Posts Tagged ‘Noureddine Adam’

Centrafrique : la Séléka au bord de l’implosion

octobre 27, 2014

Des éléments de la Séléka.
Des éléments de la Séléka. © AFP

Plusieurs généraux importants de la Séléka ont décidé le 25 octobre à Bambari de créer leur propre mouvement politico-militaire. Une autre assemblée générale, convoquée elle par le numéro deux de l’ex-rébellion, Noureddine Adam, doit débuter mardi.

La Séléka tentait depuis plusieurs semaines de tenir une assemblée générale (AG). Problème : les divisions dans ses rangs sont telles que trois ou quatre réunions devaient avoir lieu ! Plusieurs fois reportée, la première a débuté mardi 28 octobre à Kaga Bandoro (Nord), où sont rassemblés près de huit cents hommes à l’appel de Noureddine Adam. Le numéro deux de l’ex-rébellion, qui, lors de sa dernière apparition publique, se trouvait à Ndélé, espérait ainsi reprendre le contrôle du mouvement, notamment de sa branche peule représentée par le général Ali Darassa.

Il semble cependant qu’il ait été pris de vitesse par ce dernier qui a organisé sa propre AG le 25 octobre à Bambari (Centre) où il règne en maître. Les travaux ont duré toute la journée dans une ambiance particulièrement tendue. Selon plusieurs sources sécuritaires, pour faciliter leur accès à cette assemblée générale, le gouvernement de transition a demandé aux forces internationales de sécuriser le transport des ex-Séléka peulhs. En réaction, plusieurs centaines de manifestants, dont une majorité d’anti-balaka, ont protesté à divers endroits, envahissant l’aéroport de la ville ou jetant des pierres sur une patrouille de Sangaris qui passait dans le village de Gepanda situé à l’ouest de Bambari.

« Chaos »

À l’issue de l’AG, les participants ont voté leur retrait de la plate-forme crée le 11 mai à N’délé et donné naissance à un nouveau mouvement politico-militaire, Unité pour la Centrafrique (UCP). Darassa en est le coordonnateur général, il a comme adjoint le général Mahamat Alkhatim. Petit, la barbe bien fournie, ce dernier était l’un de ces Tchadiens qui avaient aidé François Bozizé à prendre le pouvoir en 2003. Ses hommes sont décrits comme comme bien entraînés, bien équipés et opérant comme une véritable armée.

Enfin, le général Joseph Zoundeko, un Goula nommé en mai chef d’état-major de l’ancienne rébellion mais en actuellement en position de faiblesse, souhaiterait également organiser un rassemblement avant la fin du mois dans la ville minière de Bria.

Conclusion d’un membre de la Séléka : « Chez nous, c’est le chaos le plus total. »

_________________

Jeuneafrique.com par Vincent DUHEM

Centrafrique : Michel Djotodia ne renonce pas, Nourredine Adam court toujours

juin 17, 2014
Le cofondateur de la Séléka et ancien président autoproclamé. © Vincent Fournier pour J.A.

Le cofondateur de la Séléka et ancien président autoproclamé. © Vincent Fournier pour J.A.

« Nous serons de retour au pouvoir à Bangui avant la fin de l’année », a confié récemment à un visiteur Michel Djotodia depuis son exil de Cotonou.

Depuis son exil de Cotonou, au Bénin, Michel Djotodia, le cofondateur de la Séléka (et ex-président autoproclamé de Centrafrique), n’a toujours pas digéré son éviction. « Nous serons de retour au pouvoir à Bangui avant la fin de l’année », a-t-il confié récemment à un visiteur, lequel l’a surpris en pleines tractations avec des hommes d’affaires. Selon Djotodia, aucune force présente sur le terrain, y compris les Français et le contingent de la Misca, ne sera en mesure de s’opposer longtemps à une nouvelle offensive de la Séléka, dont il évalue les effectifs à dix-sept mille hommes.

Visé par des sanctions de l’ONU et des États-Unis, Noureddine Adam, l’ex-homme fort de la Séléka, se trouve dans la région de Birao, dans l’extrême-nord du pays, selon l’un de ses lieutenants. « Il est auprès de ses troupes et se déplace entre Birao, Ndélé et Tiringoulu », affirme notre source, qui précise qu’Adam, après s’être réfugié à Cotonou, a séjourné deux semaines durant, à la mi-février, à Abuja, au Nigeria, où il a de la famille. Selon d’autres sources, sécuritaires celles-là, sa présence a ensuite été signalée au Darfour.

Jeuneafrique.com