Posts Tagged ‘Pape’

Un tribunal du Vatican jugera les évêques couvrant des abus sexuels

juin 10, 2015

Le pape a donné mercredi son feu vert à la création d’une instance judiciaire qui jugera les évêques accusés d’avoir couvert ou de n’avoir pas empêché des abus sexuels sur mineurs. Cette instance va dépendre de la Congrégation pour la doctrine de la foi.

Cette instance répond à des demandes répétées des associations de victimes. Elle était notamment préconisée par la commission de 17 membres -des religieux et des laïcs, dont huit femmes– créée l’an dernier au Vatican pour examiner les moyens de lutter contre les abus sexuels sur mineurs commis par des ecclésiastiques.

Les évêques pourront être jugés pour « manquement à leur devoir professionnel », en vertu du droit canon, explique un communiqué du Saint-Siège.

Les plaintes seront reçues et transmises par les congrégations pour les évêques, pour l’évangélisation des peuples et pour les Eglises orientales. Ce sont les trois « ministères » du Vatican compétents pour les évêques à travers le monde.

Un secrétaire spécialement nommé par le pape aura la responsabilité de cette nouvelle section judiciaire. Son personnel « pourra aussi être employé pour les procès pénaux dans des cas d’abus de mineurs et d’adultes vulnérables (handicapés) de la part du clergé », signale le communiqué.

Romandie.com

Le pape dit ressentir un « climat de guerre » dans le monde

juin 6, 2015

Le pape François est arrivé samedi à Sarajevo, capitale de la Bosnie-Herzégovine, pour une visite d’un jour. En célébrant une messe devant 65’000 fidèles, il a affirmé ressentir un « climat de guerre » dans le monde et dénoncé ceux qui l’entretiennent délibérément.

« C’est une sorte de troisième guerre mondiale livrée ‘par morceaux' », a dit le souverain pontife. « Et, dans le contexte de la communication globale, on perçoit un climat de guerre ».

« Ce climat, il y en a qui veulent le créer et l’attiser délibérément, en particulier ceux qui cherchent l’affrontement entre différentes cultures et civilisations, et aussi ceux qui spéculent sur les guerres pour vendre des armes ».

Mais, la guerre, a-t-il martelé, c’est aussi la « destruction, « beaucoup de vies brisées. Vous le savez bien, pour l’avoir expérimenté vraiment ici: que de souffrance, que de destructions, que de douleur! ».

Signification particulière
Le pape est arrivé samedi matin à Sarajevo en « pèlerin de la paix ». Il est venu y prêcher la réconciliation et le dialogue dans cette ville encore meurtrie, vingt ans après les accords de Dayton qui ont mis fin à une guerre entre les trois communautés composant la Bosnie. Cette guerre a fait quelque 100’000 morts entre 1992 et 1995.

« Sarajevo et la Bosnie revêtent une signification particulière pour l’Europe et pour le monde entier », a souligné Jorge Bergoglio, peu après son arrivée.

 « Il faut faire plus »
La coexistence de trois communautés, les Serbes orthodoxes, les musulmans bosniaques et les Croates catholiques, « témoigne au monde entier que la collaboration entre diverses ethnies et religions en vue du bien commun est possible », a-t-il dit dans son premier discours de la journée.

Mais il faut faire plus, particulièrement ici en Bosnie, a-t-il ajouté à l’adresse du président bosnien en exercice, Mladen Ivanic. Ce dernier est le représentant serbe au sein de la présidence tripartite (serbe, croate, musulmane) du pays.

M. Ivanic a affirmé de son côté que les autorités bosniennes multiethniques étaient « prêtes à travailler pour la réduction des nationalismes ». Il a demandé un « soutien entier » du souverain pontife pour permettre à la Bosnie et aux autres pays des Balkans d’adhérer à l’Union européenne.

Le pape François s’est ensuite rendu au stade olympique dans sa papamobile, découverte, saluant la foule et embrassant les enfants qu’on lui tendait comme il a l’habitude de le faire, lors de ses déplacements. Il devait y dire la messe devant 65’000 fidèles, dont beaucoup venus de la Croatie voisine, pays à majorité catholique.

Romandie.com

Le pape a canonisé quatre religieuses, dont deux Palestiniennes

mai 17, 2015

Cité du Vatican – Le pape François a déclaré saintes dimanche matin quatre religieuses ayant vécu au XIXe siècle, deux Palestiniennes, une Française et une Italienne, en engageant la foule à suivre leur exemple lumineux.

Mariam Bawardi (1846-1878), Marie-Alphonsine Ghattas (1843-1927), Jeanne-Emilie de Villeneuve (1811-1854) et Maria Cristina dell’Immacolata (1856-1906), ont été canonisées au cours d’une messe en plein air place Saint-Pierre.

Devant une foule nombreuse, et sous un beau soleil, le pape François a exalté les parcours des quatre religieuses, modèles de sainteté, que l’Eglise nous invite à imiter et dont les portraits ornaient la façade de la basilique.

Demeurer en Dieu et son amour, pour annoncer avec les paroles et avec la vie la résurrection de Jésus, en témoignant l’unité entre nous et l’amour envers tous: c’est ce qu’ont fait les quatre saintes proclamées aujourd’hui, a-t-il lancé.

Dans son homélie, le pontife a évoqué les personnalités de chacune des femmes, en présence notamment du président palestinien Mahmoud Abbas et du ministre français de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve.

Soeur Jeanne-Emilie de Villeneuve (…) a consacré sa vie à Dieu et aux pauvres, aux malades, aux prisonniers, aux exploités, a rappelé François.

Fondatrice de la congrégation de Notre Dame de l’Immaculée Conception à Castres (sud-ouest de la France), Jeanne-Emilie de Villeneuve est décédée du choléra après avoir vu son ordre essaimer en Afrique.

Dans la foule, quelque 900 personnes apparentées à l’ordre des Sœurs bleues de Castres venues du monde entier, ou membres de la famille de la sainte, étaient présentes.

La Napolitaine Maria Cristina dell’Immacolata, fondatrice en 1903 d’une congrégation de sœurs adoratrices, a reçu quant à elle la force de supporter les souffrances grâce à la prière, a souligné le pape.

Quant aux deux religieuses palestiniennes, les premières de l’époque moderne, François a fait remarquer que l’une d’elles, Mariam Bawardi, avait été instrument de rencontre et de communion avec le monde musulman, alors que des drapeaux palestiniens flottaient place Saint-Pierre.

Mariam Bawardi, née dans un petit village de Galilée, est baptisée selon le rite de l’Église grecque-melkite avant de se retrouver orpheline à 3 ans.

Confiée à un oncle, elle vit en Egypte où on veut la marier jeune. Elle refuse et s’enfuit chez un proche, musulman, qui lui conseille d’embrasser l’Islam.

Devant son refus indigné, il lui tranche la gorge mais elle est miraculeusement guérie par l’intercession de la Vierge.

A partir de ce jour, elle voyage (Alexandrie, Jérusalem, Beyrouth, Marseille… ) comme servante dans des familles pauvres, avant d’entrer au carmel de Pau (sud-ouest de la France).

Elle fonde à Bethléem le premier couvent carmélite de Palestine avant de mourir à 32 ans des suites d’un accident de chantier.

Marie-Alphonsine Ghattas, née au sein d’une famille chrétienne de rite latin de Jérusalem composée de dix-neuf enfants, entre en religion à 14 ans.

D’abord chargée d’enseigner le catéchisme à l’école des sœurs à Bethléem, elle fonde en 1880 la congrégation des sœurs du Rosaire de Jérusalem, alors que l’Orient est sous occupation ottomane.

Samedi, lors d’une audience privée avec le président Abbas, le pape avait qualifié le président palestinien d’ange de paix.

Les deux hommes avaient insisté sur la nécessité du dialogue inter-religieux, alors que l’islamisme radical de mouvements comme le groupe Etat islamique (EI) est une grave menace pour toute la région du Proche et Moyen-Orient.

Quelque 2.000 personnes, principalement des Eglises locales, ont fait le voyage à l’occasion de la canonisation des deux religieuses palestiniennes, provenant à la fois des territoires palestiniens, d’Israël et de Jordanie.

Romandie.com avec(©AFP / 17 mai 2015 12h05)

Audience du Pape François aux évêques du Congo : Evangéliser en profondeur les traditions familiales locales

mai 8, 2015

Le Saint-Père (au milieu) et les évêques du Congo.

Le Pape François encourage les évêques de la République du Congo (Congo-Brazzaville) à une «évangélisation en profondeur» des traditions et de la culture locale, concernant la pastorale familiale et le mariage. Dans un discours remis lundi 4 mai aux évêques du Congo en visite ad limina, le Saint-Père appelle aussi l’Église locale à «réconcilier les cœurs» après la guerre civile de la fin des années 1990, alors que certaines cicatrices ne sont pas encore refermées.

«Les réticences des fidèles face au mariage chrétien révèlent la nécessité d’une évangélisation en profondeur, qui implique non seulement l’inculturation de la foi mais aussi l’évangélisation des traditions et de la culture locales», a notamment indiqué le Pape François, dans un discours remis à la dizaine d’évêques du Congo-Brazzaville reçus en audience au Vatican. Les prêtres et évêques de l’Église catholique en Afrique relèvent, en effet, régulièrement, le tiraillement des familles locales entre coutume traditionnelle et identité chrétienne.

En outre, le Pape François remercie dans son message l’Église du Congo et ses diocèses pour leur «contribution» au synode des évêques sur la famille. «Vous ne manquerez pas d’en tirer profit, pour mieux adapter votre pastorale familiale aux réalités locales», a ajouté le pape, rappelant aussi l’importance de «la formation des laïcs dans les domaines sociopolitiques». Dans son discours, le pape a demandé les évêques à s’unir pour «affronter ensemble les nombreux défis pastoraux», faisant une référence explicite à «la prolifération des sectes» dans le pays.

«Réconcilier les cœurs»
Dans ce message adressé aux évêques et aux catholiques du Congo, le Pape demande également «de réconcilier les cœurs, de rapprocher les communautés divisées et de construire une nouvelle fraternité ancrée sur le pardon et la solidarité», en référence aux «blessures provoquées» par la guerre civile au Congo de juin 1997 à décembre 1999, alors que les «profondes cicatrices» ne sont pas encore tout à fait refermées.

Reconnaissant les «grandes difficultés» financières rencontrées par certains diocèses, le Pape François alerte en outre sur la gestion des «aides économiques accordées (aux) diocèses». Il faut veiller à ce qu’elles «ne limitent pas votre liberté de pasteurs», recommande-t-il, ni «la liberté de l’Église, qui devrait toujours avoir les coudées franches pour annoncer l’Évangile avec crédibilité». Et le Pape d’encourager les évêques à «engager résolument (leurs) diocèses sur la voie de l’autonomie», et «de la solidarité entre diocèses dans votre pays».

Enfin, le Pape François souhaite que l’Église du Congo apporte une assistance particulière aux «réfugiés des pays voisins». Actuellement, selon l’Agence des Nations unies pour les réfugiés (U.n.h.c.r), des dizaines de milliers de réfugiés de la République Centrafricaine, la RDC (République Démocratique du Congo) et du Rwanda vivent au Congo, fuyant les violences intercommunautaires.

Lasemaineafricaine.net avec Apic

Le pape évoque le génocide arménien: la Turquie convoque le représentant du Vatican

avril 12, 2015

Ankara – La Turquie a convoqué dimanche le représentant du Vatican à Ankara afin qu’il s’explique sur la position du pape François qui a prononcé pour la première fois le terme de génocide à propos des massacres des Arméniens en 1915, ont annoncé les télévisions turques.

Le représentant a été convoqué au ministère des Affaires étrangères turc, ont précisé les chaînes NTV et CNN-Turk, sans autre détail.

Selon des médias turcs, un communiqué officiel devrait être publié dans la journée par le ministère.

Le pape François a qualifié dimanche les massacres de 1915 de premier génocide du XXe siècle, lors d’une messe à Rome concélébrée avec le patriarche arménien Nerses Bedros XIX Tarmouni et en présence du président arménien, Serge Sarkissian.

Les Arméniens estiment que 1,5 million des leurs ont été tués de manière systématique à la fin de l’empire ottoman. Nombre d’historiens et plus d’une vingtaine de pays, dont la France, l’Italie et la Russie, ont reconnu le génocide.

La Turquie affirme pour sa part qu’il s’agissait d’une guerre civile, doublée d’une famine, dans laquelle 300 à 500.000 Arméniens et autant de Turcs ont trouvé la mort.

En 2014, le président Recep Tayyip Erdogan, alors Premier ministre, avait présenté pour la première fois des condoléances aux Arméniens, sans pour autant cesser de contester toute volonté d’extermination.

Romandie.com avec(©AFP / 12 avril 2015 14h45)

Dimanche des Rameaux: hommage aux « martyrs d’aujourd’hui »

mars 29, 2015

Le pape François a dirigé dimanche les célébrations du dimanche des Rameaux en rendant hommage aux personnes mortes pour leur foi. Le souverain pontife a ainsi fait allusion aux victimes des djihadistes de l’Etat islamique (EI).

Le souverain pontife a présidé une procession sur la place Saint-Pierre, commémorant le jour où, selon la Bible, les habitants de Jérusalem ont accueilli Jésus quelques jours avant sa crucifixion.

Des milliers de personnes, dont le pape argentin, âgé de 78 ans, et des prélats en habits sacerdotaux rouges, ont porté des rameaux place Saint-Pierre à l’occasion du commencement de la semaine sainte, qui culminera avec le dimanche de Pâques.

« Nous avons une pensée aussi pour l’humiliation endurée par tous ceux qui, pour une vie de fidélité à la Bible, sont victimes de discrimination et en paient le prix », a déclaré l’évêque de Rome en italien.

Romandie.com

Le pape François dans le saint des saints de la mafia napolitaine

mars 21, 2015

Lors de sa visite à Naples, le souverain pontife devrait délivrer un message musclé contre la Camorra, la mafia locale, dans son fief du quartier de Scampia et dans la principale prison de la ville. Des centaines de milliers de personnes sont attendues samedi.

La journée sera particulièrement chargée pour le pape argentin, qui a prévu au total neuf étapes et doit prendre la parole six fois.

Les mesures de sécurité seront drastiques, d’autant que le Saint-Père circulera en voiture sur une distance de 25 km. Selon la presse locale, 3000 agents des forces de l’ordre, dont des tireurs d’élite sur les toits, seront déployés.

Même si aucune menace spécifique n’est signalée, le risque d’un attentat djihadiste après la récente tuerie de Tunis ou d’une tentative de vengeance de la mafia après l’excommunication prononcée contre elle par le pape François, n’est pas à exclure.

Une visite de prison
Jorge Bergoglio commencera sa journée par une prière à Pompei, avant de gagner en hélicoptère le quartier défavorisé de Scampia, gangrené par le crime organisé, où il rencontrera la population, moment fort de sa visite. Il rejoindra ensuite en voiture la Piazza del Plebiscito, dans le centre-ville, pour une messe, avant de visiter la prison de Poggioreale, qui compte 2500 détenus dans un espace prévu pour 1400.

Dans la cathédrale, il s’inclinera ensuite devant les reliques de Saint-Janvier, un des protecteurs de la ville, dont le sang, selon la tradition, se liquéfie plusieurs fois chaque année.

La visite papale s’achèvera dans l’après-midi par une rencontre festive avec des jeunes qui donneront un concert de chansons napolitaines sur le front de mer.

Relations ambiguës
Depuis son élection, François s’est mis à dos les mafieux, souvent pratiquants et bienfaiteurs des paroisses, en invitant avec force les catholiques à cesser toute collaboration ambiguë avec eux.

En mars 2014, lors d’une cérémonie organisée par l’association catholique antimafia Libera, il avait fustigé « le pouvoir et l’argent ensanglantés ». En Calabre, en juin dernier, François avait « excommunié » la ‘Ndrangheta, la puissante mafia locale, franchissant un pas inédit dans la condamnation du crime organisé.

Romandie.com

Le pape pense que son règne sera bref et ne se sent pas seul

mars 13, 2015

Le pape François a déclaré au deuxième anniversaire de son élection avoir « la sensation » que son pontificat pourrait être assez bref, de l’ordre de quatre ou cinq ans. Mais il a démenti se sentir « seul » et sans appuis.

Dans une longue interview à la chaîne de télévision mexicaine Televisa, reprise intégralement par Radio-Vatican, Jorge Bergoglio, qui est le 265e successeur de l’apôtre Pierre, a répondu franchement sur la durée possible de son règne, qui peut se clore par sa mort ou par une démission.

« J’ai la sensation que mon pontificat va être bref. Quatre ou cinq ans. Je ne sais pas. Ou deux ou trois. Deux ans sont déjà passés. C’est une sensation un peu vague que j’ai, celle que le Seigneur m’a choisi pour une mission brève. A cela je garde toujours la possibilité ouverte », dit-il.

Démission possible
Benoît XVI, en étant le premier pape en sept siècles à démissionner en février 2013, « a ouvert la porte avec beaucoup de mérite aux papes émérites. Il a ouvert une porte institutionnelle », a-t-il souligné.

François, 78 ans, ne dit cependant pas qu’il compte démissionner un jour, laissant la question dans le flou. De précédents propos en ce sens avaient créé des critiques et un grand émoi chez certains théologiens conservateurs.

L’idée de fixer une limite d’âge à 80 ans pour la démission d’un pape « ne me plaît pas beaucoup », ajoute-t-il, parce que la charge de pape « est une grâce spéciale ». Décréter que cela finirait à 80 ans « créerait une sensation de fin, d’un pontificat voué à ne pas bien s’achever », dit-il dans des propos qui semblent destiner à rassurer les conservateurs.

Pontificat pas « un sacrement »
François observe que pour certains théologiens, l’élection au pontificat est « un sacrement ». Lui « ne le pense pas ».

François parle aussi de son prédécesseur Benoît XVI, retraité au Vatican, qui est « heureux, satisfait, respecté par tout le monde ». « Je vais lui rendre visite, parfois je lui parle au téléphone. On peut lui demander conseil. Il est loyal à mort », assure-t-il.

Son souhait: sortir manger une pizza
A la question : « cela vous plaît d’être pape ? », François répond sobrement et sans excès d’enthousiasme: « cela ne me déplaît pas ». Il souligne longuement qu’il a toujours détesté voyager et qu’il est casanier.

Une des choses qu’il aimerait aujourd’hui est simple : pouvoir sortir un jour du Vatican sans être reconnu et « aller manger une pizza ». « Je ne me sens pas seul. Sérieusement non! », répond-il à une autre question, alors que, selon de nombreuses sources informées, beaucoup dans l’administration de l’Eglise critiquent son style spontané et sa volonté de réformes.

Romandie.com

Le pape exhorte au respect des droits de l’homme

janvier 13, 2015

Le pape François est arrivé mardi au Sri Lanka pour une visite de deux jours. Le souverain pontife a exhorté au « respect des droits de l’homme » et à « la recherche de vérité » dans ce pays qui a été déchiré pendant des décennies par la guerre civile.

Le pape a été accueilli avec ferveur par la foule. Plusieurs centaines de milliers de personnes – 300’000 selon le site proche du Vatican « Il Sismografo » – massées sur les 30 km séparant l’aéroport du centre-ville ont ralenti le trajet du pape.

Ayant pris du retard dans son programme, il a alors renoncé mardi à rencontrer les évêques du Sri Lanka, a indiqué son porte-parole, le père Federico Lombardi. C’est son secrétaire d’Etat, le cardinal Pietro Parolin, qui le représentera durant cette rencontre.

Dialogue interreligieux
Le pape avait commencé dès sa descente d’avion à prêcher la réconciliation, l’unité et le dialogue interreligieux, des leitmotiv de ce déplacement qui intervient juste après l’élection surprise d’un nouveau président.

« Le processus de guérison demande d’inclure la recherche de vérité », a-t-il dit de l’aéroport de Colombo dans un pays qui peine encore à cicatriser les plaies d’un conflit ayant opposé l’armée à la rébellion séparatiste tamoule défaite en 2009.

Respect des droits de l’homme
« Tous les membres de la société doivent travailler ensemble, tous doivent avoir une voix. Tous doivent être libres d’exprimer leurs préoccupations, leurs besoins, leurs aspirations et leurs peurs », a poursuivi le pape.

François a souligné que la reconstruction du pays passait par le respect des droits de l’homme, sujet extrêmement sensible au Sri Lanka, ses dirigeants ayant refusé de coopérer à l’enquête de l’ONU sur les allégations de crimes de guerre commis contre les civils à la fin du conflit.

Dignité et intégration
« La grande œuvre de réconciliation doit inclure l’amélioration des infrastructures et pourvoir aux besoins matériels mais aussi, et c’est encore plus important, elle doit promouvoir la dignité humaine, le respect des droits de l’homme et la pleine intégration de tous les membres de la société », a-t-il déclaré.

Le pape a été accueilli à l’aéroport de Colombo par le nouveau président Maithripala Sirisena. Ce dernier, qui vient d’entrer en fonctions, a promis une enquête indépendante sur ces accusations de crimes de guerre qui auraient été perpétrés sous la présidence de son prédécesseur, Mahinda Rajapakse.

Romandie.com

Le pape condamne les violences contre les enfants et les minorités

décembre 25, 2014

Le pape a condamné fortement jeudi, dans son message de Noël, tous les trafics, abus, exploitations et violences que subissent les enfants « sous nos propres yeux ». Il a également dénoncé les massacres et les prises d’otages dans le monde, parlant d’un Noël où « il y a tant de larmes ».

Le pape argentin a formulé ses dénonciations lors son traditionnel message « urbi et orbi » (« à la ville et au monde ») de la loggia de la basilique Saint-Pierre. Il a été entendu par une foule très nombreuse rassemblée par un temps gris et doux.

Il y a trop d’enfants « victimes d’abus et exploités sous nos propres yeux et avec notre silence complice », a-t-il dénoncé. Visiblement ému, il a évoqué « les enfants massacrés sous les bombardements, y compris là où est né le Fils de Dieu » (en Terre Sainte), et leur « silence impuissant qui crie sous l’épée ».

« Que Jésus sauve les trop nombreux enfants victimes de violence, objets de trafics et de la traite des personnes, ou contraints de devenir soldats », a-t-il demandé. « Qu’il apporte le réconfort aux familles des enfants tués au Pakistan la semaine dernière », a-t-il relevé en particulier, faisant allusion aux 149 personnes dont 133 écoliers tués à Peshawar par un commando taliban.

Avortement dénoncé
Dénonçant « l’indifférence », François a aussi déploré les enfants « tués avant de voir la lumière ». Il s’agit là d’une condamnation explicite de l’avortement.

François a par ailleurs exhorté les Ukrainiens à « surmonter les tensions, vaincre la haine et entreprendre un nouveau chemin de fraternité et de réconciliation ». Mais il a surtout mis l’accent sur les violences des groupes jihadistes en Irak et en Syrie.

« A Dieu, Sauveur du monde, je demande qu’il regarde nos frères et sœurs d’Irak et de Syrie qui, depuis trop de temps, souffrent des effets du conflit en cours et, avec ceux qui appartiennent à d’autres groupes ethniques et religieux, subissent une persécution brutale », a-t-il relevé, dans ce message retransmis par des télévisions du monde entier.

Il a évoqué « les nombreuses personnes dispersées, déplacées et réfugiées, enfants, adultes et personnes âgées, de la région et du monde entier ». Il a demandé qu’ils « puissent recevoir les aides humanitaires nécessaires pour survivre à la rigueur de l’hiver et revenir dans leurs pays ».

« Tant de larmes »
Le pape a appelé plus largement à la « paix dans tout le Moyen-Orient ». Il a demandé un large « soutien aux efforts de ceux qui s’engagent efficacement pour le dialogue entre Israéliens et Palestiniens ».

L’Afrique a été évoquée, mais pas l’Amérique latine. Il a exhorté à « la paix au Nigeria, où à nouveau du sang est versé et trop de personnes sont injustement soustraites à l’affection de leurs proches et tenues en otage ou massacrées ». Il a aussi invité au dialogue et à la pacification en Libye, au Sud Soudan, en Centrafrique et en République Démocratique du Congo.

Il a exprimé sa solidarité aux victimes africaines de l’épidémie Ebola, renouvelant « une invitation pressante à assurer l’assistance et les thérapies nécessaires ».

« Vraiment, il y a tant de larmes en ce Noël », a-t-il conclu. Avant de demander que le « pouvoir divin » touche « la dureté des cœurs de tant d’hommes et de femmes immergés dans la mondanité et dans l’indifférence ».

Romandie.com