Posts Tagged ‘Pandémie’

Coronavirus: le point sur la pandémie dans le monde

septembre 23, 2021
Coronavirus: le point sur la pandemie dans le monde
Coronavirus: le point sur la pandémie dans le monde© AFP/Frederic J. BROWN

Nouvelles mesures, nouveaux bilans et faits marquants: un point sur les dernières évolutions de la pandémie de Covid-19 dans le monde.

-3ème dose pour les plus de 65 ans aux Etats-Unis –

Les Etats-Unis ont autorisé mercredi l’injection d’une troisième dose de vaccin anti-Covid de Pfizer à partir de 65 ans et pour les personnes à « risque », a annoncé l’Agence américaine des médicaments.

La dose de rappel pourra être administrée à partir de six mois après la deuxième injection.

Washington veut mener la riposte mondiale contre la pandémie

Les Etats-Unis vont doubler leurs dons de vaccins contre le Covid-19, portant le total de doses promises à des pays pauvres à plus de 1,1 milliard, a annoncé Joe Biden mercredi, affichant clairement son intention de mener la riposte mondiale contre la pandémie.

« J’ai fait la promesse, et je la tiens, que l’Amérique sera l’arsenal de vaccins du monde, tout comme elle a été l’arsenal de la démocratie pendant la Seconde Guerre mondiale », a-t-il dit depuis la Maison Blanche.

Les Etats-Unis vont acheter et distribuer aux pays en développement 500 millions de doses supplémentaires du vaccin Pfizer/BioNTech, ce qui porte leurs promesses de dons à 1,1 milliard de doses, en prenant en compte de précédentes annonces.

Pfizer et BioNTech ont précisé que ces doses, fabriquées aux Etats-Unis, seraient distribuées à 92 pays en voie de développement identifiés par le mécanisme international Covax et aux 55 Etats membres de l’Union africaine.

Un ministre brésilien positif à l’ONU

Le ministre brésilien de la Santé, Marcelo Queiroga, a été « testé positif au Covid-19 » après avoir participé mardi à l’Assemblée générale de l’ONU à New York, inaugurée par le président Jair Bolsonaro.

Jair Bolsonaro, qui s’est montré sans masque à plusieurs reprises au cours du voyage, n’a pas été vacciné contre le Covid-19 et a répété qu’il serait « le dernier » Brésilien à recevoir le vaccin.

M. Queiroga était aux côtés de M. Bolsonaro lors de plusieurs événements, dont une rencontre lundi avec le Premier ministre britannique Boris Johnson, qui a été filmé lui serrant la main.

Plus de 6 milliards de doses de vaccin

Plus de six milliards de doses de vaccins ont été administrées dans le monde, selon un décompte réalisé mercredi par l’AFP à 09H30 GMT à partir de sources officielles.

La vaccination reste très inégalitaire: les pays à « revenu élevé » selon le classement de la Banque mondiale ont administré en moyenne 124 doses pour 100 habitants, les pays à « faible revenu » seulement 4.

Amnesty accuse les labos de délaisser les pays pauvres

Amnesty international a accusé les groupes pharmaceutiques qui produisent les vaccins contre le Covid-19 d’alimenter une « crise des droits humains sans précédent », réclamant l’octroi de deux milliards de doses aux pays pauvres.

Les cas repartent à la hausse à Moscou

La capitale russe est confrontée à une nouvelle hausse des cas, a annoncé la mairie de Moscou, quelques semaines seulement après une vague meurtrière provoquée par le variant Delta.

France: le pass sanitaire maintenu

Le pass sanitaire est maintenu pour l’instant dans tous les départements français malgré la décrue de l’épidémie qui se « confirme jour après jour », a annoncé le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal.

L’obligation du port du masque à l’école primaire sera levée à partir du 4 octobre dans les départements les moins touchés.

Le Sri Lanka va demander un prêt à la Banque mondiale

Le Sri Lanka va solliciter un prêt d’urgence de 100 millions de dollars auprès de la Banque mondiale afin de financer sa campagne de vaccination.

Virus proches du SARS-CoV ?2 chez des chauves-souris

Ce pourrait être une « avancée majeure » dans la recherche des origines du Covid-19: des chercheurs de l’Institut Pasteur ont identifié dans le nord du Laos des virus proches du SARS-CoV ?2 chez des chauves-souris, capables d’infecter l’homme.

Les conclusions de ces travaux, en libre accès sur la plateforme scientifique « Research Square », doivent encore faire l’objet d’une évaluation par les pairs en vue d’une publication dans une revue scientifique.

Allemagne: pas de salaire pour les non-vaccinés en quarantaine

Les salaires des personnes non vaccinées ne seront bientôt plus pris en charge en Allemagne durant les périodes de quarantaine, a annoncé le ministre de la Santé.

La décision, négociée avec les régions allemandes, entrera en vigueur le 1er novembre.

Plus de 4,7 millions de morts

La pandémie provoquée par le nouveau coronavirus a fait au moins 4.705.691 morts dans le monde depuis fin décembre 2019, selon un bilan établi par l’AFP à partir de sources officielles mercredi en milieu de journée.

Les États-Unis sont le pays ayant enregistré le plus de morts (681.067), devant le Brésil (592.316), l’Inde (445.768), le Mexique (272.580) et la Russie (200.625).

L’Organisation mondiale de la santé estime, en prenant en compte la surmortalité directement et indirectement liée au Covid-19, que le bilan de la pandémie pourrait être deux à trois fois plus élevé.

Avec AFP par burx-dth/roc

Coronavirus : L’OMS finalement pessimiste sur la vaccination pour venir à bout de la pandémie

septembre 11, 2021

VIRUS A cause des variants, l’Organisation mondiale de la santé pense qu’il nous faudra vivre avec la maladie tout en continuant à se faire vacciner

Le directeur de l'OMS en Europe s'est montré plus pessimiste vendredi 10 septembre 2021 sur la capacité d'un taux élevé de vaccination à stopper à lui seul la pandémie de Covid-19
Le directeur de l’OMS en Europe s’est montré plus pessimiste vendredi 10 septembre 2021 sur la capacité d’un taux élevé de vaccination à stopper à lui seul la pandémie de Covid-19 — Sebastien SALOM-GOMIS/SIPA

La probabilité que l’on parvienne à éradiquer complètement le Coronavirus paraît de moins en moins probable selon l’Organisation mondiale de la santé. En mai dernier pourtant, Hans Kluge, le directeur de l’OMS en Europe avait affirmé que « la pandémie serait terminée lorsque nous aurons atteint une couverture vaccinale minimale de 70 % » de la population mondiale.

Mais les nouveaux variants plus contagieux, principalement Delta, ont changé la donne et laissent désormais penser que la maladie restera de façon endémique. A l’époque, même si le variant détecté initialement en Inde sévissait déjà, « il n’y avait pas une telle émergence des variants plus transmissibles et plus viraux », a fait valloir le responsable sanitaire onusien lors d’une conférence de presse ce vendredi.

Un vaccin pour avant tout « empêcher les formes graves »

En conséquence, Hans Kluge a appelé à « anticiper pour adapter nos stratégies de vaccination », notamment sur la question des doses supplémentaires. « Je crois que cela nous amène au point où l’objectif essentiel de la vaccination est avant tout d’empêcher les formes graves de la maladie et la mortalité », a-t-il souligné.

« Si on considère que le Covid va continuer à muter et rester avec nous, comme la grippe, alors nous devons anticiper comment adapter progressivement notre stratégie de vaccination à la transmission endémique, et acquérir un savoir très précieux sur l’impact des doses supplémentaires », a-t-il ajouté.

La vaccination « pour réduire la pression sur nos systèmes de santé »

Selon des épidémiologistes, il semble désormais illusoire d’atteindre l’immunité collective uniquement grâce aux vaccins, mais ceux-ci restent tout de même cruciaux pour circonscrire la pandémie de Covid-19. Un niveau très élevé de vaccination reste aussi indispensable « pour réduire la pression sur nos systèmes de santé qui ont désespérément besoin de traiter les autres maladies que le Covid », a souligné Hans Kluge vendredi.

Désormais dominant, le variant Delta est jugé 60 % plus transmissible que le précédent (Alpha) et deux fois plus que le virus historique. Or, plus un virus est contagieux, plus élevé est le seuil nécessaire à l’immunité collective, c’est-à-dire le seuil de personnes immunisées au-delà duquel l’épidémie cesse. Celle-ci peut s’obtenir via les vaccins ou l’infection naturelle.

Avec 20 minutes par M.F avec AFP

Coronavirus: le point sur la pandémie dans le monde

août 1, 2021
Coronavirus: le point sur la pandemie dans le monde
Coronavirus: le point sur la pandémie dans le monde© AFP/Paul ZINKEN

Nouvelles mesures, nouveaux bilans et faits marquants: un point sur les dernières évolutions de la pandémie de Covid-19 dans le monde.

Allemagne: échauffourées à Berlin

Des milliers de personnes hostiles aux restrictions décidées pour lutter contre le Covid-19 ont bravé dimanche l’interdiction de manifester et se sont rassemblées illégalement dans les rues de Berlin, provoquant des échauffourées avec la police.

Martinique: vaccinodrome et pharmacie incendiés

Un vaccinodrome et une pharmacie ont été incendiés lors d’affrontements entre une centaine de manifestants et les forces de l’ordre samedi soir à Fort-de-France (Martinique, département français d’Outre-mer), au lendemain de l’instauration d’un nouveau couvre-feu, ont indiqué les autorités.

Un hypermarché a été pillé lors de ces heurts au terme desquels les forces de l’ordre ont procédé à trois interpellations.

Vaccin: les Etats-Unis offrent des doses au Nigeria…

Le Nigeria a reçu dimanche des Etats-Unis quatre millions de doses du vaccin Moderna contre le coronavirus, au moment où le géant d’Afrique de l’Ouest traverse une troisième vague.

Cela porte à huit millions le nombre de doses reçues par ce pays de 200 millions d’habitants, après les quatre millions de doses d’AstraZeneca reçues en mars dans le cadre du programme Covax.

-… et l’Italie en donne à la Tunisie –

La Tunisie, en grande difficulté face à un nouveau rebond de l’épidémie, a reçu dimanche 1,5 million de doses de vaccins fournis par l’Italie, a annoncé la présidence de la République.

La Chine dépiste en masse

Des millions de personnes ont subi dimanche un test de dépistage au Covid-19 dans plusieurs grandes villes de Chine pour tenter de juguler une hausse des cas de coronavirus.

Un foyer épidémique apparu à l’aéroport de Nankin (Est) fin juillet s’est désormais propagé à plus d’une vingtaine de villes et plus d’une dizaine de provinces. La Chine fait face à sa pire vague de contaminations depuis plusieurs mois, les autorités mettant cette hausse des cas sur le compte du variant Delta.

Allemagne: rappel pour les plus vulnérables

L’Allemagne compte proposer dès le 1er septembre l’administration d’une dose de rappel de vaccin contre le Covid-19 aux personnes âgées et vulnérables, selon un projet du ministère de la Santé vu dimanche par l’AFP.

Etats-Unis: pas de nouveaux confinements à l’horizon

Le conseiller de la Maison Blanche sur la crise sanitaire, Anthony Fauci, a dit dimanche ne pas penser que les Etats-Unis subiront de nouveaux confinements, même si « la situation va se détériorer » à cause d’une « épidémie des non vaccinés ».

Décès de l’ex-patron de Toyota Europe

Johan van Zyl, l’ex-dirigeant des activités européennes de Toyota, est décédé vendredi en Afrique du Sud à l’âge de 63 ? ans des suites du Covid-19 qu’il avait contracté début juillet, a indiqué dimanche le constructeur automobile japonais.

Deux tigres infectés en Indonésie

Tino et Hari, deux tigres de Sumatra de neuf et douze ans, ont été infectés par le Covid-19 mi-juillet dans un zoo de Jakarta, ont déclaré dimanche les autorités indonésiennes, qui cherchent à savoir comment ces animaux en danger critique d’extinction sont tombés malades.

Les deux mâles, qui ont reçu un traitement, sont déjà en voie de guérison.

– Plus de 4,22 millions de morts

La pandémie a fait plus de 4,22 millions de morts dans le monde depuis fin décembre 2019, selon un bilan établi par l’AFP dimanche à 10h00 GMT.

Les Etats-Unis sont le pays ayant enregistré le plus de décès (613.223), devant le Brésil (556.834) et l’Inde (424.351).

L’OMS estime, en prenant en compte la surmortalité directement et indirectement liée au Covid-19, que le bilan de la pandémie pourrait être deux à trois fois plus élevé que celui qui est officiellement établi.

Par Le point Avec AFP

COVID: deux millions d’enfants ont perdu un parent depuis le début de la pandémie

juillet 24, 2021

 

MONTRÉAL — Quelque deux millions d’enfants à travers le monde ont perdu au moins un parent ou un grand-parent qui en avait soin depuis le début de la pandémie de COVID-19, constate une nouvelle étude publiée par le prestigieux journal médical The Lancet.

© Fournis par La Presse Canadienne

Les chercheurs britanniques et américains calculent qu’un enfant sur cent au Pérou, quatre enfants sur mille en Afrique du Sud et un enfant sur mille aux États-Unis ont perdu un parent depuis le début de la crise sanitaire.

Ils précisent qu’environ 1,5 million d’enfants ont perdu un parent à travers le monde, et que deux millions ont perdu un parent, un grand-parent ou un autre proche qui vivait avec eux et veillait sur eux.

Les auteurs tirent leurs conclusions de données provenant de 21 pays qui, ensemble, représentent près de 80 % de tous les décès mondiaux attribuables à la COVID. Ils préviennent toutefois que leur bilan sous-estime probablement grandement l’ampleur réelle de la situation.

Si on ajoute deux millions de décès au bilan de la COVID en 2021, ajoutent-ils, 600 000 enfants de plus deviendront orphelins et un million d’enfants supplémentaires perdront un parent, un grand-parent ou un proche.

Risques énormes

Avant même la pandémie, rappellent les auteurs, le monde comptait déjà 140 millions d’orphelins qui avaient besoin de soins sociaux et sanitaires.

Les enfants qui ont perdu un parent, voire les deux parents, sont confrontés à une multitude de risques, souligne l’étude. La perte du père les rendra ainsi plus vulnérables à la violence sexuelle, possiblement en raison de l’insécurité économique dans laquelle le ménage aura été plongé.

La participation active d’un grand-parent aux soins d’un enfant est associée à une hausse de la fréquentation et de la réussite scolaire, et à une augmentation de la présence des parents sur le marché du travail. La disparition de ce grand-parent pourra contraindre le parent à laisser son emploi pour s’occuper de l’enfant, ou inversement l’enfant à abandonner ses études.

Les enfants dont un grand-parent avait déjà soin après le décès d’un ou des parent(s) pourront devoir affronter un nouveau deuil.

Les données colligées lors d’épidémies précédentes, peut-on lire dans The Lancet, montrent qu’une réponse inefficace au décès d’un parent ou d’un soignant, même si un autre parent ou soignant survit, peut avoir des répercussions psychosociales, neurocognitives, socioéconomiques et biomédicales délétères pour les enfants. 

Les enfants et les adolescents endeuillés d’un parent ou d’un soignant présentent un risque plus élevé du trouble du stress post-traumatique, de dépression et de tentatives de suicide.

Ils sont plus à risque de violence domestique, sexuelle, émotionnelle ou physique; de voir leur famille se désintégrer; et d’être ensuite confiés à une institution.

Situation complexifiée

L’isolement qui découle de la pandémie, la fermeture des écoles et l’impossibilité de participer aux rites qui entourent normalement un décès pourront venir compliquer le tout, disent les auteurs.

«La pandémie est venue complexifier énormément de choses», a confirmé Josée Masson, une travailleuse sociale de l’organisme Deuil-Jeunesse qui intervient auprès de jeunes endeuillés depuis 25 ans.

Depuis le début de la pandémie, du moins au Québec, on a beaucoup porté d’attention aux décès des aînés et aux deuils vécus par leurs enfants adultes, a-t-elle rappelé, oubliant un peu ce que vivait la génération suivante.

Un jeune qui vit la mort de son père, de sa mère, voire des deux, a besoin de soutien, il a besoin d’être entouré par ses amis et sa famille, ce qui a été rendu presque impossible par les règles sanitaires, a souligné Mme Masson.

«Souvent les enfants vont avoir hâte d’aller à l’école pour pouvoir parler de papa, pour aller se changer les idées, a-t-elle dit. Mais la pandémie a fait qu’ils n’étaient peut-être pas à l’école, peut-être qu’ils n’ont pas pu avoir accès à leur ami qui est dans une autre classe alors que tout est confiné, alors c’est sûr que toute la partie sociale qui aide beaucoup dans la reconstruction a été énormément hypothéquée.»

De plus, parce que les visites à l’hôpital ou à la résidence étaient interdites, les enfants n’ont fréquemment pas été en mesure de constater par eux-mêmes la détérioration de l’état de santé de grand-papa ou de grand-maman, et donc de commencer à apprivoiser ce qui s’en venait, a dit Mme Masson. 

«Ça fait souvent des enfants qui sont dans le flou, dans l’incapacité de reconstituer leur histoire, de comprendre et de saisir que grand-maman est morte», a-t-elle expliqué.

Même le décès d’un arrière-grand-parent, dont certains sont très présents dans la vie des enfants en dépit de leur âge plus avancé, pourra avoir des répercussions importantes, puisque certains jeunes commenceront ensuite à se demander si un parent ou un grand-parent pourrait subir le même sort.

D’autres enfants ont refusé de profiter des occasions qu’ils pouvaient avoir de dire un dernier adieu à un proche, par crainte de les contaminer avec le coronavirus.

«Il s’est créé une certaine anxiété très claire chez les jeunes, qui savaient pouvoir ne pas avoir de symptômes et porter la maladie, et cette crainte-là a fait que des enfants n’ont pas été présents dans les derniers jours de gens importants pour eux, a dit Mme Masson. Ils ne voulaient pas être responsables de ça.»

Pourtant, ajoute-t-elle, «vivre la maladie grave d’un proche, peu importe comment elle est, c’est extrêmement important pour les jeunes pour qu’ils comprennent ce qui se passe, pour apprivoiser la mort».

La première chose à faire pour aider les jeunes endeuillés, a dit Mme Masson, est de ne pas les fuir du regard, de ne pas les prendre en pitié et d’être présents pour eux.

Au lieu de demander à un jeune comment il va, on lui demandera ce dont il a besoin ou comment il se sent aujourd’hui. Les adultes souhaitent plus que tout trouver les bons mots et les belles phrases pour extirper la douleur du corps de l’enfant, ce qui n’est pas possible.

On doit simplement accepter que le jeune a le droit de souffrir et de l’exprimer, dit-elle.

«Plus on est avec le jeune, plus on arrête de se mettre de la pression sur les épaules, plus c’est gagnant et plus les jeunes sont reconnaissants, c’est certain», a conclu Mme Masson.

Avec Jean-Benoit Legault, La Presse Canadienne

Coronavirus: le point sur la pandémie dans le monde

juillet 21, 2021
Coronavirus: le point sur la pandemie dans le monde
Coronavirus: le point sur la pandémie dans le monde© AFP/Prakash SINGH

Nouvelles mesures, nouveaux bilans et faits marquants: le point sur les dernières évolutions de la pandémie de Covid-19 dans le monde.

Inde: plus de 45.000 cas de « champignon noir »

L’Inde a enregistré au cours des deux derniers mois plus de 45.000 cas de « champignon noir », une infection fongique mortelle à 50 % qui se répand parmi les patients atteints du Covid-19.

Plus de 4.200 personnes sont décédées de la mucormycose, maladie rare habituellement, mais qui s’est répandue en Inde parmi les malades du Covid-19 après leur rétablissement, selon le gouvernement.

Cuba : hausse « dramatique » des cas

Cuba connaît une « augmentation dramatique » des cas de Covid-19 dans plusieurs de ses provinces où circule notamment le variant Delta, a indiqué mercredi l’Organisation panaméricaine de la santé. La situation est « particulièrement aiguë » dans la région touristique de Matanzas.

L’OMS veut rassurer les laboratoires sur les brevets

Le patron de l’Organisation mondiale de la santé, partisan d’une suspension temporaire des brevets sur les vaccins anti-Covid pour augmenter leur production, a assuré mercredi les groupes pharmaceutiques qu’il ne s’agissait pas de « saisir » leur propriété.

JO: pas de pression du CIO, assure Tokyo

Le Premier ministre japonais Yoshihide Suga a assuré mercredi n’avoir subi aucune pression du Comité international olympique pour maintenir les Jeux olympiques de Tokyo, qui demeurent impopulaires au Japon face à la recrudescence du Covid-19.

Ouganda: injections de faux vaccin

Près de 800 personnes ont reçu une ou des injections de faux vaccins contre le Covid-19 en Ouganda, une escroquerie montée par des médecins et infirmiers « sans scrupules », ont annoncé les autorités.

USA: chute d’un an et demi de l’espérance de vie

L’espérance de vie des Américains s’est réduite d’un an et demi en 2020, passant de 78,8 à 77,3 ans, soit la plus forte chute depuis la Seconde Guerre mondiale, selon la principale agence fédérale de santé publique qui en attribue grandement la cause à la pandémie de Covid-19.

Vaccin Pfizer produit en Afrique du Sud dès 2022

Les laboratoires pharmaceutiques Pfizer et BioNTech ont annoncé que le groupe Biovac allait réaliser dès début 2022 une étape de production de leur vaccin en Afrique du Sud, une première sur le continent.

Variant Delta prédominant dans les prochains mois, selon l’OMS

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) prévoit que le variant Delta, très contagieux et qui est d’ores et déjà à l’origine de plus des trois quarts des nouveaux cas de Covid dans de nombreux grands pays, soit prédominant dans les prochains mois.

L’Inter Milan et Arsenal renoncent à un tournoi

L’Inter Milan a annoncé mercredi qu’il renonçait pour des raisons sanitaires liées au coronavirus à se rendre aux Etats-Unis, où il devait rencontrer lors d’un tournoi amical en Floride le club anglais d’Arsenal, également forfait en raison d' »un petit nombre » de cas positifs au Covid-19 dans sa délégation.

Portugal: vaccination des 12-17 ans d’ici la rentrée

Le Portugal, frappé de plein fouet par le très contagieux variant Delta, souhaite vacciner les 12-17 ans d’ici la prochaine rentrée scolaire, a indiqué le Premier ministre Antonio Costa.

Plus de 4,1 millions de morts

La pandémie a fait au moins 4.119.920 morts dans le monde depuis fin décembre 2019, selon un bilan établi par l’AFP à partir de sources officielles mercredi en milieu de journée.

Les Etats-Unis sont le pays le plus touché avec 609.837 décès, suivis du Brésil (545.604 morts), de l’Inde (418.480), du Mexique (236.810) et du Pérou (195.332).

L’OMS estime, en prenant en compte la surmortalité directement et indirectement liée au Covid-19, que le bilan de la pandémie pourrait être deux à trois fois plus élevé que celui qui est officiellement établi.

Avec Le Point par burx-jba-frd/am/ybl

La lutte contre le sida mise à mal par la pandémie de Covid-19

juin 5, 2021

Les conséquences de l’épidémie de coronavirus vont peser sur le dépistage, la lutte contre le VIH ainsi que sur l’accès aux soins des malades.

Un centre de prevention a Paris.
Un centre de prévention à Paris.© STEPHANE DE SAKUTIN / POOL / AFP

Le 5 juin 1981, il y a 40 ans jour pour jour, les États-Unis recensaient le premier cas de sida. S’ensuivent 20 ans de pandémie difficile à contrôler. À la fin des années 1990, l’Onusida estime qu’environ 20 millions de personnes vivent avec cette maladie. Il faut attendre l’année 2000 pour que les nouvelles contaminations à l’échelle mondiale commencent à décliner, passant de 2,8 millions de nouveaux cas en 1999 à 1,7 million en 2019. Des résultats encourageants, mais bien en dessous des objectifs fixés par l’Onusida dans l’optique de mettre fin à l’épidémie d’ici à 2030. L’institution avait fixé une limite de 500 000 nouvelles contaminations en 2019 pour y parvenir. Une amélioration insuffisante que la pandémie risque d’ébranler.

Les chiffres de Santé publique France sont alarmants : le nombre de tests de dépistages du VIH a baissé de 10 % pendant le premier confinement, soit 50 000 tests de moins qu’en 2019. De même, le nombre de primo-prescriptions à la PrEP (pour prophylaxie pré-exposition, un comprimé qui permet d’éviter d’être contaminé par le VIH y compris sans protection) a chuté de 80 % pendant cette période. Une baisse constatée également par les associations de lutte contre le sida.

Moins d’interactions sexuelles

Le recours à la PrEP nécessitait jusqu’ici la prise de deux rendez-vous avec un virologue ou un infectiologue dans un hôpital spécialisé avant de pouvoir en bénéficier. Or, pendant la pandémie de Covid-19, ils se sont vus débordés. « Certains ont fait preuve de beaucoup de dévouement en envoyant par mail les prescriptions qui ne nécessitaient pas de rendez-vous », explique Florence Thune, directrice générale de Sidaction. C’est pourquoi le ministre de la Santé, Olivier Véran, a annoncé le 28 mai que les médecins de ville seraient habilités à prescrire la PrEP. Une mesure, réclamée par les associations et les conseils de médecins depuis plusieurs années, qui est donc en vigueur depuis le 1er juin dernier.

En France, la priorité pour les acteurs de la course contre le sida est donc de dépister les séropositifs qui s’ignorent et de répandre à plus large échelle le recours à la PrEP, seuls moyens de mettre fin à cette épidémie. Florence Thune appelle à « ramener dès maintenant les patients vers les hôpitaux, car cette potentielle recrudescence ne sera chiffrée qu’à partir de 2022, mais réelle bien avant ».

Selon Aurélien Beaucamp, président de l’association AIDES, ces craintes sont à relativiser car « si pendant le premier confinement les personnes se sont moins déplacées pour se faire dépister, on peut aussi imaginer qu’elles ont eu moins d’interactions sexuelles. Au mieux, la situation pourrait avoir stagné. Mais nous restons extrêmement vigilants quant à une hausse éventuelle des infections. » Tous deux notent que la crise a creusé les inégalités et éloigné les personnes vulnérables (transgenres, homosexuels, travailleuses du sexe) des soins médicaux. AIDES a développé depuis 2016 en France trois centres préventifs et médicaux, appelés SPOTS, destinés à ces publics (à ParisMarseille et Nice).

La crainte d’une recrudescence des décès dans les pays défavorisés

Mais dans certaines régions du globe, les enjeux sont tout autres. La DG de Sidaction redoute « une hausse du nombre des nouveau-nés séropositifs en Afrique ». Elle explique qu’à cause de la pandémie, les femmes enceintes séropositives n’ont pas pu accéder aux consultations prénatales habituelles ni aux traitements préventifs. Le nombre de nouveau-nés infectés était pourtant stable depuis 2017, selon l’Onusida, dont les données s’arrêtent en 2019.

À cela s’ajoutent les conclusions d’une enquête de l’OMS dévoilée pendant l’été 2020. Elle révèle que 73 pays, majoritairement africains, vont vers la pénurie d’antirétroviraux (ARV), le médicament permettant d’éviter les formes graves de sida. En cause : les délais de fabrication et d’acheminement rallongés par la priorité donnée au Covid-19. Parmi ces 73 pays, 24 sont déjà en rupture de stock, privant ainsi 8,3 millions de personnes de leur traitement ARV. Cela représente 33 % des traitements à l’échelle mondiale.

Ces 8,3 millions s’ajoutent aux 15 millions d’individus qui n’avaient pas encore accès au traitement, relève Aurélien Beaucamp. « Nous ne pouvons pas laisser la pandémie de Covid-19 réduire à néant les avancées obtenues de haute lutte dans la réponse mondiale contre cette maladie », déclare le DTedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l’OMS. Pour éviter la catastrophe, Florence Thune appelle « les États à renflouer les caisses du Fonds mondial de lutte contre le sida qui a alloué un milliard de dollars à la riposte contre le Covid-19, un milliard de dollars initialement destiné à la course contre le sida ».

Avec Jeune Afrique par Louis Ferriole

Covid-19 : la RDC entre dans la troisième vague de la pandémie

juin 4, 2021

Le ministre de la Santé publique, Hygiène et Prévention, le Dr Jean-Jacques Mbungani, a  annoncé la survenue de la troisième vague de la pandémie, au cours d’une communication à la nation sur la chaîne nationale, invitant les Congolais au respect des gestes barrières.

’Chers compatriotes, la situation actuelle de la pandémie Covid-19 est très préoccupante. On note une augmentation considérable de cas et de décès au cours des quatre dernières semaines. J’annonce officiellement la survenue de la troisième vague de la pandémie de Covid-19 dans notre pays avec la ville de Kinshasa comme épicentre « , a-t-il déclaré.

Le ministre de la Santé publique, Hygiène et Prévention, a souligné que la combinaison de certains facteurs de risque sont à l’origine de la hausse des cas enregistrés. Parmi ces facteurs, il y a le relâchement  de l’observance des  gestes barrières, et ce y compris le couvre-feu, l’importation des cas suite aux mouvements des populations au niveau de nos frontières, une faible couverture vaccinale contre la Covid-19.

 Le Dr Jean-Jacques Mbungani a également indiqué qu’il y a eu une augmentation considérable des cas et  des décès au  cours des quatre dernières semaines. Pour prévenir cette pandémie, le patron de la Santé a insisté sur le respect des gestes barrières qui impliquent le port correct de masque, le lavage des mains avec du savon ou  l’utilisation du gel hydro-alcoolique, la distanciation sociale et la vaccination.

Avec Adiac-Congo par Blandine Lusimana

Dans les profondeurs des entrailles

mai 12, 2021

Depuis les entrailles fermées de ma tombe

Ma musique résonne encore en trombe

Et fait danser les humains à la ronde

Dans un concert à la joie gourmande

Aujourd’hui dans les villes du monde

À Las Vegas, à Rio de Janeiro et Mexico

Malgré la pandémie qui vous inonde

Le déconfinement est un chant de coquerico

Chacun de vous a perdu un être cher

Durant cette crise cruciale et sanitaire

Dur moment de grisaille qui nécessite espoir

Car dans la marche de la vie il faut sourire

Bernard NKOUNKOU

Tempête sanitaire

mai 10, 2021

Tempête pluri-sanitaire

Aux relents victimaires

D’une pandémie contemporaine

Aux nombreux dégâts mortuaires

Dans la course de la vaccination

Et la logistique de la distribution

Les nations essaient de sauver les meubles

Pour épargner des vies du comble

Avec l’apparition des variants

Aux atomes crocus et mordants

La volonté de vaincre la pandémie

Est le prix à payer du dernier cri

Bernard NKOUNKOU

À l’occasion de la Fête des Mères

mai 9, 2021

À l’occasion de la Fête des Mères

Sous le soleil d’un printemps légendaire

Je revois ton vrai doux sourire maternel

Qui a réchauffé ma temporalité annuelle

Maman chaque fois que mes pensées voltigent

Et battent des ailes devant les traits de ton visage

Je suis rassasié par l’exhalaison de ton haleine

Comme au jour de ma naissance en Aquitaine

Maman pour cette Fête des Mères

En cette période de sale pandémie

Sois forte pour gérer le lot d’ennuis

Afin de triompher de la solitude amère

Bernard NKOUNKOU