Posts Tagged ‘Papa Massata Diack’

IAAF/Enquête: Corruption massive présumée dans l’athlétisme

novembre 25, 2016

 

De hauts responsables de la Fédération internationale d’athlétisme auraient soutiré de l’argent à 6 athlètes russes dopés en échange de son silence.

 

L'ancien président de l'IAAF Lamine Diack, poursuivi depuis novembre 2015 pour corruption et blanchiment aggravé, est soupçonné dans cette affaire d'avoir reçu un virement de 1,5 million d'euros de Balakhnichev.

L’ancien président de l’IAAF Lamine Diack, poursuivi depuis novembre 2015 pour corruption et blanchiment aggravé, est soupçonné dans cette affaire d’avoir reçu un virement de 1,5 million d’euros de Balakhnichev. Image: AFP

«La justice française, indique Le Monde vendredi sur son site internet, enquête depuis un an sur des soupçons de corruption dans l’athlétisme mondial (…) le Sénégalais Papa Massata Diack, fils de l’ancien président de la Fédération internationale (Lamine Diack), promettait depuis fin 2011 une protection totale des dopés contre rémunération».

Au moins six athlètes russes, selon Le Monde et la télévision allemande ARD qui se sont alliés pour mener cette enquête commune, ont payé en 2011 entre 300’000 (321’000 euros) et 700’000 euros (750’900 francs) chacun pour ne pas être suspendus et pouvoir s’aligner notamment aux jeux Olympiques de Londres-2012.

Les six athlètes cités sont la marathonienne Liliya Shobukhova, les marcheurs Vladimir Kanaykin, Valery Borchin (or à Pékin-2008), Olga Kaniskina (or à Pékin-2008, argent à Londres-2012), et Sergey Kirdyapkin (or à Londres-2012), et la spécialiste du 3000 mètres steeple Ioulia Zaripova (or à Londres-2012).

Il est à noter que Liliya Shobukova, qui malgré ses paiements s’est retrouvée suspendue par la suite, est à l’origine de la mise au jour du scandale, en demandant le remboursement des sommes versées puisque la protection n’avait pas fonctionné, et en parlant à l’Agence mondiale antidopage (AMA).

La liste des cas d’athlètes russes dopés que l’IAAF aurait pu couvrir, selon la justice, comporte au total 23 noms.

Des passeports anormaux

La Fédération russe, furieuse de ne pas avoir ensuite obtenu l’immunité promise, a menacé de dénoncer publiquement ce pacte en 2014. Le Monde et ARD produisent notamment des courriels de Valentin Balakhnichev, à l’époque président de la Fédération russe d’athlétisme, menaçant l’IAAF de tout révéler: «Permettez-nous de vous rappeler que dès l’origine, le contexte de ces six cas était très éloigné de tout cadre légal et éthique», écrit M. Balakhnichev «En 2011, lorsque nous nous sommes retrouvés face à 19 cas de passeports biologiques anormaux, incluant des champions olympiques et du monde, vous nous avez proposé un marché. Qualifier cela de marché est trop diplomatique. Il s’agissait d’un chantage cynique et cruel».

L’ancien président de l’IAAF Lamine Diack, poursuivi depuis novembre 2015 pour corruption et blanchiment aggravé, est soupçonné dans cette affaire d’avoir reçu un virement de 1,5 M d’euros de Balakhnichev.

«A aucun moment il n’a été question de paiement par des athlètes russes. Jamais je n’aurais demandé de l’argent à un athlète, ou accepté, et c’est la même chose pour Valentin» Balakhnichev, a répondu Lamine Diack, cité par ARD.

 

Lematin.ch avec (afp/nxp)(Créé: 25.11.2016, 13h08)

Athlétisme – Sénégal : le Qatar a versé 2,5 millions de dollars au fils de Lamine Diack

novembre 19, 2016

Le fils de l’ex-président de l’IAAF Lamine Diack Papa, Massata Diack, le 8 février 2015 à Dakar. © AFP

Le fonds d’investissement qatari QSI a versé près de 3,5 millions de dollars (2,5 ME de l’époque) à une société de marketing sportif dirigée par le fils de l’ex-président de l’IAAF Lamine Diack pour obtenir les Mondiaux d’athlétisme 2017, finalement organisés par Londres, selon le quotidien le Monde.

Le journal a eu accès à deux virements, d’un montant total de 3 499 950 dollars, parmi des données rassemblées par le fisc américain.

Ces sommes ont été virées par Oryx Qatar Sports Investments (QSI) vers la société Pamodzi Sports Consulting dirigée par Papa Massata Diack, les 13 octobre et 7 novembre 2011.

Quelques semaines plus tôt, le 5 septembre, Doha avait annoncé sa candidature pour les Mondiaux 2017. Quatre jours après le second virement, Londres, entré dans la course après la capitale qatarie, avait obtenu l’organisation de la compétition.

En 2013, le Qatar avait obtenu l’organisation des Mondiaux-2019 devant Eugene (Etats-Unis/Orégon) et Barcelone en promettant notamment de verser 37 millions de dollars (32 millions d’euros) en sponsoring et droits télévisuels.

Consultant de l’IAAF jusqu’en 2014, Papa Massata Diack est soupçonné d’être l’un des acteurs du système de corruption mis en place au sommet de l’IAAF pour couvrir des cas de dopage dans l’athlétisme russe en échange d’argent.

Il réside actuellement au Sénégal et fait l’objet d’un mandat d’arrêt international lancé par la justice française, qui enquête sur ce dossier. Son père, Lamine Diack, président de l’IAAF de 1999 à 2015, est mis en examen depuis novembre 2015 pour corruption et blanchiment aggravé dans la même affaire.

« Contactés par Le Monde, Papa Massata Diack et QSI n’ont pas répondu », a précisé le journal.

Jeuneafrique.com avec AFP