Posts Tagged ‘Norbert Dabira’

Congo: le général Norbert Dabira à la barre

mai 15, 2018

 

Il est depuis ce matin à la cour d’appel de Brazzaville, devant leurs piètres juges.

Aujourd’hui monsieur Dabira le temps vous fait comprendre que tout est vanité sur terre. Le sang des disparus du beach réclament justice.

Cette fois-ci la cour se juge être incompétente de cette affaire. Elle vient de se retirer pour plus de certitude néanmoins le temps d’appeler le roi d’Oyo pour plus d’argent et d’autres consignes pour ladite affaire.
Photo de BrazzaNews.
Norbert Dabira, pensif
Avec Brazzanews.fr

Congo: un commando invisible s’organise pour défendre Nianga Mbouala

mai 3, 2018

 

 

A Brazzaville, un secteur radical du pouvoir fait courir la rumeur sur l’imminente arrestation, du général Ngatsé Nianga Mbouala, soupçonné de connivence avec le général Norbert Dabira, dans un projet de renversement des institutions de la république. Norbert Dabira est écroué à la maison d’arrêt depuis décembre 2017.

Ancien patron de la sécurité présidentielle, le général Ngatsé Nianga Mbouala, est pourtant, celui qui avait alerté son parent Denis Sassou Nguesso, des intentions de Norbert Dabira. Mais, ses mauvais rapports, avec Jean Dominique Okemba et Jean François Ndenguet ont fait de lui, complice du dit projet.

Il y a quelques semaines, un journal paraissant à Brazzaville et financé par le directeur général de la police, Jean François Ndenguet, a presque signé l’arrêt de mort de Nianga Mbouala, en lieu et place, du procureur de la république.

Conscient de la gravité de la situation et du danger qui le guette, Nianga Mbouala, qui clame son innocence, observe le cours des événements. Il se sait lâcher par Sassou Nguesso, mais soutenu par ses enfants et la famille. De par son passé de guerrier, Nianga Mbouala jouit d’une grande sympathie parmi la troupe, et certains officiers, qui jusque-là, ont retardé son arrestation. Selon une source concordante, des tracts circuleraient parmi ces hommes en treillis, appelant à union autour de ce général.

Un mouvement appelé «  commando invisible », qui préparerait des représailles d’envergure en cas d’arrestation du général Nianga Mbouala. Un mouvement spontané et autonome dont Nianga Mbouala lui-même n’a pas le contrôle.

Jean Dominique Okemba n’a jamais pardonné à Nianga Mbouala son refus d’appartenir à sa loge maçonnique, et sa liberté spirituelle. Un électron libre,très dangereux capable de se retourner contre eux, d’où son acharnement à le faire taire. Des tractations seraient en cours à Oyo pour essayer de régler à l’amiable ce conflit familial capable de dégénérer et anéantir le clan. Le pétrole du Kouilou ne peut pas se perdre.

Sacer-infos.com par Stany Franck

 

Congo: Le Général Norbert Dabira envisagerait de se suicider

février 16, 2018

 

Une révélation de notre confrère le Troubadour, dans sa publication du 15 février, fait état d’une volonté affirmée du général Norbert Dabira, de mettre fin à ses jours, plutôt que d’affronter l’humiliation. L’administration pénitentiaire se trouve dorénavant interpellée pour garantir l’intégrité du détenu.

 

Selon certaines indiscrétions révélées par le journal le Troubadour, le général Norbert Dabira « aurait fait parvenir un courrier testamentaire à la présidence de la République dans lequel il demandait à être enterré dans son village natal après son suicide… »

Pareil processus, s’il est avéré, participe d’une volonté manifeste d’un passage à l’acte, les intentions en ayant déjà été dévoilées à travers ladite lettre testamentaire qui fait foi d’engagement irréversible.

La culture du soldat qui parfois obéit à une grandeur et un sens du devoir construits sur l’honneur et la dignité, commande de périr, plutôt que de rendre les armes, quels que soient les circonstances et les conditions qui dessinent la défaite et l’humiliation pour l’officier de référence que l’on a été.

Officier général à 36 ans, Norbert Dabira a tissé au long des ans pour sa personne, une stature de « grâce » dont il ne supporte sans doute pas la disgrâce, quel que soit ce qu’on lui reprocherait.

Les conditions de son incarcération racontées par le Troubadour, dessinent un véritable détachement à la vie. Dire que l’homme a déjà tourné la page des vivants.

« Lorsqu’il ressort du bureau du procureur de la République ce 6 février 2018, il a la mine défaite, bien qu’il garde son calme: on vient de lui signifier les charges qui pèsent sur lui. On vient aussi de lui dire qu’il va être transféré à la maison d’arrêt centrale de Brazzaville. Il demande aux policiers s’il leur revient de le conduire à son nouveau lieu de détention. On lui répond qu’il y a un nouveau dispositif sécuritaire pour cela, et qu’il devra se rendre à pied du parquet à la maison d’arrêt centrale de Brazzaville. Comme vaincu, il lance aux policiers cette phrase énigmatique, en guise d’au revoir: «Hier c’étaient eux, aujourd’hui c’est nous, demain ça sera peut-être vous».

Énigmatiques, ces mots le sont à l’évidence. « Demain ce sera peut-être vous ». Peut-être, car il envisage ne pas être présent pour voir s’il en sera ainsi.

Quelles dispositions sont-elles prises par les services pénitentiaires pour éviter que le pire ne se produise ?

Zenga-mambu.com avec Les echos-congobrazza.com par Bertrand BOUKAKA

Congo/Norbert Dabira: naïf ou dupe ?

février 11, 2018

 

Photo de BrazzaNews.

Général Norbert Dabira

 

Affaire coup d’état du Général Norbert DABIRA : son téléphone livre des secret. Blanchard OKOÏ bientôt aux arrêts ?

Le téléphone portable du général Norbert Dabira, détenu depuis le 7 février dernier à la maison d’arrêt, commence à livrer ses secrets?

De sources proches de l’enquête sur le fameux vrai faux coup d’etat de Dabira et Nianga-Mbouala contre Sassou Nguesso, les fins limiers des renseignements congolais après avoir piégé le général Dabira en lui demandant de récupérer son téléphone pour soit-disant, rentrer en communication avec Sassou lui-meme, les enquêteurs en ont profité pour séquestrer son portable et le checker au cas où des informations relatives à ce coup d’etat s’y trouveraient.

De ce qui ressort, les noms de certains colonels, au nombre de quatre, risquent d’être interpellés. On parle également d’un grand bonnet qui a pignon sur rue. Les jours qui suivent, risquent d’être agités au sein des Forces Armées Congolaises avec l’interpellation et la mise aux arrêts de certains officiers.

Avec Brazzanews.fr

Urgent/Congo: incendie dans la cellule de Norbert Dabira à la maison d’arrêt

février 8, 2018

 

À la maison d’arrêt de Brazzaville, la cellule du Général de DABIRA vient de prendre feu 🔥. Le Général Norbert Dabira a échappé de justesse à la mort.

En effet, alors qu’il était enfermé, un incendie s’est déclenché uniquement dans sa cellule. Heureusement que ses voisines, des femmes détenues, ont cassé le cadenas avec des pierres de fortune, ont ouvert la porte et sorti le malheureux en cinglet. La petite cellule était déjà remplie de fumée étouffante.

Jamais une telle situation ne s’était produite auparavant ni dans cette cellule, ni dans l’ensemble de la maison d’arrêt.

Par ailleurs, le prisonnier politique Paulin MAKAYA conduit manu militari chez le juge ngombo, pour l’instant nous ne connaissons pas le mobile… A suivre

 

Avec Brazzanews.fr

Congo: le général Norbert Dabira transféré à la maison d’arrêt de Brazzaville

février 7, 2018

 

Le général congolais Norbert Dabira est soupçonné d’avoir fomenté un projet de coup d’État contre le président Denis Sassou Nguesso. © Facebook/Norbert Dabira Atsiha

Soupçonné d’avoir fomenté un projet de coup d’État contre Denis Sassou Nguesso, et placé en détention depuis le 11 janvier à la DGST, le général congolais Norbert Dabira a été transféré mardi à la maison d’arrêt de Brazzaville, a-t-on appris de l’entourage de l’officier, signant une nouvelle étape dans l’enquête.

Après avoir passé plus d’un mois dans une cellule de la Direction générale de la surveillance du territoire (DGST), le général Norbert Dabira a été transféré et « placé en détention à la maison d’arrêt [de Brazzaville] ce mardi 6 février », indique à Jeune Afrique un collaborateur très proche de ce général congolais à la retraite. Ce transfert a été décidé par le procureur de la République, André Oko Ngakala, à l’issue d’une « audition [qui] a duré moins d’une heure », précise-t-il.

« Cela voudrait dire que l’enquête a pris un tournant décisif, laisse entendre de son côté une source gouvernementale. Après l’investigation matérielle menée à la DGST et si cette détention à la maison d’arrêt se confirme, on entrerait désormais dans la phase d’instruction proprement dite. » Au menu : interrogatoire, mise en confrontation avec les personnes citées dans l’affaire, etc.

Qu’en est-il du complice présumé Nianga Mbouala ?

Norbert Dabira, 68 ans, est soupçonné d’avoir évoqué un projet de coup d’État contre le président Denis Sassou Nguesso fin 2017. Ce que l’intéressé nie. Jusqu’à présent, son complice présumé, le général Ngatsé Nianga Mbouala, fraîchement limogé de son poste de commandant en chef de la Garde républicaine, « n’a toujours pas été interpellé, ni soustrait de la circulation », déplore-t-on dans l’entourage de Dabira.

Durant ses vingt-six jours de détention à la DGST, le général Dabira, ancien haut-commissaire à la réinsertion des anciens combattants, recevait la visite de sa famille. Notamment celle d’un de ses neveux qui, « trois fois par jour, lui apportait de la nourriture et du linge propre », confie l’un de ses proches.

Loin de Brazzaville, Norbert Dabira, également patron de la chaîne de télévision DRTV, se trouve toujours dans le collimateur de la justice française dans l’affaire dite des disparus du Beach de Brazzaville. En 2013, il fut notifié de sa mise en examen pour crimes contre l’humanité après une brève interpellation à Paris.

Jeuneafrique.com par

Congo: le Général Dabira faisait la main noire à Sassou avec Belinda Ayessa

février 1, 2018

Alors qu’il est détenu à la maison d’arrêt de Brazzaville soupçonné de renverser les institutions de la république par l’assassinat du chef de l’État, plusieurs sources concordantes affirment que le général Norbert Dabira faisait la «main noire » à Denis Sassou Nguesso avec Belinda Ayessa, fille du vice -premier ministre Firmin Ayessa. Est-ce l’une des raisons l’ayant conduit en prison ?

Le 5 décembre 2017, le général Norbert Dabira avait été interpellé par les services de sécurité de l’État qui le soupçonnait de préparer un coup d’État en collusion avec un autre général patron de la garde républicaine.

Placé en résidence surveillée pendant quelques semaines, il a été finalement emprisonné à la maison d’arrêt de Brazzaville après audition à la direction générale de la surveillance du territoire (DGST).

Longtemps proche de Denis Sassou Nguesso et ex-inspecteur général des forces armées, Dabira  ne jouissait plus d’aucune fonction officielle depuis que son poste de haut-commissaire à la réinsertion des anciens combattants lui avait été retiré en août 2017.
On le savait par ailleurs amer de ne pas avoir été suffisamment soutenu à ses yeux par son mentor dans l’affaire dite des disparus du Beach, pour laquelle il a été mis en examen en France.

Selon les informations  proches du général Dabira, celui-ci maintenait une relation sentimentale avec la fille du vice-premier ministre Belinda Ayessa, laquelle par ailleurs est la maîtresse de Denis Sassou Nguesso.

Il se murmure même que Norbert Dabira serait le vrai père de l’enfant de Belinda Ayessa attribué légalement à Sassou Nguesso. Le général putschiste faisait alors la main noire à son ami et chef.

Est- ce l’une des raisons qui a poussé Sassou Nguesso et Okemba à vouloir coûte que coûte neutraliser Dabira, perçu comme un traître et rival ?

Il est connu de tous qu’il y trois choses impardonnables pour Denis Sassou Nguesso, son pouvoir, sa famille et ses conquêtes intimes.

Sacer-infos.com par Stany Franck

Congo: le Général Nianga Mbouala relevé de ses fonctions

janvier 12, 2018

Le général Nianga MBOUALA vient d’être relevé de ses fonctions en tant que commandant de la garde républicaine. Il est remplacé par son adjoint, le général Gervais Akuangui au poste du COM GR commandant de la garde républicaine.

Le général Nianga Mbouala au temps de ses fonctions
Nianga Mbouala est soupçonné d’être le premier complice du général Norbert Dabira qui déjà été déféré à la Maison d’arrêt de Brazzaville, après un court séjour à la DGST.Photo de BrazzaNews.

Général Norbert Dabira, victime de sa naïveté

Sauf miracle, sa probable arrestation et détention n’est pas exclue dans les jours à venir.

Le plan d’élimination du général Nianga Mbouala se précise.

Selon des sources en treillis, le général Ndenguet va envoyer ses hommes pour narguer Nianga Mbouala chez lui. Et par là provoquer une rixe avec sa garde et justifier une intervention des forces de l’ordre à son domicile.

C’est pour mener à exécution ce plan machiavélique que le Commissariat de Police d’Arrondissement (4e arrondissement) de 10 Francs situé à quelques encablures de la maison de Nianga Mbouala et dirigé par Ata Francis vient de recevoir un renfort en armes et munitions à bord de 2 bj double cabine blanches aux vitres teintées.

En outre des passagers de bus de transport signalent la présence de Véhicules blindés à 45 km. Ils ont franchi le péage. Destination inconnue.

 

Photo de BrazzaNews.
Général François Ndenguet et Nianga Mbouala: qui va avaler l’autre?

Des vives tensions sont perceptibles au Congo-Brazzaville depuis le limogeage du Général NIANGA MBOUALA et l’arrestation du général DABIRA.

On ne sait pas qui va tirer le premier. Les barricades viennent d’être érigées à Ollombo ( Nord du pays ).

Des blindés sont positionnés à kebeliba et 10 francs ( Brazzaville). Qui va tirer le premier ? Brazzavillois (e)prenez vos précautions c’est pas de la comédie.

La situation est très tendue comme dans un film western. Il y a l’électricité dans l’air. Brazzaville retient son souffle. Car après avoir été relevé de ses fonctions, le général à la barbe blanche qu’aimait caresser Sassou sera bientôt arrêter et conduit à la DGST avant de rejoindre son compagnanon de fortune, le Général Norbert Dabira qui l’attend à la Maison d’arrête de Brazzaville pour partager leur soupe de mukalu avec un bon mugwelé.

Photo de BrazzaNews.

Même toi Nianga Mbouala, avec ta barbe blanche, tu veux faire un coup d’état contre moi?

Brazzanews.fr avec Lesechosdebrazza.com

 

Congo: le coup de fil de Dabira à Nianga Mbouala qui a fait échouer le coup d’État

décembre 15, 2017

satv

Sans ce coup de fil, on parlerait peut être de Denis Sassou Nguesso au passé actuellement au Congo. Des militaires avaient prévu renverser le chef de l’État Congolais lors de son déplacement à Paris au sommet sur le climat. En voulant associer le général Gatsé Nianga Mbouala dans le coup, Norbert Dabira a tout fait échoué.

Brazzaville s’est réveillé le 5 décembre dernier avec la nouvelle de l’interpellation du général Norbert Dabira accusé de fomenter un putsch contre Sassou Nguesso en compagnie de Nianga Mbouala. Nombreux sont les Congolais qui se demandent encore pourquoi seul Norbert Dabira a été placé en résidence surveillée et non son complice Nianga Mbouala ?

Une source sécuritaire chargée de cette enquête a confié à la rédaction de Sacer-infos qu’en réalité c’est le général Nianga Mbouala qui a alerté le chef de l’État de l’imminence d’un coup d’État contre lui après des échanges avec son collègue Norbert Dabira.

Dans un article publié sur ce site, la rédaction alertait déjà sur un autre putsch avorté qui consistait à abattre l’avion présidentiel à son décollage ou atterrissage à l’aéroport de d’Ollombo au nord du pays, loin de Brazzaville. Ces putschistes se sont volatilisés dans la nature en attendant de revenir à la charge.

La situation catastrophique du pays, devient de plus en plus insupportable, au point de faire prendre conscience de nombreux officiers et sous officiers, des forces armées Congolaises, qui convergent les idées pour y remédier.

Norbert Dabira avait cru bon mettre au parfum un éminent membre de la sécurité présidentielle dont des éléments et la hiérarchie étaient en connivence avec les putschistes.

Un coup d’État parfait et sans effusion de sang qui devrait obliger Denis Sassou Nguesso à vivre en exil, alors qu’un grand dialogue inclusif entre Congolais servirait à tracer le chemin du nouveau Congo, libéré de l’emprise du clan Sassou Nguesso.

Les putschistes agissaient toujours dans la géopolitique de maintenir le pouvoir au nord du Congo.

Mis au courant du projet, le général Nianga Mbouala qui n’est plus en sainteté avec Denis Sassou Nguesso a trouvé par là une occasion en or de faire taire tous les soupçons pesant sur lui sur ses velléités putschistes. Il a vendu la mèche pour gagner à nouveau la confiance de Sassou.

2000 soldats Angolais et le retour de Pierre Oba

Des arrestations sont prévues dans les semaines à venir, le temps pour le pouvoir de s’assurer de maîtriser la situation en tentant de liquider toutes les poches divergentes. Denis Sassou Nguesso n’a plus totalement confiance en sa garde et a demandé du renfort à l’Angolais qui va dépêché près de 2000 soldats au Congo.

Par ailleurs, Pierre Oba a été chargé en compagnie du général Noël Essongo de coordonner la sécurité de Sassou en attendant l’arrivée des Angolais. Ces militaires Angolais paraît-il seront aussi utilisés dans la traque du pasteur Ntumi dans une grande opération prévue l’année prochaine.

Sacer-infos.com par Stany Franck

 

Congo: Le général Norbert Dabira convoqué à la DGST et libéré

décembre 5, 2017

 

Norbert Dabira a été convoqué illico presto à la DGST, à la suite d’un entretien téléphonique avec Nianga Bouala, Ayi Odzali (le fils de François Odzali) arrêté par les éléments de de la DGST. Il a été libéré très tard dans la soirée, à minuit.

Photo de BrazzaNews.

Général Norbet Dabira

Avant de se rendre à la DGST, où il a été convoqué à la suite d’un coup de fil jugé suspect donné à Nianga Mbouala, Norbert DABIRA, selon des membres de sa famille, a fait sa prière, et a dit aux siens: » alertez les autres au cas où je ne reviens pas de si tôt « .

Le mobile pour lequel le général Norbert Dabira a été convoqué reste bien flou. Certaines langues revêches chuchotent que Dabira est soupçonné( à tort?) de préparer, avec son alter ego Nianga Mbouala, une révolution à la Mnanangwa . « Une conversion téléphonique entre les deux généraux aurait mis les services en alerte », croit savoir une source proche de la DGST. Vrai ou faux?

Toujours est-il que les autorités sécuritaires de Brazzaville se montrent trop nerveuses ces jours-ci. Après la bastonnade infligée aux journalistes pendant près de 2 heures par les éléments de la GRB, une unité de la police congolaise dirigée par Jean François Ndengué, elles ont récemment mis aux arrêts l’ancien ministre Michel Mampouya, Lucien Okana, Ayi Odzali( le fils de l’homme d’affaires congolais François Odzali, en exil en France), tous détenus à la DGST.

Pour le cas d’Ayi Odzali, le jeune homme a été enlevé en plein jour et conduit à la DGST.

Il y a quelques jours, c’est Claudine Munari qui se faisait violenter à son domicile par des policiers nerveux . Une attitude qui coïncide avec l’arrivée au port autonome de Pointe-Noire des véhicules anti émeutes et autres armes de guerre.

Vu la situation financière, économique et politico sociale que traverse le Congo conjuguée à la fébrilité physique de Sassou dont l’épouse Antoinette est également mal en point, le couple Ndengué Okemba Dominique aurait-il décidé de passer à l’offensive d’un coup d’Etat en neutralisant tous ceux qui peuvent leur barrer la route? D’autant que Kiki est tant affaibli depuis le renvoi aux calendes grecques de son mariage du siècle avec sa dulcinée Bumba Nathalie, pendant que Okoy, Yves Richard Mondjo, Nianga Mbouala, Jean Jacques Bouya et Ondongo Gilbert sont fragilisés.

Okemba, que certaines personnes légères prennent pour un « villageois », pourrait s’avérer le vrai sage. Sa danse guerrière sur la tombe de son grand père Julien Nguesso pourrait , selon les sages Mbochis, être une force mystique de plus pour faire son coup d’état scientifique à la Zimbabwéenne.

Les initiés savent donc pourquoi le conseiller spécial en matière de sécurité de son oncle de président a tout fait pour laisser son homme de main Jean François Ndengué à la tête de la police congolaise, alors que ce dernier a été admis à faire valoir ses droits à la retraite.

 

DABIRA RELÂCHÉ À LA DGST HIER À MINUIT

Ceux qui me vouent aujourd’hui une haine sans limite à Brazzaville seront, peut-être, les mêmes qui bénéficieront de mon pardon demain pour voler à leur secours. C’est ce que l’on peut retenir du cas Dabira.

Lui qui m’a mené la guerre pendant les derniers moments de mon séjour à Brazzaville. Et pour cause, j’avais osé mener une enquête sur les scandales financiers à la banque Lcb, dans les lesquels était empêtré Younès EL Masloumi, son ami en business et directeur général de cette banque Marocaine installée au Congo.

Norbert Dabira, voulant protéger son « cabri « , selon l’expression congolaise consacrée pour désigner celui qui vous accorde d’importants avantages, m’a taxé  » d’agitateur ». Dieu merci, Masloumi a été viré grâce à nos sorties médiatiques.

Et aujourd’hui, c’est notre publication d’hier qui a mis en alerte tout le monde pour le sortir de la DGST où sa chambre, son lit et le nécessaire avaient été apprêtés pour un sort à la Marcel NTsourou. N’empêche. Ndengué, Obarra et Jdo vont à nouveau l’interpeller.

Accusé par eux de vivre comme « un bourgeois harpagon, plus disposé à conduire ses juteuses affaires qu’à mourir sous le drapeau « , le général Norbert Dabira est depuis longtemps dans le viseur du trio arbitral congolais( Ndengue-Obarra-JDO). Une affaire de jalousie.

Reste le général Nianga Mbouala, l’homme qui se marie tous les week-ends et dont le directeur de cabinet est toujours gardé sans jugement depuis des mois. Pas sûr qu’il ait échappé au trio arbitral!

Par Elie Smith, l’œil de l’aigle! avec Brazzanews.fr