Posts Tagged ‘Ouesso’

Congo: Accueil chaleureux de Mgr Gélase Armel Kema, nouvel évêque de Ouesso, aux deux grands séminaires de Brazzaville

décembre 9, 2021

Avec Archidiocèse de Brazzaville

Congo-Brazzaville : Nouvel évêque à Ouesso

décembre 8, 2021

Le Saint Père a nommé évêque de Ouesso, au Congo-Brazzaville, le Père Gélase Armel Kema

Le Saint Père a accepté la renonciation au gouvernement pastoral du diocèse de Ouesso, en République du Congo, présentée par Mgr Yves-Marie Monot, C,S,Sp.

Pour le succéder, le Pape François a nommé évêque de Ouesso le Père Gélase Armel Kema, qui était jusqu’ici Directeur National des Œuvres Pontificales Missionnaires en République du Congo.

Mgr Gélase Armel Kema est né le 26 octobre 1972 à Ouesso. Après ses études au Petit Séminaire de Makoua, il poursuivi ses études de Philosophie et de Théologie à l’Institut Théologique de Montréal, au Canada.

Il a été ordonné prêtre le 29 août 1999 pour le compte du diocèse de Ouesso.

Après son ordination presbytérale, il a été vicaire paroissial (1999-2000) et curé de la Paroisse Saint Joseph de Mokéko (2000-2002) ; Recteur du Séminaire Propédeutique de Ouesso (2002-2003) ; Vicaire Général de son diocèse (2002-2003) ; Curé de la Paroisse du Sacré Cœur de Jésus à Sembé (2003-2007). Il a ensuite fait la licence et le doctorat en Droit Canonique à l’Université Pontificale Urbanienne, à Rome (2007-2010). De 2010 à 2013, il a exercé le ministère pastoral à Collesalvetti, dans le diocèse de Livorno, en Italie. Depuis 2014, il est Professeur de Droit Canonique au Grand Séminaire de Théologie Cardinal Emile Byayenda, à Brazzaville ; et depuis 2018, Directeur National des Œuvres Pontificales Missionnaires en République du Congo.

Situé au nord-ouest de la République du Congo, le diocèse de Ouesso a été érigé en 1983 par le Pape Jean-Paul II.

Avec Vatican News

Route Brazzaville-Ouesso-Bangui-N’Djamena: la BDEAC apporte sa contribution pour la construction de l’ouvrage

novembre 20, 2021

La Banque de développement des États de l’Afrique centrale (BDEAC) a promis, le 17 novembre, d’accorder un financement de cent milliards FCFA pour l’aménagement du corridor multimodal. Le projet du bitumage du corridor devrait interconnecter le Congo, la Centrafrique et le Tchad.   

Un tronçon de route d’intégration/DR

La réalisation du projet de bitumage de la route d’intégration Brazzaville-Ouesso-Bangui-N’Djamena constitue une avancée majeure pour l’Afrique centrale considérée comme la sous-région la moins intégrée du continent, avec un déficit infrastructurel et une faible connexion entre les réseaux de transports. À cela s’ajoutent de nombreuses tracasseries administratives et policières liées à la navigation sur le réseau fluvial Congo-Oubangui-Sangha.

Pour un coût total estimé à 1,7 milliard de dollars, soit environ 955, 4 milliards de FCFA, le projet du corridor n°13 de l’Union africaine constitue l’un des onze projets intégrateurs prioritaires du Programme économique régional de la zone Cémac (Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale). Il comprendra quelque 1 310,311 km de corridor, 25,17 km de pénétrantes et 49,07 km de voiries.

Le projet de corridor, qui n’a pas encore commencé, comprendra également la construction et le bitumage des tronçons de route en terre entre Ouesso-Bétou (Congo), Bétou-Mbaiki, et Bossembélé-Mbaikoro (Centrafrique-Tchad), ainsi que la réhabilitation des tronçons de routes bitumées Mbaiki-Bangui et Bangui-Bossembélé (Centrafrique).

Le président de la BDEAC, Fortunato-Ofa Mbo Nchama, a salué l’engagement de son institution en faveur du développement socio-économique et de l’intégration sous-régionale. « La construction de ce corridor fait partie de nos projets intégrateurs prioritaires et porte sur un montant de presque  cent milliards de FCFA. Sa réalisation permettra de relier directement trois pays de la Cémac et d’offrir une alternative d’accès à l’Océan atlantique à la République du Tchad et à la République centrafricaine », a-t- il dit, ajoutant que le projet est aussi ouvert aux partenaires privés.

L’ambition des dirigeants de la zone Cémac est de permettre à terme: l’accroissement des échanges économiques inter-États ; l’accès direct au port de Pointe-Noire où pourront transiter les marchandises en provenance et à destination de la Centrafrique et du Tchad ; la mise en valeur des ressources naturelles et des richesses minières de la région d’Afrique centrale ; le désenclavement de certaines zones inaccessibles et la réduction de la pauvreté.

Il faut noter qu’il y a un an, les 16 et 17 novembre 2020, la Commission Cémac a initié une table-ronde à Paris (France), dans le but de mobiliser les investisseurs européens. Le bilan de la table-ronde était qualifié de positif, en raison de nombreux engagements enregistrés du côté des partenaires. 

Avec Adiac-Congo par Fiacre Kombo

Congo: Campagne présidentielle de Pascal Tsaty Mabiala à Ouesso, Ewo et Sembe

mars 12, 2016
Auteur: Upads

Ci-dessous les images:

Avec Zenga-mambu.com

Congo: André Okombi Salissa à Impfondo et Ouesso

mars 11, 2016
Auteur: CADD

Ci-dessous les images:

Impfondo

Ouesso

Avec Zenga-mambu.com

Congo: Adolphe Elemba, préfet de la Sangha serait mort du boycott du référendum anticonstitutionnel à Ouesso

octobre 26, 2015

Adople Elemba

Adolphe Elemba

 

Dans la Sangha, du grand fleuve du « dabou » jusqu’au pied du Mont Nabehba, l’appel au boycott du « référendum anticonstitutionnel » du dictateur Sassou-Nguesso a été bien entendu. Pendant toute la journée, les bureaux de vote sont restés presque vides, chacun ayant choisi de rester « tranquillement » chez soi.

A Ouesso, particulièrement, les consignes ont été suivies à la lettre. Mieux, toutes les tentatives de fraude électorale envisagées par quelques égarés acquis à la cause du dictateur n’ont pu aboutir, grâce à la vigilance des dignes fils de la région, et ce malgré toutes les techniques de la triche déployées par le préfet du département, M. Adolphe Elemba. Il semble que cet échec lui ait d’ailleurs coûté les réprimandes sévères du président-dictateur, suites auxquelles il a été terrassé par un AVC, puis, un peu plus tard, a trouvé la mort (RIP). La confirmation du décès vient de m’être donnée par téléphone, depuis la terre natale.

Selon nos informations, le préfet de la Sangha n’aurait pas agi suffisamment fermement contre les mouvements en faveur du « Non » dans son département et qu’il n’aurait pas montré beaucoup d’empressement dans le tripatouillage électoral du 25 octobre. Ce qui lui aurait valu des remontrances très vives du dictateur ainsi que des menaces. Le pouvoir aurait-il été trop loin ? Toujours est-il, pour tenter de faire bonne figure tant auprès de la population de Makoua, dont le Préfet Adolphe Elemba était originaire (même mère que Firmin Ayessa) que de ses proches, Jean Dominique Okemba s’était rendu à l’aéroport de Maya Maya pour accueillir son corps. Le pouvoir de Sassou Nguesso ne respecte ses opposants ou ceux qui se mettent en travers de sa route que lorsqu’ils sont morts !

Congo-liberty.com