Posts Tagged ‘Nudité’

Espagne/Aéroport de Madrid: 12 Congolais totalement nus pour éviter l’expulsion

février 17, 2018

 

Douze ressortissants de la RDC ont été protagonistes d’une scène de strip – tease à l’aéroport de Madrid en Espagne pour éviter leur expulsion. Cet acte inattendu a retardé leur reconduite à la frontière pour le scandale causé.

Tous les moyens sont bons pour éviter d’être reconduit à la frontière pour les migrants Africains qui débarquent en Europe. Douze Congolais ont montré leur nudité au public à l’aéroport de Madrid quand la police allait les embarquer dans un vol à destination de Rio de Janeiro d’où elles avaient embarqué trois jours plus tôt.

C’est au contrôle d’immigration que la police avait décidé de leur interdire l’accès sur le territoire Espagnole. Elles étaient en possession des faux documents de voyage, et une fois admises dans la salle de rétention en attente de leur expulsion, elles ont sollicité l’asile politique qui a été rejetée.

C’est lors de leur embarquement pour Rio que les douze se sont déshabillés devant les passagers dans la salle d’attente, déchirant leurs vêtements et dénonçant à haute voix le traitement dont ils ont été l’objet de la part de la police. Un comportement qui a poussé la police à surseoir leur expulsion.

Le groupe de Congolais formé de 8 femmes,2 hommes et 2 enfants aurait été introduit en Espagne par une mafia bien organisée opérant depuis le Brésil, selon la police Espagnole.

Le ministère de l’intérieur a rejeté leur demande d’asile jugée peu convaincante et remplie d’incohérence dans le récit du parcours. Notons qu’une interprète de la même nationalité que ces demandeurs d’asile avait rédigé un rapport mettant en doute leur version des faits.

Il y a dix jours, cinq autres Congolais avaient été renvoyés vers le Maroc dans les mêmes conditions et pour les mêmes faits, et deux autres ont vu leur demande d’asile être acceptée, ce qui leur a permis d’être aujourd’hui dans un centre d’accueil à Madrid.

Sacer-infos.com par Stany Franck

Maroc: une figure de l’islam officiel dénonce la nudité obscène

août 18, 2016

Rabat – L’un des plus hauts dignitaires musulmans du Maroc a dénoncé la nudité obscène qui aurait envahi été comme hiver les villes marocaines selon lui, dans un message sur les réseaux sociaux repris par de nombreux médias locaux.

La nudité n’est plus affaire de saison, elle est étalée sous nos yeux, hiver comme été, a estimé Omar al-Kazabri, imam de la mosquée Hassan II de Casablanca, la plus grande mosquée du pays.

 Regardez nos rues. Cela brise le coeur de voir la situation dans laquelle nous nous trouvons, la nudité obscène, l’étrange audace contre les commandements de Dieu, un défi et un outrage à la population, accuse-t-il dans ce message publié sur sa page facebook.

Des femmes jeunes, dénudées, fumant des cigarettes. Où sont leurs tuteurs’ Des filles dénudées, des garçons perdus, tombés dans les filets de la séduction. Ils sont tous victimes d’un complot contre cette nation, un complot dont les responsables ont voulu tuer la pudeur, les valeurs, les principes, affirme l’imam Kazabri.

Le religieux, l’une des principales figures de l’islam officiel marocain, vitupère les bandits de grand chemin qui sèment la confusion, et qui combattent les défenseurs de la pudeur, les accusant de ne pas respecter la liberté de celle qui a choisi le voile ou le niqab.

Sa longue déclaration, mise en ligne en début de semaine, a été reprise par plusieurs médias locaux, dont certains ont vivement dénoncé cette prise de position.

Quelle mouche l’a donc piqué?, s’interrogeait jeudi le site Média24 (privé), tandis que Telquel, autre site privé, s’étonnant de cette conception assez particulière de la nudité, jugeait l’imam n’en est pas à sa première sortie hasardeuse.

Ce discours fait peur et est d’autant plus dangereux qu’il est très audible et qu’il n’est pas celui de l’imam d’une mosquée de quartier, soulignait Média24, rappellant qu’au Maroc le monopole du religieux est exercé sous l’autorité du roi Mohamed VI.

Devant cet emballement médiatique, Omar al-Kazabri a publié un nouveau message sur facebook, dans lequel il déplore les attaques de certains médias: ce n’est pas moi qui a dit que les impudiques iront en enfer, (…) moi je n’ai fait que répéter le Hadith de notre prophète, s’est-il défendu.

L’islam est religion d’Etat au Maroc (à 99% musulman), où le souverain, figure tutélaire de tous les musulmans du pays, est également conféré du titre de Commandeur des croyants.

Chantre d’un islam tolérant et modéré, le Maroc se positionne dans le monde musulman comme le maillon fort de la lutte contre le jihadisme, en particulier en Afrique.

De très nombreuses Marocaines sont vêtues à l’occidentale et ne portent pas le voile dans les grands centres urbains. La situation est sensiblement différente dans les campagnes, plus conservatrices, mais varie également d’une région à l’autre, ou en fonction des appartenances culturelles et sociales.

Le port du voile, en particulier à la mode plus stricte moyen-orientale, du burkini, ou à l’inverse les tenues jugées trop dénudées sont régulièrement sujet à polémique dans le pays, où les islamistes modérés du PJD sont au gouvernement depuis les législatives de 2011. Les controverses sur les moeurs -avortement, sexualité, prostitution…- sont également fréquentes.

Romandie.com avec(©AFP / 18 août 2016 18h45)

Quand les Africaines utilisent leur nudité comme arme politique

avril 4, 2015
Manifestation de femmes à la veille d’une journée de désobéissance civile déclarée par l’opposition au projet de modification de la Constitution, à Ouagadougou, Burkina Faso.AFP PHO/ ROMARIC HIEN

Manifestation de femmes à la veille d’une journée de désobéissance civile déclarée par l’opposition au projet de modification de la Constitution, à Ouagadougou, Burkina Faso.AFP PHO/ ROMARIC HIEN

Nigeria, Mali, Liberia, Kenya, Côte d’Ivoire, Afrique du Sud… depuis près d’un siècle, on observe un peu partout sur le continent des manifestations de femmes dénudées. Un geste qui ne se veut pas libertaire mais désespéré : l’image de ces mères et de ces filles dans leur plus simple appareil suffit parfois à désarmer les autorités.

Elles sont des milliers de femmes à marcher dans les rues d’Abeokuta, la capitale de l’Etat d’Ogun, au sud-ouest du Nigeria. L’Union des femmes d’Abeokuta, poitrines nues, dénonce ainsi fermement un nouveau projet de taxe coloniale. Les forces de sécurité, désemparées face à cette nudité, ne sauront pas quoi faire. C’était en 1930 et c’est là le plus ancien témoignage documenté de manifestation d’Africaines nues. Le début d’une longue révolte des femmes nigérianes contre la couronne d’Angleterre.

Cette manière de protester s’est répandue partout en Afrique, notamment dans les pays lusophones et anglophones. On en a beaucoup parlé au Kenya, où le mouvement des Grands-mères du coin pour la paix s’est dressé, seins nus, pour faire tomber la politique foncière du début des années 2000. En 2008 encore, des Libériennes réfugiées au Ghana, se déshabillent à Accra pour dénoncer un projet d’expulsion vers leur pays d’origine.

Cette pratique a été relativement peu étudiée et est longtemps restée un acte spectaculaire et relativement isolé. A tel point que beaucoup d’observateurs se demandent parfois s’il ne s’agit pas d’un mythe. L’historien Bukola Adeyemi Oyeniyi, après s’être penché sur la place des femmes dans les protestations au Nigeria, note que « sans aucun doute, les manifestations nues ont une longue histoire en Afrique » et que « leur résurgence au XXIème siècle appelle à un réexamen de cet outil peu conventionnel ».

La nudité, désespoir plutôt que liberté

Contrairement à d’autres mouvements, en Europe, comme les Femen qui ont fait couler beaucoup d’encre dans les médias, ces Africaines ne brandissent pas leur nudité comme un geste de liberté. Se déshabiller ainsi, c’est avouer ne plus avoir aucun autre recours possible et n’avoir comme seule solution de mettre dans la balance ce qu’il y a de plus sacré pour beaucoup de cultures africaines : les corps des mères et des filles.

« Les protestations nues résultent d’une croyance générale que le corps des femmes, en particulier celui des femmes âgées, des jeunes et des moins jeunes mères, doit être révéré, explique Bukola Adeyemi Oyeniyi. Ainsi, c’est un tabou pour une femme, d’autant plus si elle est mariée ou si elle est âgée, de choisir de se dévêtir en public en réponse à une situation sociale ou politique. »

Il reste globalement compliqué, pour les communautés concernées, de revendiquer cette action. Le geste, tout aussi efficace qu’il soit, reste porteur d’une honte que seul le désespoir peut justifier. Pourtant, des groupes politiques commencent à envisager ces pratiques comme un moyen d’action. En Afrique du Sud, ce type de manifestation, baptisée setshwetla (manifestation nue), a une longue tradition d’activisme et de dénonciation des arrestations politiques. En 2009, au Nigeria, des femmes manifestent pour réclamer un nouveau vote dans l’Etat d’Ekiti. Seize d’entre elles sont à moitié nues, dont Ronke Okusanya, activiste et présidente du Mouvement des femmes d’Ekiti pour la paix.

Poitrines brandies en Afrique francophone

Les pays d’Afrique francophone ne sont pourtant pas en reste dans ce domaine. Très récemment, en novembre 2014, ce sont des centaines de Centrafricaines qui ont défilé pour dénoncer les violences sectaires… seins nus. Dans son ouvrage sur l’histoire des Femmes africaines, l’historienne Catherine Coquery Vidrovitch avait déjà identifié en 1952 le cas d’Ivoiriennes mobilisées dans les villages, nues, pour lutter contre la répression coloniale.

Là aussi, l’action se veut un sensible mélange de désespoir et d’activisme politique. La politiste Johanna Siméant rapporte ainsi à propos d’une manifestation de femmes nues au Mali, en 2012, juste avant la chute d’Amadou Toumani Touré : « Cette marche des femmes, pratique supposée marquer le caractère de gravité d’une situation, est d’autant plus vécue comme un moment clef que là encore une rumeur a circulé auparavant : les manifestantes allaient marcher nues sur Koulouba. Dans une société où retenue et vergogne imprègnent les normes de comportement, la malédiction de la femme outragée qui s’expose nue face à son débiteur tout en le maudissant renvoie là encore à la possibilité d’un scandale qui couvrirait de honte les destinataires de la protestation. »

Ces manifestations, pacifiques, ont souvent laissé les autorités désappointées. Les récits les plus enthousiastes évoquent des policiers fuyant en se cachant les yeux. En général, les femmes finissent par rentrer chez elles, comme les autres manifestants qui les accompagnent. Régulièrement, des procès pour exhibition ou atteinte à la pudeur sont intentés. On ne trouve pourtant guère trace de jugements et ce qui reste après la majorité de ces actions est, en général, le symbole d’un courage pudique et déterminé.

Rfi.fr par Romain Mielcarek

Bête de sexe

août 11, 2011

L’entraîneur d’une équipe féminine de foot à Brazzaville, au Congo, a été arrêté parce qu’il couchait avec presque toutes les joueuses de son équipe pour, disait-il, les stimuler avant le match.

Les filles, âgées entre 13 et 15 ans, étaient fascinées par leur entraîneur qui était, semble-t-il, un motivateur hors pair.

Il les encourageait, avant les matchs, à parader, nues, devant lui.

L’amour augmente le tonus musculaire, leur disait-il, et c’est essentiel pour gagner!

825 comédiens nus dans un film

juin 5, 2011

Mago, un film à petit budget qui a pour but de dénoncer la pollution, fait fureur en Corée du Sud, un mois avant d’entrer sur le circuit: il met en vedette 825 comédiens et comédiennes flambant nus.

Son objectif n’est pas érotique, mais de décrire la chute de l’homme qui massacre l’environnement. L’histoire commence dans un environnement mythique de bonheur, de beauté, et de joie pour terminer dans la boue et la pollution.

Sauf que 825 corps en pleine nudité, dont une centaine de jeunes filles recrutées sur les campus, ça frappe! Ça attire! Surtout dans un pays où la nudité en publique n’est pas répandue.

Choquant! Choquant titre le tabloid Sport Chosun Daily.

Il n’y a presque pas de dialogue dans le film. Ce sont les corps qui parlent. Le scénariste de Mago, le poète Jang Kyung-ki qui est âgé de 41 ans veut raconter l’histoire du paradis perdu.

« Je voulais monter des corps heureux, libres et joyeux, avant l’apparition du mal. Je ne m’attendais pas à une telle réaction. Ce n’est pas un film érotique mais une poésie. »

Le film qui a coûté environ 3 M$ Can a eu beaucoup de difficulté à obtenir le sceau d’approbation de la censure.

En général, un film avec de la nudité est classé 18 ans et plus, mais le producteur voulait une plus grande diffusion. Finalement, les censeurs ont accepté la grande diffusion.

Les comédiens et les comédiennes ont aussi lutté pour convaincre leurs parents du bien fondé de l’oeuvre cinématographique.
Chose certaine, Mago va faire salle comble. Le message passera-t-il?

Dans l’espace du désert

septembre 19, 2010

Le ciel est bleu sans espoir
mais
le soleil est rouge sang
et
ses larmes crèment le sol
dans
la déchirure des cadavres humains
où le désert dans la splendeur
de
sa nudité jaune corporelle
chauffe sous les pieds
des
combattants qui ont des brûlures
dans les tripes et les yeux ouverts
car l’insécurité plane au-dessus
du
désert comme le vautour au ciel
prêt à saisir de ses griffes crochues
ses
premières victimes pour leur sucer
le
sang jaune ocre du désert au plafond horizontal
couvert de lacs de nuages blancs cotonneux
comme
des poches d’eau volante suspendues
dans
l’océan bleu du ciel torride et acéré.

Bernard NKOUNKOU