Posts Tagged ‘Nicolas Bedos’

Nicolas Bedos: sa nuit avec Julie Gayet

février 10, 2014
Nicolas Bedos

Nicolas Bedos

L’humoriste rebondit sur le « Gayetgate »

Dans ELLE cette semaine, Nicolas Bedos raconte une « nuit » passée avec Julie Gayet. Chez Ruquier, il invective le Président et s’adresse de nouveau à la comédienne.
Maître dans l’art de manier les mots, Nicolas Bedos irrite autant qu’il fascine. Dans Elle, ce vendredi, l’artiste publie une lettre ouverte à Julie G. Entendez Julie Gayet. Dans le magazine, le fils de Guy Bedos narre la soirée qu’il a vécue, en 2009, au côté de l’actrice bien avant l’explosion médiatique de cette dernière. «Je me rappelle de cette histoire, celle dont tout le monde se fout» souligne l’humoriste. Si Nicolas Bedos reconnaît qu’il a découvert l’actrice en 2004 dans le film Clara et moi, ce n’est que cinq ans plus tard que les deux protagonistes se rencontrent officiellement. On imagine alors une suite croustillante. Il n’en sera rien. De cette rencontre accouche une – courte – relation platonique. Pourtant, l’humoriste y est allé de son numéro de charme pour attirer la jeune femme lors de cette soirée dont il se souvient comme si c’était hier. «Je te suggérai simplement de poursuivre ton débat en position horizontale».

Une demande qui reste sans suite. Lui qui rêvait d’ébats torrides n’a, de son propre aveu, même pas pu faire taire «d’un baiser cette bouche si loquace». Un coup dur pour l’acteur qui assume cependant son échec: «je ne suis pas en train d’écrire dans ELLE que j’ai passé la nuit avec Julie Gayet. Je suis en train d’écrire que je l’ai passée à côté d’elle. C’est à peine si nos mains, attendries par l’approche du sommeil, s’entremêlèrent». Dommage.

Samedi, dans On n’est pas couché, le chroniqueur criait sa rancoeur au président de la République. «Cher François, que ce soit bien clair, l’Elysée, c’est à toi. Les gonzesses sont nos attributions». Et encore: «La Gayet, c’est du lourd mec. Nous, Gayet, on la tente en 4e année. Ça fait 7 ans que je potasse le dossier. Avec la tronche que t’as, si ce n’est pas de l’abus de pouvoir… »

Et dans une tirade désespérée, il cherchait à ramener Julie Gayet à la raison. «Julie, mon amie, sors de là immédiatement. Tu es tombée dans un traquenard. Tu veux que je te dise, les hommes politiques sont le sida des vedettes. Demande à Pulvar, Anne Sinclair, Carla Bruni. La politique est un poison, reviens tout de suite à la maison».

Gala.fr par Arthur Guyard

Nicolas Bedos: Très vulgaire et remis à sa place par une jolie jeune femme !

novembre 16, 2011

A 31 ans, Nicolas Bedos est un prodige de la plume. Fils de Guy Bedos, il s’est fait connaître par ses chroniques assassines La semaine Mythomane dans Semaine Critique sur France 2 de Franz-Olivier Giesbert – avant l’arrêt de cette dernière. Le 3 novembre, Nicolas Bedos sortait son premier ouvrage Le Journal d’un Mythomane aux éditions Robert Lafont, une compilation de ses chroniques (qu’il publie désormais dans l’hebdomadaire Marianne). Ecrivain talentueux, chroniqueur acide, mais aussi comédien que l’on retrouvera dans L’amour dure trois ans de Frédéric Beigbeder et dans deux autres films avec Romain Duris et Agnès Jaoui, Nicolas Bedos sait tout faire. A l’exception d’une chose : supporter la critique !

En effet, le fils Bedos a pété les plombs hier, lundi 14 novembre, sur le plateau d’Au Field de la nuit, présentée par Michel Field sur TF1, victime des critiques de Mathilde, une jeune (et jolie) étudiante. Cette dernière lui reprochant de n’être « qu’une figure de style, un essayiste plus sur la forme que sur le fond », Nicolas Bedos ne peut pas s’empêcher de plaisanter sur son physique avant de déclarer, interloqué, devant les invités Matthieu Chedid et Laurent Baffie : « Elle peut me traiter de ce qu’elle veut. »

Elle enchaîne sûre d’elle : « J’ai lu votre préface et je me suis dit, tiens, il excuse absolument tout, il se légitimise d’avoir fait le con à la télé en écrivant un bouquin. Donc je suis pas mal déçue. Et au final, je n’ai plus rien à vous dire, vraiment… » Bedos pète alors les plombs ne pouvant s’empêcher de jouer son showman : « A part va te faire enculer peut-être ? Ok ben je vais y aller. Qu’est ce que tu veux que je te dise ma grande ? Tu as une belle gueule mais tu es une connasse, tu ne vas pas me faire chier avec tes questions de merde, mets ton micro dans le cul et fous le camp ! » Classe !

Si Nicolas Bedos réussit tout naturellement à s’attirer les rires de la salle, notre vaillante Mathilde ne baisse pas les bras pour autant : « Ce n’est pas forcément méchant mais j’ai trouvé que c’était un peu facile. Vous vous êtes tellement justifié à la télé, est-ce que vous avez besoin de le faire dans un livre. » Bedos l’interrompt (toujours gentleman !) : « C’est pas vrai ce que tu dis, ce n’est pas juste, mais cela ne m’empêchera pas de dîner avec toi. Tu veux dire en fait que tu en as marre de voir ma gueule ? » La jolie brunette lui lance alors : « Non, j’en ai pas marre, vous êtes très attrayant tout de même. »

Enfin, alors que Bedos se croit tout permis et continue de faire le beau lançant à la jeune femme : « T’as voulu faire de la télé comme toutes les putes », Mathilde finit par l’achever : « Au final ce que je veux dire c’est que j’arrive pas à vous faire de compliments ni de reproches, vous vous les faites vous-même. Je vois pas ce que je peux rajouter d’autre. Je sais pas qui est la plus pute entre vous et moi. »

Mathilde 1 – 0 Bedos.

People.com par Chloé Breen