Posts Tagged ‘patronage’

Congo/Conseil national de l’U.d.r-Mwinda : Des sanctions à l’encontre de deux membres

septembre 17, 2013

L’U.d.r-Mwinda a tenu la cinquième session extraordinaire de son conseil national, jeudi 12 septembre 2013, dans la salle de conférences de l’hôtel de la préfecture de Brazzaville, sous le patronage de Guy-Romain Kinfoussia, président dudit parti, avec la participation de tous les membres de cette instance dirigeante qui décide des grandes orientations de ce parti. Au terme des travaux de cette session extraordinaire, il a été décidé de la tenue, dans les prochains jours, de la conférence des cadres du parti résidant à Brazzaville.

Le conseil national a, par ailleurs, prononcé des sanctions contre deux de ses membres, l’ancien député Dominique Basseyla et Jacques Katassa, qui ont écopé d’une suspension de six mois, assortie de l’obligation de se retirer des occupations qui sont les leurs, dans un délai de quinze jours.

Le Conseil national de l’U.d.r-Mwinda compte cent vingt-cinq membres à travers le pays. La session extraordinaire a surtout concerné les soixante-quinze membres de Brazzaville. Ils étaient, au total, 58 à être présents. Cette session, dont l’objectif est de redynamiser la vie du parti, avait un seul point à son ordre du jour: la détermination des sanctions à l’encontre de deux membres ayant participé à la concertation politique de Dolisie, sans en avoir reçu mandat du parti. Il s’agit de Dominique Basseyla et de Jacques Katassa, respectivement, premier vice-président du parti et membre du conseil national, secrétaire, chargé de l’organisation de la mobilisation du bureau fédéral U.d.r-Mwinda du Niari.
Ce point a suscité des débats ouverts et francs. Les propositions émises par la Commission nationale d’évaluation et de contrôle du parti ont été examinées. A la suite de cela, la sanction a été prise: Dominique Basseyla et Jacques Katassa sont suspendus pour six mois. Cette sanction est assortie de l’obligation de se retenir des occupations qui sont les leurs, dans un délai de quinze jours.
Signalons que la session extraordinaire du Conseil national de l’U.d.r-Mwinda a été, surtout, marquée par les allocutions d’ouverture et de clôture du président du parti.

Annonçant la tenue de la Conférence des cadres du parti résidant à Brazzaville, dans les tout prochains jours, le président Guy-Romain Kinfoussia a réaffirmé la constance du combat politique de son parti, dans le cadre de l’opposition. Il a, par ailleurs, reprécisé l’objectif des états généraux que réclame le collectif des partis de l’opposition congolaise qui, selon lui, est la recherche des solutions idoines aux problèmes du pays. «A la crise multidimensionnelle, crise politique, crise morale, crise électorale, crise économique, crise sociale dont les indices sont, chaque jour, visibles dans le vivier national, il faut bien que les Congolais se parlent véritablement et trouvent ensemble des solutions», a-t-il déclaré.

A ce sujet, le président de l’U.d.r-Mwinda a réaffirmé l’option de ne jamais pratiquer la politique de la chaise vide et d’être toujours à la table de dialogue, chaque fois que le parti sera associé à l’organisation de toute initiative d’intérêt national.

Abordant la question du recensement administratif spécial, le président du parti a indiqué que ledit recensement, non seulement, a réengagé les animateurs de l’administration territoriale, préfets, maires, sous-préfets, chefs de quartiers, contrairement aux recommandations d’Ewo, mais encore et surtout, au regard du constat fait par des partis partenaires du gouvernement dans cette opération. «Ce recensement est un échec cuisant, échec annoncé à mi-parcours avec un taux de réalisation de 30% et qui fait apparaître l’amateurisme du gouvernement qui, en dépit de l’immensité des fonds consentis à cette occasion, se révèle incapable d’identifier les potentiels électeurs congolais», a-t-il indiqué.

Lasemaineafricaine.net par P.-A. D

Congo/P.c.t (Parti congolais du travail) : L’organisation unique de jeunesse est née: la F.m.c!

mai 28, 2013
Les quelques responsables du secrétariat permanent du P.c.t.

Le P.c.t (Parti congolais du travail) a, désormais, une organisation unique de jeunesse. Celle-ci a été créée à l’issue du congrès constitutif de la jeunesse du P.c.t qui s’est tenu du 24 au 26 mai 2013, dans la salle des congrès du palais des congrès à Brazzaville, sous le patronage de Pierre Ngolo, secrétaire général du P.c.t, sur le thème: «Jeunes congolais pour la défense de nos intérêts, la consolidation des idéaux du Parti congolais du travail (P.c.t) et l’émergence du Congo d’ici 2025, mobilisons-nous dans l’unité et la cohésion, en vue de la création de notre organisation».

Il s’agit de la F.m.c (Force montante congolaise), qui a pour premier secrétaire, Juste Bernadin Gavet, âgé de moins de 35 ans.

La F.m.c s’est dotée d’un comité central de 261 membres, un secrétariat permanent de 11 membres, d’une commission nationale de contrôle et d’évaluation de 7 membres, présidée par Marien Mobondzo Edzonga. Le congrès constitutif de la F.m.c a réuni 1863 congressistes venus des douze départements du pays et de la diaspora congolaise en France.

Les membres des différentes instances dirigeantes du P.c.t (secrétariat permanent, commission nationale de contrôle et d’évaluation, comité d’honneur) étaient à l’ouverture et à la clôture du congrès. Sur les banderoles on pouvait lire: «Tous derrière le président Denis Sassou Nguesso pour un Congo émergent», «En avant pour la création de notre instrument de lutte, le présent est à la lutte, l’avenir est à nous». L’orchestre Extra-Musica Zangul de Roga Roga a électrisé la salle, avec ses morceaux choisis très prisés par les jeunes.

A l’ordre du jour, figuraient, entre autres points, l’examen et l’adoption des documents fondamentaux et la mise en place des instances dirigeantes de l’organisation. Les congressistes ont adopté deux motions, l’une exprimant leur soutien au président de la République et l’autre pour remercier le P.c.t. Des recommandations ont été faites à l’endroit des jeunes. On peut citer, par exemple, celle qui consiste à réhabiliter les internats.

La création de la F.m.c répond ainsi à l’une des recommandations du 6ème congrès extraordinaire du P.c.t. La nouvelle organisation juvénile du P.c.t a un hymne et une devise: «Le présent est à la lutte, l’avenir à la jeunesse», et un emblème symbolisé par une poignée de mains et une plume dans un encrier. Sa doctrine est celle du parti, notamment la social-démocratie. Pour avoir marqué l’histoire du mouvement juvénile congolais, 21 personnalités du P.c.t ont été élevées à la dignité de membres d’honneur de la F.m.c, parmi lesquelles le président Denis Sassou Nguesso, Pierre Ngolo, Isidore Mvouba, Gabriel Oba-Apounou, Michel Ngakala, Jean-Pierre Fernand Sabaye, André Okombi-Salissa.

A l’ouverture du congrès, Fernand Sabaye, qui a dirigé les travaux, a, dans son propos, remercié toutes les intelligences qui ont concouru à la réussite de l’événement. Il a, ensuite, rendu un hommage mérité au président Denis Sassou Nguesso.

Pierre Ngolo a précisé que la F.m.c est une organisation politique, constituée des jeunes rien que des jeunes de 15 à 35 ans. Elle sera «vouée à être le porte-parole de la jeunesse, de ses attentes, de ses impatiences, tout comme de ses exigences à l’égard de la société et auprès des pouvoirs publics». Prononçant son discours, le tout premier secrétaire de la F.m.c a indiqué qu’il en appelle à l’appui de tous. La naissance de la F.m.c ouvre ainsi une nouvelle page de l’histoire de la jeunesse au Congo.

Lasemaineafricaine.com par Pascal AZAD DOKO