Posts Tagged ‘Oman’

Oman obtient la libération d’un prêtre indien enlevé au Yémen en 2016

septembre 12, 2017

 

Capture d’écran diffusée le 12 septembre 2017 montrant Thomas Uzhunnalil, prêtre indien enlevé en 2016 au Yémen / © OMAN TV/AFP / HO

Un prêtre indien enlevé en 2016 au Yémen lors d’une attaque contre un hospice attribuée à des jihadistes, a été libéré à la faveur d’une intervention du sultanat d’Oman, a annoncé mardi l’agence officielle ONA.

Le père catholique Thomas Uzhunnalil avait été enlevé lors de cette attaque à Aden (sud) qui avait fait 16 morts, dont quatre religieuses catholiques, et avait été condamnée à l’époque comme « insensée et diabolique » par le pape François.

Les autorités de Mascate ont réussi à « ramener mardi matin à Oman un employé du Vatican » après l’avoir localisé en « coordination avec des parties yéménites », a rapporté l’agence omanaise ONA.

A New Delhi, la ministre des Affaires étrangères Shma Swaraj s’est dite « heureuse d’annoncer que le père Uzhunnalil a été secouru », dans un tweet.

L’agence omanaise a indiqué que les opérations de recherche du prêtre indien avaient été lancées sur « instruction du sultan Qabous » d’Oman et à la demande du Vatican.

L’ONA a publié deux photos de l’ex-otage qui y apparaît en bonne forme. L’une le montre descendant d’un petit avion et l’autre posant habillé d’une tunique traditionnelle omanaise et portant une longue barbe blanche.

L’attaque en mars 20165 contre l’hospice d’Aden n’avait pas été revendiquée.

Un conflit armé oppose depuis 2014 au Yémen rebelles et pouvoir. Les groupes jihadistes rivaux Al-Qaïda et Etat islamique (EI) ont profité du chaos pour élargir leur influence dans ce pays et mener de nombreux attentats meurtriers.

Al-Qaïda a nié son implication dans l’attaque contre l’hospice, mais les autorités l’ont attribuée aux jihadistes.

Durant sa détention, le prêtre indien est apparu à deux reprises dans des vidéos appelant à l’aide pour être remis en liberté par ses ravisseurs.

Il s’est ainsi adressé en décembre 2016 au pape François, lui demandant d’intervenir pour obtenir sa libération et indiquant qu’il avait des problèmes de santé.

Le gouvernement indien avait assuré après la diffusion de cette vidéo qu’il « ne ménagerait aucun effort » pour obtenir sa libération.

Le père Uzhunnalil est apparu une deuxième fois en mai dernier pour lancer un appel similaire.

Oman, qui entretient des relations équilibrées avec toutes les parties en conflit au Yémen, a réussi ces dernières années à obtenir la libération de plusieurs ressortissants de différentes nationalités enlevés ou disparus au Yémen.

Le dernier otage détenu au Yémen et libéré en mai 2017 avait été l’Australien Craig McAllister qui avait été kidnappé en septembre 2016 à Sanaa, la capitale contrôlée depuis 2014 par les rebelles.

Le Yémen a connu de nombreux enlèvements d’étrangers ces dernières décennies. Véritable industrie dans ce pays à forte tradition tribale, les tribus se servaient souvent de l’enlèvement d’étrangers pour demander des faveurs au gouvernement ou de l’argent.

Mais certains enlèvements ont été le fait de groupes extrémistes comme Al-Qaïda.

Romandie.com avec(©AFP / 12 septembre 2017 17h03)

Le Qatar se tourne vers Oman pour contourner le blocus naval des Emirats

juin 12, 2017

Doha – Le Qatar a annoncé lundi l’ouverture de deux lignes maritimes avec Oman pour contourner les Emirats arabes unis dont les ports sont fermés à tout trafic maritime avec Doha depuis la début de la crise du Golfe.

L’annonce faite par l’Autorité des ports du Qatar précise que les deux dessertes se feront entre le port Hamad de Doha et les ports omanais de Sohar et Salalah.

Le port Hamad est distant de 778 km de Sohar et de 2.095 km de Salalah.

Parmi les membres du Conseil de coopération du Golfe (CCG), Oman et le Koweït sont les seuls à ne pas avoir suivi l’Arabie saoudite, les Emirats arabes unis et Bahreïn dans leur décision le 5 juin de rompre avec le Qatar.

Les ports des Emirats ont servi pendant des décennies de point de transit pour les importations du Qatar.

Les Emirats font partie des alliés de l’Arabie saoudite qui ont rompu les relations diplomatiques avec le Qatar et lui ont imposé des restrictions commerciales, en l’accusant de soutenir le « terrorisme » et de leur préférer l’Iran, ce qu’il nie avec force.

Le Qatar est le premier producteur et exportateur de gaz naturel liquéfié et dépend fortement des importations pour ses besoins en produits alimentaires.

L’Arabie saoudite a fermé le seul point d’entrée terrestre du Qatar par lequel transitaient, selon des spécialistes, 40% de ses importations alimentaires.

L’Iran, rival chiite de l’Arabie saoudite, s’est empressé d’envoyer des tonnes de produits alimentaires au Qatar et la Turquie, autre alliée de Doha, a également offert son aide.

Romandie.com avec(©AFP / 12 juin 2017 12h59)                                            

Les Etats-Unis ont transféré six détenus de Guantanamo vers Oman

juin 13, 2015

Washington – Les Etats-Unis ont annoncé samedi qu’ils avaient transféré six prisonniers de la base de Guantanamo vers le sultanat d’Oman, dans le cadre des efforts du président Barack Obama pour fermer cette prison militaire située à Cuba.

Les Etats-Unis sont reconnaissants envers le gouvernement d’Oman pour son geste humanitaire et pour sa disposition à soutenir les efforts américains en vue de fermer l’unité de détention de la base de Guantanamo, a déclaré le département d’Etat dans un communiqué.

Les six prisonniers — qui sont tous Yéménites selon les médias américains — sont Idris Ahmad Abd Al Qadir Idris, Sharaf Ahmad Muhammad Masud, Jalal Salam Awad Awad, Saad Nasser Moqbil Al Azani, Emad Abdallah Hassan and Muhammad Ali Salem Al Zarnuki.

Le ministère des Affaires étrangères du sultanat d’Oman a indiqué dans un communiqué publié par l’agence de presse ONA que les Yéménites étaient arrivés samedi pour un séjour temporaire.

Désormais, les prisonniers de la base navale de Guantanamo sont au nombre de 116.

L’annonce faite samedi constitue la deuxième de ce type cette année: en janvier, le Pentagone avait annoncé que quatre prisonniers avaient été transférés à Oman et un autre en Estonie. Au total en 2014, 28 prisonniers avaient quitté Guantanamo et avaient été transférés.

La majorité républicaine au Congrès a voté des dispositions qui empêchent le président Barack Obama de fermer Guantanamo comme il en avait fait le voeu dès 2009.

Elles interdisent en particulier tout transfert de détenus sur le sol américain, même pour y être jugés, forçant l’administration Obama à trouver des pays d’accueil pour les détenus libérables et à garder à Guantanamo ceux qui doivent être jugés.

Romandie.com avec(©AFP / 13 juin 2015 10h22)