Posts Tagged ‘Paraguay’

Paraguay: le président Cartes renonce à écourter son mandat

juin 26, 2018

Le président du Paraguay, Horacio Cartes, lors d’une cérémonie à Asuncion, le 18 janvier 2018 / © AFP/Archives / NORBERTO DUARTE

Le président du Paraguay, Horacio Cartes, a renoncé mardi à écourter son mandat, dont il reste deux mois et demi, faute d’avoir pu obtenir son siège de sénateur comme il le souhaitait.

« Je m’adresse à Votre honneur pour retirer ma décision de quitter mes fonctions de président, présentée le 28 mai et qui n’a pas été étudiée par le Parlement », a déclaré le président dans une lettre adressée à la présidence du Sénat.

L’élection de M. Cartes comme sénateur lors des élections générales du 22 avril avait créé la polémique au Paraguay, où les ex-présidents disposent généralement d’un siège de sénateur à vie mais sans droit de vote au sein de l’hémicycle.

Pour faciliter son investiture parlementaire, Horacio Cartes avait décidé d’écourter son mandat, mais il n’a pas obtenu le quorum nécessaire pour que le Parlement entérine sa démission.

« Je vois avec une grande peine que certains législateurs ne veulent pas que soit respectée la volonté populaire du 22 avril, donc je retire ma démission », a-t-il annoncé sur son compte Twitter.

M. Cartes, du Parti Colorado, un parti de droite au pouvoir depuis des décennies au Paraguay, avait été le candidat ayant recueilli le plus de voix aux élections sénatoriales.

Mais l’opposition et un groupe de parlementaires du Parti Colorado partisans du président élu, Mario Abdo Benitez, ont refusé d’entériner sa démission. M. Benitez prendra ses fonctions le 15 août.

Si cette démission avait été validée, Alicia Pucheta, une magistrate de 68 ans, était appelée à présider de manière provisoire le Paraguay, une première dans ce pays sud-américain où l’accès des femmes aux responsabilités est un des plus faibles d’Amérique latine.

Romandie.com avec(©AFP / 26 juin 2018 22h13)

La droite conserve le pouvoir au Paraguay, Mario Abdo élu président

avril 22, 2018

Le candidat à la présidentielle au Paraguay, Mario Abdo Benitez, vote à Asuncion, le 22 avril 2018 / © AFP / EITAN ABRAMOVICH

Le candidat de droite Mario Abdo Benitez a remporté dimanche l’élection présidentielle au Paraguay, poursuivant l’hégémonie de son parti Colorado, qui gouverne le pays sud-américain presque sans interruption depuis 1947, selon les résultats officiels.

« Le président de la République est Mario Abdo Benitez », a déclaré le président du tribunal électoral, Jaime Bestard, précisant que le candidat a obtenu 46,49% des voix contre 42,72% pour son rival Efrain Alegre, porté par une coalition de centre gauche, des résultats qui portent sur 96% des bulletins et sont « irréversibles ».

Son avance est toutefois nettement réduite par rapport à ce qu’anticipaient les sondages, qui lui avaient donné jusqu’à 20 points d’avance ces dernières semaines.

Les autorités électorales ont fait état d’une participation d’environ 65%.

Les 4,2 millions d’électeurs avaient été appelés à choisir le successeur du président sortant Horacio Cartes mais aussi à renouveler leur Parlement et élire les gouverneurs des 17 départements du pays.

Enclavé entre la Bolivie, l’Argentine et le Brésil, le Paraguay, dynamique économiquement mais miné par la pauvreté, la corruption et le trafic de drogue, a été profondément marqué par la longue dictature d’Alfredo Stroessner (1954-1989).

Ce qui n’a pas empêché Mario Abdo Benitez, 46 ans, de l’emporter, malgré les liens de sa famille avec cette époque trouble: le candidat, surnommé « Marito », est le fils de Mario Abdo, secrétaire personnel de Stroessner.

« J’ai gagné mes références démocratiques au cours de ma carrière politique », s’est justifié dimanche « Marito », qui avait pourtant assisté aux funérailles de l’ex-dictateur, en exil au Brésil, en 2006.

– Mécontentement –

Le scrutin a été organisé dans un climat de mécontentement général envers le président sortant, comme en a témoigné Alex Giménez, étudiant de 18 ans votant pour la première fois: « La majorité des gens ont de la rancoeur envers Cartes », a-t-il confié après avoir déposé son bulletin.

Horacio Cartes, patron millionnaire de l’industrie du tabac, a misé pendant son mandat sur la croissance économique, d’environ 4% par an grâce aux exportations de soja, de viande et d’électricité.

Mais il n’a progressé ni sur le front de la pauvreté, à un niveau alarmant de 26,4% officiellement, ni sur celui de la corruption, dans ce pays classé 135e sur 180 par l’ONG Transparency International dans son classement annuel de la perception de la corruption.

Le président sortant a reconnu dimanche, après avoir voté, que « tout reste à faire » au Paraguay: « Nous avons des dettes sociales, ce n’est pas concevable qu’avec toute la richesse que nous avons et en étant 7 millions d’habitants, nous ayons ce niveau de pauvreté ».

Diplômé en marketing aux Etats-Unis, « Marito » promet de réformer le système judiciaire pour le rendre plus vertueux et maintenir la même politique économique que son prédécesseur.

Face à lui, l’avocat Efrain Alegre, 55 ans, affichait des ambitions plus sociales, proposant la santé gratuite pour les plus démunis et un allègement drastique de la facture d’électricité pour stimuler investissements et emplois.

Les deux hommes étaient opposés à la légalisation de l’avortement et au mariage pour tous, dans ce pays très catholique.

L’élection de Mario Abdo Benitez, confirme à quel point la population a tourné la page de la période de la dictature, à la faveur du changement de génération, 43% de l’électorat ayant entre 18 et 34 ans.

« La société paraguayenne change plus vite que ses élites politiques, et il y a une génération, de plus en plus influente, qui ne se souvient pas vraiment du régime non-démocratique.

C’est une première dans l’histoire du Paraguay », souligne Oliver Stuenkel, professeur de relations internationales à la Fondation Getulio Vargas de Sao Paulo, dans un article publié par Americas Quaterly.

Romandie.com avec(©AFP / 23 avril 2018 03h35)                

Paraguay: Violée à 10 ans par son beau-père, elle vient d’accoucher

août 18, 2015

Crédits : Thinkstock

Le « bébé du miracle »Crédits : Thinkstock

L’impensable a donc finalement eu lieu. Il y a quelques semaines nous vous parlions de cette petite fille, âgée seulement de 10 ans, et enceinte suite au viol qu’elle avait surmonté. Son agresseur, qui en plus d’abuser d’elle sexuellement, l’avait mise enceinte, n’est autre que son beau-père, un homme âgé de 42 ans.

En avril dernier, ce sont des médecins du centre hospitalier dans lequel elle avait été admise, au Paraguay, qui avaient demandé qu’elle subisse une interruption de grossesse, craignant pour sa santé, son corps n’étant pas prêt à supporter la croissance progressive d’un bébé. L’avortement étant interdit dans le pays, sauf dans les cas extrêmes qui mettent la vie de la mère en danger, la demande avait été refusée, même en ayant connaissance du viol, de l’identité du violeur, et de l’âge de la victime. Elle était alors enceinte de 22 semaines.

Alors qu’elle vient d’avoir 11 ans, la jeune adolescente a accouché jeudi 13 août à Asuncion, la capitale du pays. La naissance de l’enfant a semble-t-il été compliquée, et c’est pas césarienne que le petit garçon est arrivé. Il a été prénommé Milagros, qui signifie miracles. Drôle de miracle peut-on penser quand on connait l’histoire…

Le père du bébé né de ce viol, est soupçonné d’avoir également violenté sexuellement deux enfants de la fratrie, âgé de 8 et 13 ans. Cette affaire a donné l’occasion à Amnesty International de critiquer vivement la « législation draconienne » du Paraguay sur l’avortement, comme dans d’autres pays d’Amérique Latine, où la religion influence beaucoup les conduites… Malheureusement la jeune fille n’est pas seule dans cette situation. Rien qu’en Uruguay, 650 fillettes de 10 à 14 ans ont accouché et 20.000, âgées de 15 à 19 ans, sont tombées enceintes en 2014.

Femmeactuelle.fr par Géraldine Boyer

Paraguay: le pape relève de ses fonctions l’évêque de Ciudad del Este

septembre 25, 2014

Cité du Vatican – Le pape François a relevé jeudi de ses fonctions Mgr Rogelio Livieres Plano, évêque de Ciudad del Este (Paraguay), soupçonné de mauvaise gestion de son diocèse et d’avoir promu un prêtre anciennement accusé d’actes de pédophilie aux Etats-Unis, selon les médias.

Evoquant une pénible décision déterminée par de sérieuses raisons pastorales mais sans spécifier les reproches, le Vatican a annoncé dans son communiqué que le Saint-Père a décidé de remplacer Mgr Livieres, nommant à sa place un autre évêque du pays, Mgr Jorge Valenzuela Rios.

En juillet dernier, Mgr Livieres s’était vu interdire de procéder à des ordinations de séminaristes, et le Vatican l’avait obligé à relever son vicaire général, Mgr Carlos Urrutigoity, de ses fonctions.

Ce prélat argentin, au centre du scandale, est suspecté d’attouchements sur de jeunes garçons aux États-Unis, il y a une dizaine d’années, avant d’être accueilli dans le diocèse paraguayen de Ciudad del Este.

Mgr Urrutigoity, ordonné au sein de la Fraternité sacerdotale Saint-Pie-X (intégriste) avant d’en être exclu pour pratiques homosexuelles, avait fait l’objet d’un reportage sur une chaîne américaine. Suite à l’émoi suscité par cette émission, un autre évêque paraguayen, l’archevêque d’Asunción Mgr Pastor Cuquejo, avait demandé une réouverture de l’enquête, ce qu’avait vertement refusé l’évêque de Ciudad del Este, accusant son confrère d’être lui-même homosexuel.

Cet échange musclé avait finalement motivé la visite apostolique décidée par le pape François.

L’affaire semble avoir profondément divisé l’Église du Paraguay. Le communiqué du Vatican a en effet demandé au clergé et à tout le peuple de Dieu d’accepter les mesures du Saint-Siège avec un esprit d’obéissance, de docilité guidé par la foi et il a invité en outre les diocèses du pays à un processus de réconciliation.

L’évêque, chose assez inhabituelle, a été démis sans avoir présenté au préalable sa démission.

Des enquêteurs de la congrégation pour le clergé et de la congrégation pour les évêques s’étaient rendus sur place pour tenter de démêler les faits.

Cette décision du pape François survient deux jours après celle d’assigner à résidence au Vatican en vue de le juger un ex-archevêque pédophile polonais, Josef Wesolowski, ancien nonce à Saint-Domingue.

François a promis une tolérance zéro à l’égard des crimes pédophiles dans l’Église. Cette affaire paraguayenne est révélatrice de certaines protections dont bénéficient encore des évêques ou des prêtres qui se voient mutés discrètement.

Romandie.com avec(©AFP / 25 septembre 2014 14h29)

Un couple du Paraguay se marie après 80 ans de vie commune

octobre 15, 2013

Après 80 ans de vie commune, un couple a finalement décidé de se marier. La fête s’est déroulée au Paraguay. José Manuel Riella, 103 ans, et Martina Lopez, 99 ans, se sont jurés un « amour éternel » devant les yeux émus de leur nombreuse descendance.

La cérémonie religieuse a réuni notamment les huit enfants du couple, ses 50 petits-enfants, 35 arrière petits-enfants et 20 arrière-arrière petits-enfants, rapporte mardi la presse locale. Le marié était assis dans un fauteuil roulant et son épouse portait une longue robe blanche.

Les réjouissances se sont déroulées dans le village de Santa Rosa, situé à 400 kilomètres au nord d’Asuncion, la capitale du Paraguay.

Romandie.com