Posts Tagged ‘Parti’

Zimbabwe: l’ancienne vice-présidente Joice Mujuru lance son parti politique

février 17, 2016

Harare – L’ancienne vice-présidente du Zimbabwe, Joice Mujuru, tombée en disgrâce auprès du président Mugabe et expulsée du parti au pouvoir fin 2014 après des rumeurs de complot contre le chef de l’Etat a annoncé mercredi qu’elle avait lancé sa propre formation politique.

Joice Mujuru a confirmé mercredi auprès de l’AFP le nom de son futur parti : We Are People First (Nous sommes le Peuple d’abord). Nous ne dirigeons pas le peuple, le peuple se dirige lui-même, a-t-elle ajouté.

L’ex-favorite à la succession de Robert Mugabe a été évincée de son poste de vice-présidente en 2014 au cours d’une purge surprise qui a coûté leur place à nombre de ses soutiens.

Elle est notamment dans le collimateur de Grace Mugabe, la première dame, qui l’a accusée de vouloir renverser le président, ce dont elle se défend affirmant qu’il n’y a aucune preuve.

Joice Mujuru, 60 ans, a depuis été remplacée par Emmerson Mnangagwa, un des fidèles lieutenants de Robert Mugabe, surnommé le Crocodile pour son caractère impitoyable.

Avant d’être écartée de la ZANU-PF, le parti au pouvoir, Joice Mujuru, veuve de Solomon Mujuru, premier chef noir de l’armée du pays, a occupé des postes ministériels dans tous les gouvernements depuis l’indépendance en 1980.

En septembre, elle avait publié un manifeste où elle proposait de revenir sur des mesures clés prises par le président Robert Mugabe, révélant ainsi ses intentions de défier politiquement le chef de l’Etat.

Elle y proposait notamment de revenir sur les lois d’indigénisation, qui exigent que la majorité des parts des entreprises soient détenues par des Zimbabwéens, une condition qui représente un obstacle majeur pour les investissements étrangers.

Jouissant toujours d’une forte popularité au Zimbabwe, elle devra cependant faire face à une tâche de grande ampleur pour imposer son nouveau parti dans un paysage politique dominé par la ZANU-PF.

C’est une tâche herculéenne. Le parti va devoir être extrêmement créatif pour devenir un candidat sérieux au pouvoir, estime l’analyste politique Takura Zhangazha, interrogé par l’AFP.

Combattre la ZANU-PF ne va pas suffire. Le parti devra être différent, pas seulement de la ZANU-PF mais aussi de formations d’oppositions comme le Mouvement pour le Changement Démocratique (MDC), poursuit-il.

Ces dernières années, le MDC de Morgan Tsvangirai a occupé la place d’opposant principal à Mugabe.

En tête au premier tour des élections de 2008, M. Tsvangirai avait été contraint de se retirer du second tour après des violences qui avaient fait plus de 200 morts dans ses rangs.

Premier ministre dans un gouvernement de partage du pouvoir, il n’a jamais pu faire entendre sa voix et concurrencer sérieusement l’autorité de M. Mugabe.

En 2013, lors des dernières élections, il avait été battu dès le premier tour par Robert Mugabe, élu avec 61% des voix lors d’un scrutin entaché de soupçons de fraudes.

Au pouvoir depuis 1980, le président zimbabwéen qui fêtera dimanche ses 92 ans n’a pour le moment pas fait part de son choix pour lui succéder mais a d’ores et déjà été désigné candidat de son parti pour la présidentielle de 2018.

Le mois dernier, il est apparu à la tribune du sommet de l’Union Africaine, dont il quittait la présidence, délivrant un long discours et mettant un terme aux rumeurs selon lesquelles il avait eu une attaque cardiaque mortelle lors de ses vacances en Asie.

Romandie.com avec(©AFP / 17 février 2016 13h58)

Congo: Parfait Kolelas sanctionne Landry, Tchibambelela et Cie et met en difficulté les ministres Yoka et Mboulou.

septembre 10, 2015
Le Secrétaire général du Mcddi, Guy-Brice Parfait Kolélas

Le Secrétaire général du Mcddi, Guy-Brice Parfait Kolélas

Trop, c’est trop ! Le secrétaire général du Mouvement congolais pour la démocratie et le développement intégral (MCDDI), Guy Parfait Kolélas, vient de taper du poing sur la table.

En effet, des sanctions sont tombées contre certains responsables du Bureau exécutif national (BEN) et d’autres instances dirigeantes du parti, qui sont, depuis un bon bout de temps, obnubilés certainement par des intérêts égoïstes et l’argent facile. Ce n’est un secret pour personne. Certains enfants de Bernard Kolélas et de Mâ Ngoundi Jacqueline, qui ont accepté délibérément de se faire manipuler par le pouvoir de Sassou à cause des «nguiris d’argent», assurément, regardent aujourd’hui en chien de faïence leur frère Guy Parfait Kolélas.

Quelle honte !

Comme le stipule la délibération conjointe n° OO1/MCDDI/BEN-CNDC du 6 septembre 2015, portant sur ces sanctions disciplinaires contre certains membres du parti, pour flagrance, ils sont 15 membres qui ont écopé d’une suspension au comité national, conformément aux dispositions statutaires édictées aux articles 148, alinéas : 10, 11, 12, 16, 21, 22, 26 ; 149, alinéa 4, sans oublier l’article 151 du règlement intérieur.

Les alinéas 10 et 11 des statuts du MCDDI, par exemple, condamnent «la trahison et l’insubordination». Et aux alinéas 12, 16, 21, 22 et 26, du même article, on stigmatise respectivement «le refus de se conformer à une décision prise par une instance dirigeante du parti ; les manœuvres visant la scission du parti ou l’organisation d’un courant nuisible en son sein ; le fait d’engager le parti sans en avoir reçu mandat ; le fait de soutenir en dehors des instances du parti des opinions contraires aux décisions et points de vue, ou d’engager une polémique contre un autre militant à ce sujet, ainsi que la violation ou le non-respect des statuts et du règlement intérieur».

Prenant donc le taureau par les cornes, le secrétaire général du MCDDI, Guy Parfait Kolélas qui n’entend plus dormir sur ses lauriers a informé récemment plusieurs représentations diplomatiques présentes dans le pays sur l’interdiction faite aux dissidents du parti d’utiliser désormais à leur profit les différents symboles du MCDDI.

Aussi, les ministres Aimé Emmanuel Yoka et Raymond Zéphirin Mboulou porteront une responsabilité historique s’ils refusaient à l’avenir, par complaisance, de ne pas interpeller tous ceux des dissidents qui auront délibérément enfreint à cette décision prise unanimement par le BEN du MCDDI, dernièrement. Voici cette délibération conjointe:

Sanction du MCDDI

Sanctions du MCDDI

Zenga-mambu.com,

Côte d’Ivoire: Charles Konan Banny opposé à la candidature de Bédié à la tête du PDCI

septembre 18, 2013

A deux jours de la réunion du bureau politique du Parti démocratique de Côte d’Ivoire, qui doit se tenir le 19 septembre, dernier acte avant le Congrès début octobre, Charles Konan Banny a publié une tribune dans le quotidien gouvernemental Fraternité Matin. Il se prononce pour la présence d’un candidat issu du PDCI dans la course à la présidentielle de 2015 et contre la candidature à la présidence du parti de l’ancien chef d’Etat, Henri Konan Bédié.

C’est la première fois que le président de la Commission dialogue, vérité et réconciliation s’exprime depuis plus de cinq mois et le début du vif débat qui traverse le PDCI à propos du renouvellement de sa direction lors du 12e Congrès. Charles Konan Banny a publié sa tribune en tant que membre du bureau politique du plus vieux parti de Côte d’Ivoire. L’ancien Premier ministre souhaite que le PDCI fasse sa mue et retrouve la volonté de conquérir le pouvoir.

Celui qui avait tenté de se présenter à la présidentielle de 2010 sous les couleurs du PDCI prône entre les lignes la présence d’un candidat de son parti dans la course à la présidentielle de 2015. A propos des préparatifs du congrès du parti prévu d’ici deux semaines, Charles Konan Banny écrit que « les militants pourraient se voir confisquer la parole ». Une évocation du fait que les jeunes, notamment, seront moins représentés au Congrès, voire même totalement absents.

Surtout, sans mettre une seule fois dans le texte de sa tribune le nom d’Henri Konan Bédié, frappé par la limite d’âge, Charles Konan Banny l’exhorte à renoncer à briguer la présidence du PDCI lors du renouvellement des instances du parti.

Rfi.fr

Côte d’Ivoire: Des jeunes du parti demandent leur participation au Congrès du PDCI

septembre 17, 2013

Des jeunes se réclamant de la section universitaire du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (Pdci, ex-parti unique) ont bruyamment manifesté mardi devant le siège de leur parti pour réclamer leur ‘’place’’ au 12ème congrès ordinaire.

‘’ Nous réclamons la place de la jeunesse au prochain congrès du parti parce que nous estimons que la jeunesse doit jouer une part active au cours de ce congrès » a déclaré à APA, Béda Kouassi, le porte parole des manifestants.

‘’Nous n’avons pas été pris en compte depuis que le Pdci collabore avec le pouvoir », a ajouté M. Kouassi, fortement ovationné par ses camarades qui brandissaient des pancartes véhiculant des messages hostiles aux dirigeants actuels du parti fondé par Félix Houphouët-Boigny, premier Président de la Côte d’Ivoire indépendante.

‘’Renouveau, rajeunissement et redynamisation égale à jeunesse » ; ‘’quelle est la place de la jeunesse au Pdci ? », pouvait-on lire sur ces pancartes. Après des échauffourées avec d’autres jeunes, Béda Kouassi et ses camarades ont été reçus par Romain Porquet, le Directeur de protocole du Président sortant du Pdci, Aimé Henri Konan Bédié. Des forces de l’ordre ont été déployées autour du siège du Pdci, situé dans le quartier chic de Cocody où résident les Ambassadeurs.

‘’Notre souhait, c’est d’être reçus par les instances du parti », a-t-il dit après cette rencontre avec M. Porquet en rappelant que ‘’nos courriers sont restés jusque-là sans suite ». Une réunion du bureau politique du parti doyen de Côte d’Ivoire est annoncée pour le jeudi prochain.

Le Pdci-Rda renouvellera ses instances dirigeantes à l’issue de son 12ème congrès ordinaire prévu du 3 au 5 octobre prochain autour du thème ‘’le Pdci face aux défis nouveaux : renouveau, rajeunissement et redynamisation ».

Ce congrès divise depuis quelques semaines les membres de la haute direction. Kouassi Yao, Bertin Kouadio Konan dit KKB et Alphonse Djédjé Mady, se sont déclarés candidat à la présidence de ce parti face à l’ancien Chef de l’Etat, Aimé Henri Konan Bédié. Ils ont crée l’Alliance pour le Renouveau Démocratique du Pdci (Ard-Pdci).

APA- Abidjan (Côte d’Ivoire)

Attaques contre Bédié : Des jeunes du PDCI lâchent leur Chef KKB

juin 25, 2013

Des jeunes du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI, l’ex-parti unique), ont exprimé mardi leur désolidarisation avec les récentes activités de leur Président, Bertin Konan Kouadio dit ‘’KKB’’.

Dans une déclaration transmise mardi au bureau de APA, le Secrétaire général de la Jeunesse du Parti Démocratique de Côte d’Ivoire (JPDCI), Brahima Kamagaté s’est dit indigné par des ‘’propos irrévérencieux » de KKB à l’endroit du Président du parti, Henri Konan Bédié.

‘’Nous, membres du Bureau national et Coordonnateurs de la JPDCI voulons affirmer haut et fort que nous ne nous reconnaissons pas dans les propos du frère KKB », a déclaré M. Kamagaté, pour lever toute équivoque sur la ‘’position réelle » des jeunes du parti fondé par feu Félix Houphouët-Boigny (Premier Président de la Côte d’Ivoire indépendante) par rapport aux déclarations de KKB, dans ses dernières tournées politiques.

Bertin Konan Kouadio, depuis peu soutient qu’au regard des textes qui régissent le plus vieux parti politique de la Côte d’Ivoire, le Président actuel de ce parti, Henri Konan Bédié, n’est plus apte à se présenter aux élections pour sa propre succession.

Ceci étant, pour KKB, M. Bédié (79 ans), est forclos et donc son ambition de vouloir être porté encore à la tête du PDCI, est sans fondement juridique.

Henri Konan Bédié, a dirigé le pays (1993-1999) à la mort du Président Félix Houphouët Boigny, le 7 décembre 1993 a été évincé du pouvoir le 24 décembre 1999 par un putsch mené par feu le Général de brigade, Robert Guéï.

Dans ses récentes interviews, Henri Konan Bédié, ou le Sphinx de Daoukro ( son village natal au Centre-Est), comme l’appellent ses sympathisants, annonce qu’il sera candidat à la présidence du PDCI lors du XIIème congrès prévu du 03 au 05 octobre prochain.

KKB, dans sa logique, soutient que le thème du congrès, ‘’PDCI-RDA face aux nouveaux défis : renouveau, rajeunissement et renaissance » doit pouvoir, au terme des travaux, apporter du sang neuf dans l’organigramme de cette formation politique qui retrouve difficilement ses marques depuis la chute du régime Bédié en 1999.

Ce qui intrigue le plus, le patron des jeunes du PDCI, c’est le fait que le Président Bédié ait mis en place un Comité ad’hoc pour organiser le congrès, en plaçant à sa tête, l’Inspecteur général d’Etat, Gnamien N’goran, son ‘’neveux », laissant sur le ‘’carreau » le Secrétaire général du parti, Alphonse Djédjé Mady.

Cette pratique donne à penser que la vie de ce parti est ramenée à une ‘’cellule familiale », avait dénoncé KKB lors d’une de ses sorties aux Etats-Unis.

En réponse, M. Bédié n’a pas du tout apprécié les propos de son « fils », en évitant même de le citer nommément lors d’une interview accordée à la chaîne de télévision française France 24.

Le parti du ‘’vieux sage d’Afrique », traverse un moment de turbulence, à tel point que l’ex-Premier ministre, Jeannot Koudio-Ahoussou, avait affirmé que le parti était ‘’amaigri et rabougri ».

En tout état de cause, le parti qui se retrouve à la croisée des chemins, doit pouvoir faire sa mue pour s’adapter aux nouvelles réalités géopolitiques de la Côte d’Ivoire, vu que les mentalités des nouvelles générations ont indubitablement changé, soulignent les analystes.

APA-Abidjan (Côte d’Ivoire)

Jean-Luc Mélenchon sous le charme de Nabilla

juin 1, 2013

Le leader du Parti de gauche loue le «génie» de la star des Anges de la télé-réalité

Jean-Luc Mélenchon sous le charme de Nabilla

Nabilla-NRJ12Nabilla-AyemNABILLA-STAR
 
Jeudi, Jean-Luc Mélenchon était l’invité plutôt inattendu de l’émission Touche pas à mon poste sur D8. Il s’est livré avec plaisir à l’exercice et a apporté un regard pour le moins original sur Nabilla et son célèbre «allô, non mais allô quoi!».

Jean-Luc Mélenchon est souvent là où on ne l’attend pas, mais s’il y a bien une émission de télévision à laquelle personne ne l’imaginait participer c’est bien Touche pas à mon poste. Pourtant, jeudi soir, le leader du Parti de gauche était assis à côté des chroniqueurs de l’émission qui cartonne pour répondre aux questions de Cyril Hanouna et participer à l’exercice de décryptage et de commentaire (souvent drôle) du programme phare de la TNT.

Lorsque l’inévitable sujet Nabilla est arrivé, un personnage à l’opposé des considérations politiques et des combats de l’ancien candidat à l’élection présidentielle, Jean-Luc Mélenchon n’a pas fait semblant de ne pas la connaître. Bien au contraire, il porte sur la star des Anges de la télé-réalité un regard très précis, sans doute aidé par ses conseillers en communication. «On peut dire tout ce que l’on veut, elle a créé une expression et elle vous l’a collée sur le cerveau» a ainsi analysé Jean-Luc Mélenchon ajoutant: «Parce que le nombre de gens qui se sont mis à dire « allô » pour un oui ou pour un non…», parlant même de «magie des mots». 

Enora Malagré a essayé de nuancer le propos en précisant que c’était plutôt «la magie de la télé». Et quand Christophe Carrière a affirmé qu’«elle fait ça totalement inconsciemment sinon ça serait un génie», Jean-Luc Mélenchon lui a rétorqué, avec un sourire au coin des lèvres et l’œil malicieux: «Mais c’est ça le génie, quand tu calcules pas et que ça vient tout seul». Un compliment direct, certes teinté d’ironie, adressé à Nabilla de la part d’un professionnel des discours et du verbe, reconnu pour ses sorties enflammées et son sens de la formule lorsqu’il monte en tribune.

 Gala.fr par Jean-Christian Hay

Congo: La jeunesse du PCT face à sa responsabilité politique

mai 26, 2013

Le congrès constitutif de la nouvelle organisation unique de la jeunesse du Parti Congolais du Travail (PCT) a été ouvert le 24 mai 2013 à Brazzaville, par le secrétaire général de ce parti, Pierre Ngolo. Ce congrès qui met définitivement fin à la page de l’Union de la jeunesse socialiste congolaise (UJSC) et du Comité d’action pour la défense de la démocratie-Mouvement de la jeunesse (CADD-MJ), a pour mission de donner naissance à une organisation unique, efficace dans la défense des intérêts des jeunes, de la consolidation des idéaux du parti et de l’émergence du Congo d’ici à l’2025.


La jeunesse du PCT face à sa responsabilité politique
Quelque 1500 délégués venus des différents départements du pays et de l’Europe prennent part aux assises. Il s’agit des jeunes dont l’âge varie entre 15 et 35 ans, de nationalité congolaise, jouissant de tous leurs droits civiques et faisant preuve d’engagement politique.Le secrétaire général chargé de la jeunesse au niveau du PCT, également président de la commission préparatoire et d’organisation de ce congrès, Fernand Sabaye, a rappelé que la nouvelle organisation de jeunesse du PCT qui sera créée à l’issue du congrès aura pour missions d’encadrer, de former et de mobiliser l’ensemble des sympathisants et militants du parti, en vue de permettre aux jeunes de prendre, eux-mêmes, en main leur avenir.

Autrement dit, cette organisation est un cadre d’expression qui permettra aux jeunes de réfléchir sur leur devenir, de traduire, d’analyser et de proposer des politiques d’amélioration de leurs conditions spécifiques. C’est pourquoi, elle aura en son sein des unions catégorielles comme la jeunesse estudiantine, la jeunesse rurale, etc., en vue d’une meilleure prise en charge de l’action de la jeunesse.

Pierre Ngolo a insisté que «cette organisation politique est constituée des jeunes, rien que des jeunes de 15 à 35 ans, voués à être le porte-parole de la jeunesse, de ses attentes, de ses impatiences, tout comme de ses exigences à l’égard de la société et auprès des pouvoirs publics. Inflexible, toujours inflexible face à toutes les manœuvres de la compromission tendant à aliéner les intérêts des jeunes. Elle participera à la bataille des idées politiques en tant que force de propositions garantissant au gouvernement l’appui requis pour autant d’un pouvoir de gauche, social-démocratie en l’occurrence, ne peut produire et réaliser des politiques véritablement progressistes qu’avec le soutien et la mobilisation des forces sociales populaires».

Cette organisation unique de la jeunesse du PCT doit être en phase avec les impératifs du nouvel environnement. Les congressistes plancheront sur son règlement intérieur, ses statuts, sa plate-forme politique, son programme et le document sur l’état des lieux des grandes questions de la jeunesse congolaise.

Pierre Ngolo a dit que le parti attendait d’eux l’audace, le sens de la responsabilité, le souci de l’intérêt général, l’adhésion aux principes démocratiques et au dialogue vertueux. «Le parti compte énormément sur vous. Le président du Comité central attend avec un intérêt particulier les conclusions de vos assises. Elevez-vous au niveau de votre mission historique d’enfantement de l’appareil de l’espoir», a-t-il lancé, avant d’ouvrir les travaux qui prendront fin demain 26 mai.

Congo-site.com par Gaspard Lenckonov

Congo: M.c.d.d.i (Mouvement congolais pour la démocratie et le développement intégral) : La journée «portes ouvertes» a mobilisé de nombreux militants

mai 24, 2013
Le scanner pour le dépistage des maladies.

Le M.c.d.d.i (Mouvement congolais pour la démocratie et le développement intégral), parti allié à la majorité présidentielle, a organisé, lundi 20 mai 2013, une journée «portes ouvertes» du parti, à travers six arrondissements de la ville-capitale, en vue de sa visibilité. Cette journée «portes ouvertes» a connu plusieurs activités, comme le dépistage des maladies à l’aide d’un scanner, la campagne d’adhésion au parti, les jeux de nzango, de dame, de sac, la danse traditionnelle Kongo, etc. De nombreux militants y ont participé.

 
Les activités étaient organisées dans six arrondissements de Brazzaville (Makélékéké, Bancongo, Mfilou, Moungali, Ouenzé et Talangaï), par les présidents des comités M.c.d.d.i d’arrondissement, à l’initiative du secrétaire général, chef du parti, Guy-Brice Parfait Kolélas.

Dans chacun des six arrondissements, les militants sont venus nombreux, pour réaffirmer leur soutien au parti, lequel a enregistré de nouvelles adhésions. En effet, depuis la tenue de sa deuxième convention nationale, en janvier 2013, à Kinkala, qui a mis en place les nouvelles instances dirigeantes, le M.c.d.d.i a pris l’option de faire la politique autrement. Conscient de ce qu’une population malade ne peut produire, le M.c.d.d.i a associé une opération santé à sa journée «portes ouvertes». Il s’agit, notamment, du dépistage des maladies, la prise de tension, de l’examen de la vue, etc.

De Mfilou à Talangaï, en passant par le Centre sportif de Makélékélé, le siège de l’arrondissement 4, Moungali, il y avait un grand engouement de la part des militants et sympathisants. Nombreux sont ceux qui ne se sont pas lassés d’attendre, dans les files d’attente, le dépistage des maladies au scanner. D’autres, par contre, se sont intéressés aux différents jeux. «Nous offrons à la population un examen qu’on appelle le condom analyseur. C’est un scanner qui donne les informations à partir de la main ou du pied. Il est parmi les méthodes de la médecine traditionnelle chinoise qui, effectivement, nous permet de donner toutes les informations sur l’état de santé d’une personne. Après, nous proposons un traitement naturel. On peut aussi faire des recommandations sur l’hygiène alimentaire ou l’hygiène de vie», a expliqué un technicien du corps médical déployé sur le terrain.

Les militants du M.c.d.d.i  ont exprimé leur gratitude au secrétaire général du parti, Guy-Brice Parfait Kolélas, qui a offert, gratuitement, cette opération de dépistage de maladies, suivie des conseils sur l’hygiène alimentaire et d’une prise en charge par le corps médical.

Lasemaineafricaine.com par Pascal-Azad DOKO

Le PCT se dote d’un nouvel organe de jeunesse

mai 18, 2013
 

Le congrès constitutif de l’organisation unique de la jeunesse du Parti congolais du travail (PCT) se tiendra du 24 au 26 mai à Brazzaville, a annoncé ce samedi à la presse, le membre du bureau politique du parti et président de la commission d’organisation dudit congrès, Fernand Sabaye.


Le PCT se dote d’un nouvel organe de jeunesse
Cette organisation aura pour missions d’encadrer, de former et de mobiliser les militants et sympathisants du PCT sur l’ensemble du territoire national. Elle servira de cadre d’expression, de recherche et de proposition des solutions aux questions de la jeunesse.

Selon M. Sabaye, les travaux préparatoires de ce congrès sont achevés, notamment l’élaboration des documents fondamentaux (les statuts, le règlement intérieur et d’autres textes). Les délégations du PCT séjournent actuellement dans les différents départements du pays pour sensibiliser les populations de la tenue du congrès.

La nouvelle organisation de jeunesse du PCT remplacera l’Union de la jeunesse socialiste congolaise (UJSC) qui a été dissoute. Elle sera ouverte aux jeunes du parti, des formations politiques fusionnées au PCT (Agir pour le Congo, les FDN, le PJR, le CADD-MJ) et à bien d’autres.

La création d’un organe unique de jeunesse du PCT fait partie des recommandations du 6ème congrès extraordinaire de ce parti tenu en 2012. Les personnes appelées à intégrer et à assurer l’animation de cette structure devraient avoir l’âge oscillant entre 15 et 35 ans.

La stabilité de Madagascar, objet d’un entretien entre le pape et Rajoelina

avril 27, 2013
 
Le pape François accueille le président de l'autorité de transition malgache, Andry Rajoelina. Le pape François accueille le président de l’autorité de transition malgache, Andry Rajoelina. © AFP

Le pape François a reçu vendredi le président de l’autorité de transition malgache Andry Rajoelina, avec lequel il a évoqué la stabilité du pays, au cours d' »entretiens cordiaux », a annoncé le Vatican.

Ces entretiens « ont permis aux deux parties de constater la qualité de leurs relations, puis d’aborder certains aspects de la situation nationale (…) et de souligner les efforts déployés par Madagascar en vue de la stabilité du pays et de la démocratie, mais aussi d’un meilleur développement et d’une reprise des activités internationales », a indiqué le Vatican dans un communiqué.

Après s’être salués en français, M. Rajoelina et le pape se sont entretenus en privé pendant une quinzaine de minutes. Au terme de la rencontre, le souverain pontife a remis la médaille du Saint-Siège à Andry Rajoelina, avant de donner personnellement les traditionnels chapelets à l’épouse du président et aux cinq autres membres de la délégation. « Je suis heureux d’avoir pu vous confier tout ce que j’avais sur le coeur », a assuré le président au pape en quittant la Salle de la bibliothèque pour rejoindre le 2e étage du Palais apostolique, afin d’y rencontrer le cardinal Tarcisio Bertone, secrétaire d’Etat du Saint-Siège, et Mgr Dominique Mamberti, secrétaire du Saint-Siège pour les relations avec les Etats.

Andry Rajoelina a décidé de ne pas se présenter à la prochaine présidentielle, dans le cadre d’un accord avec son grand rival l’ex-président Marc Ravalomanana – qu’il a chassé du pouvoir en 2009 – pour tenter de rétablir la concorde à Madagascar. Le parti du président Rajoelina, le TGV, a choisi le maire d’Antananarivo et homme d’affaires Edgard Razafindravahy pour être son candidat à l’élection présidentielle, prévue le 24 juillet. La présidentielle malgache du 24 juillet doit en théorie permettre à la Grande Ile de rétablir un ordre constitutionnel mis à mal par le renversement de Marc Ravalomanana en 2009, qui a conduit à la suspension des aides financières internationales. Même si Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina ont renoncé à se porter candidats à la présidentielle, après des mois d’intense pressions internationales, ils vont, selon les analystes, se livrer à un duel à distance par candidats interposés.

Jeuneafrique.com avec AFP