Posts Tagged ‘Outaouais’

Canada: Des écoles ferment à cause de la chaleur en Outaouais et le SEO demande des solutions

mai 27, 2020

Le Syndicat de l'enseignement de l'Outaouais demande des actions concrètes pour faire face à la canicule, puisque plusieurs écoles ne sont pas climatisées.

© /iStock Le Syndicat de l’enseignement de l’Outaouais demande des actions concrètes pour faire face à la canicule, puisque plusieurs écoles ne sont pas climatisées.
Alors qu’on s’apprête à vivre la première canicule de l’année dans la région, le Syndicat de l’enseignement de l’Outaouais (SEO) demande des actions concrètes pour atténuer la chaleur, puisque plusieurs écoles ne sont pas climatisées.

Les conditions sont telles que la Commission scolaire au Cœur-des-Vallées a même décidé de fermer ses écoles primaires et ses services de garde, toute la journée mercredi, puisque le mercure sera au-delà du seuil déterminé de 38 °C pour la fermeture. La Commission scolaire Western Québec ferme aussi ses écoles.

La Commission scolaire des Draveurs (CSD) a indiqué mardi soir ne pas fermer ses écoles, mais a mentionné que la majorité de ses écoles sont munies d’un système de ventilation mécanique. De plus, la CSD a indiqué que ses écoles primaires vont utiliser des ventilateurs et climatiseurs, selon les méthodes recommandées par la Santé publique et la FCSQ.

Le SEO exhorte les commissions scolaires à s’engager à prendre des mesures concrètes pour régler ce problème de chaleur dans les classes, qui survient habituellement en juin plutôt qu’au mois de mai.

En entrevue, mardi, à l’émission Les matins d’ici, la présidente du Syndicat de l’enseignement de l’Outaouais, Suzanne Tremblay, a évoqué une situation qui n’est pas propice à l’apprentissage.

Suzanne Tremblay, présidente du Syndicat de l’enseignement de l’Outaouais

© /Radio-Canada Suzanne Tremblay, présidente du Syndicat de l’enseignement de l’Outaouais
«On va essayer le matin, puisque c’est plus frais, de faire de l’enseignement, et des travaux plus légers plus la journée va se poursuivre. Les classes peuvent atteindre 41 degrés, on l’a vu, ce sont des conditions d’apprentissage très difficile», a soutenu Mme Tremblay.

Pas de ventilateurs dans les classes?

Au début du mois de mai, l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) publiait une étude selon laquelle le recours à certains types de climatiseurs pourrait contribuer à la dispersion de gouttelettes contenant du SRAS-CoV-2 en présence de personnes infectées.

L’utilisation d’un ventilateur sur pied à proximité d’une personne infectée pourrait théoriquement étendre le panache de dispersion des gouttelettes expectorées au-delà de 2 mètres et contribuer à la transmission de la COVID-19 si d’autres personnes se trouvent dans le couloir d’air ainsi généré, peut-on lire sur une page web de l’INSPQ consacrée aux environnements intérieurs autres que des lieux de soins de santé.

De nouvelles directives concernant l’utilisation de climatiseurs mobiles et de ventilateurs sur pied ont été envoyées aux différents centres intégrés de santé et de services sociaux (CISSS) du Québec.

Dans sa lettre destinée aux directions générales des commissions scolaires de la région, le SEO demande des actions concrètes pour le bien-être du personnel enseignant, mais aussi des élèves.

«Nous demandons des solutions concrètes à mettre en place lors de chaleurs excessives, telles que prévoir la fin des classes à midi et prévoir la possibilité de donner des pauses de 15 minutes après chaque heure d’enseignement», peut-on lire dans la lettre.

«Avez-vous prévu d’établir un degré maximal de température pour envisager une fermeture des établissements tel que l’a recommandé l’inspecteur de la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) le vendredi 22 mai 2020 en précisant que cela devrait revenir à l’employeur (les normes CNESST étant pour les industries)», demande la présidente du syndicat dans sa lettre.

Les ventilateurs acceptés dans certaines écoles

En mi-journée mardi, la Commission scolaire des Portages-de-l’Outaouais (CSPO) a confirmé sur sa page Facebook que des ventilateurs pourraient être utilisés dans ses écoles.

«La CSPO tient à vous aviser que, suite aux nouvelles directives de la Santé publique, l’utilisation des ventilateurs et climatiseurs (lorsque disponibles) est maintenant permise dans les écoles en cette période de chaleur accablante», peut-on lire.

«Dans le contexte de la chaleur actuelle et considérant que la CSPO n’accepte pas la présence de personnes ayant des symptômes pouvant être associés à la COVID-19, nos écoles primaires utiliseront donc les ventilateurs et climatiseurs avec précaution et selon les méthodes recommandées par la Santé publique», est-il écrit.

La CSPO a aussi indiqué dans un courriel que l’École de la Forêt a été fermée pour la journée suite à un bris d’équipement qui a occasionné le démarrage du système de chauffage. Aucun autre établissement n’est touché.

Pas de réponse de certaines commissions scolaires

Jointes par Radio-Canada, des commissions scolaires de la région ont refusé de commenter la requête du Syndicat de l’enseignement de l’Outaouais.

Ce dernier s’inquiète surtout de l’incidence des mesures pour prévenir la propagation de la COVID-19, puisque plusieurs options habituellement envisageables ne le sont tout simplement plus.

«C’est une multitude de courriels qui est entrée pour nous informer des inquiétudes du personnel enseignant. Ils sont aussi inquiets des jeunes assis dans la classe, il fait trop chaud, ils ont des maux de tête et en plus, l’accès aux buvettes a été restreint», a souligné Mme Tremblay en entrevue.

Son syndicat envisage aussi que certains parents puissent décider de ne pas envoyer leurs enfants en classe cette semaine.

Avec Radio-Canada par Frédéric Pépin

Québec: Il gagne un million avec un dollar

décembre 17, 2019

 

Payant, payant ! Un homme de l’Outaouais a eu la main chanceuse samedi dernier au Casino du Lac-Leamy alors qu’il a remporté le gros lot de 1 million $ grâce à une mise de 1 $ dans une machine à sous Powerbucks. Le gagnant a été accueilli au salon privé par l’équipe du Casino, où il a pu célébrer son gain. «Ce fut un beau moment passé avec le gagnant. Il était très heureux et compte bien profiter de ce montant d’argent. Pour l’instant, il prévoit s’acheter une nouvelle voiture et, peut-être, une petite maison à Gatineau», a indiqué le chef des opérations au Casino du Lac-Leamy, Gilles Lavoie. Powerbucks offre un lot progressif débutant à 1 million $ et un gros lot fixe de 1 million $. Le jeu est aussi offert en Colombie-Britannique et au Manitoba, une association qui permet de faire grimper rapidement le lot progressif en raison du nombre élevé de joueurs qui y contribuent, tant en ligne que dans les établissements des trois provinces. Depuis 2016, les machines à sous des casinos du Québec et de lotoquebec.com ont remis une quinzaine de lots de 1 000 000 $ ou plus et de rentes à vie.
© COURTOISIE Payant, payant !
Un homme de l’Outaouais a eu la main chanceuse samedi dernier au Casino du Lac-Leamy alors qu’il a remporté le gros lot de 1 million $ grâce à une mise de 1 $ dans une machine à sous Powerbucks.
Le gagnant a été accueilli au salon privé par l’équipe du Casino, où il a pu célébrer son gain. «Ce fut un beau moment passé avec le gagnant. Il était très heureux et compte bien profiter de ce montant d’argent. Pour l’instant, il prévoit s’acheter une nouvelle voiture et, peut-être, une petite maison à Gatineau», a indiqué le chef des opérations au Casino du Lac-Leamy, Gilles Lavoie. Powerbucks offre un lot progressif débutant à 1 million $ et un gros lot fixe de 1 million $. Le jeu est aussi offert en Colombie-Britannique et au Manitoba, une association qui permet de faire grimper rapidement le lot progressif en raison du nombre élevé de joueurs qui y contribuent, tant en ligne que dans les établissements des trois provinces. Depuis 2016, les machines à sous des casinos du Québec et de lotoquebec.com ont remis une quinzaine de lots de 1 000 000 $ ou plus et de rentes à vie.
Un homme de l’Outaouais a eu la main chanceuse samedi dernier au Casino du Lac-Leamy alors qu’il a remporté le gros lot de 1 million $ grâce à une mise de 1 $ dans une machine à sous Powerbucks.

Le gagnant a été accueilli au salon privé par l’équipe du Casino, où il a pu célébrer son gain. « Ce fut un beau moment passé avec le gagnant.

Il était très heureux et compte bien profiter de ce montant d’argent. Pour l’instant, il prévoit s’acheter une nouvelle voiture et, peut-être, une petite maison à Gatineau », a indiqué le chef des opérations au Casino du Lac-Leamy, Gilles Lavoie.

Powerbucks offre un lot progressif débutant à 1 million $ et un gros lot fixe de 1 million $. Le jeu est aussi offert en Colombie-Britannique et au Manitoba, une association qui permet de faire grimper rapidement le lot progressif en raison du nombre élevé de joueurs qui y contribuent, tant en ligne que dans les établissements des trois provinces.

Depuis 2016, les machines à sous des casinos du Québec et de lotoquebec.com ont remis une quinzaine de lots de 1 000 000 $ ou plus et de rentes à vie.

Par Le Droit.com

La colère du dieu Outaouais

septembre 23, 2018

 

Du haut de la colline du Parlement

Sur le majestueux firmament

A soufflé un triste vent violent

D’une colère sans précédent

 

Épais était son beau manteau

Dessinant les muscles de sa peau

Quand soudain au soir d’Ottawa

La peur provoquait le branle-bas

 

Voyant à côté les ombres de l’atmosphère

Gatineau tremblait dans toute sa chair

Quand de sa bouche et de sa langue acérée

Il vomissait des vents inouïs et forcenés

 

De son passage d’une rare violence

Il arrachait les toitures des maisons

Emportant des objets des balcons

Qui volaient dans les airs sans grâce

 

L’hébétude était à son comble

Comme une scène de guerre

Dont la désolation décapait la ville

Semant un désastre de grande frayeur

 

Personne ne pouvait lui résister

Le Dieu d’Outaouais déchainé

Qui demande respect et considération

À ses enfants de premières nations

 

Bernard NKOUNKOU