Posts Tagged ‘philip hammond’

Londres accuse Poutine de saper la paix en Europe

mars 10, 2015

Londres – La Russie constitue potentiellement la plus grande menace en terme de sécurité, a estimé mardi le ministre britannique des Affaires étrangères Philip Hammond, accusant Vladimir Poutine de saper les règles qui ont permis d’instaurer la paix en Europe.

Pour quiconque a plus de 50 ans, nous sommes en territoire familier, l’attitude agressive de la Russie constituant un rappel fort du fait qu’elle a le potentiel de poser la plus grande menace à notre sécurité, a déclaré le ministre dans un discours devant le Royal United Services Institute (RUSI), un centre de réflexion britannique sur la défense et la sécurité.

Les actions du président (Vladimir) Poutine -l’annexion illégale de la Crimée et actuellement l’utilisation de troupes russes pour déstabiliser l’est de l’Ukraine- sapent fondamentalement la sécurité des nations souveraines de l’est de l’Europe, a affirmé M. Hammond.

Ce discours virulent du chef de la diplomatie britannique, qui a expliqué que dans le contexte actuel ce n’est pas une surprise que toutes les agences de renseignements recrutent des agents parlant russe, intervient alors que l’Otan prépare d’importantes manœuvres en Lettonie, en Lituanie et en Estonie.

Le Pentagone a ainsi annoncé lundi que les États-Unis avaient commencé à déployer 3.000 soldats et des matériels pour trois mois dans les trois pays baltes.

Kiev et les Occidentaux accusent la Russie de soutenir les insurgés de l’est de l’Ukraine en envoyant sur place des armements et des troupes. Moscou dément toute participation de ses forces régulières au conflit entre les insurgés et l’armée ukrainienne, qui a fait plus de 6.000 morts en 11 mois selon l’ONU.

Après la menace russe, érigée dorénavant en priorité numéro un, M. Hammond a évoqué la menace terroriste qui représente un défi énorme pour les services de sécurité du pays.

Il a loué le travail de ces derniers alors que des accusations d’inefficacité ont été portées contre eux ces derniers temps en raison notamment de leur incapacité à empêcher jihadi John, le bourreau présumé du groupe Etat islamique, de se rendre en Syrie. Les mêmes griefs ont été portés après le départ de trois adolescentes londoniennes dans des zones contrôlées par l’EI.

M. Hammond a aussi plaidé en faveur de pouvoirs accrus pour les services secrets afin de leur permettre d’accéder aux échanges électroniques des Britanniques dans le cadre de la lutte antiterroriste.

Romandie.com avec(©AFP / 10 mars 2015 13h18)

Le prince Harry bénéficie d’une sécurité renforcée en Afghanistan

septembre 18, 2012

Sous haute surveillance

Le prince Harry bénéficie d’une sécurité renforcée en Afghanistan 
 
Suite à l’attaque subie par le camp de base ou le prince Harry sert en Afghanistan, le ministre de la Défense britannique a révélé que le soldat royal bénéficiait d’un dispositif de protection spécial.

Si l’Etat major de l’armée britannique assure que le prince Harry est un soldat comme les autres, le traitement d’égalité a trouvé ses limites car son pedigree en fait une cible de choix pour les talibans. Vendredi dernier, la base dans laquelle sert le prince en Afghanistan a été prise pour cible par des insurgés et deux militaires américains ont été tués au cours de l’attaque. Le prince a-t-il frôlé le pire ? Non selon le ministre britannique de la Défense.

Répondant à l’inquiétude des sujets de sa majesté quant à la sécurité du troisième héritier dans l’ordre de succession au trône anglais, Philip Hammond a révélé qu’Harry bénéficiait de mesures de protection renforcées. « Il sert là-bas comme n’importe quel officier mais il y a évidemment un dispositif de sécurité particulier vu qu’il pourrait être une cible en raison de ce qu’il représente », a reconnu hier soir le ministre sur l’antenne de la BBC.

Assurant que le prince n’avait couru « aucun danger » lors de l’attaque, il a expliqué que si le périmètre de sécurité du camp avait été franchi par les assaillants, Harry « aurait été transféré dans un lieu sûr et sous bonne garde. » C’est la deuxième mission du prince Harry en Afghanistan après celle qu’il avait effectuée entre décembre 2007 et mars 2008. A l’époque, son détachement avait été gardé secret et sa mission écourtée de dix semaines lorsque sa présence avait été révélée.

Voici.fr par C.G.