Posts Tagged ‘Nuit’

La nuit du divorcé

juin 17, 2011

Longue et folle était la nuit du divorcé
Promenant sa main sur le vide allongé
Vaste était le désert de la chambre
Vague était son cœur brisé sur le marbre

Étendu au coin sur le plan vertical
Voyageant dans la pensée latérale
Le silence agrandissait la maison
Dans ce périmètre couleur de raison

La première nuit blanche du divorcé
De corps abandonné et mal enveloppé
Était un cauchemar à l’ire volcanique
Éteint après une irruption laconique.

Bernard NKOUNKOU

Quand mon corps tremble devant le tien

février 8, 2011

A l’approche du parfum de ton corps
Quand ton ombre s’ouvre en pétales
Tu frémis et lèves ta tête pour m’accueillir
Dans la joie idyllique de tes lèvres roses
Qui déposent un doux et chaleureux baiser
Sur la margelle et la pulpe de mes lèvres
Transit d’énergie de courant sentimental
Mes longs bras telles des lianes robustes
Enlacent de fraîcheur tes belles épaules
Bouclant la jointure derrière ton dos plat
Où ton regard dégage un rayon d’attache
Comme une toile d’araignée de capture
Dans laquelle je t’enferme à tour d’instant
Victime sentimentale de ma proie en chair
Qui goutte au bonheur du plaisir de la nuit

Bernard NKOUNKOU

Le soir de ta douleur

octobre 9, 2010

Loin du soir épineux de ta triste douleur
Mon cœur alangui croupissait dans la peur
Au réveil des matines de mes pensées
Je me débarrassais de la chute de la rosée

La peur de t’avoir laissée dormir seule
Avec ta dose de médicament au seuil
D’une nuit noire aux mystères inconnus
Temps de rendez-vous de pieds perdus

Je dormais comme le canard d’un seul œil
Plaçant l’œil ouvert sur la charpente du ciel
Comme une caméra au plafond de ta chambre
Pour veiller sur ton corps étendu bien tendre

J’aurais voulu être à cet instant à côté de toi
Partager cette nuit de souffrance sous le toit
T’apportant mon soutien au baume de caresses
Pour alléger le poids de ta maudite souffrance

Bernard NKOUNKOU

Veux-tu ma chère amie ?

octobre 8, 2010

Veux-tu venir ce soir
Danser au vieux manoir
Dans l’œil complice nocturne
Du somnambule mature

Refrain:
Toi le nombril de ma vie
Centre de mon cœur au lit
Tu désires ma présence à temps
Avant l’aube du petit vent

Veux-tu manger ce soir
Au restaurant du terroir
Aux flûtes de ton corps
Mordillant tes lèvres de remords

Veux-tu marcher ce soir
Aux bords du vieux trottoir
Pour redonner vie au ventre de ton pied
Cimentant le sol de l’amitié

Veux-tu dormir ce soir
Dans ma chambre comme un loir
Savourant les délices de la nuit
Sous la pluie des caresses enfouies

Bernard NKOUNKOU

Au bord de la nuit

octobre 3, 2010

A l’aube du sommeil

Mes paupières se referment

Sur le ventre de mon œil

Qui dégage la fatigue du jour

Avec ses dents d’estomac invisible

Ma tête plonge dans la piscine de Morphée

Et relève la nuque dans le champ d’Oniris

Je voyage sous les ailes d’Éole

Avec ma tenue de Venus

Cousue chez Cupidon

Dans le beau style d’Apollon

Quand mes paupières titubent au réveil

Mon corps sorti de la nuit

S’éclaire de mon regard qui luit.

Bernard NKOUNKOU