Posts Tagged ‘NORVÈGE’

Arctique: record de chaleur dans le Svalbard norvégien

juillet 25, 2020

Selon les scientifiques, l’Arctique se réchauffe deux fois plus vite que l’ensemble de la planète.

Le Svalbard, archipel norvégien dans l’Arctique, a enregistré samedi des températures au-delà des 20 degrés, les plus chaudes jamais enregistrées depuis plus de quarante ans et quasi égales au record absolu, selon l’institut météorologique norvégien.

Avec une pointe à 21,2 degrés samedi après-midi, l’archipel a connu son deuxième jour le plus chaud depuis le début des relevés météorologiques. Le seul précédent connu est le 16 juillet 1979, lorsque le mercure avait atteint 21,3 degrés, a précisé à l’AFP le météorologue de permanence à l’institut, Kristen Gislefoss.

Le groupe d’îles, parfois plus connu sous le nom de Spitzberg, est situé à un millier de kilomètres du Pôle nord. Le pic de chaleur de samedi, qui devrait durer jusqu’à lundi, est très au-dessus des normales saisonnières: les températures habituelles en juillet, mois le plus chaud dans l’Arctique, sont de l’ordre de 5 à 8 degrés au Svalbard.

Selon les scientifiques, l’Arctique se réchauffe deux fois plus vite que l’ensemble de la planète. L’été 2020 dans la région est marqué par des épisodes quasi caniculaires dans la partie russe de l’Arctique: des températures 5°C au-dessus de la normale depuis janvier en Sibérie et un pic à 38°C début juillet au-delà du cercle arctique.

Un changement déjà visible

Selon un récent rapport officiel norvégien «Climate in Svalbard 2100», la température moyenne au Svalbard pour la période 2070-2100 devrait augmenter de 7 à 10 degrés par rapport à la période 1970-2000, suivant le niveau d’émissions humaines dans les décennies à venir.

Le changement est déjà visible: «de 1971 à 2017, un réchauffement de 3 à 5°C a été observé, avec les plus fortes hausses en hiver», selon le rapport.

Connu pour ses ours polaires, le Svalbard a la particularité paradoxale d’abriter à la fois une mine de charbon, énergie la plus émettrice de gaz à effet de serre, et une «Arche de Noé végétale», inaugurée en 2008 pour protéger les plantes des impérities des hommes.

Cette chambre forte censée être une parade contre le changement climatique a elle-même été victime du réchauffement. Quelque 20 millions d’euros de travaux ont dû y être menés en raison d’une infiltration d’eau provoquée par la fonte du pergélisol en 2016.

Par Le Figaro avec AFP

Fusillade dans une mosquée en Norvège

août 10, 2019

 

Une personne a été blessée dans une fusillade dans une mosquée près d’Oslo, et un suspect arrêté, a annoncé samedi la police de la capitale norvégienne. «Une personne a été touchée. Nous ne connaissons pas le niveau de gravité de ses blessures. Un suspect a été arrêté. La police est sur place», a déclaré la police sur Twitter. Selon un porte-parole des forces de l’ordre, cité par Reuters, la victime est un homme de 75 ans.

La fusillade a eu lieu dans le centre islamique al-Nour à Baerum, ville de la banlieue d’Oslo. La police a précisé ne pas avoir d’informations sur la présence d’autres assaillants, ni sur le suspect arrêté qui est «blanc». «Un des nôtres a été touché par balles par un homme blanc avec un casque et un uniforme», a déclaré de son côté le responsable de la mosquée, Irfan Mushtaq, à un journal local Budstikka. Il a ensuite précisé à la chaine TV2 que l’homme portait plusieurs armes sur lui. «Un homme de type norvégien avec un fusil à pompe et des pistolets est entré dans la mosquée (…). Il a commencé à tirer autour de lui», a-t-il raconté.

Selon la chaîne publique NRK, la police a trouvé plusieurs armes dans la mosquée, et une personne qui s’y trouvait est parvenue à maîtriser l’assaillant avant l’arrivée des forces de l’ordre. Les services de sécurité de la police norvégienne (PST) ont indiqué «suivre les évènements». «Il est trop tôt pour tirer des conclusions», a déclaré à NRK le responsable de l’information des PST, Martin Bernsen.

Par Le Figaro.fr avec AFP et Reuters

Norvège: 16 ans de prison pour des centaines d’abus sexuels sur internet

juin 28, 2019

 

Il se faisait passer pour «Sandra» sur la toile. Un Norvégien aujourd’hui âgé de 27 ans a écopé vendredi d’une peine de 16 ans de prison pour s’être rendu coupable d’abus sexuels, allant jusqu’au viol, sur plusieurs centaines de garçons mineurs, ont rapporté les médias norvégiens.

Pendant plusieurs années, l’homme, qui officiait par ailleurs en tant qu’arbitre, a manié duperie puis menaces sur internet pour obtenir des vidéos à caractère sexuel ou scatologique auprès de quelque 460 garçons, généralement âgés de moins de 16 ans. Campant un personnage fictif de jeune fille, il promettait notamment sucreries, iPhone, photos dénudées ou relations sexuelles pour appâter ses victimes, puis exigeait d’elles toujours plus de vidéos en les menaçant de publier sur la toile celles déjà en sa possession. Il a en partie reconnu les faits devant le tribunal de district de Nedre Romerike (sud-est).

La peine prononcée est conforme au réquisitoire du Parquet, qui a évoqué «la plus vaste affaire d’abus sexuels en Norvège». La défense avait pour sa part plaidé pour la peine la plus clémente possible. L’homme, dont l’identité n’a pas été révélée, avait été arrêté une première fois au cours de l’été 2016, puis rapidement libéré, ce qui lui avait permis de poursuivre ses agissements jusqu’à sa seconde interpellation. Il a également été condamné à verser près de 19 millions de couronnes (près de 2 millions d’euros) de dédommagements à ses victimes.

Par Le Figaro.fr avec AFP

Mondial féminin 2019 : les matchs des huitièmes de finale

juin 22, 2019

La Norvège s’impose aux tirs au but et va en quarts

La Norvège obtient son billet pour les quarts de finale de la Coupe du monde grâce à sa victoire aux tirs au but face à l’Australie (1-1, 4-1 tab). Dominatrices, les Norvégiennes ont ouvert la marque, grâce à la réalisation d’Isabell Herlovsen (31e). Mais à l’envie et au courage, les Australiennes n’ont jamais lâché. Leur résilience a payé grâce à l’égalisation d’Elise Kellond-Knight (83e).

Sans pouvoir se départager à l’issue du temps réglementaire puis des prolongations, les Norvégiennes ont été plus solides lors de la séance des tirs au but, en inscrivant leur quatre tentatives. A la différence de Samantha Kerr, qui a manqué le cadre, avant de voir Hjelmseth s’interposer sur la deuxième tentative australienne.

En quarts de finale, la Norvège affrontera le gagnant du 8e de finale entre l’Angleterre et le Cameroun jeudi 27 juin, au Havre. Le duel entre Anglaises et Camerounaises se tiendra demain, à 17h30 à Valenciennes, avant le 8e de finale de l’équipe de France face au Brésil, au Havre (21h).

Tranquille face au Nigéria, l’Allemagne file en quarts

Efficaces, les Allemandes seront au rendez-vous des quarts de finale du Mondial 2019, en France. Elles se sont sereinement imposées face à un trop faible Nigéria ce samedi, à Grenoble (3-0), et se sont rendues le match facile en ouvrant le score par Popp en milieu de première période (20e). Les Allemandes ont ensuite profité des erreurs de la défense nigériane pour aggraver la marque. Däbritz a doublé la mise sur penalty (27e) avant que Schüller ne clôt le score en fin de rencontre (82e). Premières qualifiées pour les quarts de finale, les filles de l’équipe d’Allemagne, deuxième nation mondiale, affronteront la Suède ou le Canada le 29 juin prochain, à Rennes (18h30).

Le Figaro.fr par La Rédaction

Quand la météo ruine un des hommes les plus riches de Norvège

septembre 14, 2018

Oslo – Il avait bâti sa fortune sur des paris vertigineux, des averses ont tout emporté: Einar Aas, un des hommes les plus riches de Norvège, est au bord de la ruine après un coup de dés malavisé.

Celui qui fuit les médias comme la peste faisait les gros titres de la presse vendredi, d’autant que ses mésaventures coïncident avec le dixième anniversaire de la chute de Lehman Brothers.

Dans un communiqué, le courtier en électricité de 47 ans a révélé la veille qu’il risquait la « faillite personnelle ».

La cause de ses déboires? Une prise de positions massives sur les marchés de l’électricité reflétant sa conviction que l’écart entre les prix de l’énergie sur les marchés de l’électricité nordique et allemand allait se resserrer.

Hélas pour lui, arès un été exceptionnellement sec, d’abondantes précipitations sont venues remplir en début de semaine les réservoirs des barrages hydroélectriques qui fournissent le plus gros de l’électricité en Europe du Nord, poussant ainsi les prix à la baisse.

Parallèlement, la hausse du prix du carbone a sensiblement renchéri les tarifs de l’électricité, d’origine largement fossile, en Allemagne.

Résultat: les écarts entre les deux marchés n’ont jamais été aussi élevés, jusqu’à 17 fois la normale selon le Financial Times.

Bien qu’il ait épuisé ses dernières liquidités disponibles -350 millions de couronnes (36 millions d’euros), selon lui- pour faire face à ses obligations, Einar Aas a fini par se retrouver en défaut de paiement.

« J’avais des positions trop élevées par rapport à la liquidité sur le marché », a-t-il reconnu mercredi.

– Un revenu de 10.000 euros par heure –

C’est une déchéance brutale pour un homme, né dans une ferme de Grimstad (sud), qui a plusieurs fois trôné en tête des revenus les plus élevés de Norvège.

L’ex-courtier d’Agder Energi, établi à son propre compte depuis 2005, a gagné 833 millions de couronnes (86,5 millions d’euros) en 2016, selon les données fiscales, publiques dans le royaume nordique, soit un revenu horaire supérieur à 95.000 couronnes (près de 10.00 euros) et une fortune personnelle évaluée à 2,17 milliards.

Décrit par la presse norvégienne comme un élève brillant, invétéré de poker et de paris hippiques dès le lycée, il risque désormais de devoir céder ses luxueuses propriétés immobilières, dont un superbe appartement de 350 m2 dans le centre d’Oslo.

L’ampleur des dégâts financiers reste à chiffrer précisément, mais la presse norvégienne évoque déjà « la plus grosse perte jamais essuyée » par un individu privé en Norvège.

Le Nasdaq, lui aussi, en est réduit à panser ses plaies.

L’opérateur des marchés, qui a fermé le compte de M. Aas et liquidé son portefeuille mercredi, affirme avoir « complètement contenu » les risques. Mais cet épisode lui laisse une ardoise de 114 millions d’euros.

Sur cette somme, 107 millions proviennent du fonds de défaillance collectivement mis en place par les membres de la chambre de compensation -le rouage qui sécurise les transactions-, soit les deux tiers du fonds selon le FT.

« Qu’un courtier expérimenté, qui connaît le marché comme sa poche, accumule des positions si énormes qu’il soit impossible d’en sortir indemne est choquant », estimait un commentateur du journal d’affaires norvégien, Dagens Naeringsliv.

« Il est aussi choquant que le Nasdaq autorise qu’un seul acteur puisse endosser un risque qui, de facto, annihile le fonds de défaillance ainsi qu’une partie de son propre capital en Bourse », faisait-il valoir.

Romandie.com avec(©AFP / 14 septembre 2018 10h23)                                                        

Mystère autour de la disparition en Norvège d’un collaborateur de WikiLeaks

septembre 12, 2018

Arjen Kamphuis, expert néerlandais en cybersécurité de 47 ans, a été vu pour la dernière fois le 20 août, quittant son hôtel de Bodø, dans le nord de la Norvège. Photo NTB Scanpix / AFP du 5 septembre 2018. / © NTB Scanpix/AFP/Archives / Per-Inge JOHNSEN

Des effets personnels retrouvés dans un fjord, un téléphone portable localisé à un millier de kilomètres de là… La police cherche à percer le mystère de la disparition en Norvège d’un collaborateur néerlandais de WikiLeaks, une affaire qui entretient les fantasmes sur la toile.

Expert en cybersécurité de 47 ans, Arjen Kamphuis a été vu pour la dernière fois le 20 août, quittant l’hôtel Scandic de Bodø, dans le nord de ce pays scandinave, où il venait de passer des vacances.

Depuis, plus de nouvelles… Arjen Kamphuis n’a pas embarqué dans l’avion qui devait le ramener le 22 août de Trondheim, à plus de 700 kilomètres de Bodø, aux Pays-Bas.

Il n’en fallait pas plus pour que les réseaux sociaux y voient la main de la CIA, de la Russie ou encore une disparition délibérée d’un expert en dissimulation pour réaliser un projet secret au profit de Julian Assange.

Car WikiLeaks décrit l’expert comme un associé de ce dernier, le fondateur australien de cette organisation à la réputation sulfureuse, réfugié depuis six ans dans l’ambassade d’Equateur à Londres pour échapper à des poursuites judiciaires aux Etats-Unis.

WikiLeaks, qui s’est notamment distingué en publiant des documents embarrassants pour la diplomatie et l’armée américaines, a qualifié la disparition d' »étrange ».

Saisie fin août, la police norvégienne dit travailler sur trois théories : une disparition volontaire -y compris un possible suicide-, un accident ou un acte criminel.

« Nous n’avons pas suffisamment progressé dans l’enquête pour pouvoir éliminer ou confirmer une de ces trois théories », a déclaré mercredi à l’AFP l’inspecteur Bjarte Walla. « Nous gardons toutes les possibilités ouvertes ».

– Puzzle complexe –

Les quelques pièces du puzzle recueillies jusqu’à présent par les enquêteurs ajoutent de l’épaisseur à l’énigme.

Un pêcheur a retrouvé mardi soir des objets flottant dans l’eau d’un fjord, à une cinquantaine de kilomètres à l’est de Bodø, a annoncé la police, qui se dit « sûre qu'(ils) appartiennent au disparu » même si elle refuse d’en divulguer la nature pour les besoins de l’enquête.

Selon elle, le Néerlandais a vraisemblablement pris le 20 août un train reliant Bodø à Rognan, une ligne près de laquelle ces effets ont été découverts. Des opérations de ratissage à terre et dans l’eau sont en cours.

Détail troublant, l’enquête avait auparavant fait apparaître qu’un téléphone attribué à Arjen Kamphuis avait émis un signal dans la soirée du 30 août près de Stavanger (sud-ouest), à plus de 1.000 kilomètres à vol d’oiseau de là.

Des cartes SIM allemande et néerlandaise enregistrées à son nom y avaient été introduites « en l’espace d’une heure », selon la police, qui ne peut cependant affirmer que c’est bien Arjen Kamphuis qui l’avait activé.

Bizarre ? « On peut le dire », reconnaît Bjarte Walla. « Mais on doit garder l’esprit ouvert (…) jusqu’à ce qu’on ait fini d’évaluer les différents renseignements en notre possession et déterminé la façon dont ces renseignements sont liés ou pas entre eux ».

Lundi, deux enquêteurs néerlandais sont arrivés en Norvège pour prêter main forte à leurs collègues norvégiens dans leurs recherches du disparu qui, selon des photos circulant sur les réseaux sociaux, porte de fines lunettes, des cheveux blonds mi-longs et une fine barbe.

Selon une amie d’Arjen Kamphuis, il n’y avait « absolument aucun signe qu’il voulait disparaître ».

« Au contraire, il avait plein de projets tant privés que professionnels », a confié Ancilla van de Leest à l’AFP.

Pour elle, les liens entre Arjen Kamphuis et WikiLeaks ont été « fortement exagérés dans la presse ». « Il aide des organisations en leur fournissant des conseils en sécurité informatique », y compris WikiLeaks, a-t-elle précisé.

Romandie.com avec(©AFP / (12 septembre 2018 15h34)

Un voyage privé en Iran coûte son poste à un ministre norvégien

août 13, 2018

Oslo – Le ministre norvégien de la Pêche, Per Sandberg, a démissionné lundi après avoir enfreint les règles de sécurité lors d’un voyage privé en Iran avec une ex-reine de beauté d’origine iranienne.

Numéro deux du parti du Progrès (droite anti-immigration), M. Sandberg, 58 ans, a admis s’être rendu en Iran en juillet avec sa nouvelle compagne de 28 ans sans avoir au préalable averti les services du Premier ministre et en emportant son téléphone portable de fonction.

Les services de sécurité norvégiens citent régulièrement l’Iran comme l’un des pays les plus actifs en matière d’espionnage, avec la Chine et la Russie.

« Per a lui-même demandé à partir, et j’estime que c’est une bonne décision », a déclaré la Première ministre conservatrice, Erna Solberg, lors d’une conférence de presse. « Il n’a pas fait preuve du bon sens nécessaire en matière de gestion de la sécurité », a-t-elle dit.

L’affaire agitait les médias norvégiens depuis deux semaines et alimentait les critiques tant dans l’opposition qu’au sein du parti du Progrès, au pouvoir au sein d’une coalition regroupant aussi les conservateurs et les libéraux.

Sous pression, M. Sandberg a présenté des excuses mais il a finalement été rattrapé par les révélations distillées jour après jour. Il est par exemple apparu qu’il avait aussi violé les protocoles de sécurité en emmenant son téléphone professionnel en Chine en mai.

« C’est triste », a-t-il affirmé devant la presse. « J’avais pensé pouvoir boucler certains projets », a-t-il ajouté, sans vouloir commenter à ce stade les aspects privés de l’histoire.

Celle-ci est particulièrement pimentée pour les médias en raison de l’identité de la nouvelle conjointe du désormais ex-ministre.

De 30 ans sa cadette, Bahareh Letnes est une ex-reine de beauté devenue femme d’affaires. Elle avait été déboutée trois fois de sa demande d’asile en Norvège et expulsée avant d’obtenir finalement un permis de séjour au motif qu’elle risquait un mariage forcé en Iran.

Favorable à une politique d’immigration stricte, le parti du Progrès préconise l’expulsion rapide des demandeurs d’asile déboutés et est généralement critique à l’égard des étrangers qui retournent dans leur pays d’origine après avoir décroché des papiers dans le royaume nordique.

Les services de sécurité intérieure ont ouvert une enquête sur Bahareh Letnes, qui nie tout lien avec le régime iranien.

M. Sandberg sera remplacé au gouvernement par Harald Tom Nesvik, membre de la même formation politique. Il a aussi renoncé à la vice-présidence du parti.

Romandie.com avec(©AFP / 13 août 2018 12h57)                                                        

Records de chaleur dans l’Arctique: les rennes envahissent les tunnels

août 2, 2018

Des rennes sur une route dans le nord de la Norvège, le 3 juillet 2016. Photo fournie par l’agence gouvernementale norvégienne en charge des routes. / © Norwegian Public Roads Administration/AFP/Archives / HO

Conséquence des fortes chaleurs dans le Grand Nord, les autorités norvégiennes ont appelé les automobilistes à redoubler de vigilance face aux rennes, nombreux à se réfugier dans les tunnels en quête d’un peu de fraîcheur.

« Il fait très chaud depuis des semaines dans le nord de la Norvège. Les animaux se retirent vers des endroits un peu plus frais », a expliqué jeudi à l’AFP Tore Lysberg, un responsable de Statens Vegvesen, l’agence gouvernementale norvégienne chargée des routes.

« Tant les rennes que les moutons trouvent refuge dans les tunnels et les parties ombragées pour se rafraîchir », a-t-il souligné.

Si le phénomène n’est pas nouveau, il est particulièrement d’actualité cette année en raison de l’envolée du mercure.

Des records saisonniers ont été enregistrés mercredi dans les régions les plus septentrionales du pays par l’institut météorologique norvégien : une température de 31,2°C a été relevée dans le comté de Finnmark, haut lieu de l’élevage de rennes, situé bien au-dessus du cercle polaire arctique.

Des rennes dans le comté de Finnmark en Norvège le 16 mars 2017. / © AFP/Archives / Jonathan NACKSTRAND

La région est si chaude qu’elle a connu depuis le début de l’année 12 nuits dites « tropicales », c’est-à-dire avec des températures nocturnes supérieures à 20°C, selon l’institut météorologique.

Si aucun accident grave impliquant des animaux n’a pour le moment été signalé, Statens Vegvesen, qui qualifie la situation de « défi », a néanmoins multiplié les messages pour sensibiliser les automobilistes.

Cette agence gouvernementale devrait recevoir un coup de pouce de la météo, un retour vers la normale étant attendu à compter du week-end.

Romandie.com avec(©AFP / 02 août 2018 16h55)

Les Norvégiens trop grassement payés, selon le FMI

mai 24, 2017

Oslo – Les Norvégiens restent trop bien payés pour garantir la compétitivité du pays qui se remet tout juste de la baisse du prix du pétrole, a estimé le FMI mercredi.

À l’issue d’une visite dans le pays, les économistes du Fonds monétaire international décernent un satisfecit à l’économie du pays scandinave, plus gros producteur de brut d’Europe de l’Ouest, qui « s’est montrée résiliente et bien équipée pour faire face au ralentissement économique ayant suivi la baisse du prix du pétrole ».

Pour l’année en cours, l’institution dit s’attendre à une croissance (hors production d’hydrocarbures et transport maritime) de 1,75%, puis de 2,25% en 2018.

« Mais il y a des risques à la baisse et la croissance à moyen terme dépend d’une transition réussie d’une croissance axée sur le pétrole et le gaz naturel vers une autre plus équilibrée », précise-t-elle.

C’est là que le bât blesse: malgré l’affaiblissement de la couronne norvégienne et une modération salariale ces dernières années, la compétitivité norvégienne reste plombée par des coûts du travail trop élevés par rapport aux pays concurrents, estime le FMI.

Le boom pétrolier observé jusqu’à l’été 2014 a provoqué une envolée des salaires dans le secteur pétrolier, obligeant les autres secteurs à s’aligner pour attirer les travailleurs.

« La poursuite de la modération salariale et des réformes pour soutenir la hausse de la productivité au travail sont essentielles pour améliorer la compétitivité des secteurs non pétroliers et faciliter la transition économique », souligne le FMI.

Une enquête publiée le même jour par la banque centrale norvégienne montre que les partenaires sociaux, syndicats et patronat, tablent sur une augmentation moyenne des salaires de 2,5% cette année.

Romandie.com avec(©AFP / 24 mai 2017 15h07)                                            

Norvège: un jeune Russe arrêté après la découverte d’un engin explosif

avril 9, 2017

 

Un policier en faction après le bouclage d’un périmètre de sécurité à Oslo le 8 avril 2017 / © NTB Scanpix/AFP / Fredrik Varfjell

Les services de sécurité norvégiens ont relevé dimanche le niveau de menaces dans le pays après l’arrestation d’un Russe de 17 ans soupçonné d’avoir déposé un engin explosif artisanal dans un quartier central d’Oslo.

Le service de renseignement intérieur (PST) dit désormais juger une attaque « probable » plutôt que « possible » en raison notamment d’un risque de contagion après l’attentat de Stockholm vendredi et ceux perpétrés auparavant en France, Allemagne, Grande-Bretagne et Russie. L’évaluation vaut pour une période de deux mois.

« Il n’est pas clair que le jeune homme de 17 ans ait eu l’intention de commettre une attaque terroriste », a annoncé la cheffe du PST, Benedicte Bjørnland, lors d’une conférence de presse.

Son avocate, Aase Karine Sigmond, a affirmé qu’il rejetait les accusations ainsi que les allégations de certains médias selon lesquels il avait des sympathies pour le groupe État islamique (EI). « Il s’agit d’un mauvais coup de gamin », a-t-elle dit à la radiotélévision publique NRK.

Les services de sécurité cherchent à déterminer s’il a agi seul.

L’épisode s’est produit après un attentat au camion bélier à Stockholm qui a fait quatre morts et 15 blessés vendredi.

Le principal suspect dans cette affaire est, selon la police suédoise, un Ouzbek de 39 ans qui avait montré un intérêt pour les groupes jihadistes comme l’EI et qui s’était vu refuser un permis de séjour en Suède.

La police avait auparavant annoncé avoir neutralisé dans la nuit de samedi à dimanche un engin suspect « ressemblant à une bombe » dans une rue de Grønland, quartier multi-ethnique très proche du centre-ville d’Oslo. L’opération, qui s’était traduite par une très forte détonation, avait provoqué le bouclage du quartier et l’évacuation de bars et restaurants.

La police avait précisé avoir procédé à une arrestation sans fournir plus de détails.

L’engin s’est avéré être un « explosif improvisé primitif » avec un potentiel de destruction « limité », a précisé une autre responsable du PST, Signe Aalling.

Le suspect était arrivé en Norvège en 2010 avec sa famille qui avait demandé l’asile. Il était déjà connu des services de renseignement norvégiens. « Il a été un motif de préoccupation avant, sans que l’on veuille commenter dans quel milieu il gravitait », a ajouté Mme Bjørnland.

La Norvège garde le souvenir des attaques perpétrées le 22 juillet 2011 par l’extrémiste de droite Anders Behring Breivik qui avait tué 77 personnes en faisant exploser une bombe près du siège du gouvernement à Oslo puis en ouvrant le feu sur un camp d’été de la Jeunesse travailliste sur l’île d’Utøya.

Romandie.com avec(©AFP / 09 avril 2017 18h33)