Posts Tagged ‘nsa’

Surveillance américaine: la patronne de Yahoo redoute la prison en défiant la NSA

septembre 11, 2013

SAN FRANCISCO – La patronne de Yahoo, Marissa Mayer, a déclaré mercredi qu’elle redoutait la prison pour haute trahison si elle refusait d’obtempérer aux demandes des services d’espionnage américains de renseignements sur les utilisateurs de Yahoo.

Mme Mayer a fait ces commentaires au forum sur les nouvelles technologies TechCrunch Disrupt à San Francisco alors qu’elle était interrogée sur ce qu’elle envisageait de mettre en place pour protéger les utilisateurs de Yahoo contre ce gouvernement tyrannique.

Selon elle, Yahoo examine et résiste aux demandes de renseignements du gouvernement américain, mais si la société perd ces batailles, elle devra obtempérer ou risque de passer pour un traitre.

Les demandes de renseignements autorisées par la justice sont imposées à l’entreprise avec interdiction pour celui qui les reçoit d’en parler et même d’en révéler l’existence.

Si vous ne coopérez pas, c’est une trahison, a déclaré Mme Mayer soulignant qu’elle ne pouvait donner plus de détails sur les demandes des agences de contre-espionnage concernant les utilisateurs de Yahoo.

Nous ne pouvons pas en parler parce que ce sont des informations classées, a-t-elle ajouté. Révéler ce type d’information relève de la trahison et vous êtes incarcéré. En ce qui concerne la protection de nos utilisateurs, il y a plus de sens à travailler à l’intérieur du système.

Les groupes technologiques américains sont sous pression après les révélations sur le programme américain de surveillance Prism, grâce auquel l’Agence de sécurité nationale américaine (NSA) a obtenu d’eux des milliers de données numériques concernant des utilisateurs d’internet.

Les sociétés internet assurent ne divulguer des informations qu’en réponse à des injonctions formelles de tribunaux, se défendant de toute complaisance avec les autorités américaines. Ces dernières insistent sur le fait que ces surveillances sont légales et ont permis de contrecarrer des dizaines d’attentats.

Romandie.com avec (©AFP / 12 septembre 2013 04h39)

Obama prend acte des inquiétudes de Rousseff et Peña Nieto

septembre 6, 2013

SAINT-PETERSBOURG (Russie) – Barack Obama a promis en marge du G20 de répondre aux inquiétudes de la présidente brésilienne Dilma Rousseff et de son homologue mexicain Enrique Peña Nieto sur des affaires d’espionnage présumées, a indiqué vendredi un conseiller américain.

Jeudi soir, la Maison Blanche avait révélé que le dirigeant américain avait rencontré en tête-à-tête Mme Rousseff, un entretien qui ne figurait pas à l’agenda à Saint-Pétersbourg (Russie).

Le conseiller adjoint de sécurité nationale de M. Obama, Ben Rhodes, a expliqué vendredi que le président s’était aussi entretenu avec M. Peña Nieto qui, comme Mme Rousseff, a vivement réagi à des révélations sur son ciblage par l’agence de renseignement américain NSA, rapporté par la presse.

Le tête-à-tête avec Mme Rousseff a eu lieu quelques heures après que la présidence brésilienne eut annoncé le report du voyage de l’équipe qui devait préparer la visite d’État de la dirigeante aux États-Unis le 23 octobre et alors que Brasilia avait dit attendre des explications de Washington.

Tant avec le président Peña Nieto qu’avec la présidente Rousseff, le président Obama a souligné que nous allions continuer à travailler avec les gouvernements brésilien et mexicain pour répondre aux inquiétudes suscitées au sujet de la NSA, c’est un processus en cours, a affirmé M. Rhodes.

Pour la traditionnelle photo de famille vendredi vers la mi-journée, Barack Obama et Dilma Rousseff, placés côte à côte, se sont comportés de manière cordiale, se faisant la bise.

Romandie.com avec (©AFP / 06 septembre 2013 14h07)

Des extrémistes tentent d’infiltrer les renseignements américains

septembre 2, 2013

Al-Qaïda et d’autres groupes considérés comme ennemis ont cherché à plusieurs reprises à infiltrer les agences de renseignements américaines, écrit le « Washington Post ». Ces tentatives ont amené ces offices à lancer des enquêtes sur des milliers de leurs employés.

La CIA a révélé qu’environ un cinquième des postulants à un emploi présentant un profil suspect avait « des liens significatifs avec des terroristes et/ou des services de renseignements hostiles », écrit le journal. Le « Washington Post » cite un document confidentiel qui lui a été remis par Edward Snowden, l’ancien consultant de l’Agence nationale de sécurité américaine (NSA), recherché pour espionnage.

Bien que le document ne donne pas de détails sur la nature des liens terroristes ou hostiles des candidats, il cite le plus souvent le Hamas, le Hezbollah, Al-Qaïda et ses affiliés.

4000 personnes visées

La crainte d’infiltration est telle que la NSA avait prévu l’année dernière d’enquêter sur au moins 4000 personnes qui avaient obtenu une habilitation de sécurité. L’agence a surveillé des activités potentiellement suspectes en passant au crible des milliards de frappes sur les claviers des ordinateurs de travail.

Les comportements suspects incluent la consultation de bases de données confidentielles par des personnes qui n’y ont pas accès habituellement, ou le téléchargement de certains documents, ont expliqué au « Washington Post » deux personnes familières du logiciel utilisé pour surveiller le personnel.

Snowden entre les mailles du filet

Mais le programme, qui a coûté des millions de dollars, a connu des retards importants, et n’a surtout jamais détecté M. Snowden copiant un large éventail de documents hautement confidentiels de la NSA.

« Au cours des dernières années, un petit nombre de candidats à la CIA ont été signalés pour divers problèmes », a déclaré un responsable. « Une personne sur cinq de ce petit groupe avait effectivement des liens significatifs avec des services de renseignements hostiles et/ou des groupes terroristes ».

Romandie.com

Evo Morales annonce qu’il offrira l’asile à Edward Snowden s’il le lui demande

juillet 6, 2013

LA PAZ – Le président bolivien, Evo Morales, a annoncé samedi qu’il offrirait l’asile politique à l’ex-consultant américain de la NSA, Edward Snowden, si celui-ci le lui demandait, lors d’un discours devant des agriculteurs à Oruro, dans le sud-ouest de la Bolivie.

En signe de protestation, je voudrais dire aux Européens et aux Américains du nord : maintenant, nous allons accorder l’asile si cet Américain persécuté par ses compatriotes nous le demande. Nous n’avons pas peur, a assuré le président bolivien.

M. Morales a précisé qu’il était disposé à accorder l’asile pour des raisons humanitaires aux personnes persécutées politiquement pour avoir dénoncé l’espionnage pratiqué par les Etats-Unis.

Selon le site WikiLeaks, qui soutient Edward Snowden, ce dernier a déposé des demandes d’asile auprès de 27 pays.

Le Venezuela et le Nicaragua ont déclaré vendredi être disposés à accorder l’asile à Edward Snowden bloqué depuis 14 jours dans la zone de transit d’un aéroport de Moscou.

Snowden, un ex-consultant de l’agence américaine de renseignement NSA, est recherché par la justice de son pays qui l’accuse d’espionnage pour avoir remis à la presse des informations sur un programme mondial de surveillance mis en place par Washington.

Romandie.com

Espionnage: les USA ne fouinent pas dans les emails des citoyens

juin 19, 2013

BERLIN – Barack Obama a assuré mercredi à Berlin que les services de renseignement américains ne fouinent pas dans les courriers électroniques des citoyens européens ou américains.

On est pas dans une situation où (les services de renseignement américains) fouinent dans les courriers électroniques ordinaires de citoyens allemands, de citoyens américains, de citoyens français ou de qui que ce soit d’autre, a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse au côté de la chancelière allemande Angela Merkel.

Le président américain a toutefois défendu les interceptions de données téléphoniques et internet mondiales alors que le programme Prism de l’agence américaine de surveillance NSA a fait polémique en Allemagne, un pays marqué par l’espionnage quotidien dont était victime une large partie de la population dans l’ex-Allemagne de l’est communiste.

Obama a assuré que l’espionnage de communications téléphoniques et électroniques avait sauvé des vies et qu’au moins 50 attaques avaient été déjouées grâce à elles, pas seulement aux État-Unis, mais aussi ailleurs dans le monde et particulièrement en Allemagne.

Il a également assuré que les atteintes à la vie privée avaient été très limitées et que toutes les opérations de surveillances étaient supervisées par un tribunal.

De son côté, la chancelière Angela Merkel, qui a grandit en ex-RDA, a assuré que la discussion sur le sujet avait très longue, très complète et qu’elle allait se poursuivre.

L’Allemagne a obtenu des informations importantes grâce aux services américains, a reconnu la chancelière, assurant que les échanges d’informations entre services allemands et américains allaient se poursuivre.

L’internet est pour nous tous une terre inconnue qui offre de nouvelles possibilités pour les ennemis de notre État de droit de mettre en danger notre mode de vie, a-t-elle ajouté.

Elle a également souligné que la question de l’usage de moyens adaptés et proportionnés reste une question importante.

Barack Obama et Angela Merkel se sont tous deux prononcés pour un équilibre entre protection de la population contre les menaces terroristes et la défense de la vie privée des citoyens.

Romandie.com avec (©AFP / 19 juin 2013 14h31)

Snowden veut rester à Hong Kong et promet de nouvelles révélations

juin 12, 2013

Le « lanceur d’alertes » américain Edward Snowden a exprimé mercredi le souhait de rester à Hong Kong, a annoncé le « South China Morning Post ». Il a aussi promis de nouvelles révélations sur les cibles surveillées par les Etats-Unis.

« Je ne suis ni un traître ni un héros. Je suis un Américain », selon le site web du journal de Hong Kong auquel M. Snowden a accordé une interview exclusive.

« Le South China Morning Post », dans un extrait posté sur son site web avant la publication de l’interview complète, a indiqué que l’ancien consultant de l’Agence de sécurité nationale (NSA) allait révéler « de nouveaux éléments explosifs sur les cibles surveillées par les Etats-Unis ».

Edward Snowden va également évoquer ses craintes pour sa famille et ses projets dans l’immédiat, ajoute le quotidien après avoir interviewé l’ancien conseiller de la CIA dans un endroit tenu secret à Hong Kong.

« Des gens qui pensent que j’ai commis une faute en choisissant Hong Kong se méprennent sur mes intentions. Je ne suis pas ici pour fuir la justice, je suis ici pour révéler des faits répréhensibles », déclare-t-il.

Snowden s’engage à lutter contre toute tentative de demande d’extradition par les Etats-Unis, selon le journal. Il est arrivé à Hong Kong le 20 mai après avoir révélé les programmes secrets de surveillance américains aux quotidiens britannique « The Guardian » et américain « The Washington Post ».

« Mon intention est de demander à la justice et à la population de Hong Kong de statuer sur mon sort. Je n’ai aucune raison de douter de votre système », souligne-t-il.

Romandie.com

Surveillance aux USA – Appels pour l’extradition du consultant

juin 10, 2013

Des élus américains ont réclamé lundi l’extradition d’Edward Snowden. Le consultant s’est réfugié à Hong Kong, d’où il a révélé être la source de fuites sur le programme américain de surveillance électronique pour « informer les gens de ce qui est fait en leur nom et (…) contre eux ».

L’avenir du jeune consultant de 29 ans, qui a livré à la presse des pans entiers du système étendu de surveillance par l’Agence nationale de sécurité (NSA), restait incertain. Il fait l’objet d’une enquête par le gouvernement américain. Une éventuelle extradition, si elle est demandée par Washington, pourrait toutefois se heurter à un véto de Pékin.

A Hong-Kong, la députée pro-Pékin Regina Ip a jugé que la ville serait « obligée d’honorer les accords » passés avec les Etats-Unis. Elle a enjoint M. Snowden à partir de son propre chef.

Le représentant républicain Pete King a appelé à traduire rapidement Snowden devant la justice. « Je le considère comme un transfuge », a-t-il estimé. « Si vous révélez des informations classifiées, vous pouvez encourir des peines graves. Pour ça, il pourrait être condamné à 15, 20 ans de prison ».

Asile politique en Islande

M. Snowden est sorti de l’ombre dimanche dans un entretien et une vidéo publiés par le quotidien britannique « The Guardian ».

Cet ancien agent de l’agence de renseignement CIA travaillait pour des sous-traitants de la NSA. Il s’est réfugié à Hong Kong le 20 mai après avoir copié les derniers documents qu’il voulait divulguer, selon le « Guardian ».

Le jeune homme a déclaré qu’il envisageait de demander l’asile politique en Islande, pays le plus proche de ses opinions quant à la liberté d’expression sur Internet. Mais l’Islande a indiqué lundi n’avoir reçu aucune demande de sa part.

Quelques éléments nouveaux sur la vie du jeune homme sont apparus lundi. Il semble avoir modestement contribué en 2012 à la campagne présidentielle de Ron Paul, ultra-libéral farouche défenseur des libertés individuelles et de l’économie de marché. La « source » sur la NSA a aussi essayé, en vain, d’intégrer les forces spéciales de l’armée américaine.

Romandie.com