Posts Tagged ‘Ontario’

Canada: La frontière entre le Québec et l’Ontario fermée dès lundi

avril 16, 2021

Le Québec a emboîté le pas au gouvernement ontarien et a décidé de fermer lui aussi sa frontière la plus à l’ouest, vendredi soir, au moment où l’Ontario est en proie à une situation sanitaire qui n’a rien de rassurante, selon les experts. À partir de lundi, des barrages routiers seront érigés par les deux provinces pour restreindre les déplacements non-essentiels.

La ministre de la Sécurité publique du Québec, Geneviève Guilbault

© Jacques Boissinot La Presse canadienne La ministre de la Sécurité publique du Québec, Geneviève Guilbault

« Dès lundi, nous fermerons notre frontière avec l’Ontario et nous assurerons un contrôle serré des déplacements. Nous sommes en discussion avec le gouvernement ontarien pour déterminer les modalités », a annoncé la ministre de la Sécurité publique du Québec, Geneviève Guilbault, vendredi soir.

Son annonce est survenue peu après celle du premier ministre ontarien, Doug Ford, qui s’est dit inquiet de « perdre la bataille entre les variants et les vaccins ». Il a annoncé la fermeture de ses frontières avec le Québec et le Manitoba, parmi une série nouvelles mesures sanitaires.

Les seules exceptions permises pour se rendre en Ontario seront pour le travail, l’obtention de soins médicaux et le transport de marchandises. Le premier ministre Ford a également exhorté le fédéral de restreindre encore plus les déplacements internationaux.

« Si une personne n’a pas de raison valide pour se rendre en Ontario, elle devra faire demi-tour », a averti la solliciteuse générale de l’Ontario, Sylvia Jones, lors d’un point de presse, vendredi après-midi.

L’Ontario a également prolongé à six semaines son « ordonnance de rester à la maison », décrétée la semaine dernière et ayant pour but de réduire les déplacements non essentiels. La province a rejeté l’idée d’imposer un couvre-feu similaire à celui en vigueur au Québec. Elle imposera toutefois de nouvelles restrictions à la pratique de sports extérieurs, comme le golf, et interdira dès samedi les rassemblements extérieurs de personnes issues de foyers différents.

Nouveaux barrages

Les villes d’Ottawa et de Gatineau seront ainsi une nouvelle fois séparées par des barrages policiers, après une première interdiction des déplacements interprovinciaux non-essentiels au printemps dernier, imposée par le Québec. « J’espère que les raisons humanitaires seront permises. On a besoin d’exceptions », a réagi le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, peu après l’annonce de l’Ontario qui n’en faisait pas mention. Le maire invite le gouvernement Ford à tenir compte de la réalité de la région frontalière, où les résidants ont l’habitude de se déplacer d’une rive à l’autre de la rivière des Outaouais. « Mais c’est une décision qui leur appartient », conclut-il.

Le maire d’Ottawa, Jim Watson, a pour sa part critiqué plus sévèrement la mesure de son gouvernement. « Je n’ai jamais été un grand adepte des barrages », a-t-il laissé tomber, vendredi soir, dans un appel avec des journalistes. « Nous n’avons pas été consultés. C’est une loi de la province de l’Ontario, nous n’avons pas beaucoup de choix, et ça va nous coûter beaucoup d’argent pour les services policiers. »

Bientôt 15 000 cas ?

Les nouvelles mesures imposées par l’Ontario sont justifié par une importante dégradation de sa situation sanitaire, et des projections qui laissent entrevoir une catastrophe à venir. La province enregistrait vendredi un autre record de nouveaux cas de COVID-19, à 4812. Des modélisations présentées par des experts gouvernementaux vendredi ont dressé un portrait encore plus inquiétant : si des mesures fortes n’étaient pas prises par l’Ontario, le nombre de ses nouveaux cas par jour pourrait dépasser les 15 000. Déjà, tant les cas de COVID-19 et les hospitalisations sont à leur plus haut niveau depuis le début de la pandémie dans cette province.

Le premier ministre fédéral Justin Trudeau a par ailleurs offert vendredi matin au gouvernement Ford de déployer en Ontario des effectifs de la Croix-Rouge, dont des unités mobiles de vaccination et un coup de main dans les hôpitaux et les foyers de soins de longue durée. Une porte-parole du premier ministre Ford a toutefois indiqué aussitôt que le gouvernement déclinait l’offre d’Ottawa, parce qu’inutile. Selon son gouvernement, l’Ontario a besoin de plus de vaccins, pas de vaccinateurs.

Appel aux autres provinces

Le gouvernement Ford a par contre demandé à d’autres provinces de lui prêter des infirmières et d’autres travailleurs de la santé, alors que les hôpitaux sont poussés à bout, surtout aux soins intensifs, par la flambée des infections et la pénurie de personnel.

Dans une lettre à ses homologues des autres provinces et territoires, la sous-ministre de la Santé de l’Ontario, Helen Angus, explique que sa province aura besoin de 4145 infirmières de plus dans le seul secteur hospitalier au cours des quatre prochains mois. Elle demande aussi 620 autres professionnels de la santé, y compris des infirmières et des inhalothérapeutes. Le besoin est le plus aigu dans le sud de l’Ontario, plus précisément dans le Grand Toronto et les environs immédiats.

Avec La Presse canadienne par  Boris Proulx

Canada: L’Ontario prolonge le tarif d’électricité réduit jusqu’au 22 février

février 10, 2021

Le gouvernement de Doug Ford confirme qu’il maintiendra le tarif de 8,5 cents par kilowattheure jusqu’au 22 février, en raison de la pandémie.

Le tarif d'électricité de période creuse demeurera en vigueur en Ontario jusqu'au 22 février.

© /Radio-Canada Le tarif d’électricité de période creuse demeurera en vigueur en Ontario jusqu’au 22 février.

À cette date, l’ordre de rester à la maison doit avoir été levé partout en Ontario, selon le plan de déconfinement provincial.

«Nous sommes conscients que le fait de rester à la maison se traduit par une plus grande consommation d’électricité (…). C’est la raison pour laquelle nous prolongeons une fois de plus le tarif d’électricité applicable aux périodes creuses afin d’offrir aux ménages, aux petites entreprises et aux exploitations agricoles des factures d’électricité stables et prévisibles», affirme le ministre de l’Énergie, Greg Rickford, dans un communiqué.

Le tarif de période creuse s’appliquera ainsi toute la journée, et ce, sept jours sur sept.

Les abonnés inscrits au programme de tarif par palier en bénéficieront aussi.

Cet allègement de la facture d’électricité était entré en vigueur le 1er janvier.

Avec  CBC/Radio-Canada 

Canada-Ontario: Deux policiers blessés au couteau à Toronto; une arrestation

février 2, 2021

 Deux agents ont été blessés par un individu avec un couteau mardi, selon la police.

© Michael Wilson/CBC Deux agents ont été blessés par un individu avec un couteau mardi, selon la police.

Un suspect a été arrêté à la suite d’une attaque au couteau, mardi, dans une maison du nord-ouest de Toronto au cours de laquelle deux policiers ont été blessés dont un grièvement.

Les policiers étaient sur place pour y chercher des informations au sujet d’un quinquagénaire porté disparu, selon le chef de police James Ramer.

Les deux policiers ont été transportés à l’hôpital après avoir été attaqués, dit-il, par un individu qui serait sorti d’une des chambres de la résidence avec un couteau.

Un des agents souffre de blessures majeures par lacérations, mais on ne craint pas pour sa vie. L’autre policier aurait subi des blessures mineures.

Les policiers ont procédé à l’arrestation d’un suspect, qui n’a pas été blessé. Son mobile est inconnu pour l’instant; l’enquête se poursuit.

La Police de Toronto indique par ailleurs être toujours à la recherche de Nathaniel Brettell, 56 ans, et dit craindre pour sa vie.

Le premier ministre Doug Ford a réagi à l’attaque au couteau, qui s’est déroulée dans le secteur d’Etobicoke, non loin de sa maison familiale. Il affirme trouver la situation «inquiétante» et souhaite un «prompt rétablissement» aux deux agents.

Avec CBC/Radio-Canada

Demandes d’admission à l’UOF : les futurs étudiants potentiels refroidis par la pandémie

janvier 19, 2021

L'Université n'a pas encore envoyé ses premières offres conditionnelles d'admission.© Facebook / Université de l’Ontario français 

L’Université n’a pas encore envoyé ses premières offres conditionnelles d’admission.

Le vice-recteur aux affaires académiques et à la recherche Denis Berthiaume affirme que l’Université n’avait pas d’objectif précis pour sa première année d’enseignement, mais reconnaît que les circonstances actuelles risquent d’avoir un impact sur le nombre d’étudiants. Le nombre de demandes d’admission pour la rentrée en septembre prochain aurait été influencé par la pandémie.

La direction de l’Université espère accueillir à long terme 2500 étudiants. Le vice-recteur aux affaires académiques et à la recherche croit que la croissance du nombre d’étudiants sera exponentielle plutôt que graduelle. Celui-ci ne voit toutefois pas un départ lent pour la nouvelle institution d’un mauvais œil.

«C’est mieux d’en avoir moins que trop» affirme monsieur Berthiaume, qui souligne que l’Université souhaite avant tout offrir un «accompagnement de proximité».Denis Berthiaume en entré en poste le 4 août à titre de vice-recteur. © Photo offerte par l’UOF Denis Berthiaume en entré en poste le 4 août à titre de vice-recteur.

Selon lui, la pandémie et la possibilité d’une autre rentrée virtuelle en septembre ont sans doute influencé la décision d’étudiants étrangers ou locaux d’entamer ou non leurs études l’an prochain.

Le centre de demandes d’admission aux universités de l’Ontario (OUAC) dévoilera les données sur les demandes d’admission plus tard cette semaine. Le vice-recteur affirme que le plan budgétaire de l’Université permet une rentrée en septembre peu importe le nombre d’étudiants qui participeront qui feront partie de cette première cohorte.

Dossiers d’admissions

Deux étudiants potentiels affirment ne pas avoir reçu de réponse, même conditionnelle, à leur demande d’admission à l’UOF alors que d’autres établissements d’enseignement leur ont déjà envoyé une offre d’admission conditionnelle.

Radio-Canada a accepté de ne pas révéler leur identité parce que ceux-ci craignent que leurs doutes aient un impact sur leur expérience scolaire,

Denis Berthiaume affirme que l’Université achève la mise en place du système informatique nécessaire à l’envoi de ces offres conditionnelles. Les premières devraient être acheminées à partir de cette semaine.

Avec Radio-Canada par  Katherine Brulotte

Canada/Ontario: le premier ministre Doug Ford ordonne aux résidants de rester à la maison

janvier 13, 2021

TORONTO — L’Ontario émet une ordonnance qui oblige les citoyens à rester chez eux à partir de jeudi, sauf pour les activités essentielles comme accéder aux soins de santé, faire ses courses ou de l’exercice. On reporte aussi la reprise des cours en classe pour les élèves des cinq «zones chaudes» de la province.

© Fournis par La Presse Canadienne

Le premier ministre Doug Ford a indiqué mardi qu’il déclarait également un nouvel état d’urgence sanitaire, en vigueur mercredi, pour répondre à la flambée des taux d’infection à la COVID-19.

Les nouvelles mesures comprennent aussi la limitation des heures d’ouverture des commerces non essentiels, tels que les quincailleries, qui ne pourront ouvrir qu’entre 7 h et 20 h; cela exclut les commerces d’alimentation, les stations-service et les pharmacies. On limite aussi à cinq personnes les rassemblements en plein air, comme pendant la première vague au printemps dernier. Le port d’un masque est également désormais recommandé à l’extérieur lorsque la distanciation est difficile.

Le gouvernement indique par ailleurs que les écoles de cinq «zones sensibles» —Toronto, Hamilton, Peel, York et Windsor-Essex — ne rouvriront pas avant le 10 février; entre temps, les cours continueront à se donner en ligne.

En conférence de presse en après-midi, M. Ford a admis que tout le monde «voulait revenir à la normale», mais il a souligné que le système de santé est «au bord de l’effondrement». 

Interrogé sur l’opportunité d’imposer un couvre-feu, comme l’a fait le gouvernement du Québec samedi dernier pour un mois, le premier ministre Ford a expliqué qu’il faisait confiance aux Ontariens. «Et dès que vous dites aux gens de l’Ontario que vous avez perdu confiance en eux et que la police les poursuivra dans la rue dans leur voiture, c’est fini! 

«Tout le monde travaille ensemble depuis 10 ou 11 mois, subissant une pression énorme. Mais la dernière chose à laquelle j’ai jamais cru, c’est d’avoir un couvre-feu — que la police vous coure après dans la rue lorsque vous quittez votre entrée après 20 h.»

Des projections alarmantes 

Le premier ministre a annoncé ces nouvelles mesures peu de temps après que la province a publié de nouvelles projections qui montrent que le virus est en voie de faire déborder le système de santé en Ontario.

Selon ces nouvelles projections, les décès quotidiens dus au virus passeront de 50 à 100 d’ici la fin du mois de février si l’on maintient les restrictions sanitaires à leur niveau actuel. Les nouvelles données montrent également qu’un quart des hôpitaux de la province n’ont plus de lits libres dans les unités de soins intensifs et un autre quart n’en ont qu’un ou deux. 

Le docteur Adalsteinn Brown, l’un des experts à l’origine des projections provinciales, a déclaré mardi que si le taux de positivité à la COVID-19 est de 5 %, l’Ontario verra plus de 20 000 nouveaux cas par jour au milieu du mois prochain. Si ce taux grimpe à 7 %, on verra 40 000 nouveaux cas par jour.

Or, les fournisseurs de soins de santé devront faire face à des choix difficiles dans les semaines à venir, a-t-il dit. «Ce sont des choix qu’aucun médecin ne veut faire et qu’aucune famille ne veut entendre: qui recevra les soins et qui ne les recevra pas.» Selon les projections, il y aura environ 500 malades de la COVID-19 aux soins intensifs à la mi-janvier et potentiellement plus de 1000 d’ici février en fonction de scénarios plus pessimistes.

Les experts qui compilent ces projections pour le gouvernement ontarien estiment que la croissance de la COVID-19 s’accélère, augmentant même de 7 % lors de certains des «pires jours». Or, malgré un reconfinement imposé le lendemain de Noël en Ontario, le docteur Brown estime que de nombreuses personnes n’ont pas évité les contacts avec d’autres personnes en dehors de leur foyer.

«Si nous ne respectons pas ces restrictions, la COVID-19 continuera de se propager de manière agressive avant que les vaccins n’aient la possibilité de nous protéger», a-t-il rappelé. «Cela aura des conséquences tragiques pour nous, pour notre santé, pour notre province, pour notre système de santé.»

Les projections indiquent également que 40 % des foyers de soins de la province connaissent des éclosions. Les décès continuent d’augmenter dans ces foyers, avec 198 résidants et deux membres du personnel morts du virus depuis le 1er janvier.

«Le nombre de ces éclosions a augmenté et on constate que leur taille est substantielle», a déclaré le docteur Brown. «Il est aussi important de noter que ça se propage maintenant dans toutes les régions de la province.»

41 nouveaux décès  

L’Ontario signalait mardi 2903 nouveaux cas de COVID-19, dont huit nouveaux cas d’un variant d’abord observé au Royaume-Uni. La province signalait également 41 autres décès liés au virus. 

Des 2903 nouveaux cas, 837 étaient recensés à Toronto et 545 dans sa banlieue de Peel. La région de York comptait 249 autres cas et 246 nouvelles infections ont été signalées dans la région de Niagara.

Le ministère de la Santé indique également que plus de 44 800 tests ont été effectués depuis la dernière mise à jour quotidienne. L’Ontario rapporte aussi que 11 448 doses de vaccins ont été administrées depuis sa dernière mise à jour quotidienne, avec 133 553 doses totales maintenant administrées.

Au total, 222 023 Ontariens ont été déclarés positifs pour la COVID-19, avec 186 829 cas résolus et 5053 décès depuis le début de la pandémie.

Par ailleurs, la police de Hamilton a déclaré avoir porté des accusations contre deux organisateurs de manifestations antimasque les 3 et 10 janvier. Selon la police, 40 personnes ont participé à la première manifestation «Hugs Over Masks» (Des câlins plutôt que des masques) et 60 à la seconde. Les restrictions actuelles en Ontario limitent les rassemblements à un maximum de 10 personnes, à l’extérieur.

La police a déclaré qu’un homme de 27 ans et une femme de 38 ans font face à des accusations en vertu de la Loi de 2020 sur la réouverture de l’Ontario; ils sont passibles d’une amende minimale de 10 000 $, s’ils sont reconnus coupables par le tribunal.

Avec Shawn Jeffords et Paola Loriggio, La Presse Canadienne

L’Ontario pulvérise son record de nouveaux cas de COVID-19

janvier 2, 2021

L’Ontario a de nouveau battu son record de nouvelles infections à la COVID-19 samedi alors que la province fait état d’un bilan de 3363 cas.

L’Ontario a de nouveau battu son record de nouvelles infections à la COVID-19 samedi alors que la province fait état d’un bilan de 3363 cas.

© Patrick Woodbury, Archives Le Droit 

Le précédent record était de 3328 et avait été rapporté dans le bilan de jeudi.

La province a du même coup dévoilé les données pour la journée de vendredi. Les autorités sanitaires de la province avaient fait relâche vendredi en raison du Nouvel An. Un total de 2476 cas avaient alors été détectés.

Cela signifie donc que 5839 Ontariens ont contracté le virus au cours des deux derniers jours.

Au cours des sept derniers jours, un nombre moyen de 2655 infections ont été enregistrées quotidiennement.

La province rapporte un total de 95 nouveaux décès au cours des 48 dernières heures. Jusqu’à présent, la pandémie a fait 4626 victimes en Ontario.

Un peu plus de 1000 personnes sont hospitalisées en Ontario pour combattre le virus. Du lot, 322 se trouvent aux soins intensifs et 220 requiert l’aide d’un respirateur artificiel. Par ailleurs, le total de 322 Ontariens aux soins intensifs représente un record depuis le début de la crise.

L’Ontario a réalisé plus de 130 000 tests de dépistage de la COVID-19 au cours des deux derniers jours.

Avec Le Droit

Canada-Ontario: Une « année folle » pour la distillerie Rheault de Hearst

janvier 1, 2021

Connue pour sa Loon Vodka, la distillerie Rheault, à Hearst, s’est démarquée cette année par sa résilience. Après avoir pivoté vers la production de gel hydroalcoolique, le fleuron nord-ontarien se tourne maintenant vers le cidre grâce à une nouvelle succursale à Thunder Bay.

Marcel Rheault et Mireille Morin, propriétaires de la distillerie Rheault à Hearst.

© Facebook/Distillerie Rheault Marcel Rheault et Mireille Morin, propriétaires de la distillerie Rheault à Hearst.

«Ça a été une année folle », s’exclame en riant Marcel Rheault, copropriétaire de l’entreprise. Depuis le début de la pandémie, sa conjointe Mireille Morin et lui ont produit environ 750 000 litres de désinfectant à main dans leur maison, soit l’équivalent d’un million et demi de bouteilles d’eau de taille standard.

Il explique avoir été contacté par le gouvernement au printemps passé afin d’obtenir une licence de production et ainsi pouvoir contribuer à renflouer les stocks de gel hydroalcoolique au pays.

Le désinfectant de la distillerie Rheault a notamment été utilisé par le gouvernement ontarien et la Police provinciale, mais aussi par des entreprises minières et des épiceries.

«On était prêt. Je pense qu’être entrepreneur, c’est ça. Quand tu as une opportunité et que le gouvernement te dit « enweille go, commence à produire, on te donne les licences et tu vas aider le monde autour de toi », c’est ça qu’on fait», résume Marcel Rheault.

La distillerie Rheault produit notamment de la vodka, du whiskey et des liqueurs de cerises et de framboises.

© Facebook/Distillerie Rheault La distillerie Rheault produit notamment de la vodka, du whiskey et des liqueurs de cerises et de framboises.

Ce parcours du combattant a d’ailleurs été récompensé ce mois-ci par le prix des juges aux Northern Ontario Business Awards (NOBA).

Le producteur se réjouit de cette reconnaissance de la part du milieu des affaires, mais refuse de la laisser lui «monter à la tête». «Il faut rester terre à terre et avoir du fun avec les gens. Il ne faut pas se prendre pour quelqu’un d’autre» , dit-il.

Marcel Rheault et sa conjointe n’ont toutefois pas dit leur dernier mot : ils produiront encore 250 000 litres de gel hydroalcoolique pour un client américain qui exportera le produit à l’international.

Ruée vers le cidre dans le Nord-Ouest ontarien

Après sa vodka Alpha, qui est distillée au lait, son whiskey et ses liqueurs, la distillerie Rheault met maintenant le cap sur le cidre… et sur Thunder Bay.

Le couple a acheté un édifice bâti dans les années 1920 dans la ville d’un peu plus de 100 000 personnes. L’objectif : y ouvrir une nouvelle distillerie en formule resto-bar, où il produira notamment du cidre.

Marcel Rheault explique que la distillerie de Hearst demeurera la «maison mère » de l’entreprise. L’hiver, les deux entrepreneurs demeureront à Hearst afin de produire de la vodka. L’été, ils se rendront à Thunder Bay, à quelque 500 kilomètres de là, afin de se consacrer au cidre et au whiskey.

Ayant déjà acquis les licences nécessaires à la production et engagé un expert en cidre, le couple espère commercialiser la nouvelle boisson cet été.

 Avec La Presse canadienne par Zacharie Routhier

Canada/Plus de 100 personnes dans une église : le sermon interrompu par la police

décembre 28, 2020

Un sermon donné dans une église en présence de plus de 100 personnes qui ne portaient pas de masque a été interrompu par la police, samedi matin vers 11 h.Le rassemblement avait lieu dans une église de Wheatley, en Ontario. (Photo d'archives)

© /iStock Le rassemblement avait lieu dans une église de Wheatley, en Ontario. (Photo d’archives)

Un homme, qui a pris responsabilité pour le rassemblement, fait face à des accusations liées aux règlements sanitaires présentement en place.

Le sermon avait lieu dans une église mennonite de Wheatley, en Ontario, près de Leamington.

«La réglementation actuelle pour les services religieux ne permet que 10 personnes à l’intérieur. Le règlement municipal stipule également que les masques sont obligatoires pendant le culte», peut-on lire dans le communiqué émis par la police de Chatham-Kent.

Selon le communiqué, «tout le monde s’est conformé aux demandes des officiers de mettre fin tôt au service religieux et de quitter la propriété».

Un homme de 50 ans de Merlin, en Ontario, a été accusé de ne pas s’être «conformé à une ordonnance prorogée en vertu de l’article 7.0.2, contrairement à l’alinéa 10 (1) a) de la Loi de 2020 sur la réouverture de l’Ontario».

L’Ontario est en confinement panprovincial depuis samedi à minuit.

Avec CBC/Radio-Canada

Canada: L’Ontario retourne en confinement

décembre 26, 2020

De nouvelles restrictions sanitaires destinées à faire baisser le nombre de cas de COVID-19 prennent effet samedi, en Ontario.

Les autorités ont souligné la nécessité de respecter les directives de santé publique pendant les vacances, notamment en limitant les rassemblements.

© Nathan Denette/The Canadian Press Les autorités ont souligné la nécessité de respecter les directives de santé publique pendant les vacances, notamment en limitant les rassemblements.

Cette décision a été annoncée lundi à l’issue d’une réunion d’urgence du gouvernement provincial.

Selon les nouvelles restrictions, les restaurants ne pourront proposer que des plats à emporter et des livraisons, y compris pour la vente d’alcool.

Les supermarchés, les pharmacies et les détaillants qui vendent principalement de la nourriture peuvent rester ouverts pour les achats sur place, à condition de limiter leur capacité et d’instaurer des mesures de distanciation physique entre les clients.

À la fin des vacances de Noël, les élèves inscrits dans les écoles primaires et secondaires publiques devront suivre leurs cours à distance du 4 au 8 janvier, et parfois plus longtemps selon leur âge et leur région.

Les restrictions resteront en vigueur pour le sud de l’Ontario jusqu’au 23 janvier, mais elles seront levées pour le nord de l’Ontario le 9 janvier.

La province a souligné également la nécessité de respecter les directives de santé publique pendant les vacances, notamment en limitant les rassemblements.

Plafond des 1000 cas

Aucune donnée sur le nombre de nouveaux cas liés à la COVID-19 n’a été publiée le jour de Noël, mais l’Ontario atteignait un nouveau record de cas quotidiens selon les derniers chiffres dévoilés jeudi, avec un total de 2447 nouvelles contaminations.

En début de semaine, la province a publié une nouvelle modélisation démontrant que les mesures de confinement dites «strictes», d’une durée de quatre à six semaines, pourraient ramener le nombre de cas quotidiens à moins de 1000.

Selon les projections provinciales, 300 lits aux soins intensifs devraient être occupés dans les dix prochains jours; un taux qui pourrait atteindre les 1500 lits d’ici la mi-janvier dans le pire des scénarios.

Les données montrent également que les décès dus à la COVID-19 continueront d’augmenter, touchant particulièrement les patients en soins de longue durée.

L’Ontario a commencé à administrer le vaccin COVID-19 de Pfizer-BioNTech aux travailleurs de la santé au début du mois et s’apprête à recevoir des dizaines de milliers de doses du vaccin Moderna nouvellement approuvé d’ici la fin du mois.

Avec  CBC/Radio-Canada

Canada: L’Ontario reviendra au confinement strict le 26 décembre dans toute la province

décembre 22, 2020

TORONTO — L’ensemble de l’Ontario entrera en confinement général et strict le lendemain de Noël, alors que la province tente de maîtriser la flambée des cas de COVID-19, qui ne cesse de croître.

© Fournis par La Presse Canadienne

Le confinement restera en place jusqu’au 23 janvier dans le sud de la province, mais jusqu’au 9 janvier dans le nord de l’Ontario.

Le premier ministre Doug Ford a expliqué lundi que le virus se propageait rapidement des «zones chaudes» vers des zones moins chaudes, et que la province devait préserver la capacité des hôpitaux. «Ne vous y trompez pas: des milliers de vies sont en jeu en ce moment», a-t-il dit. 

Ce confinement général signifie que les écoles de la province passeront à l’apprentissage en ligne du 4 au 8 janvier, après quoi les élèves reprendront l’apprentissage en personne en fonction de leur emplacement et de leur niveau scolaire. Les garderies resteront toutefois ouvertes.

Les entreprises non essentielles devront fermer et les entreprises essentielles resteront ouvertes, en respectant des limites de capacité strictes. Aucun événement public à l’intérieur ou rassemblement social ne sera autorisé, sauf avec les membres d’un même foyer. Les Ontariens sont invités à rester chez eux «dans toute la mesure du possible».

Plus de 2100 cas quotidiens

Cette annonce survient alors que de nouvelles projections concluent que des confinements stricts de quatre à six semaines pourraient ramener le nombre de cas quotidiens à moins de 1000. L’Ontario signalait lundi 2123 nouveaux cas de COVID-19 et 17 décès supplémentaires liés au virus.

Les nouvelles projections montrent que dans tous les scénarios envisagés, l’Ontario verra 300 lits dans les unités de soins intensifs remplis en 10 jours seulement, soit le double du seuil de 150 lits à partir duquel des chirurgies «non urgentes» doivent être annulées. Dans le pire des cas, le taux d’occupation aux soins intensifs pourrait atteindre 1500 lits à la mi-janvier, après la période des Fêtes.

Les données montrent également que les décès dus à la COVID-19 continueront d’augmenter, en particulier dans les soins de longue durée, où on a recensé 633 décès de résidents depuis le 1er septembre, mais 100 au cours de la semaine dernière seulement.

La région de Hamilton est devenue lundi la cinquième à entrer en «zone grise», la plus stricte du plan provincial d’intervention. Cette région rejoint Toronto et Peel, où le confinement vient d’être renouvelé, ainsi que York et Windsor-Essex. Dans ces zones, les restaurants ne peuvent offrir que des plats à emporter et le service de livraison, et seuls les détaillants essentiels peuvent rester ouverts.

Les autorités sanitaires signalent par ailleurs une éclosion dans un cabinet dentaire de Pembroke, en «zone verte». Cette éclosion aurait commencé après la visite d’une personne provenant d’une région en confinement strict. Selon le bureau régional de santé publique du comté de Renfrew, trois membres du personnel du cabinet dentaire ont été déclarés positifs.

Avec La Presse Canadienne