Posts Tagged ‘ordination épiscopale’

Diocèse de Pointe-Noire : Mgr Miguel Angel Olaverri ordonné et installé sur son trône

mai 2, 2013

 

Le nouvel évêque entouré du nonce apostolique (à g.) et de Mgr Pïcan qui l’a consacré.

Dimanche 28 avril 2013, 5ème dimanche de Pâques. Les chrétiens de Pointe-Noire ont jubilé de joie et rendu grâce à Dieu, pour l’ordination épiscopale de Mgr Miguel Angel Olaverri Arroniz (salésien), leur nouvel évêque. Ce dernier a reçu l’ordination épiscopale des mains de Mgr Pierre Pican, salésien, évêque émérite de Bayeux-Lisieux (France), au cours d’une messe solennelle célébrée au stade municipal de Pointe-Noire, en présence de Mme Antoinette Sassou Nguesso, épouse du chef de l’Etat, de Raymond Zéphyrin Mboulou, ministre de l’intérieur et de la décentralisation, représentant spécial du chef de l’Etat, de quelques membres du gouvernement, des autorités politico-administratives et militaires locales.

La messe, animée par la chorale diocésaine, la schola populaire et le chœur grégorien, a été concélébrée par quatorze évêques dont les sept de la Conférence épiscopale du Congo, ceux venus de la RDC, de l’Angola, du Cabinda et du Gabon (notamment Mgr Basile Mvé Engone, archevêque de Libreville), plus d’une centaine de prêtres venus de tous les diocèses du pays et de l’étranger. Des religieux et religieuses et des fidèles laïcs ont pris d’assaut le stade municipal, rempli aux trois quarts, pour assister à l’événement et participer à la prière.

Nommé évêque de Pointe-Noire le 22 février 2013, par le Pape Benoît XVI, quelques jours avant sa renonciation, Mgr Miguel Angel Olaverri Arroniz, a administré ce diocèse, comme administrateur apostolique «sede vacante et ad nutum sanctae sedis», pendant deux ans. Sur tous les visages, on pouvait lire la joie des chrétiens, qui attendaient impatiemment leur nouveau pasteur.

La messe a débuté par le mot de l’abbé Alain Loemba-Makosso, vicaire général délégué du diocèse de Pointe-Noire, qui a souhaité la bienvenue à tous. Puis, l’abbé Gilles Isaac Makosso, vicaire de la paroisse Saint-Christophe de Mvoumvou, doyen des prêtres présents dans le diocèse, a présenté l’élu. Avant qu’il ne soit admis à l’ordination épiscopale, le consécrateur a demandé de donner lecture de la bulle de nomination, comme cela est de tradition. C’est ainsi que Mgr Jan Romeo Pawlowski, nonce apostolique au Congo et au Gabon, a procédé à la lecture de la bulle de nomination.  

Parmi les temps forts de cette messe haute en couleurs, figure en bonne place l’homélie de Mgr Pierre Pican, qu’il a prononcée pendant 22 minutes. Après avoir commenté les textes du jour, il a fait écho du message des évêques du Congo, sur les antivaleurs. «Vos évêques du Congo sont dans leur rôle en nous invitant à la vigilance, au discernement, à la conversion réelle de vos pratiques. Le second synode de l’Eglise en Afrique le rappelle à plusieurs reprises, de son côté, avec le même réalisme», a-t-il dit. «Vos évêques vous appellent à vous engager d’urgence sur six terrains où la dignité de l’homme est bafouée, les conditions de vie affaiblies, les abus et excès devenus intolérables. Ils ont retenu ces six lieux d’intervention sur lesquels chacun est appelé à s’examiner, à s’engager, à opérer une véritable modification d’attitudes et de sa pratique. Non à la corruption, non à l’incivisme, non aux déviances sexuelles, non à l’impunité, non aux atteintes des valeurs démocratiques, non à tout ce qui dégrade la relation entre les personnes et dénature la vérité. Chacun de ces «non», vous l’avez remarqué renvoie à des situations très concrètes que chacun a pu repérer, dont beaucoup peuvent être victimes et dans lesquelles nous pouvons, évidemment, être engagés comme acteurs directs», a-t-il poursuivi.

Parlant du nouvel évêque de Pointe-Noire, il a demandé aux chrétiens de prier pour lui. «Vous savez, frères et sœurs, ce que nous avons à demander au Seigneur, que votre évêque Miguel soit un saint évêque, rayonnant de bonté, pétri de bienveillance, ruisselant de tendresse et disponible à tous. Conformément à sa devise, qu’il vous aide, chacun, à élargir les piquets de votre tente, pour que d’autres frères prennent place chez vous, comme des amis attendus, des frères aimés, des proches désirés, des membres nouveaux de la famille, cette chère Eglise domestique si développée chez vous. Que votre évêque, comme il l’affirmera tout à l’heure dans les prières présentant sa mission, prenne soin des petits et des pauvres, des exclus, des lointains et de tous ceux, selon la forte expression du Pape François que «nous maintenons à la périphérie de notre cœur», a dit le consécrateur principal.

Mgr Miguel a choisi comme évêque consécrateur, Mgr Pierre Pican, parce que c’est lui, en tant supérieur majeur des salésiens, qui l’avait envoyé en Afrique, il y a 37 ans. Après le rite de l’ordination, et comme le recommande la tradition de l’Eglise en pareille cérémonie, tous les prêtres du diocèse ont tour à tour fait acte d’obédience à leur nouvel évêque, pour lui déclarer leur attachement, leur disponibilité, leur désir de collaborer avec lui et de lui obéir toujours.

Pendant la procession des offrandes, l’épouse du chef de l’Etat a, au nom du couple présidentiel, offert au nouvel évêque une statue de Notre-Dame de Fatima, des chasubles et un véhicule de marque Toyota land cruiser Prado. Elle n’a pas manqué d’esquisser quelques pas de danse avec les enfants Elisa, à travers le célèbre chant Makoua «Sua da», exécuté magistralement par la chorale, comme pour communier à la joie des chrétiens pour le nouvel évêque. Drapé dans ses ornements d’évêque, Mgr Olaverri, accompagné de NN.SS Portella et Pawlowski, a fait le tour de l’aire de jeu, pour donner sa première bénédiction épiscopale, à la foule des chrétiens, disséminée dans les gradins.

Une série d’allocutions a précédé la bénédiction finale. Au nom du bureau diocésain  de l’apostolat des laïcs, Pierre Justin Makosso a parlé d’un «événement inoubliable, indélébile» et a exprimé la disponibilité des laïcs à travailler avec l’évêque. «Nous avons le devoir de l’aimer, de le respecter et de lui obéir», a-t-il déclaré. Le père Rodriguez Tallon, représentant le supérieur général des Salésiens, a lu le message du recteur majeur des Salésiens qui a vu dans le choix du nouvel évêque de Pointe-Noire, l’estime que le Saint-Père a pour le Salésien Miguel Olaverri et pour leur congrégation. Mgr Louis Portella Mbuyu, président de la Conférence épiscopale du Congo s’est réjoui de voir le nombre des évêques du Congo passer à huit.

Dans sa longue allocution de remerciements, Mgr Olaverri s’est particulièrement montré reconnaissant vis-à-vis de son prédécesseur immédiat, Mgr Jean-Claude Makaya-Loemba. Il a remercié la première dame, Mme Antoinette Sassou Nguesso, pour sa contribution et sa sollicitude, les autorités locales, le corps diplomatique, ses confrères évêques, les prêtres, les séminaristes, sa famille à travers la présence de sa sœur, la congrégation salésienne, les fidèles laïcs, pour tout leur soutien. Il a parlé à ses prêtres, aux séminaristes aux laïcs, en traduisant ses propos en kituba.

Signalons que Mgr Miguel a célébré sa messe de prémices, en la cathédrale Saint Pierre Apôtre, où il s’est adressé aux chrétiens, comme évêque fraichement installé. Sa devise est: «Que tous soient un!» (Jn 17,21).

Lasemaineafricaine.com par Jean Baptiste MILANDOU et Aristide Ghislain NGOUMA

Congo/Diocèse de Pointe-Noire : Ordination épiscopale et intronisation de Mgr Miguel Olaverri

avril 27, 2013
Mgr Miguel Olaverri.

Le diocèse de Pointe-Noire s’apprête à vivre, dimanche 28 avril 2013, l’un des grands moments de son histoire, avec l’ordination épiscopale de Mgr Miguel Angel Olaverri Arroniz et la prise de possession canonique de son siège épiscopal, mettant ainsi un terme à la parenthèse d’administration apostolique qu’il a assurée, après sa nomination, le 31 mars 2011, à la suite de la déposition de Mgr Jean-Claude Makaya-Loemba, par le Pape émérite Benoît XVI. Il est le deuxième évêque missionnaire d’origine européenne, après Mgr Jean-Baptiste Fauret (Cssp) à diriger le diocèse de Pointe-Noire, depuis son érection, le 14 septembre 1955, sur les cendres du vicariat apostolique de Loango.

Nommé évêque du diocèse de Pointe-Noire, par le Pape Benoît XVI, quelques jours avant sa renonciation, Mgr Miguel Angel Olaverri Arroniz (Sdb, 65 ans) est le septième évêque de ce diocèse, après NN.SS Jean-Baptiste Fauret (1955-1975), Godefroy Emile Mpwati (premier évêque congolais de Pointe-Noire) (1975-1986), Ernest Kombo (comme administrateur apostolique, alors qu’il était évêque de Nkayi) (1986-1988), Georges Firmin Singha (1988-1994), Bernard Nsayi (comme administrateur apostolique, alors qu’il était évêque de Nkayi) (1994-1995) et Jean-Claude Makaya-Loemba (1995-2011).
Né à Pamplona, en Espagne, le 9 mai 1948, d’une famille qui a des racines profondément chrétiennes, Mgr Miguel Angel Olaverri Arròniz est prêtre, depuis 36 ans, dans la congrégation des salésiens de Don Bosco. Deuxième de trois enfants (un frère aîné et une sœur cadette), il entre dans la société salésienne de Saint Jean Bosco, à l’âge de 18 ans. Après le lycée, il fait ses études de philosophie, à Valence et de théologie, à Barcelone. Le 16 août 1966, il fait sa première profession religieuse comme salésien de Don Bosco et le 21 juin 1973, la profession perpétuelle à Barcelone, avant d’être ordonné prêtre, le 5 juin 1976.

Père Miguel est envoyé comme missionnaire en Afrique et c’est le Gabon, en Afrique centrale, qui est son premier pays de mission, dès août 1976. Pendant un an, il y exerce le ministère dans la forêt équatoriale, près de la communauté salésienne de Sindara, dans le diocèse de Mouila. Pas pour longtemps, car, à partir de 1977, il est affecté au Congo-Brazzaville qui semble son vrai pays de destination, puisqu’il ne sera plus envoyé ailleurs. En plus de sa mission, il est professeur de langue espagnole et de lettres au Lycée Technique du «1er Mai» et au Lycée «Savorgnan De Brazza», comme fonctionnaire de l’Etat congolais.

Dans la période 1977-1993, il exerce son ministère pastoral à la paroisse Saint Charles Lwanga de Makélékélé, au Foyer Abraham de Bacongo et voit naître l’école professionnelle de la «Cité Don Bosco», accomplissant, en même temps, plusieurs charges pastorales diocésaines comme la direction du bureau archidiocésain et national pour les communications sociales et la responsabilité de la commission diocésaine de la pastorale des jeunes.

En 1993, il est élu supérieur de la province salésienne de l’Afrique tropicale équatoriale, dont le siège est à Yaoundé (Cameroun), où il exerce cette charge, durant deux mandats, jusqu’en 2004. En septembre 2004, le père Miguel est nommé curé de la paroisse Saint Jean Bosco ainsi que supérieur de la communauté salésienne de Pointe-Noire. Prêtre dynamique, il collabore à la direction de la catéchèse, il est responsable de la pastorale des jeunes, chargé de la communication sociale et doyen du secteur «C» de la ville de Pointe-Noire et il est membre du conseil épiscopal du diocèse, de 2005 à 2011, jusqu’à sa nomination, le 31 mars 2011, comme administrateur apostolique du diocèse de Pointe-Noire. Alors qu’il assume cette charge, c’est sur lui que le Pape émérite Benoît XVI jette son dévolu, pour trouver le septième évêque du diocèse de Pointe-Noire, devenant ainsi le troisième évêque d’origine européenne de la Conférence épiscopale du Congo, qui l’a désigné comme responsable de Caritas-Congo, de la commission Justice et Paix, de la pastorale des migrants et des réfugiés, ainsi que président de la Commission épiscopale des moyens de communication sociale.

Lasemaineafricaine.com par Joël NSONI