Posts Tagged ‘Oyo’

Congo: Sassou à Oyo, branle-le-bas au gouvernement

mai 9, 2018

 

Le séjour de travail de Denis Sassou N’Guesso à Oyo suscite inquiétudes auprès des ministres

Le président Denis Sassou N’Guesso a quitté Brazzaville mardi, pour un séjour de travail à Oyo. De source bien informée, le premier ministre Clément Mouamba devrait l’y rejoindre en fin de semaine. Sans doute, l’actuelle gouvernement vit-il ses dernières heures.

« Séjour de travail », le terme suscite l’angoisse pour de nombreux ministres qui y voient un retrait du président pour peaufiner la liste de la prochaine équipe gouvernementale. Et pour cause, Denis Sassou Nguesso ne laisse rien apparaître sur ses intentions, et n’a donné de garanties à personne, quant au maintient ou non dans le prochain gouvernement.

Le premier ministre qui ralliera Oyo en fin de semaine planchera à l’évidence avec le président de la république sur la mouture de la prochaine équipe, dont bien malin est le ministre qui sait, s’il gardera son maroquin.

Même ceux qui se disaient « appartenir au saint des saints », sont tout aussi circonspects que les autres et l’angoisse monte.

Dans les cabinets, on assiste à des scènes des ministres qui se fâchent et haussent le ton, pour un rien. D’autres traduisent leur excès de zèle par des actions d’éclat radio-télévisés, comme s’ils voulaient montrer leur assiduité à la tâche. D’autres encore, convaincus de « traîner des casseroles de plus en plus bruyantes », vivent une véritable déprime, au point de bouder les conseils de cabinet. C’est dire que l’on s’attend à des bouleversements en profondeur.

 Selon une source ayant informé notre rédaction, le nouveau gouvernement gémit dans les entrailles d’Oyoland. La diaspora y aura sa place. Là également, des noms circulent et la tension monte auprès des potentiels ministrables cités.  Mais seuls « Denis et Clément » décideront en dernier ressort.

Oui « Clément », car la dynamique enclenchée par le premier ministre participe, en dépit des vicissitudes, à l’effort de redressement attendu par le président et le peuple congolais. Son nom figure à l’évidence dans l’une des rares cases de l’équipe gouvernementale déjà pourvue. Aussitôt qu’il aura présenté au président sa démission et celle de son équipe, il sera reconduit pour former la nouvelle équipe.

Entre cauchemars des ministres sortants, et impatience des congolais qui commencent à trouver le temps long, Denis et Clément font durer le suspens, mais le dénouement ne saurait tarder. Et ce sera, jubilation pour les uns et grise mine pour les autres…

Avec Congomfoa.com

Congo: Voici le nouveau visage du port d’Oyo

août 5, 2017

Construit sur la rivière Alima, le nouveau port fluvial de la ville d’Oyo (nord) va apporter une bouffée d’oxygène au port autonome de Brazzaville et renforcer la mobilité des populations et des biens, ainsi que les échanges commerciaux entre le département de la Cuvette et d’autres horizons.

Ce port qui constitue l’un des supports importants dans le cadre de la faisabilité du projet de la zone économique spéciale d’Oyo-Ollombo, facilitera la jonction entre la route nationale n°2 et les localités riveraines du fleuve Congo basées dans la partie septentrionale du pays et celles de la République démocratique du Congo (RDC).

Il va servir de point d’embarquement et de débarquement des marchandises, surtout que l’Alima offre les conditions favorables de navigation en toute saison.

Le port d’Oyo dispose d’un quai de 200m de long, d’un entrepôt de 20x8m et d’un bâtiment administratif de 124m2.

Il a été bâti par la société China road bridge corporation (CRBC) sur un cofinancement de la République du Congo et de la Chine, estimé à plus de 48 milliards de francs CFA.

Lesechosdebrazza.com par Mapanga

En savoir plus sur http://lesechos-congobrazza.com

Congo: Bagarre à la présidence entre Jean Dominique Okemba et Nianga Mbouala

juillet 31, 2017

 

Une nouvelle insolite est tombée et espérons qu’elle sera diffusée sur TéléCongo.

L’Amiral Jean Dominique Okemba, chef d’orchestre des plans macabres du régime Sassou Nguesso se trouverait à l’hôpital général Edith Lucie Bongo d’Oyo, suite à une violente bagarre.

C’est en effet, hier suite à une invitation au palais présidentiel que Sassou aurait entendu les deux partis: Djo Bill et JDO.

L’entretien aurait été très violent et virulent, tel que les employés du palais effrayés auraient pris la fuite pour des lieux inconnus et se seraient réfugiés aux alentours, de peur d’un coup d’état, ni Claudia ni Lucien Ebata n’ont osé s’interposer.

Le point de discorde est que le Chef de la Garde présidentiel serait montré du doigt pour la fameuse arme récupérée par les Ninja de Ntumi. Djo Bill aurait, à haute voix, accusé JDO d’avoir fourni de la drogue aux militaires pour leur faire commettre des crimes sur leurs frères de Mbomo, Makoua et Kéllé après le premier tour des législatives.

Les militaires auraient reçu mandat pour éliminer tous ceux qui se seraient opposés au bon déroulement des législatives, l’ordre de mission serait venu du Général Richard Mondjo.

Les militaires auraient semble t-il tuer avec le sourire et avec plaisir leurs compatriotes ressortissants du nord: plus de 91 personnes seraient tombées selon les rapports de Djo Bill et les corps emportés pour la Cathédrale d’Owando.

De plus JDO par intermédiaire de son Dir Cab aurait donné l’ordre de bloquer les soldes des militaires proches de Djo Bill, en réponse Djo Bill aurait à son tour fait attaquer la maison de la maitresse de JDO dans laquelle il a récupéré la somme en liquide de 800 millions de cfa.

Les haines respectives ont fait éclater une bagarre devant Sassou qui pensait avoir encore de l’autorité, et si la garde présidentielle n’était pas intervenue, il y aurait eu des morts car Djo Bill s’était déplacé avec un escadron.

JDO serait à l’hôpital avec des points de sutures et des menaces de mort tandis que Djo Bill serait reparti, plein d’excuses pour Sassou et une nouvelle convocation devant le conseil des sages Mbochi.
JDO aurai promis des représailles!!

 

Photo de BrazzaNews.
Avec Brazzanews.fr

Congo: Retour d’Antoinette Sassou Nguesso à Oyo ce 5 mai dans la liesse et l’allégresse

mai 5, 2017

 

La première dame du Congo Brazzaville Antoinette Sassou Nguesso de retour à Oyo après deux mois passés en France pour des soins de santé.

 

Congo: Retour au bercail d’Antoinette Sassou

mai 4, 2017

Antoinette Sassou Nguesso prépare son retour à OYO après deux (2) mois de coma artificiel en France.

La première Dame rentre vendredi 5 Mai 2017 à Oyo. Un jet privé ( avion) décollera de l’aéroport du Bourget ( France ) en direction de Oyo. Et le Dimanche 7 Mai 2017, Antoinette Sassou Nguesso fêtera son anniversaire à OYO.

 

Photo de BrazzaNews.
Avec Brazzanews.fr

Nigeria: On a fait l’amour 4 fois seulement avec ma fille mais son copain est responsable de sa grossesse, avoue ce Père de 43 ans

août 19, 2016

 

 Nigeria:On a fait l’amour 4 fois seulement avec ma fille mais son copain est responsable de sa grossesse, avoue ce Père de 43 ans

Un Homme de 43 ans, Gafar Hamza, qui est actuellement en détention à la Direction de la police l’Etat d’Oyo, au Nigeria, a avoué avoir des relations sexuelles avec sa fille de 20 ans.

Hamza, un résident de Aroro Makinde en zone de gouvernement local Akinyele, LGA, de l’Etat, a déclaré qu’il était convaincu qu’il ne fut pas le seul à avoir des relations sexuelles avec elle, comme elle doit avoir un petit ami qui faisait de même. La chance, cependant, a couru sur lui en Juin quand il a été arrêté par les officiers de l’état commandement de la police. Un voisin anonyme a dit avoir averti la police après que lui et sa femme a découvert que le 20-year-old girl était enceinte et elle a affirmé que son père était responsable. Le commissaire à l’état de la police, CP, Leye Oyebade, paradait le suspect avant les journalistes le week-end, en disant le cas qui a été initialement rapporté au poste de police Ojoo a été transféré à l’enquête de l’État criminel et Département Intelligence, SCIID, pour complément d’enquête. Il a ajouté que le suspect, un indigène d’Offa, l’Etat de Kwara, sera facturé bientôt à la cour. Dans sa confession, Hamza, une femme divorcée, a déclaré: «Il est vrai que je dormais avec ma fille, mais je commence avec elle quand elle est revenue à ma maison en Février de cette année. Je pense que ce fut une attaque diabolique de mes ennemis qui ne veulent pas mon progrès qui m’a fait faire l’abominable. Je crois qu’il était le diable au travail.

«Je prends la marijuana et l’alcool pendant environ 15 ans. Je prenais le chanvre de rester éveillé à cause de mon travail en tant que gardien de nuit et la boisson alcoolisée pour garder la pneumonie loin en raison de l’exposition au froid dans la nuit “. Le père de deux enfants aurait séparé de sa femme il y a environ 15 ans lorsque son deuxième enfant, un garçon, était âgé à peine un an. Il dit: «La mère des enfants m’a laissé il y a environ 15 ans et était remarié. Je ne lui ai pas arrêté de prendre ses enfants avec elle. Je suis aussi allé dans plusieurs relations qui ont échoué parce que les femmes me laissaient toujours après avoir pris l’argent de moi “, at-il dit. Le suspect a avoué avoir eu des relations sexuelles avec sa fille à quatre reprises, en disant qu’il ne savait pas quand il l’a pénétrée comme il est venu à lui-même après l’action. «Elle est venue me saluer un matin et la prochaine chose est que je voyais se lever à côté de moi. «La première fois que je suis sur elle et la porte n’a pas été verrouillée. Mon fils est venu et nous a vu. Il me salua et demanda de l’argent pour son petit-déjeuner. Ma fille et moi étaient nus. Je l’avais déjà retiré de ma fille quand il nous a pris la deuxième fois. J’ai eu des relations sexuelles avec ses seulement quatre fois. «Je ne suis pas sûr que je suis le propriétaire de la grossesse de ma fille parce qu’elle a un petit ami qui a aussi des relations sexuelles avec elle, même si, je l’ai éjaculé en elle pendant des séances de sexe. «Certaines femmes ont remarqué qu’elle devenait maigre. «Elle m’a dit qu’elle était enceinte alors je pris soin d’elle avec des herbes et son cycle est redevenu normal. Après cela, elle me dire «Papa, je suis menstruée. Je ne lui ai pas dit de ne pas avoir des petits amis; Je ne lui ai demandé d’être prudent dans le choix d’un amant », a ajouté Hamza.

Imatin.net

Congo: Faits divers de C.E.G et de vol

décembre 2, 2015

 

Sous-préfecture d’Oyo: le C.e.g d’Obélé est malade

Depuis le mois de mai 2014, le collège ne fonctionne plus normalement à Obélé, Sous-préfecture d’Oyo du président Denis Sassou Nguesso.

Les bâtiments de l’établissement présentent un visage lugubre. En plus de cela, beaucoup d’élèves parcourent une longue distance pour se rendre au collège.

Le personnel enseignant s’est réduit comme peau de chagrin. Tout comme le nombre d’élèves qui est passé de 120, en 2012, à 34 élèves, seulement, au début de l’année scolaire 2015-2016.

L’exemple d’Obélé illustre bien l’état de nombreux établissements scolaires dans le pays. Il y a, souvent et partout, même en zone urbaine, déficit en personnel enseignant, en tables-bancs et plusieurs structures d’accueil tombent en ruine, sans qu’on les répare, immédiatement, en prévision de la future année scolaire.

L’école ne fonctionne pas comme il se doit. Alors, les pouvoirs publics sont  interpellés. Il faut en finir avec les discours, les visites non suivies d’effet concrét. Bref, il faut faire des miracles, pour soulager les élèves.

 

Un agent de La Semaine Africaine se fait voler sa moto sous ses yeux

Ça pourrait presque faire sourire!  Mais c’est une drôle d’histoire qui est arrivée à un agent de La Semaine Africaine.

Un homme a profité de son inattention, samedi 28 novembre 2015, pour dérober sa moto stationnée dans  l’enceinte du journal, sous la pluie.

Le voleur est parti en faisant crisser les pneus. Le propriétaire ne s’est pas douté que c’est sa moto que quelqu’un avait allumé. En lorgnant par les fenêtres du bâtiment, il a fait le triste constat et a vu le voleur démarrer sa moto en toute vitesse. Ses collègues ont tenté de rattraper le voleur, mais celui-ci avait déjà pris le large. «C’est quelqu’un qui devait connaître nos habitudes», a commenté un autre agent.

Ce vol, le cinquième dans presque les mêmes circonstances, à La Semaine Africaine, doit obliger le personnel à bien se protéger contre le vol des motos.

Lasemaineafricaine.net

Congo: Jean-Yves le Drian recale le dictateur Sassou-Nguesso dans son village d’Oyo

juillet 26, 2015
Le Drian et Sassou, le 24 juillet 2015, à Oyo

Le Drian et Sassou, le 24 juillet 2015, à Oyo

Alors que les camps des « pour » et « contre » continuent de s’affronter sur la modification ou pas de la Constitution de 2002, des personnalités politiques de premier plan quittent la pirogue du soutien inconditionnel au vieux tyran pour le paquebot du « Non » à toute modification.

Indifférent à cet environnement hostile à son idée fixe d’instaurer une monarchie constitutionnelle, le dictatueur avait tout de même quitté Paris sur une petite note d’espoir. Sa rencontre avec le Premier Ministre Manuel Valls s’était déroulée sous les meilleurs hospices. Le locataire de Matignon avait fait le déplacement jusqu’au modeste cinq étoiles du Palace Shangri La où toute une aile était réservée à l’autocrate congolais. Au sujet du dialogue inclusif initié par Denis Sassou N’Guesso, Manuel Valls, tout sourire, avait appelé au consensus et félicité le président congolais d’avoir entrepris une large concertation avec l’ensemble des forces vives de la nation. Curieusement le Premier Ministre français n’avait pas reconnu en son interlocuteur un Général Franco Noir à cause duquel ses parents avaient fui l’Espagne pour se réfugier en France. Le dictateur Généralissime espagnol, mort au pouvoir en 1975, était resté 36 ans à la tête de l’Espagne.Valls-Sassou

Cet aveuglement volontaire de Manuel Valls à l’encontre du dictatueur congolais est le fait du lobbying de Jean-Yves Ollivier à qui il vient d’attribuer la légion d’honneur en présence de Jean-Dominique Okemba, et de sa volonté de se constituer un réseau françafricain en vue de sa candidature à l’Elysée.

Cela a-t-il déplu à l’Elysée, aux tenants de la ligne dure à l’encontre du vieux tyran ? Toujours est-il que le président François Hollande a dépêché son ministre de la Défense, Jean Yves Le Drian à Oyo, le 24 juillet 2015, pour rappeler au dictatueur congolais, que la France s’opposera fermement à son projet de putsch constitutionnel.

La véritable raison n’était donc pas de faire le point sur la Centrafrique ; ni même une dégustation improvisée de la bonne vieille bouteille de whisky que Sassou, notre « Caudillo »* avait prévu de déguster avec le pdg du pétrolier Total, Christophe de Margerie décédé dans un accident tragique à Moscou .

De plus, au carrefour de toutes les sources de renseignements, le ministre français avait bien des raisons légitimes de s’inquiéter de la mauvaise tournure que pourraient prendre les évènements si Sassou Nguesso persistait dans son choix de modifier sa Constitution de 2002.

Prévenu de tous les dangers qu’il encourrait si malgré tout il passait outre, Sassou ne s’est pas sorti encore une fois grandi de cet entretien. Ses quelques rares amis français qui lui restent maintenant seront contraints de lui tourner le dos. Et Manuel Valls, l’amnésique, n’y pourra pas grand-chose, Hollande a fait du départ de Sassou une affaire personnelle.

Avec au programme le chaos, les destructions, des victimes par milliers, Sassou Nguesso, notre Franco national, sera tenu pour personnellement responsable des nouveaux drames que notre pays connaîtra obligatoirement. Il n’a plus droit à la carte blanche qu’il avait obtenue de Jacques Chirac en 1997-98. C’est très sûrement sur ce point que l’envoyé français à Oyo a dû particulièrement insister…

Congo-liberty.com par Rigobert Ossebi