Posts Tagged ‘papa wemba’

Papa Wemba Forever : Abidjan et Kinshasa rendent hommage à l’icône de la rumba

avril 22, 2021

Les deux capitales africaines toutes deux très attachées à la mémoire de l’illustre chanteur disparu vont, chacune de son côté, commémorer, le 24 avril, la cinquième année du décès inopiné du « Maître d’école » sur la scène du Festival d’Anoumabo en Côte d’Ivoire.

Abidjan organise Papa Wemba Forever à Anoumabo (DR)

Photo 1 : Abidjan organise Papa Wemba Forever à Anoumabo (DR) Photo

Organisée sous le haut patronage de l’ambassade de la RDC en Côte d’Ivoire, la commémoration de cet événement aussi tragique que mémorable survenu il y a cinq ans est prévue autour d’une programmation spéciale. Diverses manifestations se tiendront à cet effet au lieu même où s’est écroulé le grand baobab de la musique congolaise, tel un vaillant soldat au front, devant son micro, chantant Est-ce que ?, un de ses anciens tubes. Lieu baptisé l’année suivante Place Papa Wemba. Vont donner le ton deux parties de foot, prévues entre 10h-11h30, opposant deux paires d’équipes. Il s’agit des Léopards d’Abidjan, composés de la communauté congolaise d’Abidjan, contre les membres de l’AARCI (Amicale des amis de la rumba en Côte d’Ivoire) et l’équipe des sapeurs contre celle des jeunes d’Anoumabo. Ce quartier de la commune Marcory plus célèbre que jamais depuis la disparition de Mwalimu sur la scène de son festival, le Femua (Festival des musiques urbaines d’Anoumabo), alors même qu’il en était la tête d’affiche et en assurait la clôture.

En plein milieu de la journée, de12h00 à 13h00 est annoncée une messe de suffrage à la Place Papa-Wemba d’Anoumabo. Et de 13h00 à 16h00 est prévu un moment convivial où le comité d’organisation entend convier les différentes équipes et ses invités au partage d’un repas et de rafraichissements avec les jeunes d’Anoumabo. Il y sera associé des activités animées par les jeunes d’Anoumabo autour des chants, danses et une parade de sapeurs.

Hommage artistique

Un hommage artistique est censé clore la journée à la suite de ceux rendus par les officiels. Les allocutions attendues à l’occasion sont celles du maire de Marcory, l’ambassadrice de la RDC en Côte d’Ivoire, le commissaire général du Femua. Et pour boucler la boucle, le mot de circonstance de Zacharie Bababaswe, chef de la délégation de Kinshasa conviée à l’événement et celui du Cardinal Ekumany, représentant à la fois de Papa Wemba et Viva La Musica en Côte d’Ivoire, souligne le programme de la célébration.Kinshasa organise une messe de suffrage en prélude à la série de manifestations à venir en commémoration des 5 ans du décès de Papa Wemba (DR)

2 : Kinshasa organise une messe de suffrage en prélude à la série de manifestations à venir en commémoration des 5 ans du décès de Papa Wemba (DR)

Cerise sur le gâteau, subséquent au dépôt de gerbes de fleurs, l’hommage artistique portera sur une interprétation du répertoire de Papa Wemba. Des artistes congolais à l’instar de Laëtitia Lokua et José Lenga mais aussi la rappeuse ivoirienne Nash qui chanta en featuring avec Papa Wemba Sapologie, un titre dédié à la sape. Une cérémonie en l’honneur au grand sapeur que fut Papa Wemba de son vivant ne peut pas s’imaginer sans une parade de sapeurs. Pas étonnant que des sapeurs soient tout naturellement aussi associés à l’événement ainsi que des humoristes. Il y aura notamment Ali Asgar, Wassala petit Mangobo, Cesar Uomo, JB Mitsiono et Ingénieur Douglas.

Du côté de Kinshasa, rien de vraiment officiel n’est prévu sinon que la famille de l’illustre disparu a, elle, choisi de faire les choses dans la sobriété le 24 avril. En matinée, à 9h, la veuve Marie-Rose Amazone, sa progéniture et la famille Shungu vont, en compagnie des membres de la Fondation Papa-Wemba ont, comme à l’accoutumée, prévu un recueillement devant sa tombe et d’y déposer des gerbes de fleurs. Ils invitent ensuite les proches et autres mélomanes à la messe de suffrage à la Paroisse Saint-Joseph de Matonge à 15h. L’office religieux sera suivi d’un cocktail dans la cour du Complexe scolaire Monseigneur Moke à quelques pas de l’église. L’on signale nénamoins qu’il s’agit là du lancement des cérémonies à venir qui se tiendront d’ici à juin pour commémorer le cinquième anniversaire de la disparition de feu Shungu Wembadio Pene-Kikhomba, alias Papa Wemba, Bakala dia Kuba.

Avec Adiac-Congo par Nioni Masela

RDC/Patrimoine : la résidence de Papa Wemba sera transformée en musée et en studio d’enregistrement

juin 18, 2020

 

Après avoir été informé de la mise en vente de la résidence du célèbre musicien Papa Wemba, le gouvernement de la RDC a décidé de la racheter. Cette annonce a été faite le samedi dernier par le ministère de la culture et des arts après le conseil des ministres présidé par vidéo conférence par le président Félix Antoine Tshisekendi.

 

Papa Wemba devant la résidence mise en vente (archives-DR)

Mise en vente par la famille du défunt pour la somme de 750.000 de dollars américains, la mythique villa, située dans le quartier chic de Ma Campagne dans la commune de Ngaliéma, sera transformée en musée et en studio d’enregistrement moderne. L’état congolais veut par ce geste conserver l’immense héritage culturel.

Le chanteur congolais est décédé en avril 2016 à 66 ans. Il a laissé derrière lui une carrière bien remplie qui lui a permis d’influencer bon nombre d’artistes africains. Papa Wemba a  largement contribué à l’internationalisation de la musique congolaise, après avoir signé au début des années 1990 sur le label de Peter Gabriel, Realworld. Grâce à ses tubes Maria Valencia  ou  Yolele, il est devenu l’un des emblèmes de la  world music.

Né le 14 juin 1949 à Lubefu, alors au Congo belge, Papa Wemba a commencé la musique vers l’âge de 20 ans. En 1977, il a fondé le label Viva la Musica, qui a formé de nombreuses stars de la musique congolaise et africaine. Souvent surnommé le « père » ou le « roi » de la rumba congolaise, il n’est pourtant pas le créateur du genre musical né dans les années 1950.

Papa Wemba est également l’un des pionniers du mouvement la Sape, la Société des ambianceurs et des personnes élégantes, mouvement à la fois dandy et exubérant qui s’est répandu dans le monde entier grâce à la diaspora congolaise des deux rives du Congo. Le musicien avait aussi fait quelques apparitions au cinéma. Il a joué dans « La vie est belle » en 1987 de Ngangura Dieudonné Mweze et Benoît Lamy, film dans lequel il interprétait le rôle de Kourou, un jeune paysan qui débarque en ville pour faire de la musique et se retrouve à embrasser toutes sortes de profession.

 

Avec Adiac-congo par Sarha Monguia

RDC: Koffi Olomide veut racheter la villa de Papa Wemba à 600.000 dollars, à Kinshasa

octobre 28, 2017

Aux dernières nouvelles Koffi Olomide aurait proposé 600.000 dollars pour en devenir le nouveau propriétaire.

La somptueuse villa de Jules Shungu Wembadio Pene Kikumba alias Papa Wemba  est mise en vente à Macampagne dans la commune de Ngaliema. 750.000 dollars américains, tel est le prix fixé pour acquérir cette construction du chef du village Molokai, décédé sur scène le 24 avril 2016 à Abidjan. Une source digne de foi et proche de la famille a confirmé cette information.

La résidence du vieux Bokul ne cesse d’alimenter de vives tensions au sein du cercle très fermé de la famille biologique.  Les sœurs et  frères de l’illustre disparu d’une part et les  héritiers et la veuve, Marie-Rose Luzolo dit Amazone, de l’autre.

La décision de vendre cette villa est venue de la belle famille d’Amazone et face à ce lobbying familial, la veuve Wemba, a voulu s’extirper en décidant de commun accord avec ses enfants pour lever l’équivoque.

Il sied de noter que l’idée de vendre cette parcelle ne date pas d’aujourd’hui. Après les obsèques du Rossignol, un des membres de la famille avait suggéré que l’Etat congolais puisse acheter la concession et  la transformer à un musée touristique en mémoire de Bakala Dia Kuba. Mais hélas sa volonté n’a jamais trouvé jusqu’à ce jour un écho favorable auprès des autorités.

Dans la même optique, elles avaient promis d’ériger un monument dans son fief de Molokai dans le quartier Matonge à la gloire de Kuru. Un discours juste pour la consommation tel est le constat amer.

Les courtiers sont alertés et à la recherche des clients dans tous les coins et recoins de la capitale congolaise. Le prix 750.000 dollars américains que d’autres personnes jugent pas à la hauteur du M’Zee et de la situation géographique de la villa (Macampagne).

LE DROIT DE VETO DES FANS ET AMIS DE PAPA WEMBA

Beaucoup de proches de Papa Wemba et ses fans s’opposent à cette décision. Pour eux,  vendre cette parcelle équivaut à effacer la mémoire de l’artiste et pourtant il a consenti beaucoup d’efforts pour  en avoir. Œuvre de tant de jours en un seul jour effacé.

« C’est vraiment triste et inconcevable pour nous les noirs en général et les Congolais en particulier. La rapidité avec laquelle nous souhaitons en finir avec les choses. L’honneur, le prestige sont bafoués en lieu et place de nos intérêts égoïstes. Vive la cupidité. Nous sommes comme nos politiciens, chacun pour soi et Dieu pour tous. C’est souillé sur la mémoire de notre icône. La meilleure de l’honorer était de pérenniser ce bijou » a révélé un fan inconditionnel de Papa Wemba très déçu qui se prénomme Richard.

L’exemple de l’immeuble “1, 2, 3 chez maman Kulutu” sur Kasa-Vubu de François Luambo Luanzo Makiadi est éloquent. L’orchestre Jet 7 de Ferré Gola y répète chaque mardi et vendredi en dépit de la mort de Luambo en 1989 soit 28 ans.

Papa Wemba a vu le jour le 14 juillet en 1949 à Lubefu au Kasai-Oriental. Le patron de Viva la Musica est décédé à Abidjan sur scène le 24 avril 2016 lors du Festival de Musiques urbaines d’Anoumabo (Femua). Il interprétait l’opus “Est-ce que“. Wait and See!

Sacer-infos-com par Stany Franck

RDC/Kinshasa: Les enfants de papa Wemba visitent la tombe de leur père

mai 7, 2016

Samedi 7 mai 2016, les enfants de papa Wemba ont tous éprouvé le désir d’aller se recueillir sur sa tombe.

Épreuve douloureuse. Témoignage d’affection. Il était difficile de contenir les larmes devant son tombeau inondé de gerbes de fleurs, dans ce cimetière situé à 80 km de la ville.

Papa Wemba est mort dimanche 24 avril, à Abidjan, en plein concert, où il était invité,  au Festival des Musiques Urbaines d’Anoumabo (FEMUA).

Il avait 66 ans et laisse derrière lui un riche répertoire de musique, de nombreux orphelins et fans qui restent inconsolables.

Papa Wemba, ta mort sur scène est une expression profonde pour l’amour de la musique et du public.

Car ta voix immuable et inaltérable continuera à résonner dans nos oreilles pour l’éternité.

Tes pas de danse d’élégante jeunesse, dans la jouvence de ton corps, produisaient la flamme de ton charme: nous les répéterons, à la fois, pour honorer ta mémoire mais aussi pour signer ton écriture de grand chanteur et ambianceur.

Bernard NKOUNKOU

RDC: Kinshasa rend un dernier hommage à Papa Wemba

mai 4, 2016

Une effigie géante du chanteur Papa Wemba devant le siège du Parlement congolais, Kinshasa, le 2 mai 2016.

Une effigie géante du chanteur Papa Wemba devant le siège du Parlement congolais, Kinshasa, le 2 mai 2016. Crédits : JUNIOR KANNAH/AFP
Des milliers de Congolais ont rendu, mercredi 4 mai, un dernier hommage à leur idole, le chanteur Papa Wemba, lors d’une messe en la cathédrale de Kinshasa, avant son inhumation prévue dans l’après-midi, à environ 80 km de la capitale.
Devant la cathédrale Notre-Dame du Congo, à Kinshasa, où les funérailles de Papa Wemba ont été célébrées, mercredi 4 mai 2016.
Devant la cathédrale Notre-Dame du Congo, à Kinshasa, où les funérailles de Papa Wemba ont été célébrées, mercredi 4 mai 2016. Crédits : John bompengo /AP

Au moins 2 000 personnes ont assisté à cette cérémonie à la mémoire de l’artiste à l’intérieur de la cathédrale Notre-Dame du Congo, et jusqu’à 10 000 personnes s’étaient massées souvent dès l’aube aux abords de l’édifice religieux, suivant l’office sur plusieurs écrans géants.

La cérémonie, présidée par l’archevêque de Kinshasa, le cardinal Laurent Monsengwo, a vu la présence de plusieurs évêques, dont le président de la Conférence épiscopale nationale du Congo (Cenco), Mgr Nicolas Djomo, et d’une soixantaine de prêtres.

Lire aussi : Papa Wemba pouvait-il être sauvé ?

Egalement présent, le gouverneur de Kinshasa et ami de longue date de Papa Wemba, André Kimbuta. Il a salué « un maître de l’art », un « homme de talent et de génie » et enfin, « l’homme du spectacle, mort en spectacle ».

Grand héros et prince de la SAPE

Papa Wemba est mort à 66 ans, en plein concert, dimanche 24 avril, alors qu’il participait au Festival des musiques urbaines d’Anoumabo (Femua), un quartier populaire d’Abidjan, en Côte d’Ivoire. Depuis son rapatriement dans la capitale congolaise, la dépouille a fait l’objet de nombreux hommages, chacun voulant saluer la star, élevée à titre posthume au rang de grand officier de l’ordre national des Héros Kabila-Lumumba, la plus haute distinction du pays.

Le président congolais Joseph Kabila et divers membres du gouvernement présentent l'hommage de la nation à Papa Wemba, élevé au rang de Héros national Kabila-Lumumba, le 2 mai 2016.

Le président congolais Joseph Kabila et divers membres du gouvernement présentent l’hommage de la nation à Papa Wemba, élevé au rang de Héros national Kabila-Lumumba, le 2 mai 2016. Crédits : JUNIOR KANNAH/AFP

Lors de ces trois jours de funérailles officielles, sa dépouille a été exposée lundi et mardi au Palais du peuple, siège du Parlement. Dès mardi, les Kinois avaient rivalisé d’ingéniosité pour mettre au point leurs banderoles en hommage au « baobab » ou encore au « chef coutumier », en référence au titre qu’il s’était lui-même donné dans son fief de Molokai, à quelques rues de là, au cœur du quartier populaire de Matonge, dans le centre de Kinshasa.

Voix haut perchée et personnalité flamboyante, le « rossignol » Papa Wemba était l’une des grandes figures de la rumba congolaise et le prince de la SAPE (Société des ambianceurs et des personnes élégantes), mouvement dont il a été l’un des initiateurs dans les années 1970 et qui se caractérise par l’audace vestimentaire.

Lemonde.fr

RDC/Kinshasa: Dernière messe en hommage à Papa Wemba avant son inhumation

mai 4, 2016

Des milliers de Congolais ont rendu mercredi matin un dernier hommage à leur idole, le chanteur Papa Wemba, lors d’une messe en la cathédrale de Kinshasa. Son inhumation est prévue dans l’après-midi dans la périphérie de la capitale.

« Depuis trois jours, comme un seul homme, le peuple congolais », l’Afrique et le monde « pleurent celui qu’il est convenu d’appeler le père de la rumba congolaise », a déclaré lors de cette messe l’archevêque de Kinshasa, le cardinal Laurent Monsengwo, saluant également « les mérites » d’un « vaillant musicien ».

Six évêques, une soixantaine de prêtres, des membres de la famille de Papa Wemba, des officiels, célébrités et anonymes, étaient présents en la cathédrale Notre-Dame du Congo pour cette messe à la mémoire du chanteur.

Avant la célébration, le cardinal Monsengwo, accompagné du président de la Conférence épiscopale nationale du Congo (Cenco) Mgr Nicolas Djomo et d’autres évêques, se sont inclinés quelques minutes devant la dépouille du « roi de la rumba congolaise », devant sa veuve en pleurs.

Trois jours de funérailles
Dès l’aube mercredi, des milliers de personnes se sont rassemblées aux abords de la cathédrale pour assister au passage de la dépouille du chanteur. Nombre de fans n’ont pas pu accéder à l’intérieur de la cathédrale déjà bondée.

La dépouille du roi de la rumba congolaise avait été exposée lundi et mardi au Palais du peuple, siège du Parlement où les travaux avaient été suspendus temporairement.

Dès lundi, après le rapatriement du corps d’Abidjan, le chanteur a été décoré de la plus prestigieuse décoration en RDC par le président congolais Joseph Kabila. Durant ces trois jours de funérailles officielles, les hommages se sont succédés.

Né il y a 66 ans dans le centre de la République démocratique du Congo, le chanteur s’est effondré en plein concert en Côte d’Ivoire où il participait au Festival des musiques urbaines d’Anoumabo (Femua), un quartier populaire d’Abidjan.

Romandie.com

RDC: Kinshasa rend hommage à Papa Wemba, le roi de la rumba congolaise

mai 2, 2016

Kinshasa et la République démocratique du Congo (RDC) ont rendu lundi un hommage au roi de la chanson congolaise, Papa Wemba, décédé le 24 avril dernier. Il a été décoré à titre posthume par le président Joseph Kabila.

« Au nom du peuple congolais et en vertu des pouvoirs qui nous sont conférés, nous vous élevons à titre posthume à la dignité de grand officier de l’ordre national des Héros nationaux Kabila-Lumumba, pour les mérites, les loyaux et éminents services rendus à la nation congolaise », a déclaré M. Kabila avant de déposer la médaille de l’ordre sur le cercueil. Plusieurs milliers de personnes se sont rassemblées devant le parlement où le corps du musicien était exposé.

Né dans le centre de la RDC, le musicien est mort brusquement sur scène, micro à la main, dimanche 24 avril, alors qu’il participait à un festival de musique à Abidjan. Il était âgé de 66 ans.

Un peu plus tôt avait eu lieu la levée du corps à la morgue de l’hôpital du Cinquantenaire de Kinshasa où la dépouille avait été transportée après son rapatriement d’Abidjan jeudi dernier. Les obsèques sont prévues mercredi dans la périphérie de la capitale congolaise.

Romandie.com

Côte d’Ivoire: Abidjan rend hommage à Papa Wemba

avril 27, 2016

 

 

Le cercueil blanc de Papa Wemba, roi de la rumba congolaise décédé sur scène à Abidjan, est apparu aujourd’hui sous des applaudissements et une mélodie de l’artiste lors d’une cérémonie d’hommage dans la capitale ivoirienne, avant le rapatriement demain de la dépouille à Kinshasa. La veuve du chanteur, Marie Rose dit maman Amazone, inconsolable, était soutenue par ses proches et de nombreux anonymes surtout des Congolais vivant à Abidjan qui ont pris d’assaut la salle de l' »Ivosep (Pompes funèbres) de Treichville, un quartier populaire d’Abidjan. Le premier ministre ivoirien, Daniel Kablan Duncan, a assisté à la cérémonie, entouré de nombreux membres de son gouvernement.

L’ancien président ivoirien (1993-1999) Henri Konan Bédié, « parrain » du Festival des musiques urbaines d’Anoumabo (Femua) était également présent, aux côtés de Salif Traoré, dit A’Salfo, leader de Magic System et organisateur du festival. « Un artiste ne meurt pas. Un artiste meurt pour être encore plus grand. Papa Wemba mort, est désormais plus grand que vivant », a déclaré le ministre ivoirien de la Culture et de la Francophonie, Maurice Bandaman.  Papa Wemba est décédé à 66 ans dans la nuit de samedi à dimanche après un malaise sur scène à Abidjan, où il participait au festival à Anoumabo, quartier populaire d’Abidjan qui a vu naître Magic System, groupe star de la musique ivoirienne.

La cérémonie devait se poursuivre jusque tard dans la soirée avec un concert d’hommages à Treichville. Les hommages se sont multipliés pour saluer un des chanteurs africains les plus populaires d’Afrique et le prince de la SAPE (Société des Ambianceurs et des Personnes Elégantes), mouvement dont il a été l’un des initiateurs au Zaïre dans les années 70 et qui se caractérise par les plus grandes audaces vestimentaires.

 

Par Lefigaro.fr avec AFP

Les sapeurs de Kinshasa se disputent l’héritage de Papa Wemba

avril 27, 2016

Des sapeurs démontrent leur élégance en arpentant une rue de Kinshasa.

Des sapeurs démontrent leur élégance en arpentant une rue de Kinshasa. Crédits : AFP
« A la fin des années 70, Papa Wemba passait presque chaque samedi à la télé. A chaque fois, la semaine suivante, tous les jeunes de Kinshasa allaient en ville pour chercher les mêmes vêtements que ceux qu’il portait ! Il était un modèle pour eux. »A l’époque, Innocent avait une dizaine d’années, et le mouvement de la Société des ambianceurs et des personnes élégantes, la fameuse Sape, était presque aussi vieux que lui.

Papa Wemba, le «roi de la rumba » congolaise, décédé dimanche 24 avril à l’aube, à Abidjan, en Côte d’Ivoire, était l’une des icônes de la Sape, que beaucoup d’adeptes ont élevée au rang de religion. Alors, en signe de deuil, des fans à Kinshasa ont revêtu leurs plus belles tenues. « Il a montré beaucoup de choses : il faut bien s’habiller, bien se parfumer… Si je suis comme je suis maintenant, c’est grâce à lui ! », confie un jeune homme.

Lire aussi : Abidjan sous le choc de la mort de Papa Wemba, le « roi de la rumba congolaise »

La star de 66 ans est décédée sur scène, en plein concert. Selon plusieurs sources, il avait confié à plusieurs reprises que c’était ainsi qu’il s’imaginait quitterle monde. « Il est mort en pleine énergie », en servant son art, ce qui « l’honore vraiment »,estime le photographe Yves Sambu, du collectif Solidarité des artistes pour le développement intégral (Sadi), qui avait approché l’artiste pour un grand projet visant à promouvoir la Sape.

«La Sape continue ! »

Chancelier Mabonda, qui possède des malles entières de vêtements et de chaussures, explique que la mort de Papa Wemba est « vraiment un coup dans le cœur des Sapeurs ». « On n’arrive pas comprendre, poursuit le président du groupe de sapeurs Léopards. Vraiment, c’est Dieu qui sait. Mais la Sape continue ! Nous, on est là. »

La Sape s’est développée dans les années 1960 au Congo, où elle est née, et en République démocratique du Congo. A Brazzaville, c’est plutôt ambiance dandy, avec costume, chapeau, canne à la main ou pipe à la bouche ; à Kinshasa, l’excentricité est de bon ton : coton, soie, fourrure, lin se côtoient dans un mariage de couleurs parfois déroutant. Sûrs de leur goût, les Kinois prient pour les sceptiques : « ô Dieu de la Sape (…), pardonne à tous ceux qui ne savent pas s’habiller ! »

Lire aussi : Fally Ipupa, le prince congolais de la rumba mondialisée

Avant Papa Wemba, deux autres baobabs de la Sape sont tombés. D’abord le musicien Stervos Niarcos, qui avait fondé la religion «kitendi » (l’habillement, en lingala), avant de rendre l’âme en 1995 dans la prison de Fresnes, près de Paris, où il était incarcéré pour une affaire de stupéfiants. En 2014, dans la capitale française, le chanteur King Kester Emeneya, grand adepte de blousons en cuir, s’est éteint à son tour.

L'entrée de la maison de Papa Wemba, à Mbinza, près de Kinshasa (RDC), le 25 avril 2016.

L’entrée de la maison de Papa Wemba, à Mbinza, près de Kinshasa (RDC), le 25 avril 2016. Crédits : AFP

« Le pape de la Sape, c’est Stervos Niarcos, mais Papa Wemba, c’est notre idole, juge Six S’malto, 28 ans. Si la Sape a évolué, c’est grâce à lui. Il nous a beaucoup aidés à propos de la mode vestimentaire, à propos du style, de la démarche, de la façon de parler. »Car tout Sapeur se doit de glorifier les créateurs par des pas de danse et l’exhibition des griffes – un culte que certains jugent indécent, la majorité des Congolais vivant dans la misère.

Pour le sapeur fantasque Bwapwa Kumeso, 46 ans, Papa Wemba était plus qu’une idole. Il affirme avoir habillé la star et son groupe, Viva la Musica, ce qui lui a permis d’« acheter une machine à coudre et un groupe électrogène ». Et créer sa propre marque : Kadhitoza, qu’il porte lors des grands événements – comme le 10 février, anniversaire de la mort de Stervos Niarcos et décrété «fête des Sapeurs » par les fidèles du mouvement.

Les Sapeuses peinent à s’affirmer

Parmi les héritiers de Papa Wemba, on trouve aussi des héritières. Les Sapeuses, encore rares, portent pour certaines des costumes – ce qui tend à déplaire dans un pays où, par endroits, une femme en pantalon est jugée indécente et peut se faireagresser verbalement ou physiquement. « Elles donnent l’impression d’être lesbiennes. Est-ce que ce sont des femmes ? Est-ce qu’un homme peut s’approcher d’elles si elles font comme ça ? », interroge Angélique Kipu Katani, présidente de la Ligue de promotion de la femme congolaise.

Lire aussi : La dernière rumba de Papa Wemba

Papa Wemba, lui, n’était pas de cet avis. Sur plusieurs photos, il apparaît au côté de Marie-Louise Likuse, alias «Mère Malou », qui a beaucoup évolué en France, où elle est décédée en 2008. Le roi de la Sape avait loué ses performances. « Elle était en tête de peloton avec nous puisque quand ce mouvement a démarré, elle était là. Vraiment, elle en a fait un peu, quelque part, son cheval de bataille aussi : elle parlait bien de la Sape. »

D’autres hommes défendent les Sapeuses, mais sous réserve. « Une femme qui s’introduit dans le monde de la Sape ne peut pas imiter les hommes. Il faut qu’elles aient leur propre style, qu’elles se comportent comme des femmes », estime le Sapeur Junior Kipulu. Pour certains, l’essentiel est ailleurs : recruter et former des femmes pour concurrencer Brazzaville lors des joutes vestimentaires. Car en matière de parité, le Congo a une longueur d’avance.

La veuve de Papa Wemba à Abidjan, hommage musical prévu mercredi

avril 25, 2016

Veuve Papa Wemba, Maman Amazone est arrivée à Abidjan

Abidjan – La Côte d’Ivoire va rendre mercredi un hommage musical au roi de la rumba congolaise Papa Wemba, décédé dimanche à Abidjan, où une délégation est arrivée de République démocratique du Congo pour organiser le rapatriement du corps et les obsèques, ont déclaré des responsables.

Une grande veillée artistique pour rendre hommage à l’illustre disparu est prévue dans la nuit de mercredi à jeudi, écrit le commissariat général du Festival des musiques urbaines d’Anoumabo (Femua) auquel le chanteur participait lorsqu’il est mort en plein spectacle.

Plus de cent artistes chanteurs et musiciens nationaux et internationaux vont se succéder sur la scène de cette veillée de 21 heures à l’aube, ajoute un communiqué du Femua.

Avant cet hommage, les organisateurs devaient établir le programme des obsèques et le rapatriement du corps en RDC.

Une délégation composée de six personnes, dont la veuve du chanteur, Marie Rose dit maman Amazone, et le gouverneur de sa région natale de Sankuru, le Pr Ulungu Lukata Berthold, est arrivée en milieu de journée à Abidjan en provenance de Kinshasa, a déclaré un des organisateurs du Femua.

Une rencontre était prévue en compagnie de l’ambassadeur de RDC à Abidjan, rentré précipitamment du Mali en vue d’établir un programme définitif, avait auparavant déclaré à l’AFP Salif Traoré, dit A’Salfo, le leader du groupe ivoirien Magic System, promoteur du Femua.

L’information de la mort du musicien était à la Une de tous les quotidiens ivoiriens de lundi.

Le dernier roi de la rumba se retire de la scène, écrit le journal indépendant Tribune. Papa Wemba a rangé le micro, hier, selon le quotidien L’Expression. Le journal gouvernemental Fraternité Matin qui a consacré trois pages à l’artiste, barre sa Une, Décès de Papa Wemba/ L’icône de la musique tombe micro en main.

Papa Wemba, 66 ans, légende de la musique congolaise, est décédé après un malaise survenu sur scène à Abidjan, dans le quartier populaire d’Anoumabo qui a vu naître Magic System, groupe star de la musique ivoirienne.

Le chanteur avait connu ces dernières années quelques ennuis de santé, selon des sources proches des organisateurs du festival.

Les hommages se sont multipliés pour saluer un des chanteurs africains les plus populaires d’Afrique et le prince de la SAPE (Société des Ambianceurs et des Personnes Elégantes), mouvement dont il a été l’un des initiateurs au Zaïre dans les années 70 et qui se caractérise par les plus grandes audaces vestimentaires.

Le Congolais (RDC) Koffi Olomidé, un chanteur de renom de la trempe de Papa Wemba dit pleurer un grand frère sur sa page facebook.

La musique congolaise est décimée, elle a explosé (…) je refuse de croire à la nouvelle de la mort de Papa Wemba, un ami très cher, affirme Koffi Olomidé, un adepte de la rumba.

Souvenir avec Papa Wemba dans un duo de +Ami Oh+ de Manu Dibango. Il avait une voix d’ange, a twitté en anglais la chanteuse béninoise Angélique Kidjo.

A Paris, le ministère français des Affaires étrangères lui a aussi rendu hommage lundi.

Papa Wemba aura marqué l’histoire de la culture congolaise en réinventant la rumba devenue, grâce à lui, un phénomène artistique et musical universel.

Avec la création de la Société des ambianceurs et des personnes élégantes, il a également constitué un phénomène social majeur, a estimé le Quai d’Orsay.

Romandie.com avec(©AFP / 25 avril 2016 14h20)