité à Côte matève.

Avec Adiac-Congo par Hervé Brice Mampouya

Congo: Les jeunes de Ngoyo lapident un franc-maçon qui payait aux filles 50000 frs pour avaler ses spermes

mars 2, 2022

Un homme d’une cinquantaine d’années et membre actif de la Grande Loge du Congo a été lapidé par un groupe de jeunes du quartier Ngoyo, à Pointe-Noire, alors qu’il proposait à deux jeunes filles de l’argent contre une partie de pipe avec fin avaler son sperme. La proposition jugée très indécente et bizarre par les filles les a conduit à en parler aux garçons du quartier qui n’ont pas hésité à pourchasser le franc-maçon.

On en parlera jamais assez des agissements des membres des Loges au Congo. Depuis que cette obédience a été infiltrée par la sorcellerie, on assiste à tout genre de dérapages. Pour reussir dans une certain milieu au pays, il faut adhérer à la Loge du Congo avec toutes ses conditions diaboliques.

Ce cinquantenaire, selon plusieurs sources ne serait pas à son premier forfait et chacun se demande sur ce qu’il gagnerait en faisant avaler aux filles son sperme ? Les uns parlent des sacrifices et d’autres des chances des filles qu’il en bénéficiait.

En avalant son sperme, les filles inoculent parait-il du poison nocif qui accroîtrait les puissances et chances du franc-maçon et diminuerait la durée de vie des victimes. A bord d’un véhicule 4×4 de marque Toyota, le franc-maçon qui prenait un pot sur une terrasse de Ngoyo, aurait convié ses deux filles à se joindre à sa table et les aurait payé à boire.

Dans leurs échanges postérieurs, il leur aurait fait cette proposition, affirmant que la pénétration ne l’intéressait pas trop. Mais l’une des filles, déjà au parfum de cette affaire à travers une amie à elle de Siafoumou, a envoyé des textos à ses frères du quartier pour les en aviser.

Débarqués en masse sur le lieu, les 6 jeunes ont tout de suite menacé le franc-maçon. Grâce à l’intervention d’autres clients, il a pu se glisser dans son véhicule et s’est sauvé sous les coups de pierre. La pare brise arrière de son véhicule a été endommagée.

Avec Lecongolais.fr

Congo: Cinq nouveaux lycées ouvriront leurs portes à la rentrée

septembre 23, 2021

En marge de la 23e session du Conseil national de l’Enseignement préscolaire, primaire, secondaire et de l’Alphabétisation, le ministre de tutelle, Jean-Luc Mouthou, a annoncé l’ouverture des lycées dans quelques localités du pays. Un lycée à Tchikapika dans le département de la Cuvette, un à Dolisie dans le Niari, un à Ngamakosso dans la périphérie nord de Brazzaville, ceux de Ngoyo et de Vindoulou à Pointe-Noire.

Photo de BrazzaNews.
Lycée de Vindoulou à Point-Noire

Ces cinq lycées vont recevoir les élèves à la rentrée scolaire prévue le 4 octobre. Ils permettront de résoudre tant soit peu le problème des pléthores tant décrié dans les établissements scolaires car certains d’entre eux seront de ce fait désengorgés. Par ailleurs, les élèves qui parcouraient de longues distances ou encore quittaient leurs localités pour poursuivre les études secondaires dans d’autres localités du pays seront épargnés de ces tracasseries.

Pas plus tard que le 22 septembre, dans un échange, le ministre de l’Enseignement préscolaire, primaire, secondaire et de l’Alphabétisation et la représentante de l’Unicef, Chantal Umutoni, ont passé en revue le budget alloué au sous-secteur de l’éducation. En matière d’investissement, il est nécessaire d’augmenter l’allocation estimée à ce jour à 4%. Cette augmentation permettra de renouveler les infrastructures scolaires.

En réalité, le gouvernement est appelé à poursuivre les efforts visant à rapprocher l’école de l’apprenant. Dans plusieurs localités, les infrastructures scolaires, notamment les lycées, manquent. 

Avec Adiac-Congo par Rominique Makaya