Posts Tagged ‘palais royal’

Le roi du Maroc annule la grâce accordée au pédophile espagnol

août 4, 2013

RABAT – Le roi du Maroc Mohammed VI a décidé d’annuler la grâce accordée au pédophile espagnol multirécidiviste dont la récente libération a entraîné un vaste mouvement d’indignation dans le royaume, a annoncé dimanche soir le Palais royal dans un communiqué.

Le souverain a décidé de procéder à l’annulation de la grâce précédemment accordée au dénommé Daniel Galvan Fina, indique le texte publié par l’agence officielle MAP, évoquant une décision à caractère exceptionnel motivée par la gravité des crimes commis et le respect du droit des victimes.

Alors que, selon plusieurs médias, l’ancien détenu a déjà quitté le Maroc, il est précisé que le ministre marocain de la Justice, Mustapha Ramid, devra examiner avec son homologue espagnol les suites à donner à l’annulation de cette grâce.

Le communiqué rappelle en outre que le roi du Maroc a ordonné, samedi soir, l’ouverture d’une enquête approfondie (…) visant à déterminer les responsabilités et les défaillances qui ont pu conduire à cette regrettable libération et à identifier le ou les responsables de cette négligence.

Dans ce premier texte, le Palais royal avait assuré que Mohammed VI n’avait jamais été informé, de quelque manière que ce soit et à aucun moment, de la gravité des crimes abjects pour lesquels l’intéressé a été condamné.

Il est évident que jamais le souverain n’aurait consenti à ce que ce prisonnier âgé d’une soixantaine d’années, condamné en 2011 à 30 ans de prison pour des viols sur 11 mineurs puisse être libéré, au regard de l’atrocité des crimes monstrueux commis, était-il signalé.

Malgré cette première annonce, de nouvelles manifestations de protestation étaient prévues dimanche soir à Meknès (centre) ainsi qu’à Kenitra (nord-ouest), où le ressortissant espagnol purgeait sa peine.

Les sit-in programmés depuis plusieurs jours à Casablanca, mardi, et Rabat, mercredi, ont quant à eux été maintenus.

Vendredi soir, plusieurs milliers de personnes avaient exprimé leur colère devant le Parlement de Rabat contre cette grâce royale, bravant la répression policière. D’autres rassemblements ont eu lieu dans le nord (Tétouan, Tanger), ou encore à Agadir (sud-ouest).

En Espagne, l’opposition socialiste a dénoncé un fait d’une extrême gravité et exigé des explications de Madrid sur cette affaire.

Le pédophile libéré faisait partie d’une liste de 48 prisonniers espagnols graciés, d’après des médias officiels, au nom de l’excellence des relations bilatérales entre le Maroc et l’Espagne, dans le sillage d’une visite du roi Juan Carlos dans le royaume voisin.

Romandie.com avec (©AFP / 04 août 2013 22h20)

Le début des nausées

décembre 3, 2012

  

Le début intermittent des nausées

Est comme une bonne chute de rosée

Qui s’accompagne des vomissements

Pour affermir les nobles sentiments

Ô toi femme en grossesse porte une belle robe

Cousue avec attention à la lumière de l’aube

Avec un style ample pour ta bonne forme

Car ta belle rondeur a besoin de la norme

Pour le bon développement de l’enfant

Qui va bientôt venir dans la maison

Source agréable de grande joie familiale

Bonheur inestimable du palais royal.

 

Bernard NKOUNKOU

Breivik songeait aussi à attaquer le Palais royal

juillet 31, 2011

Le Palais royal et le siège du parti travailliste figuraient sur la liste des objectifs de l’auteur des attentats d’Oslo, affirme un tabloïd norvégien. Lors de ses auditions, Breivik a reconnu avoir envisagé d’autres attaques.

Le voile commence à se lever sur les autres cibles potentielles d’Anders Behring Breivik. Selon un tabloïd norvégien, le Verdens Gang, l’auteur des attentats d’Oslo projetait d’attaquer le Palais royal norvégien et le siège du parti travailliste. Breivik ne comptait pas s’en prendre à ces lieux en même temps que les attentats de vendredi. «Pendant son interrogatoire, il a dit qu’il projetait de s’en prendre à d’autres cibles mais que, le 22 juillet, il n’avait que le siège du gouvernement et Utoeya», a précisé le procureur Paal-Fredrik Hjort Kraby au tabloïd. «Je ne souhaite pas commenter le nombre ou la nature des cibles qu’il avait en tête. Il s’agit de cibles évidentes pour un terroriste et l’idée est de frapper le gouvernement », a précisé le procureur.

Selon le Verdens Gang, le Palais représentait une grande valeur symbolique. Le parti travailliste constitue lui une cible de prédilection pour Breivik qui tient la formation du premier ministre Jens Stoltenberg responsable de l’instauration du multiculturalisme qu’il dénonce. Le parti a déjà été durement éprouvé lors des attaques de vendredi avec la fusillade de l’île d’Utoeya, où se tenait l’université d’été des jeunes travaillistes. 68 personnes y ont péri. D’après le journal, les enquêteurs estiment que Behring Breivik a eu des difficultés à fabriquer des explosifs, au-delà de la bombe qu’il reconnaît avoir fait détoner dans le quartier des ministères en plein coeur d’Oslo.

Sécurité renforcée autour des bâtiments centraux

La police norvégienne n’a pas souhaité confirmer les informations du tabloïd. «Après les attaques de vendredi, la sécurité a été renforcée autour des bâtiments centraux. Nous avons pour règle de ne pas détailler les mesures mises en place mais la sécurité des institutions est assurée», a déclaré une porte-parole de la police. Les enquêteurs avaient observé la même discrétion vendredi lorsque l’avocat de Breivik avait évoqué d’autres « projets d’ampleur différente » de la part de son client. Un responsable de l’investigation avait simplement indiqué que la police avait inspecté une dizaine de cibles potentielles après les attaques de vendredi et que rien de suspect n’avait été repéré.

Dans un rapport publié vendredi soir, le service de renseignement de la police norvégienne, le PST, a jugé qu’il n’y avait pas de raison d’élever le niveau de menaces en Norvège, en raison du caractère «unique» des attaques du 22 juillet. «Sur la base de plusieurs facteurs, il est peu probable que les attaques soient suivies de nouvelles attaques terroristes similaires», estime le service. «Selon toute vraisemblance, l’auteur a planifié et mené les actions sans soutien», analyse le PST.

Placé en détention provisoire dans une prison de haute sécurité, Breivik a été interrogé pour la deuxième fois vendredi au siège de la police d’Oslo, sur des points «essentiellement techniques». Deux psychiatres ont été chargés de l’examiner, afin de déterminer s’il est pénalement responsable. Ils devront remettre leur rapport d’ici au 1er novembre . De nombreuses commémorations en l’honneur des 77 victimes du double attentat ont eu lieu vendredi.

Lefigaro.fr avec AFP