Posts Tagged ‘Parti Démocratique de Côte d’Ivoire’

Côte d’Ivoire : vers une convention alternative des frondeurs du PDCI

février 26, 2015

Charles Konan Banny et Kouadio Konan Bertin.
Charles Konan Banny et Kouadio Konan Bertin. © AP/SIPA/AFP/Montage J.A.

La crise consécutive à « l’appel de Daoukro » n’en finit pas de secouer le PDCI. Quatre opposants au leadership d’Henri Konan Bédié ont annoncé jeudi qu’ils boycotteront le prochain congrès du parti pour organiser une convention alternative afin de se choisir un candidat à la présidentielle autre qu’Allassane Ouattara.

Quatre candidats à l’investiture du Parti démocratique de Côte d’ivoire (PDCI) pour la présidentielle d’octobre prochain ont décidé unanimement, jeudi 26 février, de boycotter le prochain congrès extraordinaire de leur formation, convoqué samedi 28 février dans le seul but de valider la candidature du président Alassane Ouattara. Charles Konan Banny, ancien Premier ministre, Essy Amara, ex-ministre des Affaires étrangères, ainsi que les députés Jérôme Kablan Brou et Kouadio Konan Bertin fustigent ainsi la décision d’Henri Konan Bédié, le président du parti, de faire de l’actuel chef de l’État le candidat du PDCI pour la présidentielle.

« Congrès du RDR »

« Nous n’irons pas à ce congrès, qui sera celui du RDR [Rassemblement des républicains, de Ouattara, NDLR] et qui aura pour seul et unique ordre du jour l’adoption de décisions non démocratiques », a expliqué en conférence de presse Charles Konan Banny, l’un des frondeurs. « L’appel de Daoukro ressemble à un diktat », surenchérit Jérôme Kablan Brou.

La situation se complique chaque jour davantage au sein du PDCI, car aucun des opposants internes n’envisage de quitter le Parti. La prochaine étape pour les frondeurs sera donc de remobiliser la base du parti pour organiser une convention alternative afin de choisir un candidat issu du PDCI pour la présidentielle.

Jeuneafrique.com par Baudelaire Mieu, à Abidjan

Côte d’Ivoire : Charles Konan Banny candidat à l’investiture du PDCI pour la présidentielle

décembre 10, 2014

Charles Konan Banny souhaite être candidat à la présidentielle.
Charles Konan Banny souhaite être candidat à la présidentielle. © AFP

Ils sont désormais trois aspirants à l’investiture du PDCI pour la présidentielle ivoirienne 2015. Après Amara Essy et Bertin Konan Kouadio, l’ancien Premier ministre Charles Konan Banny a déposé sa candidature mercredi.

On le disait hésitant depuis plusieurs mois. Charles Konan Banny a finalement pris sa décision : il sera bien candidat à l’investiture du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI). Mercredi 10 décembre au secrétariat du parti à Abidjan, l’ancien Premier ministre a fait déposer son dossier par Célestin Atsé Boua, président de la Commission recherche scientifique du PDCI, qu’accompagnaient le député de Sinfra, Bernard N’guessan, ainsi qu’une dizaine de membres du bureau politique, selon des informations de l’agence APA.

« C’est une candidature du devoir pour un PDCI vivant et digne », a déclaré Célestin Atsé Boua. « C’est une candidature d’engagement qui porte l’espérance des valeurs chères à Félix Houphouët-Boigny pour la victoire du PDCI », a-t-il poursuivi. Une déclaration de Charles Konan Banny, par ailleurs président de la Commission dialogue, vérité et réconciliation, est attendue les prochains jours, selon son porte-parole Franck Kouassi Sran.

Fronde contre Konan Bédié

Charles Konan Banny devient le troisième cadre du parti à proposer sa candidature pour la présidentielle de 2015 après l’ex-ministre des affaires étrangères Essy Amara et le député Bertin Konan Kouadio.

Autant de défis lancés au président du PDCI, Henri Konan Bédié, qui a invité  les militants et sympathisants, ainsi que toutes les formations membres du Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix (RHDP), à soutenir une « candidature unique » d’Alassane Ouattara pour 2015.

Une réunion du bureau politique du PDCI est prévue jeudi 18 décembre.

_________________

Jeuneafrique.com par Mathieu OLIVIER

Côte d’Ivoire: un député de la majorité candidat à la présidentielle

décembre 5, 2014

Côte d'Ivoire: un député de la majorité candidat à la présidentielle
Côte d’Ivoire: un député de la majorité candidat à la présidentielle © AFP

Bertin Kouadio Konan, un député de la majorité, s’est déclaré vendredi candidat à la présidentielle de 2015 en Côte d’Ivoire face au chef de l’Etat Alassane Ouattara, ouvrant une première brèche dans l’apparente unanimité de la coalition au pouvoir.

« Oui, je suis candidat à l’élection présidentielle d’octobre 2015 », a déclaré M. Konan, assis sur une chaise ornée de ses initiales « KKB », lors d’une courte allocution suivie d’une conférence de presse.

M. Konan, député du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI), va ainsi à l’encontre des consignes données par le dirigeant de cette formation, l’ancien président ivoirien Henri Konan Bédié, qui avait appelé mi-septembre à soutenir M. Ouattara pour 2015.

L’annonce du patron du PDCI avait surpris, M. Bédié ayant affirmé en octobre 2013 que l’ancien parti unique, deuxième force politique de la majorité, présenterait un candidat en 2015.

L' »appel de Daoukro », prononcé mi-septembre par M. Bédié à l’occasion de la venue du chef de l’Etat dans son fief, avait provoqué de fortes tensions au sein du PDCI, des cadres parlant d' »acte de haute trahison ».

« Ne pas avoir de candidat en 2015, c’est participer ensemble à la signature de l’acte de décès du parti de Félix Houphouët-Boigny », a commenté KKB.

Henri Konan Bédié, président de la République de 1993 jusqu’au putsch de 1999, est un partenaire-clé de M. Ouattara, dont il avait permis l’élection en 2010 face au sortant Laurent Gbagbo à la faveur d’une alliance de second tour.

La Côte d’Ivoire sort d’une décennie de crise politico-militaire, dont les violences postélectorales de 2010-2011 ont constitué l’épilogue le plus sanglant. Plus de 3. 000 personnes sont mortes en cinq mois de crise.

La réussite du scrutin d’octobre 2015 est qualifiée de « primordiale » pour asseoir la paix et la réconciliation dans le pays.

Outre Alassane Ouattara et Bertin Kouadio Konan, l’ancien président de l’Assemblée nationale Mamadou Koulibaly (opposition) s’est déclaré candidat à la magistrature suprême en mai dernier.

Le Front populaire ivoirien (FPI), principal parti d’opposition en forte crise interne, n’a pas encore décidé s’il participerait au scrutin.

Le procès de Laurent Gbagbo, détenu par la Cour pénale internationale de La Haye qui le poursuit pour « crimes contre l’humanité » doit débuter en juillet 2015.

Jeuneafrique.com

Côte d’Ivoire: l’ex-président Bédié soutient Ouattara pour la présidentielle de 2015

septembre 17, 2014

Daoukro (Côte d’Ivoire) – L’ex-président Henri Konan Bédié, principal allié du chef de l’Etat ivoirien Alassane Ouattara, lui a apporté son soutien pour l’élection présidentielle d’octobre 2015, mercredi depuis son fief de Daoukro.

Devant la nation rassemblée, sans détour, (…) je donne des orientations fermes pour soutenir ta candidature à l’élection prochaine, a déclaré M. Bédié à l’adresse du président ivoirien, présent à ses côtés lors d’une réunion publique dans cette ville du centre du pays.

Cette déclaration était très attendue à treize mois du prochain scrutin, pour lequel le Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI), que dirige M. Bédié, se divisait entre les partisans d’un soutien à Alassane Ouattara en 2015 et les tenants d’une candidature PDCI.

Je demande à toutes les structures du PDCI et des partis composant le Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix (RHDP, la coalition au pouvoir) de se mettre en mouvement pour faire aboutir ce projet, a lancé Henri Konan Bédié devant des milliers de personnes.

Tu seras ainsi le candidat unique de ce parti politique pour l’élection présidentielle, sans préjudice pour les irréductibles qui voudront se présenter en leurs noms propres, a-t-il affirmé, toujours à l’intention du chef de l’Etat.

Cette annonce intervient en clôture d’une tournée de M. Ouattara dans la région de Daoukro, entamée dimanche. Cette visite sur les terres de M. Bédié était vue comme stratégique à l’orée d’une année pré-électorale.

Le PDCI devait tenir congrès à ce sujet à l’automne. En octobre dernier, l’ancien parti unique avait toutefois appelé à présenter un candidat issu de ses rangs en 2015.

Henri Konan Bédié, président de la République de 1993 jusqu’au putsch de 1999, surnommé le sphinx de Daoukro, est un partenaire-clé de M. Ouattara, dont la formation avait permis l’élection en 2010 à la faveur d’une alliance de second tour.

Le scrutin avait été suivi d’une grave crise de cinq mois, qui avait fait quelque 3.000 morts.

En s’effaçant au profit du président Ouattara, M. Bédié a déclaré poursuivre un objectif double: assurer le succès de la coalition au pouvoir en 2015 mais surtout créer un parti unifié pour gouverner le pays, étant entendu que ces deux partis sauront établir entre eux l’alternance au pouvoir dès 2020.

Romandie.com avec(©AFP / 17 septembre 2014 15h45)

Côte d’Ivoire : Youssouf Bakayoko réélu président de la CEI, sur fond de boycott du FPI et ses alliés

septembre 6, 2014

 

bAKAYOKO

 

Abidjan- Youssouf Bakayoko, représentant du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI) au sein de la Commission électorale indépendante, a été élu tard dans la nuit de vendredi, pour un second mandat à la tête de ladite Commission, mais en l’absence des représentants du Front populaire ivoirien (FPI) et ses alliés, ainsi des représentants de la société civile, de l’Eglise catholique et du Mouvement des forces d’avenir (MFA), qui ont claqué la porte avant le vote.

M. Bakayoko a été élu tard dans la nuit par 12 des 17 membres de la commission centrale, après de longues et âpres discussions entre participants autour du mode de désignation des membres du bureau. L’Abbé Boni Martial, représentant la Conférence des Evêques catholiques de Côte d’ivoire, Yoli Bi Koné Marguerite des ONG non confessionnelles, Anaky Jacob du MFA, Alain Dougou du FPI et Bertin N’goran Ganin de l’Alliance des forces démocratiques (AFD, coalition de l’opposition incluant le FPI), ont quitté la salle avant le vote.

Après la première réunion de la Commission jeudi, l’AFD avait haussé le ton vendredi pour dénoncer « le vote mécanique » comme mode de désignation du président, jugeant cette procédure « en contradiction avec les engagements pris par le gouvernement » de faire en sorte qu’un « bureau consensuel » soit mis en place.
L’Alliance avait alors menacé de ne pas reconnaître le bureau de la CEI si jamais il était mis en place par vote mécanique.

Les membres ayant pris part au vote ont également élu quatre cinq vice président dont Koné Sourou (RDR, parti au pouvoir), Gervais Coulibaly (Ligue des mouvements pour le progrès,LMP, opposition), Auguste Mirémont (UDPCI, mouvance présidentielle).

Abidjan.net avec AIP


Côte d’Ivoire : Bédié loue l’alliance avec Ouattara et épilogue sur la présidentielle de 2015

octobre 3, 2013

ABIDJAN – Henri Konan Bédié, le président du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI), a rappelé jeudi que l’alliance de sa formation avec le parti d’Alassane Ouattara était primordiale, sans aborder l’épineuse question de la présence d’un candidat du PDCI à la présidentielle de 2015.

M. Bédié s’est exprimé lors de l’ouverture du 12e congrès du PDCI, qui se tiendra jusqu’à dimanche à Treichville, une commune d’Abidjan, et qui verra l’élection du prochain dirigeant du parti. L’ancien chef de l’État ivoirien est candidat à sa propre succession.

L’élection de 2015 est en ligne de mire du congrès, qui devrait décider de l’opportunité de présenter l’un des siens au scrutin présidentiel.

Alassane Ouattara aura alors besoin d’un allié solide à ses côtés, de préférence dès le premier tour, pour garantir son second mandat. L’entourage du chef de l’État se dit confiant que le PDCI ne présentera pas de candidat.

Nous sommes conscients qu’à l’avenir, il sera impossible à un seul parti politique d’exercer (le) pouvoir. L’alliance avec des formations politiques qui partagent les mêmes points de vue devient l’unique moyen d’acquérir ce pouvoir, a estimé Henri Konan Bédié devant plusieurs milliers de sympathisants, pour la plupart habillés en vert (la couleur du PDCI).

En 2005, MM. Ouattara et Bédié s’étaient alliés au sein du Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix (RHDP) qui avait remporté la présidentielle en novembre 2010 et permis à Alassane Ouattara d’être élu à la tête de l’État face à Laurent Gbagbo.

Nous ne pouvons pas remettre en cause l’existence de cette alliance, même si nous sommes tous d’avis que des réglages y sont absolument nécessaires, a commenté M. Bédié, qui propose que chacun parti membre du RHDP garde son autonomie, sans plus de précision.

Des mesures doivent être prises pour réchauffer (les) relations avec le RDR (Rassemblement des républicains) d’Alassane Ouattara, a-t-il également observé.

Henri Konan Bédié, candidat à 79 ans bien qu’ayant dépassé la limite d’âge – fixée à 75 ans – a proposé pour contourner ce problème que celle-ci soit supprimée dans les critères de candidature.

Ses deux principaux adversaires sont Alphonse Djédjé Mady, le secrétaire général du PDCI (numéro 2 du parti), dont M. Bédié a proposé jeudi de supprimer le poste, et Kouadio Konan Bertin, le responsable de la jeunesse du PDCI.

MM. Mady et Bertin ont vertement protesté ces dernières semaines contre l’illégalité de la candidature de l’ex-chef de l’État.

Dix-huit militants ont également lancé une action en justice contre le président du PDCI pour protester contre des irrégularités dans l’organisation du congrès, qui vise selon eux à faire élire coûte que coûte M. Bédié. La justice les a déboutés mercredi.

Dans la salle, placée sous haute surveillance de la police ivoirienne et des forces onusiennes, une banderole appelle à la cohésion, la démocratie, le dialogue, pour un PDCI fort autour de Bédié, ou encore à une Côte d’Ivoire unie et réconciliée avec le PDCI.

Romandie.com avec (©AFP / 03 octobre 2013 21h54)

Décès à Accra de Jean-Claude Atsé Atsé, un pro-Gbagbo

septembre 29, 2013
Jean-Claude Atsé Atsé,

Jean-Claude Atsé Atsé,

Jean-Claude Atsé Atsé, ancien leader du Forum national des jeunes du Parti Démocratique de Côte d’Ivoire (Pdci, ex- parti unique), devenu pro-Gbagbo lors des élections présidentielles de 2010, est décédé, samedi, à Accra au Ghana, a appris APA dimanche, de sources proches de son entourage.

«Atsé Atsé est mort suite à un accident vasculaire cérébral (Avc), samedi, en début d’après-midi, à Accra où il était en exil », indiquent ces sources.

Militant du Pdci, le défunt était à la tête du « Forum des jeunes du Pdci-Rda », un mouvement de soutien à ce parti et à son président Henri Konan Bédié, avant de se ranger du côté de l’ex-président Laurent Gbagbo, à la faveur de la crise post-électorale de décembre 2010 à avril 2011.

A l’issue d’un «congrès» fort médiatisé de l’ex-régime ivoirien, il avait «demis» Bédié de ses fonctions de président du Pdci avant d’appeler «les militants du Pdci à ne pas respecter les consignes de vote du président Bédié» qui appelait à voter pour le candidat Alassane Ouattara lors du deuxième tour de la présidentielle de novembre 2010.

Jean- Claude Atsé Atsé n’avait pas été suivi. Comme beaucoup de partisans de Laurent Gbagbo, il a quitté la Côte d’Ivoire pour se réfugier au Ghana au lendemain de la chute de Laurent Gbagbo le 11 avril 2011.

Après le maire de Cocody, Jean-Baptiste Diagou Gomont, décédé, à Accra, c’est la deuxième personnalité proche de Laurent Gbagbo qui rend l’âme en exil au Ghana.

APA-Abidjan (Côte d’Ivoire)