Posts Tagged ‘Pendaison’

France: la Congolaise Irène se suicide par pendaison dans sa maison

octobre 12, 2021

Le Mée-sur-Seine en Seine et Marne, à quelques encablures de Melun la ville préfecture, une Congolaise s’est donné la mort par pendaison, vendredi après-midi. C’est son mari qui a fait la macabre découverte, en rentrant du travail.

La communauté congolaise du Mée-sur-Seine est en émoi, suite au décès vendredi après-midi, de Irène M, la cinquantaine entamée, mère de six enfants.

Quand il rentre du travail vers 15 heures, en ce vendredi 8 octobre, Nicaise M, est loin de se douter que son épouse vient de commettre l’irréparable. Vers 14 heures, elle l’a appelé, lui demandant d’acheter de la bière en rentrant. Il trouverait la clé sous le paillasson, car elle s’en va faire les cent pas.

Pourtant, quand il met la clé dans la serrure, Nicaise se rend compte que la porte n’est pas verrouillée. Une fois dans la maison, il s’aperçoit que la porte donnant sur le balcon est restée ouverte et l’air froid envahi la maison. En allant fermer la porte, il trouve son épouse pendue au moyen d’un foulard attaché sur la rambarde du balcon. Elle s’est laissée choir de tout son poids et la vie semble avoir déjà quitté le corps.

Nicaise appelle la police, les secours puis les voisins. Les secours rapidement arrivés sur le lieu ont tenté de réanimer Irène en vain. Le décès constaté et certifié par la police scientifique comme ayant été provoqué par pendaison, l’équipe funéraire a procédé à l’enlèvement du corps aux environs de 18 heures.

Ses amis ont sans trop de détails, expliqué le geste définitif d’Irène par la longue dépression dont elle souffrait depuis des années, conséquence de nombreux facteurs sous-jacents induisant une quasi-culpabilité voire une souffrance de laquelle elle tardait à se remettre.

Ses relents suicidaires étaient connus de tous. Il arrivait qu’elle se réveille de nuit pour rallier l’autoroute à pied, aux fins de se jeter sous un véhicule.

Mais Irène M, ne suivait aucun traitement ni accompagnement psychologique. Conforté par une conception bien congolaise du phénomène, son entourage arguait qu’elle avait des problèmes de famille et ses crises suicidaires étaient un envoutement. Cela l’avait amené à effectuer un voyage au Congo, afin de trouver auprès de ses parents, des solutions au problème par les pratiques du terroir. Hélas…

Avec Sacer-infos par lesechos-congobrazza.com

Guadeloupe: une femme égorgée, son conjoint pendu

décembre 10, 2019

 

Une jeune femme a été retrouvée, lundi, égorgée dans son appartement à Capesterre-Belle-Eau (Guadeloupe)et son conjoint pendu mercredi,a-t-on annoncé le parquet de Basse-Terre.

Sabrina, 38 ans, maman de deux enfants de 8 et 13 ans, était employée à la Semsamar, une société d’économie mixte spécialisée dans la gestion de logements sociaux, de promotions immobilière et d’aménagement du territoire. Son corps a été découvert par des membres de sa famille, alertés par la cadette du couple à son retour de l’école.

Son conjoint, Marc Olivier, sapeur pompier de la commune et «employé au CHU en qualité d’agent», a été retrouvé pendu à un arbre dans un bois de Capesterre-Belle-Eau. Il était recherché par les enquêteurs depuis la découverte du corps de sa compagne. Dans son véhicule, il avait laissé une lettre d’adieu à sa mère, laissant penser à un acte suicidaire, mais sur lequel l’enquête devra faire la lumière.

«Mais rien ne permet de dire son implication ou non dans le décès de sa compagne» pour l’heure, a indiqué dans les médias guadeloupéens le parquet de Basse-Terre. L’autopsie des deux corps doit avoir lieu vendredi.

S’il s’avérait que Sabrina a été tué par son compagnon, il s’agirait du 142e féminicide de l’année 2019 en France, mais du premier pour la Guadeloupe, selon le collectif «féminicides par compagnons ou ex».

Par Le Figaro.fr avec AFP

Paris: un homme retrouvé pendu dans les toilettes du cinéma UGC des Halles

juin 11, 2019

 

Un homme a été retrouvé pendu dans les toilettes du cinéma UGC des Halles dans le 1er arrondissement de Paris, lundi peu avant 14 heures. Un client, qui a fait la macabre découverte, a décroché la victime et lui a prodigué les premiers secours, relate BFMTV. Mais l’homme était déjà mort depuis plusieurs heures, selon les secours.

Le client a découvert le corps de la victime derrière une porte des toilettes. Il a immédiatement prévenu les employés du cinéma, qui ont appelé les secours.

Des gestes de premiers secours ont été prodiguées à la victime, en vain. Les sapeurs-pompiers et le Samu ont déterminé que l’homme était décédé depuis plusieurs heures. Une enquête a été ouverte, notamment pour déterminer les causes de la mort et s’il y a eu intervention d’un tiers.

L’homme n’avait pas de pièce d’identité sur lui, seulement une carte de cinéma nominative qui n’a pas permis à la police de certifier qu’elle correspondait bien à la victime.

Par Le Figaro.fr

Anthony Bourdain est décédé « par pendaison » dans l’est de la France

juin 8, 2018

Strasbourg – Anthony Bourdain, un chef américain devenu mondialement célèbre grâce à son émission de télévision culinaire « Parts Unknown », est décédé « par pendaison » vendredi matin dans un hôtel de luxe de Kaysersberg, dans l’est de la France, a annoncé à l’AFP le parquet de Colmar.

« Nous avons effectivement appris le décès par pendaison de ce chef américain ce matin dans un hôtel de luxe de Kaysersberg, Le Chambard », a déclaré le procureur de la République de Colmar, Christian de Rocquigny du Fayel.

« A ce stade, rien ne laisse supposer l’intervention d’un tiers », a-t-il indiqué, précisant qu’il avait « saisi la brigade de recherche de (la gendarmerie de) Colmar pour les vérifications des circonstances du décès » et qu’un « médecin légiste s’est rendu sur place ».

Kaysersberg, village viticole pittoresque du Haut-Rhin (est) avec ses maisons à colombages, a été élu en juin 2017 « village préféré des Français ».

« C’est avec une très vive émotion que nous avons appris le décès d’Anthony Bourdain dans notre établissement », a réagi le chef du Chambard, Olivier Nasti, dans un communiqué.

« Anthony était un chef de renommée internationale qui a contribué avec passion à démocratiser la cuisine auprès du plus grand nombre grâce à l’émission +Parts Unknown+ », a commenté M. Nasti, adressant ses « très sincères condoléances » aux proches de son confrère.

Selon la chaîne américaine CNN, employeur d’Anthony Bourdain, celui-ci a été découvert dans sa chambre d’hôtel par son ami le chef français Eric Ripert, co-propriétaire du Bernardin, un des plus célèbres restaurants de New York.

Anthony Bourdain a passé plusieurs décennies aux cuisines d’établissements comme la Brasserie Les Halles, un restaurant français du sud de Manhattan, avant de se faire connaître d’un large public avec son best-seller « Kitchen Confidential » et ses émissions télévisées.

Romandie.com avec(©AFP / 08 juin 2018 17h47)                                                        

Égypte: pendaison de 15 hommes jugés coupables de « terrorisme »

décembre 26, 2017

Le Caire – Quinze hommes reconnus coupables d’attaques « terroristes » contre des militaires et des policiers ont été exécutés par pendaison mardi en Egypte, ont indiqué des responsables de la police.

Il s’agit de la plus importante exécution collective en Egypte depuis la pendaison de six jihadistes en 2015.

Ces exécutions ont eu lieu dans deux prisons où étaient détenus ces hommes condamnés à mort par des tribunaux militaires pour des attaques commises dans la région du Sinaï (est), en proie à une insurrection jihadiste.

Elles interviennent une semaine après une attaque revendiquée par le groupe Etat islamique (EI) contre un aéroport militaire du Nord-Sinaï pendant une visite dans la région des ministres de la Défense, Sedky Sobhy, et de l’Intérieur Madgy Abdel Ghaffar.

Depuis la destitution par l’armée du président islamiste élu Mohamed Morsi en 2013, des groupes extrémistes attaquent régulièrement les forces de sécurité égyptiennes, en particulier dans le Nord-Sinaï.

Des centaines de soldats et de policiers sont morts dans ces attaques, ainsi que nombreux civils.

Les tribunaux égyptiens ont condamné à mort des centaines de personnes pour les violences qui ont accompagné la destitution du président Morsi en 2013, mais la plupart des accusés ont fait appel ou obtenu l’organisation de nouveaux procès de première instance.

Romandie.com avec(©AFP / 26 décembre 2017 10h34)                                            

France/Paris: un policier retrouvé pendu dans le bois de Vincennes

novembre 11, 2017

Paris : un policier retrouvé pendu dans le bois de Vincennes

L’homme avait déjà tenté de se suicider au même endroit il y a quelques semaines mais avait été sauvé de justesse. (Illustration)@ DENIS CHARLET / AFP
L’homme avait déjà tenté de se suicider au même endroit avec son arme de service et avait été sauvé de justesse.

Un fonctionnaire de police a été retrouvé pendu à un arbre dans le bois de Vincennes, tôt samedi matin, rapporte Le Parisien. L’homme avait déjà tenté de se suicider au même endroit il y a quelques semaines mais avait été sauvé de justesse.

L’homme était capitaine de police.

C’est l’épouse du policier, également fonctionnaire de police, qui avait donné l’alerte et une recherche avait été lancée en pleine nuit. Le téléphone portable du policier a permis de le géo-localiser. Ses collègues et ses proches ont ratissé tout le secteur et ont découvert son corps. Ils ont tenté de lui prodiguer les premiers soins et même les sapeurs-pompiers n’ont pas réussi à le ranimer. L’homme était capitaine de police à Maison-Alfort, dans le Val de Marne. L’IGPN, la police des police, et le magistrat de permanence se sont rendus sur place.

Le Parisien rappelle qu’un gardien de la paix a récemment mis fin à ses jours à Nanterre, dans les Hauts-de-Seine, un gendarme à Méru, dans l’Oise ainsi qu’un autre à Vans, dans l’Ardèche.

Europe1.fr

Syrie: 13.000 personnes pendues en cinq ans dans une prison du régime (rapport)

février 6, 2017

Beyrouth – Amnesty International a accusé mardi le régime syrien d’avoir pendu quelque 13.000 personnes en cinq ans, entre 2011 et 2015, dans une prison gouvernementale près de Damas, dénonçant une « politique d’extermination ».

Intitulé « Abattoir humain: pendaisons et extermination de masse à la prison de Saydnaya », le rapport de l’ONG se base sur des entretiens avec 84 témoins, au nombre desquels des gardiens, des détenus et des juges.

Selon le rapport, au moins une fois par semaine entre 2011 et 2015 des groupes de jusqu’à 50 personnes ont été extraits de leurs cellules pour des procès arbitraires, battus puis pendus « en pleine nuit dans le secret le plus total ».

« Tout au long de ce processus, ils restent les yeux bandés. Ils ne savent pas quand et comment ils mourront jusqu’à ce que la corde soit enfilée autour de leur cou », dénonce l’ONG.

La plupart des victimes étaient des civils considérés comme des opposants au gouvernement du président Bachar al-Assad.

« Ils les laissaient (pendus) de 10 à 15 minutes », a témoigné un ancien juge qui a assisté aux exécutions. « Pour les plus jeunes, leur poids n’était pas suffisant pour les faire mourir. Les assistants des bourreaux les tiraient alors vers le bas et brisaient leur cou ».

Pour Amnesty, il s’agit de crimes de guerre et de crimes contre l’Humanité qui perdurent probablement jusqu’à ce jour.

Des milliers de prisonniers sont détenus dans la prison militaire de Saydnaya, l’un des centres de détention les plus importants du pays situé à 30 km au nord de Damas.

L’ONG accuse le gouvernement syrien d’y mener une « politique d’extermination » en torturant régulièrement les détenus et en les privant d’eau, de nourriture et de soins médicaux.

– Passages à tabac –

Des prisonniers ont été violés ou forcés de se violer les uns les autres. Des gardiens ont aussi nourri des détenus en jetant leur repas sur le sol de leur cellule, souvent maculé de saletés et de sang.

Des « règles spéciales » étaient également en vigueur dans la prison: les détenus n’étaient pas autorisés à parler et devaient prendre des positions particulières quand les gardiens entraient dans leur cellule.

« Chaque jour, il y avait deux ou trois morts dans notre aile (…) Je me souviens que le gardien nous demandait combien nous en avions. Il disait: « Pièce numéro un, combien? Pièce numéro deux, combien? et ainsi de suite », a raconté Nader, un ancien détenu dont le nom a été modifié.

Selon Nader, après une journée particulièrement violente ponctuée de passages à tabac, 13 personnes sont mortes dans une seule aile de la prison.

Un ancien militaire a confié qu’il pouvait entendre « des gargouillis » lors des pendaisons dans la salle d’exécution située en dessous.

« Si on collait ses oreilles au sol, on pouvait entendre une sorte de gargouillement », a confirmé Hamid, arrêté en 2011. « On dormait sur fond de bruit de personnes en train de mourir d’étouffement. C’était normal pour moi à cette période ».

Amnesty avait indiqué précédemment que le nombre de personnes mortes dans les geôles du gouvernement en Syrie depuis le début du conflit en mars 2011 était estimé à 17.700.

Le chiffre de 13.000 morts dans une seule prison traduit donc une hausse significative.

« Les horreurs décrites dans ce rapport révèlent une campagne cachée et monstrueuse, autorisée aux plus hauts niveaux du gouvernement, visant à écraser toute forme de contestation au sein de la population syrienne », a commenté Lynn Maalouf, directrice adjointe pour la Recherche au bureau d’Amnesty à Beyrouth.

« Le meurtre de sang-froid de milliers de prisonniers sans défense, qui vient s’ajouter aux programmes systématiques et soigneusement orchestrés de torture physique et psychologique dans la prison de Saydnaya ne peuvent pas continuer à être autorisés », a-t-elle estimé.

L’an dernier, les Nations unies avaient accusé le gouvernement d’Assad de mener une politique d' »extermination » dans ses prisons.

Plus de 310.000 personnes ont été tuées et des millions d’autres ont dû fuir leurs foyers depuis le début du conflit syrien.

Romandie.com avec(©AFP / 07 février 2017 01h04)             

L’Irak pend 36 hommes pour un massacre de recrues par l’EI en 2014

août 21, 2016

Nassiriyah (Irak) – L’Irak a exécuté dimanche par pendaison 36 hommes reconnus coupables du massacre de centaines de recrues militaires commis en 2014 par le groupe Etat islamique (EI) et ses alliés près de Tikrit, au nord de Bagdad.

Ce massacre connu sous le nom de Speicher, du nom de la base où les recrues avaient été kidnappées, aurait fait jusqu’à 1.700 morts et serait un des pires commis par le groupe jihadiste sunnite EI en Irak.

L’exécution de 36 condamnés pour les crimes de ‘Speicher’ a eu lieu ce matin à la prison de Nassiriyah chef-lieu de la province de Zi Qar dans le sud du pays, a déclaré à l’AFP un porte-parole du gouvernorat, Abdelhassan Daoud.

Le gouverneur de la province de Zi Qar, Yahya al-Nasseri, et le ministre de la Justice Haidar al-Zamili étaient présents pour surveiller les exécutions, a poursuivi le porte-parole.

Le gouverneur de la province a confirmé à l’AFP que l’exécution s’était faite par pendaison.

Des dizaines de membres des familles (des victimes) ont assisté à l’exécution. (…) Elles étaient contentes de voir ces gens mourir, a ajouté le porte-parole.

Environ 400 des personnes tuées à la base de Speicher étaient originaires de la province à majorité chiite de Zi Qar, selon le porte-parole du gouverneur. L’EI considère les chiites comme des hérétiques.

Les condamnés avaient été transférés la semaine dernière à Nassiriyah après que le président irakien Fouad Massoum eut approuvé leur mise à mort.

Le massacre avait été commis aux premiers jours de l’offensive fulgurante de l’EI en Irak en juin 2014 qui lui avait permis de prendre notamment Mossoul, la deuxième ville du pays devenue depuis son fief.

Les jihadistes avaient exécuté les recrues une à une, selon des images de propagande diffusées par l’EI. Certains corps avaient été jetés dans le fleuve Tigre, qui traverse Tikrit, tandis que d’autres étaient enterrés dans des fosses communes.

De nombreux volontaires chiites s’étaient enrôlés dans des milices combattant les jihadistes après cette tuerie.

En juillet 2015, un tribunal avait condamné à la peine de mort 24 personnes pour le massacre de Speicher. A l’époque, l’ONG Human Rights Watch avait dénoncé le manque de transparence des procédures.

En février 2016, un tribunal irakien avait prononcé 40 autres condamnations à mort dans cette affaire.

Le Premier ministre Haider al-Abadi a déclaré vouloir accélérer l’exécution des personnes condamnées à mort pour terrorisme après l’attentat à la bombe qui a tué plus de 300 personnes à Bagdad le mois dernier.

L’ONU a critiqué ces déclarations sur la peine de mort.

Accélérer le rythme des exécutions ne fera qu’accélérer l’injustice, a souligné début août le Haut-commissaire de l’ONU aux droits de l’Homme Zeid Ra’ad al-Hussein.

Selon l’organisation de défense des droits de l’Homme Amnesty international, qui critique le recours à la peine de mort, l’Irak a déjà procédé à plus de 100 exécutions depuis le début de l’année, sans compter celles de dimanche.

Romandie.com avec(©AFP / 21 août 2016 13h26)

Les Femen simulent une pendaison pour « accueillir » le président iranien à Paris

janvier 29, 2016

protest-against-iran-s-president-hassan-rouhani-visit-to-paris

La mise en scène des Femen à Paris pour la visite du président de l’Iran.

REUTERS/Charles Platiau

Une femme nue, peinte d’un drapeau iranien, a été suspendue sous un pont près de la Tour Eiffel. Les militantes dénoncent la peine de mort en Iran, deuxième pays en nombre d’exécutions dans le monde.

Communication choc pour une pratique choquante. Les militantes Femen, dont les combats ne se limitent pas au féminisme, ont décidé de mettre en scène une fausse pendaison à Paris ce mercredi, jour de la visite officielle en France du président iranien, Hassan Rohani.

Le mouvement entend dénoncer et interpeler sur la réalité de la peine de mort en Iran, le deuxième pays en nombre d’exécutions dans le monde après la Chine et avant les États-Unis.

a-topless-activist-of-women-s-rights-group-femen-hangs-from-a-bridge-as-they-stage-a-protest-against-iran-s-president-hassan-rouhani-visit-to-paris-1_55

La fausse pendaison des Femen sous un pont parisien, où une militante entourée d’une corde épaisse autour du cou mime une mise à mort à l’Iranienne. REUTERS/Charles Platiau

En Iran, les peines de mort sont majoritairement appliquées lors d’une pendaison, jusqu’à ce que la strangulation tue le condamné, parfois en public. En 2014, le pays a mis à mort 289 personnes, mais Amnesty International estime que « des sources crédibles laissent à penser que le chiffre réel était au moins de 743 », dont certaines ne sont pas reconnues officiellement.

La question des droits de l’Homme

Surtout, la République islamique serait le pays qui exécute le plus de mineurs au monde. Reporters Sans Frontières y voit, de son côté, « l’une des cinq plus grandes prisons au monde pour les journalistes ».

La question des droits de l’Homme en Iran ne doit pas être escamotée des discussions diplomatiques lors de cette visite historique, a-t-on assuré de source française. Les relations entre Paris et Téhéran ont été marquées par plusieurs crises depuis la révolution islamique de 1979. Ce n’est que depuis l’accord international sur le programme nucléaire iranien, en juillet dernier, qu’un apaisement a lieu et la volonté d’une « relation nouvelle »… et d’accords économiques avec Total et PSA Peugeot Citroën.

Sur Twitter, celle qui dirige le mouvement Femen à l’international, Inna Shevchenko, a expliqué que la mise en scène était un « cadeau d’accueil » au président iranien, lui qui est venu apporter un « nouvel élan » aux relations bilatérales. « L’Iran peut compter sur la France », a déclaré le Premier ministre français Manuel Valls, lors d’un discours d’introduction face à des industriels français. L’Iran peut aussi visiblement compter sur les Femen pour ne pas faire oublier leur application de la peine de mort.

Lexpress.fr

Suicide du leader populiste polonais Andrzej Lepper

août 5, 2011

Le leader populiste polonais Andrzej Lepper, 57 ans, ancien vice-premier ministre, s’est pendu dans son bureau, a annoncé vendredi 5 août la police polonaise, confirmant les premières informations sur sa mort. ‘La raison de la mort est le suicide par pendaison, selon les termes utilisés par le médecin’, a déclaré Marcin Szyndler, porte-parole de la police de Varsovie, cité par l’agence PAP. Aucune explication du geste du dirigeant populiste n’a été pour l’instant donnée.

Ancien directeur d’une ferme d’Etat communiste, Andrzej Lepper a commencé sa carrière politique en organisant dans toute la Pologne des manifestations de paysans victimes des transformations économiques du pays après la chute du régime dans les années 1990. Ses actions lui ont valu plusieurs condamnations, notamment pour offense au chef de l’Etat et troubles à l’ordre public dans les années 1990.

Véritable tribun populaire, il avait fondé le syndicat paysan Samoobrona, réunissant principalement les exclus des réformes, qu’il a ensuite transformé en un parti politique. Samoobrona est entré au Parlement en 2001 avec plus de 10 % des sièges, créant un véritable bouleversement de la scène politique polonaise, avant d’en être éliminé en 2007.

Connu pour son langage cru, allant jusqu’à louer les grands travaux d’Hitler, M. Lepper a été vice-premier ministre et ministre de l’agriculture en 2006 et 2007. En 2006, Aneta Krawczyk, une femme de 33 ans, avait publiquement accusé Andrzej Lepper et Stanislaw Lyzwinski, son plus proche collaborateur, de l’avoir forcée à des relations sexuelles en échange d’un emploi dans les structures du parti. Pour cette affaire, M. Lepper a été condamné en février 2010 à deux ans et trois mois de prison. Le verdict du tribunal, dont il a fait appel, l’a éliminé de la vie politique du pays.

LeMonde.fr avec AFP