Posts Tagged ‘Occidentaux’

Affaire Skripal: Moscou lance ses représailles contre les Occidentaux

mars 30, 2018

L’ambassadeur britannique Laurie Bristow quitte le ministère des Affaires étrangères russe à Moscou, le 30 mars 2018 / © AFP / Vasily MAXIMOV

La Russie a annoncé vendredi des mesures de rétorsion contre les pays ayant décidé la semaine dernière d’expulser des diplomates russes dans le cadre de l’affaire Skripal, dans ce qui est la plus importante vague d’expulsions croisées de diplomates de l’Histoire.

Les ambassadeurs de 23 pays parmi lesquels la France, la Grande-Bretagne, l’Allemagne, l’Italie, le Canada et la Pologne ont été convoqués au ministère russe des Affaires étrangères, où ils se sont vus notifier les mesures d’expulsion prises à leur encontre de leurs diplomates.

« Il leur a été remis une note disant qu’en protestation aux accusations déraisonnables et aux expulsions de diplomates russes (…), la Russie déclare personae non gratae le nombre correspondant d’employés diplomatiques », a annoncé le ministère russe des Affaires étrangères dans un communiqué.

Concrètement, Moscou répond à l’identique, en expulsant le même nombre de diplomates que chaque pays a expulsé de diplomates russes. Quatre diplomates de l’Allemagne et de la Pologne devront par exemple quitter la Russie.

Treize diplomates ukrainiens devront également quitter Moscou, un nombre identique au nombre de Russes qui avaient été contraints de quitter Kiev cette semaine.

Seuls quatre pays ayant annoncé des mesures contre la Russie échappent pour l’instant à ces représailles. « Compte tenu du fait que la Belgique, la Hongrie, la Géorgie et le Monténégro ont décidé au dernier moment de rejoindre ce mouvement, la Russie se réserve le droit de prendre des mesures » à l’avenir, a néanmoins déclaré le ministère dans son communiqué.

Moscou a aussi décidé de nouvelles mesures contre la Grande-Bretagne, donnant un mois à Londres pour réduire son personnel diplomatique en Russie et l’amener au même niveau que celui des missions diplomatiques russes au Royaume-Uni.

Le 17 mars, Moscou avait déjà annoncé l’expulsion de 23 diplomates britanniques et ordonné la fermeture du British Council et du consulat britannique de Saint-Pétersbourg.

Vendredi, la Russie s’est défendue d’être responsable de cette « guerre diplomatique » qui s’envenime. « Ce n’est pas la Russie qui a initié un échange de sanctions ou un échange d’expulsion de diplomates », a déclaré à la presse le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov.

– ‘Actes inamicaux’ –

Les Etats-Unis avaient été le premier pays à apprendre, jeudi soir, l’expulsion de 60 de leurs diplomates en réponse aux mesures équivalentes prises par Washington après l’empoisonnement le 4 mars au Royaume-Uni d’un ex-agent double russe, Sergueï Skripal, et de sa fille Ioulia.

L’hôpital où est soignée Ioulia Skripal a indiqué que son état s’améliore rapidement, tandis que son père reste dans un état critique mais stable.

Londres impute à la Russie cet empoisonnement via un agent neurotoxique, malgré de multiples démentis de Moscou, qui clame son innocence.

Les 60 diplomates américains expulsés « ont été déclarés +personae non gratae+ pour activités incompatibles avec leur statut diplomatique » et ont une semaine pour quitter le pays, selon le ministère russe des Affaires étrangères, qui a également ordonné la fermeture d’ici samedi du consulat général des Etats-Unis à Saint-Pétersbourg (nord-ouest).

« Il n’y a aucune justification à la réaction russe », a aussitôt déploré la porte-parole du département d’Etat américain, Heather Nauert, en assurant que les Etats-Unis se réservaient « le droit d’y répondre » en examinant différentes options.

« Nous ne sommes pas d’accord avec cette appréciation », a réagi M. Peskov: « La Russie a été obligée de prendre des mesures de rétorsion en réponse aux actes inamicaux et illégitimes » de Washington, a-t-il souligné.

Le président russe Vladimir Poutine « reste partisan du développement de bonnes relations avec tous les pays, y compris les Etats-Unis », a assuré M. Peskov.

– Mesures identiques –

Au total, dans le cadre de mesures de rétorsion sans précédent coordonnées entre Occidentaux, plus de 140 diplomates russes en Europe, en Amérique du Nord, en Ukraine ou en Australie doivent être expulsés.

« Pour rétablir la vérité », la Russie a également demandé la convocation d’une « session extraordinaire » du Conseil exécutif de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC), selon M. Lavrov, qui a appelé jeudi les Occidentaux à avoir « une conversation honnête » avec les Russes sur l’empoisonnement de Skripal et de sa fille.

« La Russie souhaite une enquête objective et impartiale », a expliqué vendredi Dmitri Peskov, en réaffirmant que Moscou « n’est catégoriquement pas d’accord avec les accusations l’impliquant dans cet incident ».

A Saint-Pétersbourg, ancienne capitale impériale russe, l’évacuation des meubles et des cartons était en cours vendredi au consulat général des Etats-Unis, à la veille prévue de sa fermeture, a constaté une journaliste de l’AFP.

Romandie.com avec(©AFP / 30 mars 2018 16h54)                

Skripal: Washington et les Occidentaux expulsent plus de 110 diplomates russes

mars 26, 2018

L’ambassade de Russie à Washington, le 26 mars 2018 / © AFP / JIM WATSON

Les Etats-Unis ont annoncé lundi « la plus importante expulsion » d' »espions » russes de l’Histoire, dans le cadre de représailles coordonnées du camp occidental qui replongent le monde au temps de la Guerre froide, après l’empoisonnement d’un ex-agent russe au Royaume-Uni, attribué par Londres à Moscou.

L’Australie s’est jointe mardi au mouvement, en annonçant l’expulsion de deux diplomates russes, portant à au moins 116 le nombre de diplomates russes qui doivent être expulsés dans 23 pays, dont 16 de l’Union européenne.

Moscou, qui nie être à l’origine de l’empoisonnement à l’agent innervant de Sergeï Skripal et de sa fille Ioulia le 4 mars à Salisbury (sud de l’Angleterre), a immédiatement dénoncé un « geste provocateur » et promis de riposter à son tour, au risque de relancer la guerre des sanctions. « La Russie n’a jamais eu et n’a rien à voir avec cette affaire », a répété le Kremlin.

Washington mène, et de loin, le mouvement, avec l’expulsion de 60 diplomates russes considérés comme des « agents de renseignement » (48 dans diverses missions aux Etats-Unis, et 12 à la mission russe auprès de l’ONU) et la fermeture du consulat de Russie à Seattle, sur la côte Ouest, en raison de la proximité de la plus grosse base de sous-marins nucléaires américains.

Il s’agit de la manifestation de « solidarité » américaine la plus marquée avec Londres depuis l’empoisonnement attribué par Londres à la Russie, et ce malgré les réticences persistantes du président Donald Trump à critiquer frontalement son homologue russe Vladimir Poutine.

Déplorant un « grave coup à la fois quantitatif et qualitatif » à la présence russe aux Etats-Unis, l’ambassadeur de Russie Anatoli Antonov a estimé sur le site d’information public Sputnik que Washington avait « réduit à néant le peu qu’il restait encore des relations russo-américaines ».

« Les Etats-Unis sont prêts à coopérer pour bâtir une meilleure relation avec la Russie, mais cela ne peut se produire que si le gouvernement russe change d’attitude », a commenté la Maison Blanche.

Le président du Conseil européen Donald Tusk a, lui, prévenu que « de nouvelles expulsions » n’étaient « pas exclues » après cette opération « concertée ». « Pour la première fois depuis la Deuxième guerre mondiale, une arme chimique a été employée en Europe », a souligné le chef de la diplomatie allemande Heiko Maas.

La France, l’Allemagne et la Pologne ont demandé chacune à quatre diplomates russes de partir, suivies notamment par les pays baltes, la Hongrie ou encore l’Espagne. L’Ukraine, en guerre avec des séparatistes pro-russes depuis 2014, en a chassé 13, et plusieurs autres pays, membres de l’Otan pour la plupart, en ont déclaré d’autres persona non grata.

Le Premier ministre australien Malcolm Turnbull a estimé que cette attaque participait d’un « schéma de comportement dangereux et délibéré de l’Etat russe qui constitue une menace croissante pour la sécurité internationale ».

L’Islande a de son côté annoncé, à l’instar de Londres, un boycott diplomatique de la Coupe du monde de football en Russie en juin-juillet.

– « Réponse extraordinaire » –

Le Royaume-Uni, qui avait déjà expulsé 23 diplomates russes, a salué la « réponse extraordinaire » de ses alliés. Cela « constitue le plus grand mouvement d’expulsion d’agents russes de l’histoire », s’est réjoui le chef de la diplomatie britannique Boris Johnson, tandis que la Première ministre Theresa May a estimé que la Russie était ainsi avertie qu’elle ne peut plus « bafouer le droit international ».

L’empoisonnement de l’ex-agent russe a provoqué une grave crise diplomatique entre Moscou et Londres.

Le président américain s’était jusque-là montré moins catégorique. Son appel à Vladimir Poutine pour le féliciter de sa réélection, la semaine dernière, a même été critiqué aux Etats-Unis car Donald Trump avait évité ce sujet délicat, préférant évoquer une possible rencontre pour désamorcer des tensions sans précédent depuis la Guerre froide.

« Bien s’entendre avec la Russie (et d’autres) est une bonne chose, pas une mauvaise chose », avait déclaré M. Trump, dont la promesse de rapprochement avec Moscou s’est heurtée depuis son arrivée à la Maison Blanche début 2017 à l’enquête sur des soupçons de collusion entre son équipe de campagne et le Kremlin avant son élection en 2016.

– « Solidarité effective » –

Mais les élus du Congrès des deux bords, qui réclament un durcissement de ton, semblent avoir eu raison de ses réticences.

« Nous prenons ces mesures pour démontrer notre solidarité indéfectible avec le Royaume-Uni, et pour imposer à la Russie de sérieuses conséquences pour ses violations continuelles des normes internationales », a expliqué le département d’Etat américain.

L’annonce a été « applaudie » par un ex-ambassadeur américain à Moscou sous la présidence du démocrate Barack Obama, Michael McFaul.

Pour Michael Carpenter, du centre de réflexion Atlantic Council, il s’agit d’un « message fort », « décuplé » par la « coordination entre les deux rives de l’Atlantique », mais « symbolique » car la Russie va répliquer du tac au tac.

L’administration Obama avait expulsé 35 agents russes fin 2016 pour punir Moscou de son ingérence présumée dans l’élection présidentielle américaine, démentie par Moscou. Dans un premier temps, le président russe Vladimir Poutine avait choisi de ne pas riposter, laissant sa chance au nouveau président américain. Mais devant l’absence d’embellie dans les relations, la guerre des sanctions avait été relancée à l’été 2017.

Romandie.com avec(©AFP / 27 mars 2018 01h44)                

Pas rancunier, Poutine remercie les Occidentaux pour 1945

mai 9, 2015

Snobé par les Occidentaux qui lui reprochent son soutien aux séparatistes prorusses en Ukraine, le président russe Vladimir Poutine a loué la « contribution » des Alliés dans la victoire en 1945. Moscou a célébré ce 70e anniversaire samedi sur la place Rouge.

« Il faut rappeler que c’est l’Armée rouge qui, au terme d’un assaut dévastateur sur Berlin, a mis un point final à la guerre contre l’Allemagne hitlérienne », a déclaré le président russe lors d’un discours devant les quelque 16’000 soldats rassemblés sur la place Rouge, en prélude à une parade militaire monstre.

« L’Union soviétique a pris part aux batailles les plus sanglantes. Ici, les nazis ont concentré leur puissance militaire », a ajouté Vladimir Poutine, en référence aux quelque 25 millions de Soviétiques tués pendant la guerre.

« Je remercie les peuples de Grande-Bretagne, de France et des Etats-Unis pour leur contribution à la victoire. Je remercie les différents pays antifascistes qui ont pris part aux combats contre les nazis dans les rangs de la résistance et dans la clandestinité », a ajouté Vladimir Poutine. Puis il y a eu une minute de silence en mémoire des victimes de la guerre, une première dans l’histoire des cérémonies du 9 mai en Russie.

Un Poutine apaisant
Le président russe s’est ainsi montré plutôt apaisant, faisant un geste en direction des Occidentaux en les remerciant et en se gardant pour une fois d’évoquer la menace « fasciste » ukrainienne. « Soixante-dix ans plus tard, l’Histoire nous appelle à être à nouveau vigilant », a-t-il simplement précisé, rappelant que les croyances en « une supériorité raciale avaient entraîné une guerre sanglante » et qu’il ne fallait pas commettre les mêmes erreurs.

Malgré le boycott occidental, Vladimir Poutine peut se targuer d’avoir accueilli les dirigeants de puissances émergentes: les présidents chinois Xi Jinping et indien Pranab Mukherjee, son homologue égyptien Abdel Fattah al-Sissi ou cubain Raul Castro, ainsi que le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon. La parade militaire à l’ampleur inédite a fait la part belle aux nouveaux armements russes

Romandie.com

Poutine va quitter le sommet du G20 plus tôt que prévu

novembre 15, 2014

Moscou – Le président russe Vladimir Poutine entend quitter plus tôt que prévu dimanche le sommet du G20 à Brisbane, a indiqué samedi une source au sein de la délégation russe, alors que l’homme fort du Kremlin doit faire face à une pression accrue des Occidentaux sur fond de crise en Ukraine.

Le programme pour la deuxième journée (pour M. Poutine) a changé. Il a été raccourci, a déclaré à l’AFP une source au sein de la délégation russe sous couvert d’anonymat, à propos de dimanche.

Le président russe participera aux réunions du sommet mais ne sera pas présent lors d’un déjeuner officiel et parlera devant la presse plus tôt que prévu. Ce déjeuner est plus une sorte de divertissement, a ajouté la source.

Cette source a toutefois démenti que M. Poutine quittait le sommet face à la pression que font peser sur lui les Occidentaux sur fond de crise en Ukraine. Il n’y a pas eu de scandale, a-t-elle fait valoir.

Le sommet du G20 se termine demain. Vladimir Poutine devra nécessairement le quitter, mais seulement lorsque l’ensemble du travail aura été fait, a pour sa part nuancé sur la radio russe Kommersant FM le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov.

M. Peskov a également démenti que la pression des dirigeants occidentaux, qui ont menacé la Russie de nouvelles sanctions si les combats en Ukraine s’intensifient, a forcé l’homme fort du Kremlin à modifier ses plans.

Ce sont des bêtises, a-t-il lancé. Le thème des sanctions est abordé de manière large et active lors de toutes les rencontres bilatérales (du sommet), mais personne ne fait pression, a affirmé M. Peskov.

Les Occidentaux ont accusé cette semaine la Russie d’envoyer des renforts d’armement lourd dans l’est de l’Ukraine, suscitant des craintes d’un retour à une guerre totale.

Les tensions entre la Russie et l’Occident ont ainsi relégué au second plan les autres thématiques de la première journée du sommet du G20 à Brisbane, en Australie.

M. Poutine a notamment rencontré lors du G20 en tête à tête le Premier ministre britannique David Cameron et le président français François Hollande.

Romandie.com avec(©AFP / 15 novembre 2014 14h32)

Un Américain tué à Ryad, l’assaillant arrêté

octobre 14, 2014

Ryad – Un Américain a été tué par balle et un autre blessé mardi dans l’est de Ryad, a annoncé la police de la capitale saoudienne, en affirmant avoir arrêté l’assaillant.

Les deux Américains ont été attaqués dans leur voiture, dans une station-service, par un assaillant non identifié. Alertée, la police a réussi à encercler ce dernier, qui a été arrêté après avoir été blessé dans un échange de tirs.

La police n’a pas précisé les motivations de cette attaque, ajoutant qu’une enquête était en cours.

Ces dernières années, les Occidentaux ont été rarement visés par des attaques en Arabie saoudite.

En janvier dernier, deux diplomates allemands sont sortis indemnes d’une attaque armée dans l’est de l’Arabie saoudite.

De 2003 à 2006, de nombreux Occidentaux avaient été tués lors d’une vague d’attentats du réseau Al-Qaïda qui avaient ensanglanté le royaume saoudien.

Les auteurs présumés de ces attentats sont jugés par des tribunaux spécialisés dans les affaires de terrorisme. Certains ont été condamnés à mort ou à de lourdes peines.

Romandie.com avec(©AFP / 14 octobre 2014 16h20)