Posts Tagged ‘parti Libéral-Démocrate’

GB: décès de l’ancien dirigeant du parti libéral démocrate

juin 2, 2015

Londres – L’ancien dirigeant du parti libéral démocrate du Royaume-Uni, Charles Kennedy, qui s’était illustré en s’opposant à la guerre en Irak en 2003, est décédé soudainement à 55 ans à son domicile écossais, a annoncé mardi sa famille.

Charles est mort hier chez lui à Fort William. Il avait 55 ans. Nous sommes évidemment dévastés par sa mort, a annoncé la famille dans un communiqué. La cause de son décès n’a pas été immédiatement révélée.

Charles Kennedy a dirigé les Libéraux démocrates de 1999 à janvier 2006, date à laquelle il a démissionné en reconnaissant un problème avec l’alcool.

Pendant cette période, il s’est illustré comme l’un des rares leaders politiques du pays à s’opposer à l’intervention en Irak en 2003.

En 2005, les lib-dem avaient obtenu l’un de leurs meilleurs scores aux élections générales en remportant 62 sièges de députés.

Le mois dernier, Charles Kennedy a cependant fait les frais du raz-de-marée des nationalistes du SNP en Ecosse en perdant son siège de député après un mandat de 32 ans.

Les hommages à l’égard de cet Ecossais, père d’un fils de 10 ans, se sont multipliés.

Le Premier ministre David Cameron a salué un homme politique talentueux, intelligent avec beaucoup d’humanité.

Nicola Sturgeon, Premier ministre d’Ecosse, s’est déclarée sur Twitter triste au-delà des mots d’apprendre la nouvelle concernant Charles Kennedy. Elle l’a qualifié d’homme charmant et de l’un des hommes politiques les plus talentueux de son temps.

La mort prématurée de Charles prive la Grande-Bretagne de l’un des hommes politiques les plus doués de sa génération, a également réagi Nick Clegg qui lui avait succédé à la tête du parti avant de démissionner le mois dernier après la déroute des lib-dem aux législatives.

Dans une période politique où la gaieté et le bon sens ne figurent pas en excès, il nous a apporté l’esprit, le charme, le jugement, les principes et la décence, a tweeté Paddy Ashdown qui lui avait passé la main à la tête du parti.

Romandie.com avec(©AFP / 02 juin 2015 13h49)

Japon: Shinzo Abe réélu Premier ministre par le Parlement

décembre 24, 2014

Le premier ministre japonais Shinzo Abe a été réélu sans surprise mercredi par le Parlement, dix jours après la victoire sans appel de son parti aux législatives anticipées. Il se voit offrir un nouveau mandat pour mettre en oeuvre ses « abenomics » et son ambition de redonner fierté et puissance à son pays.

M. Abe, 60 ans, a rassemblé 328 voix sur 470 votes exprimés à la chambre basse et 135 sur 240 à la chambre haute (sénat), ce qui le place pour la troisième fois de sa carrière à la tête de l’archipel nippon.

La réélection de ce meneur conservateur sans réel rival était une formalité, son parti Libéral-Démocrate (PLD, droite) ayant 291 députés et son allié centriste Nouveau Komeito 35.

Nouveau ministre de la défense
Sur fond d’abstention record (près de 48%), le PLD de M. Abe avait remporté le 14 décembre haut la main les élections législatives. Cette victoire n’a étonné personne, tant l’opposition était divisée.

Shinzo Abe a formé son gouvernement dans la foulée en reconduisant tous les actuels ministres, à l’exception de celui de la Défense. Akinori Eto est remplacé par Gen Nakatani, un familier des questions de sécurité nationale et de lutte antiterroriste. Une cérémonie était prévue ensuite avec l’empereur Akihito.

Référendum sur les « abenomics »
Shinzo Abe entend poursuivre la politique lancée depuis décembre 2012, date de son retour au pouvoir après un premier mandat raté en 2006/07. Son programme est d’abord économique, puisque le chef du gouvernement conservateur avait transformé le scrutin législatif en référendum pour ou contre sa politique « abenomics ».

Depuis sa mise en oeuvre fin 2012, cette stratégie de largesses budgétaires, souplesse monétaire et réformes structurelles a dans un premier temps eu des effets positifs (baisse du yen, retour d’une inflation modérée et regain de croissance). Mais le Japon est retombé en récession au troisième trimestre de cette année.

Réformer la Constitution
M. Abe souhaite profiter des années qu’il a devant lui pour faire avancer son ambition de réformer la Constitution pacifiste de 1947. Ecrite par les Américains, elle n’a jamais été amendée depuis.

A l’instar des nationalistes, il juge qu’elle empêche le Japon de tenir son rang sur la scène internationale, notamment face à une Chine puissante et sûre d’elle. « C’est un défi historique, mais difficile à relever », a reconnu le chef du gouvernement.

Pékin, qui entretient des relations tendues avec Tokyo malgré un récent sommet bilatéral, a cependant d’ores et déjà mis en garde son voisin. « M. Abe et son nouveau ministre de la Défense vont devoir avancer avec précaution », a souligné mercredi l’agence de presse officielle Xinhua (Chine Nouvelle).

Romandie.com