Posts Tagged ‘Ouragan’

États-Unis: Le Texas attend Hanna, le premier ouragan de la saison dans l’Atlantique

juillet 25, 2020

 

Le Texas se préparait samedi 25 juillet à l’arrivée du premier ouragan de la saison 2020 dans l’océan Atlantique, Hanna, qui pourrait provoquer d’importantes inondations, ont mis en garde les services météorologiques.

Charriant des vents soufflant jusqu’à 120 km/h, l’ouragan de catégorie 1 (sur 5) devrait encore se renforcer avant de toucher les côtes texanes dans l’après-midi ou en début de soirée, selon le Centre national des ouragans (NHC).

Le niveau de la mer pourrait s’élever de plus de 1,5 m par endroits et jusqu’à 45 cm de pluie pourraient s’abattre localement dans le sud du Texas, Etat déjà actuellement touché par une recrudescence importante du nombre d’infections au nouveau coronavirus.

Les services météorologiques encourageaient les populations se trouvant sur sa trajectoire à «prendre toutes les dispositions nécessaires pour se protéger» et à suivre les éventuels «ordres d’évacuation et autres consignes des autorités locales».

Dans l’océan Pacifique, l’ouragan Douglas, qui a atteint vendredi la catégorie 4 sur l’échelle de Saffir-Simpson, devrait progressivement s’affaiblir en se rapprochant de l’archipel américain d’Hawaï.

Par Le Figaro avec AFP

2500 personnes encore portées disparues aux Bahamas après Dorian

septembre 11, 2019

BAHAMAS-US-WEATHER-HURRICANE

Les habitants des Bahamas dévastées par Dorian cherchent les disparus parmi les décombres. ANDREW CABALLERO-REYNOLDS/AFP

Tandis que le bilan matériel n’est pas mesurable, le bilan humain de l’ouragan qui a dévasté l’archipel en catégorie 5 s’alourdit toujours. Le nord est encore en phase d’urgence et le chaos règne partout, compliquant la tâche de ceux qui cherchent les absents.

2500 personnes sont encore portées disparues aux Bahamas plus d’une semaine après le passage dévastateur de l’ouragan Dorian, qui a fait au moins 50 morts, ont annoncé ce mercredi 11 septembre les services d’urgences de l’archipel.

«A l’heure actuelle, environ 2500 personnes sont inscrites sur le registre gouvernemental des personnes portées disparues» a déclaré Carl Smith, représentant de l’agence bahaméenne des situations d’urgence (NEMA), précisant que cette liste n’avait «pas encore été comparée aux registres du gouvernement sur les personnes placées dans des refuges ou qui ont été évacuées».

Le nord de l’archipel des Bahamas reste plongé dans un grand chaos et la phase d’urgence n’y est pas terminée, la priorité étant d’évacuer les sinistrés des îles les plus dévastées.

Par Le Figaro.fr avec AFP

Veille d’ouragan dans certaines parties du Canada atlantique

septembre 6, 2019
© Fournis par Canadian Press Enterprises Inc
 

HALIFAX — L’ouragan Dorian dérivait vendredi vers le nord-est, en suivant la côte Est des États-Unis, et est sur une trajectoire qui devrait le mener dans le Canada atlantique samedi.

La tempête de catégorie 1 glissait à environ 22 kilomètres/heure et devrait conserver la force d’un ouragan en remontant vers la Nouvelle-Écosse.

Selon le Centre canadien de prévision des ouragans, une veille d’ouragan est en vigueur pour toute la Nouvelle-Écosse; des veilles de tempête tropicale touchent le sud-est du Nouveau-Brunswick, l’Île-du-Prince-Édouard, les Îles-de-la-Madeleine et l’ouest de Terre-Neuve.

Des pêcheurs de la Nouvelle-Écosse s’affairaient vendredi à mettre leurs embarcations en sécurité. D’autres habitants de la région ont fait des réserves de gaz propane pour le barbecue et d’essence pour la voiture. Plusieurs se sont assurés d’avoir suffisamment de provisions d’eau et de nourriture pour être indépendants pendant trois jours.

© Fournis par Canadian Press Enterprises Inc
 

Selon la projection la plus probable, l’ouragan Dorian se trouverait au sud des Maritimes samedi, et la tempête traverserait l’est de la Nouvelle-Écosse au cours de la nuit de samedi à dimanche, puis les eaux est du golfe du Saint-Laurent ou l’ouest de Terre-Neuve d’ici dimanche matin.

On annonce des vents violents et des pluies torrentielles, avec des impacts majeurs dans le sud-est du Nouveau-Brunswick, l’Île-du-Prince-Édouard, la Nouvelle-Écosse, l’ouest de Terre-Neuve et la Basse-Côte-Nord, au Québec.

De hautes vagues sont à prévoir sur les côtes atlantiques de la Nouvelle-Écosse, Terre-Neuve et les secteurs est du golfe du Saint-Laurent, tandis qu’une onde de tempête, de concert avec de grosses vagues et un fort ressac, pourrait occasionner des inondations pour certains secteurs de la Nouvelle-Écosse, de l’Île-du-Prince-Édouard, de Terre-Neuve et des îles de la Madeleine.

Des rafales de 90 à 110 kilomètres/heure sont prévues samedi matin sur le sud-ouest de la Nouvelle-Écosse, et l’après-midi sur l’est de la province avant de se diriger dans la soirée vers l’Île-du-Prince-Édouard, les Îles-de-la-Madeleine et le sud-ouest de Terre-Neuve.

Les précipitations les plus importantes — 50 à 100 millimètres — sont attendues en Nouvelle-Écosse, à l’Île-du-Prince-Édouard et aux Îles-de-la-Madeleine.

Keith Doucette et Michael Tutton, La Presse canadienne

L’ouragan Dorian, historique par sa puissance, frappe les Bahamas

septembre 1, 2019

L'oeil de Dorian.

L’œil de Dorian. HO / NOAA/RAMMB / AFP

Dorian s’est abattu dimanche sur les îles Abacos avec des pluies torrentielles et des vents frôlant les 300 km/h, un niveau sans équivalent dans l’histoire de cet archipel.

L’ouragan Dorian, désormais classé en catégorie 5, la plus élevée sur l’échelle de Saffir-Simpson, frappait les îles Abacos, dans l’archipel des Bahamas, dimanche 1er septembre, avec des vents frôlant les 300 km/h. Il a touché terre à Elbow Cay, qui fait partie des îles Abacos aux Bahamas, à 1640 GMT. Des vagues géantes ont commencé à submerger les parties les plus basses de cette bande de terre de 14 km. Des habitants de Great Guana Cay avaient quitté les lieux en prévision de l’ouragan, rejoignant Nassau, la capitale des Bahamas, ou d’autres régions de l’archipel, mais deux à trois cents d’entre eux sont restés. L’électricité a été coupée et les météorologues prévoient jusqu’à 60 cm de pluies et des ondes de tempête de plus de 6 mètres. On s’attend à deux jours de pluies diluviennes et de vents violents.

Les rafales peuvent dépasser 350 km/h, ce qui en fait un ouragan aussi puissant que Gilbert (1988), Wilma (2005) et l’ouragan du Labor Day de 1935. Seul Allen, en 1980, avait des vents soutenus supérieurs, atteignant 305 km/h. Sa vitesse de déplacement est lente, 1,6 km/h à peine, « ce qui prolonge ses effets catastrophiques », a averti le Centre national américain des ouragans (NHC), basé à Miami.

Sur l’îlot de Great Guana Cay balayé par le cyclone, où quelque 200 à 300 habitants sont restés, l’électricité a été coupée et les météorologues prévoient jusqu’à 60 cm de pluies et des ondes de tempête de plus de 6 mètres.

Parlant d’un ouragan « très puissant, très dangereux », Ken Graham, directeur du Centre national des ouragans (NHC), avait insisté plus tôt sur la menace qu’il faisait peser sur cet archipel touristique des Caraïbes. Il s’agit « d’une situation extrêmement dangereuse pour les Bahamas », a-t-il prévenu sur Facebook. Le Centre national des ouragans a évoqué des « conditions catastrophiques » dans le nord-ouest de l’archipel et a mis en garde contre « une destruction extrême dans les zones affectées ».

Le mur de l’œil, qui entoure l’œil du cyclone, contient les vents de surface les plus forts. L’œil du cyclone était situé à la mi-journée à environ 360 km à l’est de Palm Beach, en Floride.

Les météorologues ont qualifié Dorian du plus violent ouragan jamais enregistré dans le nord-ouest des Bahamas.

Le premier ministre des Bahamas Hubert Minnis a multiplié les appels à la population. « J’appelle tous les habitants se trouvant sur le passage de l’ouragan Dorian à évacuer et à se mettre à l’abri », a-t-il tweeté. L’ouragan devrait ensuite se rapprocher de la côte est de la Floride lundi soir et mardi, mais il est difficile de prévoir avec quelle intensité il va frapper le « Sunshine State ». «Les gens se préparent depuis mercredi», ils «sont encore traumatisés par l’ouragan Matthew (en 2016) mais c’est encore pire», a expliqué à l’AFP Yasmin Rigby, qui vit à Freeport, à Grand Bahama.

« Les vents commencent à forcir un peu », soulignait de son côté Lucy Worboys, habitante de la capitale Nassau, ajoutant que la population s’inquiétait d’une montée des eaux car « tout est tellement plat aux Bahamas ».

Nous sommes face à un ouragan (…) comme nous n’en avons jamais vu dans l’histoire des Bahamas », a déclaré Hubert Minnis lors d’une conférence de presse où il a fondu en larmes. « C’est probablement le jour le plus triste de ma vie », a-t-il ajouté, cité par le Nassau Guardian.

Depuis la Maison Blanche, le président américain Donald Trump a appelé à la plus grande vigilance face à cet ouragan « très très puissant ».

L’état d’urgence déclaré dans plusieurs Etats

Le gouverneur de Caroline du Sud, Henry McMaster, a déclaré l’état d’urgence dans son Etat. « La force et le caractère imprévisible de la tempête nous obligent à nous préparer à tous les scénarios », a-t-il souligné.

L’état d’urgence avait déjà été déclaré en Floride et dans une douzaine de comtés de l’Etat de Géorgie. Cette mesure permet de mieux mobiliser les services publics de l’Etat et de recourir si besoin à l’aide fédérale. Une évacuation obligatoire a été ordonnée pour les régions côtières des comtés de Palm Beach et Martin, en Floride.

« Je suis sur mes gardes car cela peut encore évoluer; dans les 12 ou 24 heures avant que l’ouragan n’atteigne la côte, tout peut changer », racontait David Duque, 30 ans. « Je vis en Floride depuis 15 ans, mieux vaut se préparer que d’attendre sans rien faire ». La Floride, principalement constituée d’une péninsule dans le sud-est des Etats-Unis, se trouve chaque année en première ligne lors de la saison des ouragans. Avec un relief très plat, le littoral est particulièrement menacé par une montée des eaux. Le centre des terres se caractérise également par de faibles altitudes. Pour les habitants, la principale menace est donc les inondations.

Selon un officier coordonnant les secours, 12.000 soldats se trouvent actuellement en Floride en attendant l’arrivée de Dorian. L’aéroport d’Orlando, où atterrissent les touristes voulant visiter Disney World, prévoit de fermer à partir de 06h00 GMT lundi matin.

La catégorie 5, la plus élevée à l’heure actuelle, était notamment celle de l’ouragan Katrina qui a dévasté la Nouvelle-Orléans en 2005, mais aussi Irma et Maria qui ont ravagé les Antilles en 2017.

Le Figaro.fr avec AFP et Reuters

 

L’Ouragan Michael, « monstrueux », dévaste le nord-est de la Floride

octobre 10, 2018

Un magasin endommagé par l’ouragan à Panama City en Floride, le 10 octobre 2018 / © AFP / Brendan Smialowski

Avec des vents d’une violence inouïe, provoquant d’importantes destructions, l’ouragan Michael, qui a frappé de plein fouet le nord-ouest de la Floride faisant au moins une victime, poursuivait mercredi soir sa course dévastatrice en Géorgie voisine.

Les responsables du comté de Gadsden en Floride, à plusieurs kilomètres des côtes, ont signalé à l’AFP « un mort lié à l’ouragan », la première victime de ce cyclone.

Si l’ouragan a baissé en intensité, rétrogradé en catégorie 1 –sur une échelle de 5– à 20h00 mercredi soir (00H00 GMT), il charriait toujours des vents très forts, à 150km/h, en passant sur le sud-ouest de la Géorgie selon le dernier bulletin du Centre national des ouragans (NHC).

À Panama City, sur le littoral de Floride, un mur d’eau et des vents puissants se sont déchaînés sur cette station balnéaire pendant presque trois heures, dispersant des débris partout, selon un reporter de l’AFP.

Quand l’ouragan s’est fracassé sur cet État avec des pointes à 250 km/h vers 17h30 GMT mercredi, cette ville de quelque 35.000 habitants a été l’un des premiers endroits touchés par ces vents les plus rapides à s’abattre sur les États-Unis continentaux depuis l’ouragan Andrew en 1992.

La ville de Panama City en Floride a été violemment touchée par les vents de l’ouragan Michael, le 10 octobre 2018 / © AFP / Brendan Smialowski

Des pans de bâtiments en brique se sont effondrés et des arbres ont été arrachés. Normalement plantés le long des routes, ils jonchaient désormais le sol, bloquant les rues et arrachant les lignes électriques, a observé un journaliste de l’AFP.

« On a bien entendu le bruit effrayant des vents, comme un gros monstre à la télévision », a témoigné à l’AFP Loren Beltran, depuis cette ville balnéaire où elle avait trouvé refuge dans la maison de son compagnon.

L’hôtel des envoyés spéciaux de l’AFP a été légèrement endommagé par les rafales de vent.

– « Ouragan monstrueux » –

Une voiture stationnée à Panama City (Floride) le 10 octobre 2018, avec la mer qui envahit le parking avant l’arrivée de l’ouragan Michael / © AFP / Brendan Smialowski

Des images postées sur les réseaux sociaux montraient une partie de Mexico Beach, à une trentaine de kilomètres, sous plusieurs mètres d’eau avec des maisons immergées jusqu’au toit, parfois partiellement arraché.

Des photos des habitants de villes environnantes montraient des bâtiments éventrés ou réduits à un tas de planches entremêlées, tel un jeu de mikado.

« La nation entière et le monde ont vu cet ouragan monstrueux dévaster notre côte du golfe et Panhandle », a déclaré le gouverneur de la Floride Rick Scott au cours d’une conférence de presse en fin d’après-midi.

« Je me rendrai très très rapidement en Floride », a déclaré Donald Trump lors d’un meeting en Pennsylvanie mercredi soir. « Je leur souhaite le meilleur », a indiqué le président américain.

Vitrines brisées, dégâts matériels importants, la ville de Panama City en Floride a été sévèrement touchée par le passage de l’ouragan Michael, le 10 octobre 2018 / © AFP / Brendan Smialowski

Le Centre national des ouragans (NHC) a précisé que des vents « dévastateurs » dans certaines parties de la Floride et de la Géorgie étaient toujours en cours. Et le National Hurricane Center de signaler des inondations provoquées par le cyclone sur le littoral.

– Milliers de foyers sans courant –

Selon les services d’urgence de Floride, à 20H45 GMT, quelque 192.000 foyers n’avaient plus de courant.

Les météorologues avaient prévenu du caractère « potentiellement catastrophique » de Michael, avec de dangereuses inondations, notamment côtières (jusqu’à 4,30 mètres au-dessus du niveau de marée haute), et de fortes précipitations (jusqu’à 300 mm).

Image satellite de l’ouragan Michael au dessus du Golfe du Mexique le 10 octobre 2018 à 16H45 GMT / © NOAA/RAMMB/AFP / Lizabeth MENZIES

Des dizaines de refuges ont été ouverts pour accueillir les milliers d’habitants ayant fui avant l’arrivée de l’ouragan, attendant parfois simplement allongés sur le sol.

Tallahassee, capitale de la Floride dont l’aéroport a été fermé mercredi, s’est transformée en ville fantôme. La situation est « apocalyptique et étrange », avec la plupart des magasins fermés, racontait Caitlin Staniec, 28 ans.

Le gouverneur Rick Scott s’était dit mercredi matin très « inquiet » pour les personnes ayant décidé de ne pas évacuer.

Quelque 375.000 personnes, dans plus de vingt comtés de Floride, avaient reçu l’ordre ou avaient été incitées à évacuer, selon les médias. Mais certains ont néanmoins décidé de braver la tempête.

L’échelle Saffir-Simpson des ouragans / © AFP / Paz PIZARRO, Sophie RAMIS

Les autorités avaient insisté toute la matinée qu’il était désormais trop tard pour s’éloigner des côtes. Le gouverneur conseillant aux récalcitrants de ne pas sortir: « Ne vous retrouvez pas au milieu de tout cela. Vous n’y survivrez pas. C’est meurtrier ».

Jamais dans l’histoire météorologique enregistrée un ouragan n’avait frappé les États-Unis continentaux au mois d’octobre à une telle vitesse, explique à l’AFP Philip Klotzbach, météorologue spécialiste des ouragans à la Colorado State University. Le mois d’octobre correspond à la fin de la saison des ouragans, qui dure de juin à novembre.

Michael se déplaçait rapidement, à 28km/h vers le nord-est. Les météorologues prévoient une arrivée dans le centre de la Géorgie jeudi matin, avant qu’il ne s’éloigne en direction de l’Atlantique vendredi matin.

Donald Trump avait approuvé mardi l’état d’urgence dans 35 comtés de Floride, permettant le déblocage de moyens matériels supplémentaires.

Les responsables des États voisins d’Alabama et de Géorgie ont aussi déclaré l’état de catastrophe. La Caroline du Nord, touchée mi-septembre par l’ouragan Florence qui a tué une quarantaine de personnes et causé des milliards de dollars de dégâts, a également été placée en alerte.

La Floride avait été déjà durement touchée par l’ouragan Irma il y a un an.

Romandie.com avec(©AFP / (11 octobre 2018 04h00)

États-Unis: plusieurs morts et habitants piégés par l’ouragan Florence

septembre 15, 2018

Des volontaires aident des habitants et leurs animaux de compagnie à évacuer les maisons inondées après le passage de l’ouragan Florence à New Bern en Caroline du Nord, le 14 septembre 2018 / © GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP / CHIP SOMODEVILLA

L’ouragan Florence a fait ses premiers morts sur la côte atlantique des Etats-Unis, battue par des vents violents et des pluies diluviennes, alors que les autorités s’activaient pour secourir des dizaines d’habitants piégés par la montée des eaux qui se poursuivait samedi.

Au moins quatre décès ont été confirmés vendredi de sources officielles, les médias américains faisant état d’un cinquième mort.

« Nous nous attendons à plusieurs jours de pluie », a déclaré le gouverneur de Caroline du Nord, Roy Cooper, qui a qualifié les précipitations de l’ouragan d' »événement millénaire ».

« Notre priorité désormais est de mettre les gens hors du danger immédiat », a-t-il ajouté lors d’une conférence de presse.

« Nous sommes encore en plein dans la tempête et, si elle ne vous a pas atteints, elle le fera », a mis en garde M. Cooper.

Accompagné de pluies torrentielles et de vents violents, l’oeil de l’ouragan a touché terre près de Wrightsville Beach (Caroline du Nord) vendredi à 07H15 (11H15 GMT), avec des vents jusqu’à 150 km/h, selon le centre national des ouragans (NHC). La Caroline du Sud a également été touchée un peu plus tard.

Florence a toutefois faibli en intensité dans l’après-midi et a été rétrogradé en tempête tropicale, avec des vents mesurés à 100 km/h, selon le bulletin du NHC diffusé à 23H00 (03H00 GMT).

Mais son amplitude et sa très lente avancée –7 km/h– dans les terres où la tempête déverse des trombes d’eau inquiète les autorités qui ont multiplié les alertes aux crues soudaines.

Ouragan Florence : zones en alerte / © AFP / Simon MALFATTO

– « Scenario catastrophe » –

Le NHC a mis en garde contre une forte marée dans la nuit de vendredi à samedi sur la côte et des « inondations catastrophiques attendues sur des zones de Caroline du Nord et Caroline du Sud ».

Les rivières devraient frôler voire battre à partir de samedi des records de crue et inonder de nombreuses régions dans ces deux Etats du sud-est.

La tempête doit s’enfoncer vers l’intérieur des terres avant de virer dimanche vers le nord, selon le NHC, avec une « perte importante d’intensité ».

En Caroline du Nord, à la confluence des rivières Neuse et Trent et proche d’un estuaire, la ville touristique de New Bern, environ 30.000 habitants, a été frappée par des inondations soudaines dans la nuit de jeudi à vendredi qui ont piégé des centaines de personnes.

« Des équipes de secours ont apporté de l’aide à des centaines de personnes à New Bern. Ces secouristes font de leur mieux pour sortir et porter assistance à ceux qui en ont besoin », a dit vendredi le gouverneur.

Dans la ville portuaire de Wilmington, en Caroline du Nord, des arbres ont été déracinés, des panneaux renversés et des vitres brisées sous la force du vent et des trombes d’eau. De nombreux transformateurs électriques ont explosé.

Des pompiers s’activent à dégager un arbre qui a fait deux morts en tombant sur une maison de Wilmington (Caroline du Nord), le 14 septembre 2018 / © AFP / ANDREW CABALLERO-REYNOLDS

Les vents violents ont fait plusieurs victimes. La police de la ville a annoncé qu’une femme et son bébé avaient été tués lorsqu’un arbre est tombé sur leur maison. Le père a été blessé et hospitalisé.

Des pompiers ont oeuvré toute la matinée devant cette maison de plain-pied dont un pan de mur s’est complètement effondré sous la violence du choc.

« Il y avait beaucoup de craquements, les arbres tremblaient », a raconté à l’AFP Shane Wilson, un voisin.

« La plupart du voisinage avait évacué. Seuls moi, eux et quelques voisins avions décidé de rester », a précisé un autre voisin, Adam Sparks.

« Qui pouvait se préparer à ça? C’est le scénario catastrophe. Les arbres derrière leur maison sont très grands et très vieux. Il y a toujours des risques avec des arbres de ce genre », a-t-il expliqué.

Une autre femme, malade, est décédée car les secours n’ont pas pu parvenir jusqu’à elle à cause des arbres bloquant les rues, selon une porte-parole du comté de Pender. Elle a succombé à une crise cardiaque, d’après les médias locaux.

Le gouverneur Cooper a indiqué dans un communiqué qu’une autre personne avait trouvé la mort dans le comté de Lenoir en branchant un générateur.

Les pompiers interviennent sur une maison détruite par l’ouragan / © AFP / Katharyn Gillam

Selon les médias locaux, un homme de 77 ans est décédé dans le même comté après avoir été emporté par une rafale de vent.

– 800.000 foyers sans électricité –

Environ 1,7 million d’habitants avaient été sommés de se mettre à l’abri, loin du littoral. Mais beaucoup n’ont pas suivi cette consigne.

Et certaines zones inondées sont trop dangereuses pour que « nos secouristes interviennent », a expliqué Jeff Byard, responsable de l’Agence fédérale de gestion des urgences (Fema), qui a mobilisé 1.200 personnes pour les opérations de recherche et de secours.

Des volontaires, comme la « Cajun Navy » venue de Louisiane avec leurs bateaux à fond plat, apportent également leur aide.

Le président américain Donald Trump se rendra « en début ou milieu de semaine prochaine » dans les régions affectées, a annoncé la Maison Blanche.

Près de 800.000 personnes étaient privées d’électricité vendredi soir en Caroline du Nord, qui compte environ dix millions d’habitants, selon les services d’urgence.

Un couvre-feu a été instauré dans plusieurs localités de la côte atlantique pour éviter les pillages.

Romandie.com avec(©AFP / (15 septembre 2018 08h36)

Plusieurs morts et des habitants pris au piège par l’ouragan Florence

septembre 14, 2018

Un monospace abandonné dans une rue inondée près de New Bern (Caroline du Nord), le 14 septembre 2018 pendant l’ouragan Florence / © AFP / Logan Cyrus

L’ouragan Florence a fait vendredi ses premiers morts sur le côte atlantique des Etats-Unis, dont une femme et son bébé, accompagné par des vents qui ont déraciné des arbres et des pluies torrentielles qui ont provoqué des inondations, avec des dizaines d’habitants pris au piège.

Au moins quatre décès ont été confirmés de sources officielles.

Le président américain Donald Trump se rendra « en début ou milieu de semaine prochaine » dans les régions affectées, a annoncé la Maison Blanche.

Accompagné de pluies torrentielles et de vents violents, l’oeil de l’ouragan a touché terre près de Wrightsville Beach (Caroline du Nord) à 07H15 (11H15 GMT), avec des vents jusqu’à 150 km/h, selon le centre national des ouragans (NHC).

Florence a toutefois faibli en intensité dans l’après-midi et a été rétrogradé en tempête tropicale, avec des vents détectés à 110 km/h.

Mais son amplitude et sa très lente avancée –6 km/h– dans les terres inquiète les autorités.

Dans son bulletin de 20H00 (00H00 GMT), le NHC a mis en garde contre une forte marée nocturne, poussée par le vent, sur la côte et des « inondations catastrophiques attendues sur des zones de Caroline du Nord et Caroline du Sud ».

Dans la ville portuaire de Wilmington, en Caroline du Nord, des arbres ont été déracinés, des panneaux renversés et des vitres brisées sous la force du vent et des trombes d’eau. De nombreux transformateurs électriques ont explosé.

Des pompiers s’activent à dégager un arbre qui a fait deux morts en tombant sur une maison de Wilmington (Caroline du Nord), le 14 septembre 2018 / © AFP / ANDREW CABALLERO-REYNOLDS

– « Scénario catastrophe » –

La police de la ville a annoncé qu’une femme et son bébé avaient été tués lorsqu’un arbre est tombé sur leur maison. Le père a été blessé et hospitalisé.

Des pompiers ont oeuvré toute la matinée devant cette maison de plain-pied dont un pan de mur s’est complètement effondré sous la violence du choc.

« Il y avait beaucoup de craquements, les arbres tremblaient », a raconté à l’AFP Shane Wilson, un voisin.

« La plupart du voisinage avait évacué. Seuls moi, eux et quelques voisins avions décidé de rester », a précisé un autre voisin, Adam Sparks.

« Qui pouvait se préparer à ça? C’est le scénario catastrophe. Les arbres derrière leur maison sont très grands et très vieux. Il y a toujours des risques avec des arbres de ce genre », a-t-il expliqué.

Une autre femme, malade, est décédée car les secours n’ont pas pu parvenir jusqu’à elle à cause des arbres bloquant les rues, selon une porte-parole du comté de Pender. Elle a succombé à une crise cardiaque, d’après les médias locaux.

L’ouragan Florence souffle dans les rues de Wilmington (Caroline du Nord), le 14 septembre 2018 / © AFP / ANDREW CABALLERO-REYNOLDS

Roy Cooper, gouverneur de Caroline du Nord, a indiqué dans un communiqué qu’une autre personne avait trouvé la mort dans le comté de Lenoir en branchant un générateur.

Selon les médias locaux, un homme de 77 ans est décédé dans le même comté après avoir été emporté par une rafale de vent.

Les autorités ont mis en garde les habitants contre tout relâchement alors que les pluies torrentielles se déverseront pendant de longues heures sur les mêmes régions.

« Nous sommes encore en plein dans la tempête et, si elle ne vous a pas atteints, elle le fera », a mis en garde M. Cooper, lors d’une conférence de presse. Auparavant, il s’était dit « très inquiet du fait que des localités entières puissent être détruites ».

Les rivières devraient frôler voire battre des records de crue et inonder à l’intérieur des terres.

A la confluence des rivières Neuse et Trent et proche d’un estuaire, la ville touristique de New Bern, environ 30.000 habitants, a été frappée par des inondations soudaines dans la nuit de jeudi à vendredi qui ont piégé des centaines de personnes.

Des pluies de cette intensité n’arrivent « qu’une fois tous les mille ans », a lancé Roy Cooper, soulignant que le niveau des rivières « va monter pendant des jours ».

L’ouragan Florence déferle sur la côte est américaine / © AFP / Kate Gillam, Gianrigo Marletta

– 680.000 foyers sans électricité –

Environ 1,7 million d’habitants avaient été sommés de se mettre à l’abri, loin du littoral. Mais beaucoup n’ont pas suivi cette consigne.

Et certaines zones inondées sont trop dangereuses pour que « nos secouristes interviennent », a expliqué Jeff Byard, responsable de l’Agence fédérale de gestion des urgences (Fema), qui a mobilisé 1.200 personnes pour les opérations de recherche et de secours.

Des volontaires, comme la « Cajun Navy » venue de Louisiane avec leurs bateaux à fond plat, apportent également leur aide.

Plus de 680.000 personnes étaient privées d’électricité vendredi après-midi en Caroline du Nord, qui compte environ dix millions d’habitants, selon les services d’urgence.

Quelque 20.000 personnes avaient trouvé refuge vendredi dans plus de 150 centres d’accueil de cet Etat.

Un couvre-feu a été instauré dans plusieurs localités de la côte atlantique pour éviter les pillages.

La tempête doit s’enfoncer vers l’intérieur des terres jusqu’à samedi avant de virer dimanche vers le nord, selon le NHC, avec une « perte importante d’intensité ».

Romandie.com avec(©AFP / (15 septembre 2018 02h51)

L’ouragan Florence s’abat sur la côte atlantique américaine

septembre 14, 2018

Wilmington (Etats-Unis) – L’ouragan Florence s’est abattu vendredi matin sur la côte atlantique américaine, amenant des pluies diluviennes poussées par des vents violents risquant de provoquer des inondations « catastrophiques » selon les autorités.

« L’ouragan Florence a touché terre près de Wrightsville Beach, en Caroline du Nord, à 07H15 (11H15 GMT) avec des vents maximum estimés à 150 km/h », a annoncé le Centre national des ouragans (NHC) dans un tweet.

L’impact de l’ouragan a été précédé par des vents violents tourbillonnants qui ont commencé à souffler peu après 5H00 locales (09H00 GMT), projetant des trombes d’eau dans tous les sens et faisant s’envoler débris et panneaux de signalisation.

La ville portuaire de Wilmington, en Caroline du Nord, s’était réveillée au son de plusieurs détonations, possiblement de transformateurs électriques ayant explosé, selon un journaliste de l’AFP sur place.

L’ouragan reste dangereux même s’il a été rétrogradé en catégorie 1 sur l’échelle Saffir-Simpson qui en compte cinq, a averti le NHC.

Il doit décharger vendredi ses pluies torrentielles pendant de longues heures avant de s’enfoncer samedi à l’intérieur des terres, accentuant le risque d’inondations et de crues soudaines, selon la météo américaine.

Florence « se déplace vers l’Ouest à 9 km/h », a précisé le Centre des ouragans dans son point de 08H00 (12H00 GMT). « Un affaiblissement graduel est prévu plus tard aujourd’hui (vendredi) et ce (vendredi) soir ».

En Caroline du Nord, près de 300.000 foyers étaient déjà privés d’électricité, et les services d’urgence tentaient de secourir des centaines de personnes bloquées chez elles par des inondations dans la ville de New Bern.

« Cette tempête sera destructrice », a prévenu le gouverneur de Caroline du Nord Roy Cooper. « Des effets catastrophiques seront ressentis ».

« Le plus important, c’est l’eau, avait affirmé jeudi Steve Goldstein, responsable de l’Agence fédérale océanique et atmosphérique (NOAA), alors que les vagues portées par la marée ont commencé à submerger le rivage en soirée. « La menace des vents s’est un peu éloignée mais cela reste un ouragan très dangereux et puissant ».

Environ 1,7 million de personnes ont été sommées de se mettre à l’abri, loin du littoral.

– Couvre-feu –

A plusieurs centaines de kilomètres au sud, la célèbre station balnéaire de Myrtle Beach, en Caroline du Sud, s’est aussi transformée en ville-fantôme: rues désertes, stations-essence fermées et fenêtres calfeutrées. Mais certains habitants ont ignoré les appels à évacuer la zone.

Un couvre-feu a été instauré, comme dans plusieurs autres localités de la côte atlantique et les autorités avaient appelé la population à évacuer dès mardi. Pour ceux qui n’ont pas voulu ou pu partir, plusieurs centres d’accueil ont été mis en place.

Une équipe de volontaires a fait le voyage depuis la Louisiane, victime de graves inondations en 2016, pour participer aux opérations de secours. « Nous sommes venus pour aider, pour faire dans d’autres régions ce que nous avons appris à faire quand la majorité de l’Etat a été inondé », a expliqué à l’AFP Rob Gaudet, l’un des fondateurs de l’association Cajun Navy.

Selon le service national météorologique (NWS), environ 4,9 millions de personnes devraient subir des précipitations de plus de 25 cm dans les cinq prochains jours.

« Les inondations à l’intérieur des terres sont très meurtrières et c’est ce qui va arriver », a averti Brock Long, chef de l’Agence fédérale des situations d’urgence (Fema).

« L’infrastructure va être endommagée, le courant va être coupé, a-t-il poursuivi. Cela pourrait durer des jours, voire plusieurs semaines ».

Au total, entre un et trois millions d’usagers pourraient être victimes de coupures de courant dans les deux Etats de Caroline, a indiqué le fournisseur d’électricité Duke Energy, basé dans la région. Près de 3.000 électriciens de tout le pays étaient arrivés jeudi en renfort des 20.000 professionnels réquisitionnés pour rétablir le courant une fois le gros de la tempête passée, a indiqué la compagnie sur Twitter.

Plus de 1.000 vols ont déjà été annulés en raison de l’ouragan, selon les médias américains.

Romandie.com avec(©AFP / 14 septembre 2018 12h33)                                                        

États-Unis/Ouragan Florence: le scénario catastrophe se dessine à « Wilmywood »

septembre 12, 2018

Les habitants de Caroline du Nord fuient les zones côtières, le 11 septembre 2018, sur la Highway 40, près de Wallace / © AFP / ANDREW CABALLERO-REYNOLDS

Ses longues plages de sable fin et son bourg historique aux belles demeures de brique rouge ont servi de décors à de nombreux films, mais le scénario catastrophe qui se dessine à Wilmington, où l’ouragan Florence devrait toucher terre jeudi ou vendredi, n’a rien de fictionnel.

Tantôt surnommée « Wilmywood » ou l' »Hollywood de l’Est », la ville portuaire de Caroline du Nord, qui compte un peu plus de 100.000 habitants, a notamment accueilli le tournage d' »Iron Man 3″.

Mais les seules caméras qui y tournent actuellement sont celles des équipes de télévision venues documenter les préparatifs de la population locale.

La trajectoire potentielle de l’ouragan, chargé de vents atteignant les 215 km/h, a beau évoluer au fil des bulletins météo, une constante se dégage: Wilmington et sa région devraient être aux premières loges lorsque Florence fera avec fracas son arrivée sur le continent.

Et comme pour la plupart des films catastrophe américains, le script est jusqu’ici assez classique: des commerces et des habitations calfeutrés derrière des planches de bois, des rayons vides dans les supermarchés, des pompes à essence à sec…

« Wilmington reste soudée »; « Flo(rence), tu n’es pas la bienvenue ici », peut-on notamment lire sur la devanture calfeutrée du bar Tavern Law.

– Le strict minium –

Côté casting, il y a ceux, comme Ken Ripley, propriétaire depuis une quinzaine d’années d’une grande maison en bord de mer, qui ont l’intention d’aller se mettre à l’abri, à l’intérieur des terres.

Le retraité a vu passer plus d’un ouragan dans le ciel de Caroline du Nord, mais « celui-ci est de loin le pire », assure-t-il en fixant des plaques de tôle sur ses fenêtres.

« Le toit pourrait s’envoler, mais j’espère qu’il (l’ouragan) n’endommagera pas la structure de la maison (…) Je reviendrai ici une semaine après son passage, il devrait y avoir pas mal de réparations à faire ».

Les gens attendent l’ouverture du refuge aménagé au sein du collège Task, le 11 septembre 2018, à Wilmington, en Caroline du Nord / © AFP / Andrew CABALLERO-REYNOLDS

Il y a aussi ceux, comme Josh Ledford, qui n’ont nulle part d’autre où aller que les refuges aménagés en urgence dans des bâtiments publics. Alors il se résout à cette idée.

« Je n’ai pas envie de rester ici aussi longtemps que ce que les gens disent. Probablement deux ou trois jours, pas plus », espère cet employé de l’agroalimentaire devant les portes encore closes du collège Trask. « Mais s’il le faut, je crois qu’il n’y aura pas le choix ».

Ryan Limpert n’est pas non plus venu de gaité de coeur chercher refuge dans cet établissement scolaire de banlieue, mais il espère « être en lieu sûr » aux côtés d’autres âmes esseulées et de familles qui n’ont souvent emporté avec elles que le strict minimum, oreillers et couvertures.

« Il semble y avoir ici beaucoup de gens qui ont envie d’apporter de l’aide », témoigne-t-il. « Je reste donc positif ».

La tendance était globalement mardi au départ sur les routes de la région.

La Highway 40 semblait presque n’être ouverte que dans un sens: vers le nord, loin de la côte et des énormes crues annoncées. De l’autre côté de la route, un trafic très sporadique: pas grand monde n’a visiblement envie cette semaine de tenir le mauvais rôle à « Wilmywood ».

Les opérations d’évacuation concernent 1,7 million de personnes en Caroline du Sud, en Caroline du Nord et en Virginie. L’ouragan Florence était toujours classé mercredi en catégorie 4 sur l’échelle de Saffir-Simpson qui en compte 5.

Romandie.com avec(©AFP / (12 septembre 2018 17h53)

Évacuation d’ampleur sur la côte-est américaine avant l’ouragan Florence

septembre 10, 2018

Photo satellite de l’ouragan Florence, à 12H15 GMT le 10 septembre 2018 / © NOAA/RAMMB/AFP / Lizabeth MENZIES

Plus d’un million d’Américains devaient être évacués sur la côte est des Etats-Unis, menacée par l’ouragan Florence qui s’est nettement renforcé lundi avec des vents de 220 km/h.

« C’est un ouragan très dangereux », a déclaré Henry McMaster, gouverneur de la Caroline du Sud. « Nous ne voulons risquer aucune vie », a-t-il justifié, précisant que l’évacuation à partir de mardi concernera les habitants d’une bande littorale de 320 kilomètres de longueur.

« Nous sommes avec vous! », a tweeté le président Donald Trump, en appelant la population à suivre les consignes officielles face à l’ouragan « très dangereux ». « Les autorités fédérales se tiennent prêtes à intervenir ».

Sur place, les habitants se préparaient. Dans un magasin de bricolage du centre ville de Charleston, en Caroline du Sud, plus d’une centaine de sacs de sable d’une vingtaine de kilos ont été vendus au cours du week-end, et la boutique ne désemplissait pas lundi.

– Vents de 220 km/h –

« De 08 heures à 14h00, nous étions débordés », confie à l’AFP John Johnson, gérant de la boutique. « C’était non-stop », précise-t-il, ajoutant avoir conservé quelques sacs de sable pour protéger le magasin.

L’ouragan Florence, qui devrait atteindre le continent en fin de semaine, a atteint lundi la catégorie 4 sur l’échelle de Saffir-Simpson, qui en compte cinq.

Ses vents atteignaient en moyenne 220 km/h à 21H00 GMT, selon le dernier bulletin du Centre national des ouragans (NHC). « Florence grandit en taille et en puissance », a-t-il relevé.

L’ouragan Florence / © AFP / AFP

La Caroline du Nord, la Caroline du Sud et l’Etat de Virginie, plus au nord) ont déclaré l’état d’urgence pour se préparer aux possibles conséquences d’un impact.

Les autorités de Caroline du Nord ont également ordonné des premières évacuations sur l’île de Hatteras et, à partir de mardi, dans la région côtière touristique des Outer Banks.

Se déplaçant à une vitesse de 20 km/h en direction du nord-ouest, Florence devrait passer mardi et mercredi entre les Bahamas et les Bermudes et pourrait frapper jeudi les côtes américaines.

« Il est prévu que Florence se renforce encore et qu’il soit jusqu’à jeudi un ouragan majeur extrêmement dangereux », a indiqué le NHC, invitant les Etats américains du sud-est et du centre du littoral atlantique à suivre de près sa trajectoire.

Le vaste Etat de Virginie, qui jouxte la capitale fédérale Washington, a demandé à sa population de se préparer pour ce qui pourrait être l’ouragan le plus important à le frapper « depuis des décennies ».

« Bien qu’il soit trop tôt pour connaître la trajectoire exacte de l’ouragan Florence, la majorité des prévisions météorologiques font état de conséquences potentiellement importantes pour la Virginie, sous la forme d’ondes de tempête, d’inondations catastrophiques dans les terres, de vents violents et de possibles coupures de courant à grande échelle », a prévenu dimanche Ralph Northam, gouverneur de Virginie, dans un communiqué.

Davantage que les vents violents, les autorités craignent les inondations provoquées par les précipitations –jusqu’à 50 cm par endroits– apportées par l’ouragan. « Rappelez-vous de ne jamais conduire sur des routes inondées (…) Faites demi-tour, ne vous noyez pas », ont-elles mis en garde.

Le destroyer USS Mahan quitte la base navale de Norfolk (Virginie), le 10 septembre 2018 / © Navy Office of Information/AFP / Caledon Rabbipal

– Meeting de Trump annulé –

L’US Navy a ordonné lundi à trente navires de guerre de sa principale base navale de la côte est, à Norfolk (Virginie), de prendre la mer pour éviter l’ouragan. Plusieurs avaient déjà pris le large en milieu de journée.

« Nos bateaux peuvent mieux affronter des ouragans de cette envergure quand ils sont en mouvement », a souligné l’amiral Christopher Grady, commandant des forces navales américaines.

Donald Trump a annoncé lundi qu’il annulait, « par sécurité », un meeting de campagne prévu vendredi à Jackson, dans l’Etat du Mississippi (sud).

Deux autres ouragans suivent Florence au-dessus de l’Atlantique.

Helene, dont les vents atteignaient 165 km/h lundi matin (catégorie 2), doit se renforcer jusqu’à mardi soir en allant vers le nord-ouest, puis perdre progressivement en vigueur.

Isaac, dont le dernier bulletin du NHC relevait des vents de 120 km/h (catégorie 2), prenait la direction des Petites Antilles, une région qui se remet encore des dommages causés en 2017 par le passage de Maria.

Entre août et septembre 2017, les trois puissants ouragans Harvey, Irma et Maria ont causé la mort de milliers de personnes et provoqué des milliards de dollars de dégâts dans les Caraïbes et le sud-est des Etats-Unis.

Romandie.com avec(©AFP / (10 septembre 2018 23h20)