Posts Tagged ‘noir et blanc’

France: Expo vente de Willem à la galerie Artitude

août 4, 2013

Le dessinateur satirique Willem expose à Paris du 19 au 30 septembre, à la galerie Artitude, en vous proposant d’acquérir ses œuvres dans une riche et étonnante diversité.

Le provocateur célèbre pour ses dessins dans « Libération » et « Charlie Hebdo », couronné cette année par le Festival de BD d’Angoulême, se dévoile sous un regard inédit. L’infatigable Willem présente en effet des œuvres en grand format, en noir et blanc mais aussi en couleurs, s’étalant sur plus de quatre décennies, allant de mai 68 à la présidence Sarkozy. Il est question d’un florilège d’affiches mais surtout de dessins sur des thèmes variés, illustrant des festivals artistiques, croquant les personnages illustres de ce monde et alternant les scènes de guerre avec les décors de paix.

Afficher Willem dans votre salon sera possible, et plus encore : Cet autre regard sur le parcours du caricaturiste féroce vous offre aussi l’occasion de repartir avec son dernier livre paru en janvier, « Dégueulasse », qu’il aura plaisir à vous dédicacer sur place à deux reprises : le 19 septembre et le 21 septembre, de 17h00 à 20h00. Venez nombreux !

Galerie Artitude
4 avenue Paul Déroulède 75015 Paris
Métro : La Motte Picquet Grenelle
Tél : 01 45 66 66 33 – http://www.artitudeparis.com
Ouverture tous les jours de 10h30 à 19h00

Rihanna: les hommes préfèrent les blondes

mai 20, 2013

Elle pose avec une perruque façon Marilyn Monroe

Rihanna: les hommes préfèrent les blondes 

rihanna marilyn 2RihannaRihanna rougeRihannarihanna ouv

Rihanna-fume 

Rihanna est fan de Marilyn Monroe. La jeune chanteuse pop a beau être née 26 ans après la mort de l’icône hollywoodienne, elle connaît au moins une partie de sa filmographie. Pour ses fans qui la suivent sur les réseaux sociaux, elle vient de poster un cliché torride affublée d’une perruque blonde.

Après s’être rasée la moitié de la tête, teint les cheveux en rouge, après avoir essayé le court et le long, Rihanna revisite ses classiques. Pour affoler un peu plus les foules, la jeune chanteuse – interprète de Diamonds – a décidé d’opter pour une perruque blonde à la Marilyn Monroe. L’actrice de Certains l’aiment chaud et des Hommes préfères les blondes a de quoi l’inspirer. Une cote sexuelle qui n’est pas à refaire et un mythe qui continue de fasciner presque 50 ans après sa disparition. Autant d’atouts que Rihanna rêve publiquement de faire siens.

C’est grâce à son amie la photographe Melissa Forde que Riri crée une nouvelle fois le buzz. Vêtue uniquement d’un peignoir en soir et d’une manchette en or, la superstar vampe en noir et blanc sur un canapé chanceux. Le cliché en noir et blanc est sobrement sous-titré d’un «Juste un jour normal au bureau». Une fois allongée, l’autre accoudée sur la droite, la Barbadienne montre une paire de jambes sans défauts.

On ne sait pas encore à quoi sera destiné ce nouveau tirage photo, mais il fête en tout cas le retour de Rihanna à l’age d’or, près de deux ans après un shooting photo pour Vogue. En novembre 2011, elle faisait la couverture de la bible de la mode en bustier japonisant avec de jolies boucles blondes et une moue sexy incendiaire. Deux ans plus tard, le fantasme est intact.

Gala.frpar Fanny Abouaf

Congo: émotion et recueillement aux obsèques des victimes de Brazzaville

mars 11, 2012

Des milliers de personnes ont assisté dans l’émotion et le  recueillement dimanche à Brazzaville aux obsèques de 145 de 223 victimes des  explosions d’un dépôt de munitions, une semaine exactement après le drame qui a  fait aussi plus de 2. 300 blessés et 14. 000 sans-abri.

Le maître de la cérémonie, Médard Milandou, a précisé lors d’un discours que  223 corps ont été enregistrés dans les morgues de la ville, dont 159 ont été  identifiés jusque-là.  Un précédent bilan faisait état de près de 200 morts.

Les obsèques de 145 victimes identiées se sont tenues dimanche, celles des 14  autres se dérouleront plus tard à la demande des familles.

Les 145 cercueils recouverts du drapeau congolais vert-jaune-rouge et d’une  gerbe de fleurs aux mêmes couleurs, sont arrivés en fin de matinée sur  l’esplanade du Palais de congrès de la capitale du Congo, sur les remorques  d’une dizaine de camions.

Quatre soldats, portant un béret noir et un cache-nez, se tenaient sur  chacune des remorques.

Les proches des victimes, certains en pleurs, se sont rassemblés sous six  tentes blanches, face aux officiels aux premiers rangs desquels le président  congolais Denis Sassou Nguesso.

Certains parents tenaient des photos des défunts et des croix sur lesquelles  étaient inscrites la date de naissance et celle du décès, le 4 mars 2012.

De l’autre côté du boulevard séparant l’esplanade du ministères des Affaires  étrangères, plusieurs milliers de personnes, la plupart vêtues de noir et blanc,  ont pris place derrière des barrières.

Après un culte oecuménique (catholique, protestant et de l’église africaine  kibanguiste), le président Sassou Nguesso a déposé une gerbe de fleurs et  présenté ses condoléances aux parents des victimes.

Le convoi funéraire de camions-remorques s’est ensuite dirigé vers le  cimetière du centre-ville pour l’inhumation des victimes, suivi d’une trentaine  de bus avec les familles, a constaté l’AFP.

Des caveaux ont été spécialement creusés ces derniers jours sur un terrain du  cimetière jouxtant le site où reposent les 48 victimes congolaises de l’attentat  contre un DC 10 de la compagnie aérienne française UTA le 19 septembre 1989.

Cette journée d’hommage marque la fin du deuil national décrété depuis mardi  par les autorités.

La série d’explosions dans un dépôt de munitions d’une caserne d’un régiment  de blindés qui a soufflé un quartier est de Brazzaville le 4 mars entre 08H00 et  10H45, a fait 223 morts, plus de 2. 300 blessés et 14. 000 sans-abri dont les  habitations ont été détruites.

Il s’agit du plus meurtrier accident de ce type, dans des dépôts d’armes et  de munitions, depuis 10 ans dans le monde.

Le bilan pourrait s’alourdir encore, d’autres corps se trouvant  vraisemblablement à proximité immédiate du dépôt de munitions, dont le déminage  n’a pas encore débuté et où la Croix-Rouge n’a pu se rendre jusque-là.

L’accident serait dû à un court-circuit qui aurait provoqué un incendie,  selon le gouvernement qui a ouvert une enquête.

Les principaux hôpitaux de ville, sous équipés et débordés par l’afflux de  réfugiés après l’accident, ont bénéficié les jours suivants d’une aide  importante de pays étrangers et d’ONG, principalement en personnel médical et en  médicaments.

L’Observatoire congolais des droits de l’homme (OCDH) a critiqué la gestion de la crise par les autorités « à tous les niveaux », déplorant notamment l’insuffisance des mesures d’accompagnement des sinistrés dans les sites d’accueil, et demandé une « enquête internationale ».

Les 14. 000 sans-abri sont accueillis dans les jardins de deux églises, un  marché couvert et des stades de la ville où ils vivent dans des conditions  difficiles.  Le gouvernement a sollicité l’appui du Haut Commissariat de l’ONU  pour les réfugiés pour gérer les sites.

Jeuneafrique.com