Posts Tagged ‘orientations’

Congo/Conseil national de l’U.d.r-Mwinda : Des sanctions à l’encontre de deux membres

septembre 17, 2013

L’U.d.r-Mwinda a tenu la cinquième session extraordinaire de son conseil national, jeudi 12 septembre 2013, dans la salle de conférences de l’hôtel de la préfecture de Brazzaville, sous le patronage de Guy-Romain Kinfoussia, président dudit parti, avec la participation de tous les membres de cette instance dirigeante qui décide des grandes orientations de ce parti. Au terme des travaux de cette session extraordinaire, il a été décidé de la tenue, dans les prochains jours, de la conférence des cadres du parti résidant à Brazzaville.

Le conseil national a, par ailleurs, prononcé des sanctions contre deux de ses membres, l’ancien député Dominique Basseyla et Jacques Katassa, qui ont écopé d’une suspension de six mois, assortie de l’obligation de se retirer des occupations qui sont les leurs, dans un délai de quinze jours.

Le Conseil national de l’U.d.r-Mwinda compte cent vingt-cinq membres à travers le pays. La session extraordinaire a surtout concerné les soixante-quinze membres de Brazzaville. Ils étaient, au total, 58 à être présents. Cette session, dont l’objectif est de redynamiser la vie du parti, avait un seul point à son ordre du jour: la détermination des sanctions à l’encontre de deux membres ayant participé à la concertation politique de Dolisie, sans en avoir reçu mandat du parti. Il s’agit de Dominique Basseyla et de Jacques Katassa, respectivement, premier vice-président du parti et membre du conseil national, secrétaire, chargé de l’organisation de la mobilisation du bureau fédéral U.d.r-Mwinda du Niari.
Ce point a suscité des débats ouverts et francs. Les propositions émises par la Commission nationale d’évaluation et de contrôle du parti ont été examinées. A la suite de cela, la sanction a été prise: Dominique Basseyla et Jacques Katassa sont suspendus pour six mois. Cette sanction est assortie de l’obligation de se retenir des occupations qui sont les leurs, dans un délai de quinze jours.
Signalons que la session extraordinaire du Conseil national de l’U.d.r-Mwinda a été, surtout, marquée par les allocutions d’ouverture et de clôture du président du parti.

Annonçant la tenue de la Conférence des cadres du parti résidant à Brazzaville, dans les tout prochains jours, le président Guy-Romain Kinfoussia a réaffirmé la constance du combat politique de son parti, dans le cadre de l’opposition. Il a, par ailleurs, reprécisé l’objectif des états généraux que réclame le collectif des partis de l’opposition congolaise qui, selon lui, est la recherche des solutions idoines aux problèmes du pays. «A la crise multidimensionnelle, crise politique, crise morale, crise électorale, crise économique, crise sociale dont les indices sont, chaque jour, visibles dans le vivier national, il faut bien que les Congolais se parlent véritablement et trouvent ensemble des solutions», a-t-il déclaré.

A ce sujet, le président de l’U.d.r-Mwinda a réaffirmé l’option de ne jamais pratiquer la politique de la chaise vide et d’être toujours à la table de dialogue, chaque fois que le parti sera associé à l’organisation de toute initiative d’intérêt national.

Abordant la question du recensement administratif spécial, le président du parti a indiqué que ledit recensement, non seulement, a réengagé les animateurs de l’administration territoriale, préfets, maires, sous-préfets, chefs de quartiers, contrairement aux recommandations d’Ewo, mais encore et surtout, au regard du constat fait par des partis partenaires du gouvernement dans cette opération. «Ce recensement est un échec cuisant, échec annoncé à mi-parcours avec un taux de réalisation de 30% et qui fait apparaître l’amateurisme du gouvernement qui, en dépit de l’immensité des fonds consentis à cette occasion, se révèle incapable d’identifier les potentiels électeurs congolais», a-t-il indiqué.

Lasemaineafricaine.net par P.-A. D

Congo: Faustin Élenga prononce la dissolution du CADD-MJ, Okombi-Salissa proteste

avril 3, 2013
 

Les membres du conseil central du Comité d’action pour la défense de la démocratie-mouvement de jeunesse (CADD-MJ), aile Faustin Élenga, ont décidé de la dissolution de ce mouvement juvénile. Un jour après, l’aile André Okombi-Salissa a protesté contre cette dissolution, annonçant la rupture avec le parti congolais du travail (PCT).


Faustin Élenga prononce la dissolution du CADD-MJ, Okombi-Salissa proteste
La décision de dissoudre le CADD-MJ, prononcée par l’aile Faustin Élenga, a été prise à l’issue du congrès extraordinaire tenu le 30 mars dernier au palais des congrès de Brazzaville. Ce congrès a connu la participation du membre du bureau politique du PCT, secrétaire permanent chargé de la jeunesse, Fernand Sabaye. Ce dernier a pris acte de la décision du CADD-MJ, expliquant qu’elle s’inscrivait dans le cadre de la mise en œuvre des orientations du 6ème congrès extraordinaire du PCT, tenu en juillet 2011.

Faustin Élenga, deuxième vice-président du CADD-MJ, a expliqué aux militants que la dissolution du mouvement s’inscrivait dans la perspective de la création d’une seule organisation de jeunesse affiliée au PCT. Il a rappelé les circonstances du CADD-MJ, le 28 août 1993. Ce mouvement est né de la volonté du Président Denis Sassou N’Guesso de sauver la jeune démocratie congolaise qui était menacée après la conférence nationale souveraine par le pouvoir d’alors, a-t-il dit.

«Le président fondateur du CADD-MJ a constaté qu’il était temps de fédérer les énergies politiques autour du PCT en vue de renforcer ses actions de soutien au président de la République. Nous irons tous à la nouvelle organisation des jeunes qui verra le jour sous peu. Nous allons monnayer nos talents politiques avec autant de force et d’abnégation comme nous le faisions au CADD-MJ. De toutes les façons, nous n’avons pas changé de chef politique. Il reste le même, le Président de la république, Denis Sassou N’Guesso», a ajouté Faustin Élenga.

L’aile André Okombi-Salissa soutient que le Président Denis Sassou N’Guesso et le fondateur du CADD-MJ et que ce mouvement juvénile appartient toujours à la majorité présidentielle. Mais, il rejette en bloc la décision de dissolution du mouvement.

 

Congo-site.com par Gaspard Lenckonov

Doing Busness : La République du Congo occupe la 183ème place

janvier 29, 2013

Selon le ministre d’Etat, ministre du développement industriel et de la promotion du secteur privé, Isidore Mvouba, en ce qui concerne le classement dans Doing Business, le Congo se place au 183ème rang sur 185 pays du classement du ’’Doing Busness’’ de la Banque mondiale. Il a donné cette information à l’ouverture d’un atelier sur le classement du Congo dans Doing Busness, organisé du 28 au 30 à Brazzaville par AfriContacts.


Doing Busness : La République du Congo occupe la 183ème place
En ce concerne l’octroi de permis de construire, pour un délai de plus de 160 jours, le Congo arrive à la 77ème place. En matière de transfert de propriété, il est au 126ème rang, soit une durée de 55jours. Pour la protection des investisseurs, le Congo tient le 153ème rang ; tandis que pour commerce transfrontalier, il occupe le 176ème rang. En matière de création d’entreprise, le Congo se situe au 176ème rang sur 183 pays.

Par ailleurs, le ministre d’Etat Isidore Mvouba a fait que depuis février 2009, un plan d’action pour l’amélioration du climat des affaires assorties d’une feuille de route était adopté. Les reformes à caractère institutionnel, juridique et règlementaire qui y figurent ne demandent qu’à être mises en œuvre.

«Un tel état de faits interpelle au plus haut point les décideurs que nous sommes. Nous devons donc prendre, sans délai, les mesures correctives qui s’imposent. Le temps nous est compté quand on sait que notre mauvais classement détourne notre pays d’un flux important des investisseurs directs étrangers», a-t-il indiqué.

Les grandes orientations du gouvernement en termes de reformes du climat des affaires, de développement des entreprises, et de la promotion des investissements dans le contexte général et de la diversification de l’économie, ont été prises en compte pour préciser l’objectif du projet et en dégager les principales composantes, à savoir : l’amélioration du climat des affaires ; le développement des entreprises et la promotion des investissements privés ; et le développement des infrastructures.

Isidore Mvouba a insisté qu’il était de devoir du gouvernement d’intérioriser la dynamique en cours. Cette dynamique exige de chaque membre du gouvernement une adaptation aux mécanismes de mise sur le pied d’une économie ouverte à grande valeur ajoutée qui prend appui sur les outils de gouvernance moderne.

Il a souligné la difficulté d’atteindre les rivages de la prospérité nationale sans la diversification de l’économie pour sortir de la dépendance pétrolière, qui rend aléatoire la marche de l’économie dans la durée. L’amélioration du climat des affaires pour mieux attirer les investissements privés exprime la volonté du Congo à atteindre cet objectif.

L’atelier se déroule dans le contexte d’une croissance économique soutenue que le Congo a connue au cours des cinq dernières années, avec une moyenne annuelle de 5%. Or, le directeur des opérations de la banque mondiale pour la République du Congo, Eustache Ouayoro a indiqué que si l’on tient compte de la croissance démographique évaluée à 3% par an, l’on constate que la croissance économique réelle du Congo n’est que de 2%. Ce qui reste insuffisant pour un pays qui dispose d’un grand potentiel. Au rythme de croissance actuelle, le produit intérieur brut (PIB) par habitant ne pourra doubler qu’à partir de 2027, soit dans 15ans, a-t-il dit.

Le rôle du secteur privé hors pétrole dans la croissance reste encore trop faible. Le niveau des investissements privés (hors secteur pétrolier) ne présent que 5% du PIB en 2012, contre 14% en moyenne dans l’Afrique subsaharienne et 25% en Asie.
C’est ainsi que pour M. Ouayoro, «si le Congo pouvait bénéficier d’une forte impulsion du secteur privé et pouvait générer d’une croissance à plus de 7% par an, le pays doublerait le PIB par habitant en moins de dix ans. L’enjeu est donc important».

 
Congosite.com