Posts Tagged ‘passage’

Plus de 100 navires ont déjà traversé le canal de Suez, 140 autres attendus mardi

mars 30, 2021

PLUS DE 100 NAVIRES ONT DÉJÀ TRAVERSÉ LE CANAL DE SUEZ, 140 AUTRES ATTENDUS MARDI© Reuters/AHMED FAHMY PLUS DE 100 NAVIRES ONT DÉJÀ TRAVERSÉ LE CANAL DE SUEZ, 140 AUTRES ATTENDUS MARDI

LE CAIRE (Reuters) – Plus de 100 navires ont traversé le canal de Suez dans les deux sens depuis que le porte-conteneurs géant qui entravait la navigation depuis près d’une semaine a été remis à flot, a rapporté mardi la télévision publique égyptienne.

Près de 113 navires avaient transité par le canal à 6 heures GMT mardi matin, conformément aux plans annoncés précédemment par l’Autorité du canal de Suez (ACS).

Osama Rabie, le président de l’ASC, a expliqué que 140 autres navires devraient également traverser le canal ce mardi : 95 navires avant 19 heures, heure locale, et 45 autres avant minuit.

Il a également réaffirmé qu’il faudrait trois à quatre jours pour rattraper les retards provoqués par l’incident.

Le trafic a repris lundi en fin de journée sur le canal de Suez, après que l’Ever Given, un navire de 400 mètres de long qui s’était échoué mardi dernier au milieu d’une section du canal, a été remis à flot plus tôt dans la journée.

Cet échouement avait provoqué un gigantesque embouteillage maritime de plus de 400 navires qui attendaient de pouvoir traverser le canal de Suez.

Avec Reuters par (Mahmoud Mourad, version française Laura Marchioro, édité par Blandine Hénault)

Un autobus fonce dans un passage souterrain à Moscou: 5 morts

décembre 25, 2017

Des secouristes extraient un autobus qui a foncé dans un passage souterrain à Moscou le 25 décembre 2017 / © AFP / Vasily MAXIMOV

Cinq personnes ont été tuées et plusieurs autres blessées lundi lorsqu’un autobus municipal a foncé dans la sortie d’un passage souterrain dans l’ouest de Moscou, les autorités privilégiant la piste d’un accident.

« Les informations actuelles font état de cinq morts », a indiqué à l’AFP un responsable de la police de la route de Moscou, Artiom Kolesnikov. Trois personnes ont également été hospitalisées, selon la police.

Des images diffusées par la télévision russe ont montré l’autobus dévaler les marches du passage souterrain à faible allure, écrasant et fauchant plusieurs personnes.

Une autre vidéo diffusée sur les réseaux sociaux montre le bus monter à basse vitesse sur le trottoir, semblant ensuite glisser avant de s’engouffrer dans le passage souterrain à proximité.

Dans un communiqué, la police a indiqué privilégier la piste d’une erreur de conduite ou d’une défaillance technique de l’autobus.

Le conducteur, qui a été interpellé, a indiqué aux enquêteurs que l’autobus « se trouvait à l’arrêt, puis a commencé à bouger de manière inattendue ».

« Malgré les tentatives d’arrêter l’autobus, le système de freinage n’a pas fonctionné et l’autobus a poursuivi sa course », a-t-il affirmé, selon un communiqué du Comité d’enquête.

Une enquête criminelle pour « enfreinte aux règles de conduite » a été ouverte, selon la même source.

D’importantes chutes de neige ont touché lundi Moscou.

Le maire de Moscou, Sergueï Sobianine, qui a présenté ses condoléances sur Twitter aux proches des victimes, a ordonné la vérification de tout le parc d’autobus municipaux.

Deux hélicoptères de secours ont été utilisés pour évacuer les victimes, selon les services de secours.

Romandie.com avec(©AFP / 25 décembre 2017 15h25)                

Les USA demandent à la Grèce de refuser le passage d’avions russes vers la Syrie

septembre 7, 2015

Athènes – Les Etats-Unis ont demandé à la Grèce de ne pas autoriser les avions russes effectuant des livraisons en Syrie à emprunter son espace aérien, a déclaré lundi une source au ministère grec des Affaires étrangères, soulignant que son pays étudiait actuellement cette requête.

Nous avons reçu la requête samedi et nous l’examinons, a dit un responsable de la diplomatie grecque ayant souhaité rester anonyme.

La Russie a sollicité la Grèce en vue du passage de deux avions entre les 1er et 24 septembre, a-t-il ajouté.

Un sénateur russe, cité par l’agence russe RIA Novosti, a déclaré de son côté que si Athènes fermait son espace aérien aux appareils russes, Moscou chercherait d’autres routes.

Il s’agit d’une démarche stupide, et si Athènes la soutient cela serait inamical envers la Russie, a déclaré le sénateur Vladimir Djabarov, en suggérant que Moscou puisse se tourner vers des pays comme l’Iran ou la Turquie.

Le secrétaire d’Etat américain John Kerry a appelé samedi son homologue russe Sergueï Lavrov pour lui exprimer l’inquiétude des Etats-Unis quant à un éventuel engagement militaire de Moscou en Syrie.

M. Lavrov a de son côté souligné au cours de cet entretien que la partie russe n’avait jamais caché livrer des équipements militaires aux autorités syriennes pour lutter contre le terrorisme, a fait savoir lundi la diplomatie russe.

Vendredi, le président russe Vladimir Poutine avait affirmé qu’il était encore trop tôt pour parler d’un engagement militaire de la Russie en Syrie en vue de combattre l’Etat islamique. Il est prématuré de dire que nous sommes prêts à y aller là, tout de suite, avait déclaré M. Poutine, rappelant toutefois que Moscou vendait depuis longtemps des armes au régime du président syrien Bachar al-Assad.

La Russie a déployé début 2012 des navires de guerre à Tartous, la seule base dont dispose la Russie en mer Méditerranée. Cette base nécessite la présence de marins de la Flotte russe.

Depuis plusieurs jours, des bloggeurs font état sur internet de la présence accrue de soldats russes en Syrie.

Un député d’opposition à la Douma d’État (chambre basse), Dmitri Goudkov, a annoncé lundi avoir adressé une lettre officielle au ministre russe de la Défense, Sergueï Choïgou, pour lui demander d’éclaircir la situation.

Je reçois de nombreux messages de citoyens préoccupés par des rumeurs sur une éventuelle participation de soldats russes aux combats en Syrie, a-t-il indiqué, dans cette lettre rendue publique par le député.

Comme le ministère de la Défense ne dément rien et ne commente rien, les citoyens (…) ont l’impression que ces informations pourraient correspondre à la réalité, a expliqué M. Goudkov.

Romandie.com avec(©AFP / 07 septembre 2015 19h28)

Nabilla raconte comment elle a vécu son passage en prison

août 28, 2015

Nabilla

Nabilla

« Ça m’a endur­cie »

Le 7 novembre 2014, Nabilla Benat­tia était accu­sée d’avoir porté plusieurs coups de couteau à son compa­gnon, Thomas Vergara. Placée immé­dia­te­ment en garde à vue, la star­lette avait été incar­cé­rée deux jours plus tard à la maison d’ar­rêt de Versailles, d’où elle était fina­le­ment sortie le 18 décembre.

 « La prison est pire que la garde à vue, avait-elle confié au maga­zine Lui.Ça rend ouf, j’avais envie de mourir. »

Aujourd’­hui, lors d’une longue inter­view accor­dée au maga­zine Paulette, Nabilla est reve­nue sur ces trois semaines de déten­tion. Une « expé­rience » dont elle a tiré des ensei­gne­ments. « Tu en sors gran­die si tu arrives à la surmon­ter, confie-t-elle. Ça m’a endur­cie, et surtout ça m’a permis de sortir du star system, cette course au succès, à la célé­brité, etc. Je suis redes­cen­due sur terre et j’ai réalisé que je devais faire les choses pour moi et pas pour les autres. »

L’an­cienne candi­date de télé­réa­lité estime que cette incar­cé­ra­tion l’a aidée à évoluer. « Je suis passée de gamine qui ne pensait qu’à sortir et à s’amu­ser à une femme qui se projette dans le futur, explique-t-elle. Ça fait assez peur. Les événe­ments ont été une cassure mais ça m’a laissé le temps de réflé­chir. Quand tu prends une claque, tu ne peux que mûrir. »

S’es­ti­mant aujourd’­hui trans­for­mée, la jeune femme de 23 ans à un message à faire passer au public. « J’es­père que vous chan­ge­rez d’avis (sur moi ndlr) Allez plus loin. Ne vous arrê­tez pas à l’image préconçue que vous pouvez avoir de moi… »

Voici.fr par Perrine Stenger

Centrafrique: des habitants fuient après des violences au passage d’un convoi de musulmans

avril 13, 2014

Centrafrique: des habitants fuient après des violences au passage d'un convoi de musulmans © AFP

Centrafrique: des habitants fuient après des violences au passage d’un convoi de musulmans © AFP

La majorité des 7. 000 habitants de Boguila, dans le nord de la Centrafrique, se sont enfuis dans la brousse en raison d’affrontements armés au passage d’un convoi de la force africaine escortant plus de 500 musulmans qui gagnaient le Tchad, a déclaré dimanche Médecins Sans Frontières (MSF).

Le convoi, escorté par des soldats tchadiens de la Misca quittant eux aussi la Centrafrique, était parti vendredi de Bossangoa, à 150 km de la frontière tchadienne. Il « a été pris à partie (samedi) par des groupes armés locaux », vraisemblablement des miliciens anti-balaka, en majorité des chrétiens, selon MSF.

« Le convoi de 20 camions évacuait les derniers 540 musulmans de Bossangoa vers Goré, dans le sud du Tchad. A son passage dans Boguila, l’équipe de MSF présente à l’hôpital a entendu une forte explosion et des tirs nourris et a vu les habitants s’enfuir de la ville », précise l’ONG dans un communiqué, ajoutant avoir pris en charge trois blessés à Boguila et à Poua, localité proche.

MSF, présente à Boguila depuis 2006, craint que d’autres personnes aient pu être blessées au cours des échanges de tirs.

Samedi, une source au sein de la gendarmerie de Bossangoa, à quelque 300 km au nord-ouest de Bangui, avait rapporté que les derniers musulmans encore présents dans la ville avaient tous quitté la région pour le Tchad afin d’échapper aux violences des anti-balaka. Ils étaient escortés par des soldats de la Misca.

En septembre, des violences avaient éclaté dans la région de Bossangoa et dans celle de Bouca voisine. Les anti-balaka avaient attaqué et tué des civils musulmans, entrainant des représailles de la Séléka, ex-rébellion de majorité musulmane, alors au pouvoir. Au moins 150 personnes avaient été tuées et plusieurs centaines blessées.

Sur une grande partie de son territoire, la Centrafrique s’est enfoncée dans un cycle de tueries intercommunautaires après des mois d’exactions perpétrées par les combattants de la coalition Séléka qui avaient pris le pouvoir à Bangui le 24 mars 2013 avant de devoir le quitter en janvier dernier.

Depuis la fin du régime des Séléka et leur désarmement par les forces française et africaines, les musulmans, souvent associés aux ex-rebelles et désormais sans défense se sont retrouvés en proie aux pires représailles de la part des milices anti-balaka. C’est par dizaine de milliers qu’ils fuient le pays depuis plusieurs mois.

Jeuneafrique.com avec AFP