Posts Tagged ‘parti politique’

Côte d’Ivoire: Le parti de Blé Goudé ne fait de l’amnistie un préalable à la réconciliation

juin 8, 2013

Le Congrès panafricain pour la justice et l’égalité des peuples (COJEP), le parti politique de Charles Blé Goudé, farouche partisan de Laurent Gbagbo, a proposé samedi ‘’l’amnistie générale’’ pour parvenir à la réconciliation nationale en Côte d’Ivoire, mais n’en a pas fait un ‘’préalable’’ à ce processus.

Joël Poté, Président par intérim du COJEP a insisté dans un entretien à APA en marge du meeting organisé par son parti au Baron de Yopougon (Ouest d’Abidjan), sur la nécessité pour le pouvoir de libérer les détenus pro-Gbagbo.

‘’Le COJEP appelle le pouvoir à libérer Charles Blé Goudé détenu au secret et qui n’a pas droit à la visite de sa famille ou de son avocat », a-t-il dit. Selon Joël Poté, des démarches sont en train d’être menées auprès des autorités pour que M. Blé Goudé ait droit au moins à un médecin.

Charles Blé Goudé, Président du COJEP et leader de la Galaxie Patriotique a été arrêté le 17 janvier dernier à Accra et extradé à Abidjan où il est depuis lors en résidence ‘’protégée ».

Joël Poté, a également dénoncé l’arrestation du Secrétaire général par intérim de la jeunesse du Front populaire ivoirien (JFPI), intervenue vendredi soir au quartier général (QG) de Laurent Gbagbo à Attoban dans la commune de Cocody.

‘’Le parti invite les ivoiriens à s’accepter mutuellement et à se parler pour aboutir à une réconciliation réelle dans le pays », a ajouté M. Poté, soulignant que l’amnistie ne doit pas être un préalable à ce processus.

Conduisant une délégation de la jeunesse du Rassemblement des Républicains (RDR, parti du président Alassane Ouattara), Oumar Diarrassouba, Secrétaire général du bureau national du RJR, n’a pas exclu ‘’l’amnistie dans le processus » de paix en Côte d’Ivoire.

Toutefois, il soutient, que ‘’cela, se fasse selon les règles de l’art, en intervenant à la fin des procédures judiciaires ».

‘’Il n’y a pas que des personnes proches de la tendance LMP (La Majorité Présidentielle) ou CNRD (Congrès national pour la résistance et la démocratie), qui sont concernées par cette question » a expliqué M. Diarrassouba, estimant qu’au-delà, des pro-Gbagbo, des personnalités des Forces nouvelles, du RDR et du PDCI peuvent être poursuivies.

Le meeting du COJEP auquel a assisté également une délégation des jeunes du PDCI et Zadi Djédjé, un ancien compagnon de Charles Blé Goudé, a été encadré par la police nationale ivoirienne dans le calme et sans incident.

APA-Abidjan (Côte d’Ivoire)

Mamadou Koulibaly: « Que les élites africaines cessent de croire qu’il faut avoir des entrées à l’Elysée pour être élu président »

mai 29, 2013

Mamadou Koulibaly, président de LIDER

Mamadou Koulibali, au journal Mutations

Mamadou Koulibaly, au quotidien Mutations

Homme politique, universitaire, idéologue, en visite au Cameroun, l’ancien président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire et actuel président de LIDER (Liberté et Démocratie pour la République), parti politique qu’il a fondé le 14 juillet 2011, nous livre sa vision de l’Afrique et de la Côte d’Ivoire. 

Quelles sont les raisons de votre visite au Cameroun ?

J’ai constaté qu’il y a à nouveau de la croissance économique dans les pays africains après une période de crise qui a fait croire que l’on était perdu. Cette croissance a repris, notamment grâce à la part très importante que les Chinois jouent dans l’économie africaine. Cependant, il s’agit d’une croissance principalement fondée sur l’exploitation des ressources naturelles, ce qui était déjà le cas dans les années 60, au sortir des indépendances. Il faut éviter que l’on s’achemine vers des croissances appauvrissantes. C’est la raison pour laquelle j’ai été invité par la Fondation Paul Ango Ela, afin que l’on puisse discuter de la notion d’émergence. La question fondamentale est celle de savoir qu’est-ce que l’émergence et comment faire pour que l’émergence ne soit plus un leurre que les gouvernants font souvent miroiter à leurs populations alors que dans les faits, ils s’en éloignent un peu plus chaque jour. L’émergence ne se décrète pas. Il y a un cadre, des institutions, des mécanismes qui font que des pays deviennent sans contestation possible des économies de marchés émergents.

Que penser dès lors des chiffres ?

Je ne suis pas impressionné par les chiffres qui parlent de croissance, dans la mesure où il s’agit d’une croissance appauvrissante. La source de ces chiffres ne se trouve ni au niveau des entreprises, ni au niveau de la consommation des ménages, mais plutôt au niveau du budget de l’Etat, qui est financé par l’aide publique au développement et l’exportation des matières premières qui augmentent le produit intérieur brut des Etats. Cependant, parallèlement, alors que les chiffres de la croissance sont en hausse, les populations deviennent chaque jour un peu plus pauvres, parce qu’il n’y a pas de création d’emploi et le taux d’épargne dans les différents pays baisse. C’est dangereux parce que les jeunes et les populations qui sont affectées par le chômage et la pauvreté ont le sentiment que les ressources sont détournées.

S’agissant des chiffres, on parle effectivement d’une croissance de plus de 8% en Côte d’Ivoire. Qu’en est-il effectivement ?

Si on regarde les chiffres, les performances sont réelles. Mon problème, c’est que la croissance ne peut conduire à l’industrialisation ou à l’émergence que si elle arrive à faire émerger des économies marchés, de l’entreprenariat direct. Sinon, si comme cela est le cas en Côte d’Ivoire, l’action n’est soutenue que par l’Etat, on a des Etats riches et des peuples pauvres. Une situation qui peut aboutir à des conflits à tout moment.

Vous dites donc que vous ne croyez pas en la croissance qui est brandie, dont certains médias font grand écho avec l’objectif caché de présenter un autre visage du pouvoir Ouattara ?

Je maintiens et je répète que le chiffre de 8,9% n’est pas faux. Ce qui m’intrigue, c’est que quand on dit qu’un pays fait de la croissance, c’est sur le Pib que cela se calcule. Ce qui est curieux c’est qu’en Côte d’Ivoire, avant que les entreprises qui sont au cœur du calcul de ce Pib n’aient déclaré officiellement leurs valeurs ajoutées, le gouvernement a déjà donné le Pib. C’est ce qui est louche dans le chiffre actuel. L’on fait croire qu’il y a croissance, alors que l’on n’est pas en possession des chiffres qui permettent le calcul de cette même croissance. Un second élément et pas des moindres, est que cette croissance se fait parallèlement avec l’augmentation de la pauvreté. Tenez. L’institut national de la statistique (Ins) a corroboré les chiffres du bureau international du travail (Bit) qui indiquent que le chômage a augmenté pour atteindre maintenant plus de 4 millions de personnes en Côte d’Ivoire. C’est dire que notre croissance crée des chômeurs. L’on constate également aisément la baisse du niveau de vie et du pouvoir d’achat des ménages, qui sont obligés de casser leur épargne pour joindre les deux bouts.

Est-ce à dire que la situation n’a pas beaucoup évolué au-delà des déclarations du Fonds monétaire international sur le décollage économique de la Côte d’Ivoire ?

En fait, la crise post électorale avait simplement fait chuter l’économie qui commençait à se relever depuis la tentative de coup d’Etat de septembre 2002. Nous sommes en train d’atteindre aujourd’hui le niveau de 2009. Lorsqu’on s’assied et l’on regarde les chiffres par rapport à 2010 et 2011, on voit une augmentation. Mais, quand on les compare avec ceux de 2009, c’est-à-dire sous Laurent Gbagbo, on est au même niveau. Pour résumer notre situation, il s’agit d’un pays malade, tombé en chute libre qui se relève progressivement.

Laurent Gbagbo est la Cour pénale internationale depuis bientôt deux ans, est ce que vous lui avez rendu visite ?

Non, et je ne pense pas qu’il l’ait sollicité. Nous ne sommes plus en contact.

Comment expliquez cela, vous qui avez été l’un de ses plus proches collaborateurs et un idéologue du Front populaire ivoirien (Fpi) ?

J’ai été chassé du Fpi. Alors que j’en étais le président intérimaire et que je cherchais à remobiliser les troupes en restructurant la machine et procédant à un bilan, afin de ne plus répéter les erreurs qui nous avaient conduits dans le mur, l’on m’a fait savoir qu’ «on n’attache pas bagages avec Dioula» et que je n’avais pas le droit de reformater le parti pour en faire une force d’opposition debout contre Ouattara tant que Gbagbo était en prison. Les dirigeants du Fpi ont choisi de s’enfermer dans leur sectarisme et de ne rien faire tant que Gbagbo n’est pas libéré. Je leur ai expliqué qu’on ne savait combien de temps il resterait en prison, j’ai pris l’exemple de l’Afrique du Sud, en leur disant que si l’Anc avait attendu la libération de Mandela pour se restructurer et continuer le combat, ils se seraient assis sur leurs talons pendant au moins 27 ans. Je leur ai démontré qu’il fallait que nous nous remobilisions par cercles concentriques, parce que c’était nos actions qui allaient permettre de faire libérer nos camarades, et que ce n’était pas à ceux qui étaient enfermés à Korhogo, Bouna, Boundiali de venir nous sauver, mais plutôt le contraire, mais l’on m’a répondu qu’ «en l’absence du créateur, on ne touche pas à la créature». Moi, je n’ai pas l’habitude de rester les bras ballants face à l’adversité. Je trouve les actions entreprises par le nouveau régime en Côte d’Ivoire trop destructrices pour laisser Ouattara sans opposition et sans contrepouvoir fort en face de lui. J’ai crée le parti LIDER et depuis, nous avons repris le flambeau de la lutte pour un retour à l’état de droit, pour réconcilier les populations, pour critiquer le gouvernement quand il déraille ou est dans l’erreur, pour exposer ses mensonges institutionnels et pour proposer des alternatives efficaces aux Ivoiriens.

Que pensez-vous du régime Gbagbo ?

C’est dommage. Il y a des choses que beaucoup de gens ne savent pas. Le Fpi a gouverné, mais n’a pas gouverné seul. Pendant dix ans, Gbagbo était sur le fauteuil et Ouattara gouvernait. C’est cela qui est la vérité. Le Fpi n’a jamais géré la Côte d’Ivoire seul. En 2002, Alassane Ouattara, qui n’était pas d’accord avec les résultats de l’élection présidentielle et les résultats des législatives et municipales, a crée la rébellion. Après les différents accords signés depuis Marcoussis jusqu’à Ouagadougou en passant par Lomé, Accra, Pretoria, des ministres du rassemblement des républicains (Rdr) d’Alassane Ouattara et du parti démocratique de Côte d’ Ivoire (Pdci) sont entrés au gouvernement, ainsi que des rebelles. Et chacun ne répondait qu’à sa hiérarchie politique. Après la guerre, tous les chefs rebelles ont d’ailleurs été nommés, soit dans l’armée, soit dans le corps préfectoral. Ouattara  a partagé le pays parce que les anciens rebelles l’exigeaient. Ce n’est plus un secret, c’est lui qui a fait la tentative de coup d’Etat en 2002 puis qui a organisé la rébellion. La Côte d’Ivoire a été partagée comme un gâteau. Tout ce que la Côte d’Ivoire a fait entre 2002 et 2010, c’était tout ce que Ouattara voulait.

Dès lors, vous étiez la deuxième personnalité du pays, en tant que président de l’Assemblée nationale, pourquoi vous n’avez rien fait ?

Dans les régimes présidentiels, il n’y a pas de numéro 2 du régime. Le décompte commence au numéro un et s’arrête au numéro 1. Seul le président de la République décide, le parlement n’a qu’un rôle protocolaire. Cependant, j’ai refusé de plier dès Marcoussis, mais Gbagbo a dit que c’était un médicament amer qu’il fallait l’ingurgiter pour avoir la paix. Malheureusement, Gbagbo a laissé faire tout et n’importe quoi, parce qu’il pensait que c’était le meilleur moyen de montrer sa bonne foi. L’aile lucide du parti, dont j’étais le chef de file, a été présentée comme l’aile dure et mise ainsi à l’écart. A chaque fois que je me suis opposé, certains cadres du parti allaient dire que je ne voulais pas la paix ou que je contestais son autorité. Gbagbo gouvernait par ordonnances, comme Ouattara aujourd’hui. Le résultat c’est que non seulement il n’a pas eu la paix, mais, aujourd’hui, il est en prison, laissant le pays dans le chaos, l’incertitude, entre les griffes des différentes mafias qui ont gangréné l’Etat. Nous savions depuis longtemps que c’était Ouattara qui avait réellement le pouvoir. Le Rdr est au pouvoir depuis dix ans. Ses ministres ne répondaient que de lui.

De manière concrète, quels étaient vos rapports avec l’ancien président, Laurent Gbagbo ?

A la fin du règne, il y avait quelques incompréhensions liées à la manière dont le pays était gouverné. Les tensions sont véritablement apparues lorsque j’ai compris qu’il y avait une sorte de laissez-allez au sein du parti. Certains cadres avaient des pratiques qui étaient peu conformes à l’éthique. Nominations dans les administrations, parrainage de leurs enfants dans les grandes écoles, corruption. Lorsque j’ai essayé d’en parler, l’on m’a menacé.

Est-ce que vous en voulez à Laurent Gbagbo ?

Non. Je ne saurais lui en vouloir. Je regrette simplement que nous n’ayons pas réalisé les rêves que nous avions partagés avec les jeunes Ivoiriens et les jeunes Africains. C’est ce qui m’embarrasse le plus. Cela peut laisser penser que nous avons embarqué des gens dans une aventure dont nous ne maîtrisions pas l’issue.

Est-ce que vous aviez les moyens ?

Oui, nous avions les moyens. Le budget de l’Etat était en augmentation chaque année depuis 2002. Cela veut dire qu’il y avait de l’argent dans les caisses et nous aurions pu réaliser nos ambitions. J’ai proposé dès le début de la crise que nous puissions définir une politique tel que ce fût le cas entre Berlin-Ouest et Berlin-Est. C’est-à-dire, comme la Côte d’Ivoire était divisée entre le Nord sous contrôle rebelle et le Sud sous contrôle gouvernemental, il était important que nous puissions massivement investir au Sud, dans l’amélioration des conditions de vie des citoyens, la promotion des droits de l’homme, l’amélioration des infrastructures, de telle sorte que les citoyens du Nord puissent être envieux à l’égard des citoyens du Sud. Si nous avions travaillé dans ce sens, nous aurions gagné en légitimité. Mais rien n’a été fait. La primature et la présidence étaient en rivalité pour savoir qui allait gaspiller le plus. Nos chantiers ont été abandonnés, pendant que les hommes du système s’enrichissaient et faisaient perdurer la crise plus que nécessaire.

Vous aviez l’argent, vous aviez des ambitions. Qu’est-ce qui a donc causé problème ?

Plusieurs partis politiques, entre autre le Rdr, le Fpi et le Pdci participaient au gouvernement.  Leurs principaux objectifs à chacun étaient de gérer des portefeuilles et rien d’autre.  Cette situation avait été voulue par l’accord de Marcoussis, qui portait atteinte à la souveraineté de la Côte d’Ivoire. Je l’ai rejeté et j’avais dit qu’il fallait mettre les rebelles à leur place de rebelles. L’on ne m’a pas écouté. Par la suite, l’Etat a été transformé en Etat néo-patrimonial, que les différentes formations et acteurs politiques géraient au mieux de leurs intérêts personnels, familiaux et claniques. Le programme de gouvernement pour lequel nous avions été élus en 2000 n’intéressait plus personne, même pas au sein du Fpi où les quelques irréductibles qui tentaient de rappeler leurs camarades à l’ordre étaient sommés de se taire ou faisaient office de trouble-fêtes.

S’agissant de la crise post-électorale, des zones d’ombres persistent sur un ensemble d’éléments ?

Il n’y a pas vraiment de zones d’ombre. Le président Gbagbo a cédé son pouvoir lorsqu’il a piétiné le travail effectué par l’Assemblée nationale depuis Marcoussis en signant les accords de Pretoria. C’était une énorme erreur tactique, d’autant plus que la médiation du président Thabo Mbeki aurait dû nous inciter à plus de prudence. Nous étions divisés sur la méthodologie qu’il utilisait. Le président Mbeki nous a dit : «Donnez tout ce que vous pouvez, acceptez tout et puis après, j’en fais mon affaire». Je n’étais pas pour cette approche. Je préconisais plutôt le donnant-donnant : les rebelles font un geste, l’Etat fait un geste. Mais nous avons suivi le médiateur sud-africain, et lorsque que l’Etat a tout accepté et tout donné, les rebelles ont envoyé valser M. Mbeki sans que celui-ci ne frappe du poing sur la table ou n’use de tous ses pouvoirs pour leur faire tenir leurs engagements. Il s’est laissé éjecter du processus sans un mot, après avoir tout obtenu de l’Etat de Côte d’Ivoire et rien obtenu des rebelles. A cela s’ajoute le fait que Gbagbo ait refusé de porter plainte contre la France après les événements de novembre 2004 et qu’il ait accepté d’aller aux élections sans désarmement préalable, alors que cela était clairement stipulé dans l’accord de Ouaga. Il a commis une succession des fautes graves et n’a pas tiré les leçons de celles qui précédaient.

A-t-il gagné les élections ?

Je ne suis pas le juge des élections. Mais si je ne m’en tiens qu’au résultat, je dirais non. Gbagbo a lui-même, une nouvelle fois, mis la Constitution ivoirienne de côté pour faire appel à un panel de chefs d’Etat africains afin de trancher la question de la victoire électorale. Il a indiqué que la décision de ce panel s’imposerait à tous et que si le panel déclarait qu’il avait perdu, il quitterait le pouvoir. Et le panel a conclu qu’il a perdu les élections.

Quel est le rôle de la France et de l’Onu dans la guerre en Côte d’Ivoire ?

Le France a joué le rôle qu’on lui a donné dans la crise ivoirienne. J’ai toujours dit à mes camarades qu’ils ne peuvent pas dire «oui» à chacune des étapes et venir dire «non» à la fin. En acceptant les accords honteux de Marcoussis, nous nous sommes engagés dans un tunnel avec une seule issue possible. J’ai claqué la porte de Marcoussis parce qu’il m’était intolérable de voir M. Mazeaud, alors président du conseil constitutionnel français, mettre des rebelles sur un pied d’égalité avec l’Etat de Côte d’Ivoire. En novembre 2004, j’ai préparé l’opération Dignité et lorsqu’avec nos hommes, nous avions mis en déroute la rébellion et exposé la forfaiture de la France à la face du monde après que 63 civils ivoiriens aux mains nues aient été tués par la force Licorne, Gbagbo a catégoriquement refusé de mettre un terme à la crise en portant plainte contre la France à la Cour Internationale de Justice, préférant plutôt faire l’apologie de l’armée française en soulignant à tout va son action positive. Gbagbo Laurent a été le meilleur défenseur de la France dans la crise ivoirienne. Il a tout donné aux Français. Il a renouvelé les concessions de l’eau et de l’électricité à son ami Martin Bouygues, de gré à gré. Pareil pour la téléphonie, qu’il a redonnée hors toute procédure légale à France Télecoms. Il a offert le terminal à conteneurs du port d’Abidjan à Bolloré, sans appel d’offres. Il a offert la construction des chantiers de Yamoussoukro à Fakhoury, en allant même jusqu’à lui donner des puits de pétrole. Malgré toutes nos mises en garde, il a confié l’élaboration et la gestion du fichier électoral à la Sagem. Sa campagne a été conçue et gérée par Stéphane Fouks, d’Euro RSCG. Un de ses principaux financiers était Bolloré. Il a confié ses sondages à la Sofres, entreprise française. Entre les deux tours, Gbagbo s’est même empressé d’octroyer des blocs pétroliers à la frontière du Ghana au groupe Total, comme ça, cadeau. Dans son livre de campagne de 2010, il fait l’apologie du franc Cfa, allant même jusqu’à écrire que s’il gagne les élections, il ira convaincre le Ghana, le Nigeria etc. de rejoindre la zone franc. Alors, une fois qu’on a fait tout cela, peut-on vraiment s’offusquer de l’ingérence française en Côte d’Ivoire ? Gbagbo a offert la Côte d’Ivoire à la France.

Que pensez-vous du franc Cfa aujourd’hui ?

Le franc Cfa est une monnaie inique, hier comme aujourd’hui. Toutes les économies de marchés émergents ont leurs propres monnaies et sont connectées au reste du monde par des taux de change flexibles. Tant que nous ne romprons pas avec le Cfa et ses mécanismes protectionnistes qui ne bénéficient qu’à la France, nous n’aurons ni prospérité, ni émergence. Je crois qu’au Cameroun, les gens commencent à bien comprendre à quel point cette monnaie est malsaine. Chaque fois qu’un pays de la zone franc vend quelque chose, la moitié des recettes est placée sur un compte d’opération auprès du Trésor français, dont la gestion est des plus opaques. C’est la France qui gèrent nos avoirs, qui définit à quel taux d’intérêt elle veut bien les rémunérer et qui est la seule à savoir combien nous avons réellement dans ses comptes, nos chefs d’Etat eux-mêmes ne le sachant pas de façon fiable. Par ailleurs, tant que nous restons emprisonnés dans cette monnaie, nous serons cantonnés à la marge du commerce international, parce que nos prix sont alignés sur l’euro fort, alors que les autres vendeurs, qui ont une monnaie souveraine, peuvent se montrer beaucoup plus compétitifs en adaptant le taux de change de leur monnaie en toute flexibilité.

Comparativement à Nicolas Sarkozy, la politique africaine de François Hollande a-t-elle changé ?

La politique africaine de la France m’importe peu. Ce n’est pas sur elle que nous devons travailler, mais sur nous-mêmes. Les anciens, comme Um Nyobé, Félix Moumié ou même Houphouët-Boigny, ont mené le combat de l’indépendance vis-à-vis des colons. Mais nous avons jubilé trop tôt et oublié ensuite de nous émanciper de nos Etats. Regardez la question de la terre. Quand les colons sont arrivés en Afrique, ils ont arraché la terre à nos aïeux. Puis, au moment des indépendances, au lieu de rendre la terre à ses propriétaires initiaux, ils ont préféré la donner à l’Etat, sachant bien qu’il leur suffisait de contrôler celui qui est à la tête de l’Etat pour continuer de posséder la terre. Et nos chefs d’Etat successifs refusent de changer quelque chose à cela, tout contents qu’ils sont d’être les interlocuteurs «privilégiés» de la France. Et les populations acceptent cela, concentrant leurs rancœurs contre les puissances coloniales, alors que ce sont leurs Etats qui les aliènent aujourd’hui. Il faut faire pression sur nos gouvernants pour que les Etats rendent la terre aux paysans. En ville, on peut avoir des titres fonciers, mais en zones rurales, c’est la croix et la bannière. Le sol appartient, de façon tout à fait illégitime, à l’Etat, le sous-sol aussi. Pourquoi ? Que les Etats africains rendent les terres à leurs propriétaires légitimes, qu’ils distribuent les titres fonciers pour les sols et les sous sols aux paysans et nous verrons non seulement la prospérité arriver, mais également la pression géostratégique autour de nos ressources naturelles diminuer. En effet, aujourd’hui, il suffit à la France de contrôler le président africain pour contrôler les richesses du pays. Mais si nous réformons le foncier, si nous faisons le cadastrage de nos territoires et distribuons les titres fonciers aux paysans, alors l’Etat français n’aura plus la mainmise sur nous, parce qu’il lui faudrait contrôler séparément des centaines de milliers d’individus, ce qui est impossible. Alors nous verrons, comme cela se fait partout ailleurs où ça fonctionne bien, des particuliers négocier avec des particuliers, au lieu de voir des Etats dealer avec des Etats. Nos paysans pourront vendre ou louer leurs terres, entrer dans le marché hypothécaire, emprunter, investir, devenir riches, créer des emplois. Ils seront devenus propriétaires, et la base de la prospérité, c’est la propriété individuelle.

Quelles leçons faut-il de tirer tout cela?

Il faut que les élites africaines cessent de croire qu’il faut avoir des entrées au Quai d’Orsay ou à l’Elysée pour être élu président en Afrique. C’est dans les peuples d’Afrique qu’elles doivent fonder le cœur de leur pouvoir. Respectons nos peuples. Libérons-les et responsabilisons-les. 

Mutations par Boris Berlolt, 28 mai 2013

Mozambique: dans le maquis, l’opposition se rebiffe, l’arme au poing

novembre 13, 2012
Mozambique: dans le maquis, l'opposition se rebiffe, l'arme au poing Mozambique: dans le maquis, l’opposition se rebiffe, l’arme au poing © AFP

Levés à l’aube et sur le pied de guerre, quelques centaines de vétérans de la guérilla anti-communiste qui a ensanglanté le Mozambique jusqu’en 1992, ont repris le maquis avec leur ancien chef, le leader de l’opposition Afonso Dhlakama, se disant prêts à en découdre pour obtenir un meilleur partage du pouvoir et des richesses.

L’ex-commandant rebelle, quatre fois candidat malheureux à la présidentielle depuis le retour de la paix il y a vingt ans, s’est retranché depuis octobre dans sa province natale de Sofala (centre), au pied du massif du Gorongosa.

Le campement est installé en pleine végétation à proximité d’une ancienne base désaffectée utilisée par son mouvement de guérilla, la Renamo, durant la guerre civile qui dévasta le pays pendant seize ans, faisant un million de morts.

La capitale Maputo est à plus de 1. 000 kilomètres de là, mais c’est bien le coeur du pouvoir que visent l’ancien commandant et la poignée d’hommes et de femmes en manque d’action qui l’ont suivi en brousse, nostalgiques d’une époque où la Renamo faisait trembler la population.

Pendant des années, les contre-révolutionnaires dirigés par Dhlakama ont terrorisé les civils, comptant jusqu’à un tiers d’enfants-soldats dans leurs rangs, réduisant des femmes en esclavage sexuel, et forçant les habitants des zones contrôlées à livrer de la nourriture, ou à assurer le transport de vivres et de munitions.

Transformé en parti politique après la conclusion de l’accord de Rome d’octobre 1992, la Renamo siège aujourd’hui au Parlement, et a tout d’un mouvement d’opposition respectable.

Sauf qu’elle est désormais incapable d’enrayer son déclin dans les urnes, avec un score tombé à 16,5% aux élections présidentielles de 2009.

Jouant son va-tout, alors que le pays est travaillé par les appétits suscités par l’arrivée en masse d’investisseurs attirés par les réserves en charbon et les énormes gisements gaziers off-shore découverts au nord, Dhlakama menace.

« S’il le faut, nous détruirons le Mozambique »

« J’entraîne des hommes et, s’il le faut, nous sortirons d’ici et nous détruirons le Mozambique », dit-il à l’AFP.

Autour de lui, la petite troupe des déçus de la paix qu’il a réunie a une allure plutôt disparate.

En treillis vert ou en civil, ils affichent une moyenne d’âge de 40 ans. Certains sont beaucoup plus âgés. Mais la colère est palpable, tout comme l’envie d’appuyer sur la gâchette.

Tous sont furieux et lassés de voir le parti au pouvoir, le Frelimo, dominer sans partage la scène politique et l’économie.

« Il fallait que je vienne ici! », lâche Pedro Chichione, écoeuré de voir ses enfants systématiquement mis sur la touche professionnellement parce que leur père est l’un des 51 députés de la Renamo (sur 250 siégeant au Parlement).

Nerveux, équipés de quelques fusils d’assaut AK-47, ils s’exercent au maniement des armes, réalisent des manoeuvres d’entraînement, transpirant sous les ordres aboyés par d’anciens vétérans, tout en assurant la garde rapprochée de leur chef.

« Un soldat ne peut pas rester trois jours sans courir sinon il s’encroûte ou devient paresseux », explique Amindo Milaco, 44 ans, recruté de force à l’âge de 17 ans par la Renamo.

« On a besoin d’une petite révision de tout ce qu’on utilisait durant la guerre mais c’est facile de se rappeler. On a ça dans le sang », ajoute-t-il.

Aujourd’hui bras droit de Dhlakama, Amindo est le seul formellement habilité à parler à la presse.

Il assure pouvoir faire facilement venir davantage de personnes pour forcer le camp adverse à céder. Et affirme aussi que ce ne sont pas les armes qui manquent, bazookas, mortiers, et même mines anti-personnelles, même si les seules armes que l’on peut voir servent à revoir des rudiments d’instruction militaire.

Le reste des armes est caché, selon Amindo qui assure que chacun sait parfaitement où les trouver « aussitôt que la fusillade aura commencé ».

Du côté des autorités, la prudence est de mise et l’on semble convaincu que les déclarations va-t-en guerre de Dhlakama resteront sans lendemain.

Mais on garde l’oeil ouvert. A quelques kilomètres, sur la piste conduisant au camp, une voiture de l’unité d’élite des forces anti-émeute a été garée.

« On ne veut pas de problèmes pour sa sécurité ou sa santé, et si qui que ce soit entreprend quelque chose contre lui, la force d’intervention rapide interviendra pour l’aider », explique Pedro Cossa, un porte-parole de la police nationale.

Jeuneafrique.com avec AFP

Egypte: la justice ordonne l’arrestation de l’ex-Premier ministre Chafiq

septembre 11, 2012
Egypte: la justice ordonne l'arrestation de l'ex-Premier ministre Chafiq Egypte: la justice ordonne l’arrestation de l’ex-Premier ministre Chafiq © AFP

La justice égyptienne a ordonné mardi l’arrestation de l’ancien Premier ministre de Hosni Moubarak et candidat malheureux à la présidence Ahmad Chafiq pour qu’il soit traduit devant une cour pénale, a-t-on appris de source judiciaire.

M. Chafiq, qui se trouve aux Emirats arabes unis depuis son échec électoral en juin, est sous le coup d’une enquête pour corruption dans une affaire concernant une cession de terrain aux deux fils de l’ancien chef d’Etat, Alaa et Gamal Moubarak.

Ces deux derniers, qui se trouvent actuellement en détention préventive au Caire, vont eux aussi être traduits devant une cour pénale pour cette affaire, de même que quatre anciens généraux, a-t-on indiqué de même source.

M. Chafiq figure depuis le mois dernier sur une liste de personnes pouvant être arrêtées à leur entrée en Egypte ou interdites de quitter le territoire.

La justice égyptienne n’a pas fait mention d’une demande d’extradition ou d’un mandat d’arrêt international, laissant supposer que la demande d’arrestation le vise uniquement s’il revient en Egypte.

M. Chafiq, un ancien chef de l’armée de l’air, a été ministre de l’Aviation civile avant d’être nommé Premier ministre par Hosni Moubarak fin janvier 2011, dans les tout derniers jours de sa présidence.

Il s’était présenté à l’élection présidentielle contre l’actuel président, l’islamiste Mohamed Morsi, remportant 48,3% des voix, au terme d’une campagne acharnée à l’issue longtemps indécise.

Peu après l’annonce de sa défaite, il s’était rendu au Emirats, faisant savoir qu’il comptait revenir en Egypte pour y fonder un parti politique.

M. Chafiq avait dénoncé le 30 août comme « politique » la mesure pouvant entraîner son arrestation à son retour sur le sol égyptien. IL avait ajouté, dans une déclaration à la chaîne Skynews basée à Abou Dhabi, qu’il n’hésiterait pas à regagner son pays quand il jugerait cela « nécessaire ».

L’affaire le visant concerne la vente à un prix supposé en dessous de celui du marché d’un vaste terrain appartenant à une association de pilotes militaires, dont M. Chafiq était le président, aux fils de l’ex-chef de l’Etat.

Ces accusations avaient surgi au cours de la campagne électorale de M. Chafiq, qui les avait démenties.

Alaa et Gamal ont été acquittés dans un premier procès pour corruption où leur père a pour sa part été condamné à la prison à vie pour le meurtre de manifestants lors du soulèvement contre son régime début 2011.

Ils ont toutefois été maintenus en détention en attendant un nouveau procès pour des affaires de corruption distinctes.

De nombreux responsables politiques ou hommes d’affaires proches du clan Moubarak -notamment de Gamal, autrefois héritier politique présumé de son père- ont été traduits en justice ou sont menacés de l’être depuis la chute du raïs en février 2011.

Jeuneafrique.com avec AFP