Posts Tagged ‘Nord-coréens’

Le Canada lance un programme de parrainage privé de réfugiés nord-coréens

octobre 26, 2021

SÉOUL, Corée, République de — Une organisation de défense des droits de la personne basée à Toronto annonce le lancement d’un programme de parrainage privé pour réinstaller des réfugiés nord-coréens au Canada.

© Fournis par La Presse Canadienne

Le Canada deviendrait ainsi le troisième pays, après la Corée du Sud et les États-Unis, à accepter des Nord-Coréens.

Sean Chung, directeur général de l’organisation HanVoice, a déclaré mardi que le programme pilote créé en partenariat avec le gouvernement du Canada vise à faire venir au Canada cinq familles de réfugiés nord-coréens depuis la Thaïlande au cours des deux prochaines années.

La Thaïlande est un pays de transit majeur pour les réfugiés nord-coréens, car elle ne les renvoie pas en Corée du Nord ou en Chine. La Chine, principal allié de la Corée du Nord, a été fréquemment accusée de réprimer les évadés nord-coréens et de les renvoyer de force malgré le risque de torture et d’emprisonnement.

Parmi les candidats en Thaïlande, le Canada accordera la priorité aux familles des femmes nord-coréennes qui ont survécu à des violences sexuelles et sexistes ou qui risquent d’en subir, a déclaré M. Chung.

Les Canadiens qui se porteront volontaires en tant que parrains seront invités à soutenir les familles pendant 12 mois ou jusqu’à ce qu’elles deviennent autonomes. La période de parrainage pourrait être prolongée jusqu’à un maximum de 36 mois dans des cas exceptionnels, a indiqué HanVoice dans un communiqué.

L’ambassade du Canada à Séoul n’a pas immédiatement répondu à des demandes de commentaires.

«Qu’il s’agisse de mettre de l’argent pour parrainer les familles, de venir les chercher à l’aéroport, d’aider à inscrire leurs enfants à l’école, la communauté sera impliquée à chaque étape», a déclaré M. Chung.

«Pour les Nord-Coréens en fuite, dont la majorité sont des femmes et ont vécu des expériences traumatisantes en transit, il s’agit d’une nouvelle voie sûre et d’un nouveau départ.»

Des dizaines de milliers de Nord-Coréens vivraient cachés en Chine. Environ 34 000 autres Nord-Coréens ont fui vers la Corée du Sud, où ils peuvent recevoir la citoyenneté et d’autres avantages en vertu d’une loi qui considère la Corée du Nord comme faisant partie de son territoire.

Les États-Unis ont admis un nombre beaucoup plus restreint de réfugiés nord-coréens depuis l’adoption de la loi nord-coréenne sur les droits de la personne en 2004.

M. Chung a dit que les évadés nord-coréens n’avaient pas pu accéder au système de réfugiés du Canada, bien que certains aient migré vers le Canada, l’Europe occidentale et l’Australie après s’être initialement installés en Corée du Sud.

Avec Kim Tong-hyung, The Associated Press

Un colonel et un diplomate nord-coréens sont passés au Sud en 2015

avril 11, 2016

Séoul – Un colonel nord-coréen chapeautant des activités d’espionnage est passé au Sud en 2015, de même qu’un diplomate du Nord en poste en Afrique, a annoncé lundi le gouvernement sud-coréen.

Aucun détail n’a été fourni sur l’identité de l’officier, si ce n’est qu’il était avant sa défection responsable des opérations d’espionnage visant Séoul au sein du Bureau général de reconnaissance nord-coréen, rapporte l’agence officielle sud-coréenne Yonhap.

Les ministères sud-coréens de la Défense et de l’Unification ont confirmé cette défection.

C’est le plus haut responsable militaire à être passé au Sud, a déclaré un responsable du gouvernement cité par Yonhap.

Le porte-parole du ministère de l’Unification a par ailleurs confirmé des informations du quotidien Dong-A Ilbo selon lequel un diplomate nord-coréen en poste dans un pays africain a également rejoint la Corée du Sud, en mai, avec trois membres de sa famille.

Ces rares informations tombent trois jours après l’annonce, par Séoul, de la défection jeudi de 13 Nord-Coréens qui travaillaient dans un restaurant appartenant à l’Etat nord-coréen à l’étranger.

Il y a déjà eu des cas de défections individuelles dans ces restaurants mais c’est la première fois qu’autant de personnel d’un même établissement tire sa révérence en même temps.

Il s’agissait de l’homme gérant l’établissement et de 12 femmes. Des médias ont affirmé qu’ils travaillaient dans la ville portuaire de Ningbo, dans l’est de la Chine, et qu’ils étaient parvenus à gagner la Corée du Sud en transitant par un pays d’Asie du Sud-Est.

Séoul confirme rarement les défections de Nord-Coréens, surtout quand il s’agit de personnes qui occupaient des responsabilités, en mettant en avant les risques pour leur sécurité.

La Corée du Sud cherche également à éviter toute crispation diplomatique avec les pays par lequel ces transfuges transitent.

L’annonce de la défection du colonel nord-coréen a été critiquée par l’opposition, qui a accusé le gouvernement de faire de la récupération à deux jours de législatives, dans une campagne très orientée sur le bilan de la présidente Park Geun-Hye et de son parti conservateur Saenuri.

Les ministères de la Défense et de l’Unification ont démenti toute utilisation électoraliste de cet événement, affirmant que la défection du militaire relevait de l’intérêt public.

Je ne peux m’empêcher de considérer ces très rares révélations comme une tentative d’influencer l’élection, a déclaré le politologue Cheong Seong-Chang, du cabinet de recherches Sejong de Séoul.

Ces défections surviennent à une période de tensions élevées sur la péninsule coréenne depuis le quatrième essai nucléaire du Nord début janvier, suivi d’un essai de missile longue portée en février.

Près de 30.000 Nord-Coréens sont parvenus à fuir au Sud la pauvreté et l’oppression qu’ils subissaient dans leur pays, en dépit des risques encourus.

Le nombre de transfuges, qui a pu atteindre les 2.000 personnes certaines années, a considérablement chuté depuis l’arrivée au pouvoir de Kim Jong-Un en 2011.

Ceux qui parviennent à quitter la Corée du Nord ont généralement de la famille au Sud ou appartiennent à une élite ayant suffisamment d’argent et de relations pour entreprendre ce périple, selon des experts et des militants aidant ces transfuges.

Le transfuge nord-coréen le plus important jamais passé au Sud demeure Hwang Jang-Yop, qui avait été le tuteur de l’ex-dirigeant Kim Jong-Il. Il avait fait défection en 1997 lors d’une visite en Chine et est décédé en 2010 à 87 ans.

Romandie.com avec(©AFP / 11 avril 2016 11h35)