Posts Tagged ‘pilote’

Qatar: Vanessa Umba, la pilote congolaise(RDC ) qui excelle au Moyen-Orient

janvier 12, 2020

La belgo-congolaise de 39 ans est actuellement pilote de ligne et type rating instructor (Instructrice) chez Qatar Airways. En 2011, à l’âge de 31 ans, elle était devenue la première femme capitaine chez Gulf Air, la compagnie aérienne nationale du Bahreïn.

Jusqu’à l’âge de 16 ans, Vanessa Umba n’avait aucune idée du métier qu’elle souhaitait exercer. Son père souhaitait qu’elle devienne médecin ou avocate, mais elle n’était pas intéressée par ces professions. Un jour, son école a organisé une « Career day », où les élèves pouvaient rencontrer différentes personnes évoluant dans plusieurs domaines, afin de les inspirer. C’est en lisant la longue liste de professions, mise à leur disposition, que ses yeux sont tombés sur le mot « Pilote ». Ce métier, auquel elle n’avait jamais pensé auparavant, s’est pourtant révélé comme une évidence pour elle.

VANESSA_UMBA.jpg BELGISCHE PILOTE GULF AIR

Vanessa Umba a débuté sa carrière dans l’aviation en 1999 en intégrant la SABENA Flight Academy, devenue aujourd’hui « centre de formation de CAE », basé à Bruxelles. Après avoir terminé sa formation, elle a été recrutée par Brussels airlines, où, à l’âge de 23 ans, elle est devenue « First Officer » (Co-pilote) sur BAe 146, un avion commercial de taille moyenne.

Carrière au Moyen-Orient

Trois ans plus tard, en 2006, Vanessa Umba a rejoint Gulf Air, la compagnie aérienne nationale du Bahreïn qui exploite des vols internationaux sur trois continents, depuis son hub à l’aéroport international de Bahreïn à Manama. Elle y a évolué pendant 5 ans comme « Senior Officer » sur Airbus A330 / 340, des avions long-courrier, avant de devenir capitaine en 2011, à 31 ans, pilotant l’Airbus A 320. Bien que deuxième femme pilote de Gulf Air, elle est néanmoins la première femme capitaine de l’histoire de la compagnie aérienne, en 61 ans d’existence de cette entreprise créée en 1950.

Le 22 octobre 2015, Vanessa Umba est de nouveau entrée dans l’histoire, en devenant la première femme capitaine d’un vol de Gulf Air avec un personnel entièrement féminin. Le vol s’est déroulé entre le Bahreïn et Karachi au Pakistan. Au cours de ce vol, Vanessa Umba avait comme co-pilote la senior first officer Waed Al Dosery. « Le vol s’est déroulé sans incident et nous sommes arrivés 20 minutes plus tôt que prévu. Cela démontre un haut niveau de professionnalisme », avait déclaré Vanessa Umba au journal « Gulf Daily », ajoutant que c’était « une autre étape importante pour les femmes dans le secteur difficile du secteur de l’aviation, dominé par les hommes ».

Par ailleurs, Vanessa Umba a fait évoluer les politiques en faveur des femmes au sein de Gulf Air car, en 2007, lorsqu’elle est tombée enceinte, la compagnie aérienne a dû élaborer une politique spécialement conçue pour les femmes pilotes.

Capitaine et Instructrice chez Qatar Airways

Après 10 ans passés chez Gulf Air, en mars 2017, Vanessa Umba a rejoint Qatar Airways comme capitaine pour Airbus A320. En mai 2018, elle est devenue instructrice au sein de la même compagnie aérienne. « Voler est un défi pour tout pilote professionnel. Cela demande beaucoup d’engagement, de temps et de passion. Aujourd’hui, une femme pilote fait toujours exception… Et faire partie d’une minorité implique de toujours faire ses preuves un peu plus que les autres. Néanmoins, je n’ai jamais rencontré de difficulté d’adaptation dans cet environnement où le stéréotype du seul pilote homme persiste. Je sais que certaines personnes sont surprises la première fois qu’elles me voient commander. Puis, lorsqu’ils réalisent que je fonctionne exactement comme tout autre pilote, ils se détendent », a déclaré Vanessa Umba dans son témoignage à la section arabe de « The 99s », organisation internationale des femmes pilotes qui offre des opportunités de réseautage, de mentorat, de bourses de vol et de loisirs aux femmes pilotes du monde entier.

« Ma plus grande fierté dans la vie n’est pas d’être un capitaine, mais d’être une « mère volante ». Je suis mère de 3 enfants extraordinaires. Combiner une carrière exigeante à une vie de famille n’est pas facile tous les jours. Cela nécessite une organisation poussée, mais je bénéficie du soutien inconditionnel de mon mari, même s’il a une carrière à plein temps dans l’industrie du bois », a-t-elle ajouté.

Vanessa Umba est également Freelance web-designer notamment pour le compte de la section arabe de « The 99s ». Elle parle couramment le français, l’anglais et le néerlandais. Elle suit également un Master en « Air Transport Management » à la City University of London.

African Shaper avec Sacer-infos.com par Stany Franck

Un pilote grec s’écrase et se tue après une mission d’interception d’avions turcs

avril 12, 2018

Athènes – Un pilote de chasse grec a trouvé la mort jeudi dans le crash de son appareil en mer Egée, alors qu’il rentrait d’une mission d’interception d’avions turcs, sur fond de tensions gréco-turques, a annoncé le ministre grec de la Défense Panos Kammenos.

M. Kammenos, allié souverainiste du Premier ministre de gauche Alexis Tsipras, a annoncé ce décès dans un tweet, en faisant part du « deuil » du pays pour un pilote tombé « au nom de la défense de la souveraineté et de l’intégrité territoriale grecques ».

L’appareil, un Mirage 2000-5 selon la télé publique grecque, est tombé en mer alors qu’il rentrait d’une mission d’interception de la chasse turque, a indiqué l’état-major de l’armée grecque, des actions assez courantes en mer Egée entre les deux pays.

« La mission était terminée et l’avion rentrait, nous ne savons pas encore si auparavant il y a eu réellement un engagement avec la chasse turque », a précisé une source de l’état-major.

Selon la télévision publique ERT, l’avion, qui faisait partie d’une patrouille de deux appareils, s’est écrasé près de l’île de Skyros.

Le rythme de ces patrouilles s’est intensifié ces derniers mois, la Grèce accusant son allié au sein de l’Otan de multiplier les violations de son espace aérien et maritime en mer Egée, dans un contexte de crispation bilatérale croissante.

Le dernier incident en date dans cette zone remonte à la nuit de lundi à mardi, quand des soldats grecs ont effectué des tirs de sommation pour éloigner un hélicoptère turc qui survolait lumières éteintes l’îlot de Ro, à la frontière entre les deux pays en mer Égée.

Le climat s’est nettement tendu entre les deux pays après le refus par la justice grecque d’extrader huit militaires turcs ayant fui en Grèce après le coup d’État manqué en juillet 2016. Athènes vient aussi de hausser le ton contre le maintien en détention en Turquie, depuis un mois, de deux soldats grecs entrés selon la Grèce par erreur en territoire turc lors d’une patrouille frontalière.

Dans ce contexte, Athènes et Nicosie avaient obtenu de leurs partenaires européens qu’ils condamnent, lors du dernier sommet de l’UE fin mars, « les actions illégales » de la Turquie en mer Égée et en Méditerranée orientale.

La Grèce et la Turquie avaient frôlé en 1996 une confrontation militaire autour de l’îlot d’Imia (Kardak en turc), dont elles se disputent la souveraineté dans le sud-est de la mer Égée. Cet accès de tension avait débouché sur l’engagement d’un processus de normalisation des relations bilatérales, dont Athènes affirme vouloir la poursuite malgré les accrocs récents.

Romandie.com avec(©AFP / 12 avril 2018 13h19)                                            

Mort de Margot Duhalde, la pilote chilienne qui a volé au secours de la France

février 5, 2018

La pilote chilienne Margot Duhalde pendant une interview à l’AFP à Santiago le 8 août 2017 / © AFP/Archives / Martin BERNETTI

Margot Duhalde, seule femme pilote des Forces françaises libres durant la Seconde Guerre mondiale, est décédée à 97 ans à Santiago, a annoncé lundi le gouvernement chilien.

« Nous regrettons le décès de Margot Duhalde, première femme pilote du Chili », a écrit sur Twitter le ministère de la Femme et de l’Egalité des genres.

Le gouvernement, qui n’a pas précisé les causes de sa mort, a rendu hommage à « son courage pour réaliser le rêve de toute une vie, combattre les stéréotypes et ouvrir la voie aux autres femmes ».

« Pionnière de notre aviation, première femme pilote dans la FACH (armée de l’air chilienne), combattante contre le nazisme dans les forces françaises et britanniques durant la Seconde Guerre mondiale. Margot Duhalde a prouvé dans un monde d’hommes qu’il n’y a rien d’impossible pour les femmes », a réagi sur Twitter la présidente chilienne Michelle Bachelet.

« Aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours voulu voler », avait-elle confié à l’AFP en 2017.

A peine âgée de 16 ans, elle était parvenue à convaincre ses parents de la laisser quitter Rio Bueno, localité du sud du Chili, pour s’installer à la capitale, Santiago, afin d’apprendre à voler. Quitte à mentir sur son âge.

A 20 ans et avec à peine une cinquantaine d’heures de vol à son actif, cette femme au caractère bien trempé est engagée comme sergent-pilote par le consulat de la France Libre à Santiago, en cachant son astigmatisme avant d’embarquer pour l’Angleterre.

Grâce à l’intervention d’un pilote français rencontré au Chili, elle rejoint finalement l’Air Transport Auxiliary (ATA), organisation au service de la Royal Air Force, pour assurer le transfert des avions entre les usines et les aérodromes, dont le célèbre Spitfire, l’un des chasseurs de combat les plus utilisés par les Alliés pendant la Seconde Guerre mondiale.

Ces « ferry pilots » de l’ATA recevaient des formations théoriques sur les appareils à convoyer, qu’il devaient ensuite manier en s’appuyant uniquement sur un manuel.

« Les hommes disaient toujours que les femmes n’allaient pas être capables de piloter les avions, mais ils devaient ravaler leur fierté, parce qu’en réalité nous volions aussi bien qu’eux! », se rappelait-elle.

Avec ses actes héroïques, cette mère d’un enfant a fait l’unanimité: elle été décorée par l’Angleterre, le Chili et la France, où elle a reçu la Légion d’honneur.

Margot Duhalde a volé pour la dernière fois en 2007 à 86 ans.

Romandie.com avec(©AFP / 05 février 2018 21h01)

Syrie: un groupe armé abat un avion russe, tue le pilote (OSDH)

février 3, 2018

Beyrouth – Un pilote russe a été tué samedi dans le nord de la Syrie après avoir sauté en parachute à la suite de la destruction de son avion par des tirs d’un groupe armé, selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH) et l’armée russe.

Selon l’OSDH, l’avion a été abattu au-dessus de la ville de Maasran, dans la province d’Idleb (nord-ouest) où les forces prorégime soutenues par l’allié russe mènent une vaste offensive depuis fin décembre.

Cette province, la dernière qui échappe entièrement au pouvoir de Damas, est contrôlée par Hayat Tahrir al-Cham, groupe jihadiste dominé par l’ex-branche locale d’Al-Qaïda, ainsi que par plusieurs groupes rebelles.

Le pilote, qui avait réussi à sauter en parachute, avant d’être encerclé et capturé, a eu recours à son arme à feu avant d’être abattu, a indiqué le directeur de l’OSDH Rami Abdel Rahmane, qui n’était pas en mesure de préciser à quel groupe appartiennent les auteurs des tirs.

« Un avion russe Su-25 a été victime d’un crash au cours d’un vol au-dessus de la zone de désescalade d’Idleb. Le pilote a eu le temps d’annoncer qu’il s’était éjecté dans la zone, (qui est) sous contrôle des combattants du Front al-Nosra », a indiqué le ministère, cité par les agences de presse russes, en référence à Hayat Tahrir al-Cham.

Il a été « tué dans des combats contre les terroristes », a précisé le ministère.

« Selon les premières informations, l’avion a été abattu par un système de missile antiaérien portatif », a-t-il ajouté.

Des pourparlers à Astana, parrainés par la Turquie, alliée des rebelles syriens, et l’Iran et la Russie, allié du régime, ont abouti en 2017 à la création de « zones de désescalade » permettant d’abaisser les tensions en Syrie, où une guerre fait rage depuis 2011.

Selon M. Abdel Rahmane, dont l’organisation dispose d’un vaste réseau de sources à travers le pays, « des dizaines de frappes aériennes russes » ont eu lieu dans la province d’Idleb ces dernières 24 heures.

L’avion abattu « menait aussi des raids là-bas », selon lui.

Des groupes de l’opposition ont abattu par le passé des avions du régime, mais beaucoup plus rarement ceux de l’armée russe.

En août 2016, cinq soldats russes avaient péri après que leur hélicoptère eut été abattu par des groupes rebelles également dans la province d’Idleb.

En novembre 2015, la Turquie avait abattu un appareil militaire russe, ce qui avait provoqué une crise diplomatique entre Moscou et Ankara.

Romandie.,com avec(©AFP / 03 février 2018 17h48)                                            

Libération de Savtchenko: l’UE salue une bonne nouvelle longtemps attendue

mai 25, 2016

Bruxelles – L’UE a salué mercredi une bonne nouvelle longtemps attendue, après la libération de la pilote ukrainienne Nadia Savtchenko, détenue pendant presque deux ans en Russie, et a appelé à la libération de toutes les personnes détenues dans le cadre du conflit dans l’est de l’Ukraine.

Nadia Savtchenko est libre et est de retour en Ukraine, a commenté sur Twitter la chef de la diplomatie européenne Federica MogheriniMme Mogherini, se félicitant d’une bonne nouvelle longtemps attendue, que l’UE célèbre avec son pays.

La Haute représentante de l’UE pour les Affaires étrangères avait appelé les autorités russes à libérer immédiatement et sans conditions l’Ukrainienne.

Cette dernière a été échangée mercredi contre deux agents russes présumés, détenus en Ukraine, et est rentrée à Kiev, où elle a été accueillie en héroïne.

L’Union européenne encourage toutes les parties à construire sur ces mesures positives et à mettre en oeuvre les mesures visant à faire respecter les accords de Minsk, qui prévoient un cessez-le-feu entre forces armées ukrainiennes et séparatistes pro-russes dans l’est de l’Ukraine, a précisé par ailleurs un communiqué de Mme Mogherini.

Ces accords, rappelle le communiqué, contiennent l’engagement de libérer tous les otages et les personnes détenues dans le cadre du conflit dans l’est de l’Ukraine.

La jeune femme avait été condamnée en Russie à 22 ans de prison pour le meurtre de deux journalistes dans l’est séparatiste de l’Ukraine. Elle était accusée d’avoir fourni à l’armée ukrainienne la position de ces deux employés de la télévision publique russe tués par un tir de mortier dans l’est séparatiste de l’Ukraine en juin 2014.

Romandie.com avec(©AFP / 25 mai 2016 17h51)

Avion russe abattu: le corps du pilote tué, récupéré par la Turquie, sera remis à Moscou

novembre 29, 2015

Ankara – Le corps du pilote du bombardier russe abattu mardi par l’aviation turque a été ramené de Syrie en Turquie et va être remis à un représentant russe, a annoncé dimanche le Premier ministre turc, Ahmet Davutoglu.

Le pilote qui a perdu la vie lors de la violation de l’espace aérien (turc, NDLR) nous a été remis à la frontière (syrienne) la nuit dernière, a déclaré M. Davutoglu à des journalistes à Istanbul, avant de partir à Bruxelles pour participer à un sommet UE-Turquie.

Un représentant russe se rendra bientôt en compagnie d’un représentant de l’armée turque dans la région de Hatay à la frontière syrienne, où le corps lui sera remis, a-t-il ajouté.

En accord avec leur tradition religieuse, des rites funéraires ont été célébrés par des prêtres orthodoxes dans le Hatay, a-t-il précisé.

Selon l’ambassade russe en Turquie, citée par l’agence RIA Novosti, le corps du pilote Oleg Peskov sera ramené dimanche à Ankara par un attaché militaire russe. La date de son rapatriement en Russie n’a pas été précisée.

Le bombardier abattu mardi par la chasse turque revenait d’une mission de combat dans le nord-ouest de la Syrie. La Turquie affirme qu’il était entré dans son espace aérien et qu’il avait été averti dix fois en cinq minutes, tandis que Moscou assure que le Su-24 survolait le territoire syrien et n’a pas été mis en garde avant d’être touché.

Un pilote a été tué alors qu’il descendait en parachute après s’être éjecté, et l’autre secouru après une opération menée conjointement par les forces spéciales russes et syriennes. Une première opération de sauvetage a coûté la vie à un soldat russe. Il s’agit des premières pertes officielles pour l’armée russe depuis le début de son intervention en Syrie le 30 septembre.

Cet incident a provoqué une crise diplomatique entre Ankara et Moscou: la Russie a adopté samedi en rétorsion un ensemble de sanctions économiques, comprenant notamment le rétablissement du régime des visas et l’interdiction des vols charter entre les deux pays et l’interdiction aux employeurs russes d’embaucher des travailleurs turcs.

De son côté, le président turc Recep Tayyip Erdogan a tenté de jouer l’apaisement, se disant attristé par ce grave incident aérien et affirmant qu’il aurait préféré que cela n’arrive pas.

Interrogé dimanche sur les sanctions russes, le Premier ministre turc a appelé lui aussi à l’apaisement. Les relations de la Turquie avec la Russie sont fondées sur un bénéfice mutuel et des intérêts communs. J’appelle donc les autorités russes à prendre cela en considération et à agir dans le sens de l’apaisement, a-t-il déclaré.

Romandie.com avec(©AFP / 29 novembre 2015 10h57)

Un chasseur américain s’écrase en Allemagne: le pilote sain et sauf

août 11, 2015

Un avion de combat de l’armée américaine s’est écrasé mardi matin en Franconie, dans le sud de l’Allemagne, ont indiqué la police locale et l’armée américaine. Le pilote a pu s’éjecter et ne souffre que de blessures légères.

L’armée américaine a précisé que cet accident était intervenu lors d’un vol d’entraînement, dans un communiqué rendu public à la base américaine aérienne de Spangdahlem.

« Vers 09h30 des informations ont fait état de la chute d’un avion militaire dans le sud du district de Bayreuth », a indiqué un porte-parole de la police, précisant qu’il s’agissait d’un F-16 américain. « Le pilote a pu se mettre en sécurité grâce à son parachute de sauvetage (…) Le pilote est légèrement blessé », a-t-il ajouté.

Il a été retrouvé légèrement blessé dans une zone forestière par un passant qui a averti les secours, selon la police.

Le site où l’appareil s’est écrasé est une zone forestière et des pompiers ont été dépêchés sur place pour éteindre un incendie provoqué par le crash. Le porte-parole n’a donné aucune indication sur les causes de l’accident. La chaîne d’informations allemande N24 a pour sa part évoqué une panne d’un moteur.

L’armée américaine a indiqué qu’elle enquêtait pour déterminer les raisons de cet accident. L’appareil avait décollé plus tôt de Spangdahlem, l’une des 20 bases américaines en Allemagne, la plupart étant situées dans le sud du pays.

Romandie.com

Un chat sur les ailes d’un ULM en plein vol: « La réaction du pilote est excellente

juin 22, 2015

Une vidéo montre un pilote d’ULM découvrant un chat sur son aile, après décollage. Un film très drôle, mais qui pose beaucoup de questions.

http://www.dailymotion.com/video/x2uy4u7_insolite-un-chat-perche-dans-les-ailes-d-un-ulm-en-vol_animals

Une vidéo intitulée « Remove cat before flight » est en train de décoller sur Youtube avec déjà plus de 230 000 vues en moins de 24 heures. Mise en ligne le 21 juin par un pilote d’ULM d’un aéro-club de Kourou en Guyane, la vidéo montre un baptême de l’air d’une passagère, qui se transforme très vite en baptême de l’air pour… un chat. L’animal trainaît en effet sur les ailes de l’appareil avant le décollage! La vidéo, si elle est drôle, pose néanmoins plusieurs questions.

La vidéo est-elle truquée?

Les poils du chat sont chahutés par le vent, la réaction du pilote est spontanée, l’animal bouge avec une fluidité naturelle. Nous sommes néanmoins en 2015, et la possibilité d’un trucage n’est jamais nulle. L’Express a donc soumis le film à deux spécialistes des effets spéciaux qui travaillent pour le cinéma américain et dans les jeux vidéo. Les deux confirment qu’il n’y aucun trucage, aucune CGI (Computer-Generated Image) dans ce film. Question suivante.

Comment réagit le pilote?

Contacté par L’Express, le club France ULM souligne que celle-ci est « excellente ». En effet, aucune panique. « Il garde son calme durant tout le vol en adaptant les différentes étapes du tour de piste à son passager clandestin, on peut voir que les virages sont effectués avec le moins d’incidence possible tout en se posant assez rapidement après avoir constaté la présence du félin ».

Ce genre de présence clandestine est-elle fréquente?

« Il est extrêmement rare qu’un animal vienne se loger dans nos machines ultra-légères, il peut arriver que dans les hangars la nuit, il y ait des rongeurs ou des pigeons en tous genres, mais en général ces animaux se tiennent à distance de nos appareils » explique France ULM. « La présence de chats blottis dans les recoins d’un aéronef est plus commune sur les avions de ligne, le plus souvent dû à des passagers qui veulent distraire le petit animal qui leur échappe durant le vol, effrayé par le bruit ambiant ». Sur Terre, en tout cas, voir des chats clandestins sur le toit d’une voiture n’est pas rarissime:

Ne faut-il pas inspecter son ULM avant de décoller?

Contacté par L’Express, le pilote, au comportement exemplaire durant le vol, n’a pas encore répondu à cette question cruciale. « La visite pré-vol du début de journée est indispensable que ce soit en avion ou en ULM, la vidéo ne nous permet pas de savoir à quel moment de la journée cela se passe, s’il a fait des pauses entre deux baptêmes, s’il s’est éloigné de l’appareil pour quelques raisons… » rassure France ULM. « Après le premier tour de la journée, si les vols s’enchainent, un rapide coup d’oeil sur les parties de la machine qui sont susceptibles d’être les plus sensibles ou les plus sollicitées suffit. C’est d’ailleurs ce qui est mis en place au sein des compagnies aériennes. Il n’y a aucune raison de passer notre temps à inspecter le matériel si le vol précédent s’est passé de manière optimale ».

Comment le chat a-t-il survécu?

La mise en route du moteur, les vibrations, l’instabilité sur l’aile auraient dû faire en sorte que le chat saute de l’avion avant même le roulage. Mais sur l’image présentée, le chat doit avancer toutes griffes dehors pour s’accrocher, et venir en zone de sécurité s’agripper à l’armature. « Il faut rappeler qu’un ULM vole vers les 100 km/h, ce qui n’est pas excessif », explique un autre pilote contacté par L’Express.

D’où vient ce chat et comment va-t-il?

« Pour info le chat va très bien, il continue avec application son rôle de mascotte du club » précise le pilote sur la description de sa vidéo. « C’est un chat qui est au club depuis des années, il a pris l’habitude de dormir dans les ailes » explique le président du club d’ULM en question, Bernard Birebent au Huffington Post.

Lexpress.fr par Julien Jouanneau,

Crash de l’avion polonais à Smolensk: les pilotes sommés d’atterrir

avril 7, 2015

Varsovie – Les pilotes de l’avion du président polonais Lech Kaczynski, qui s’est écrasé en 2010 à Smolensk en Russie, ont subi des pressions de responsables polonais présents dans le cockpit pour atterrir malgré un épais brouillard, selon une nouvelle expertise publiée mardi par la radio RMF FM.

Près de cinq ans après le crash, des théories de complot circulent toujours en Pologne, notamment dans les rangs du parti conservateur PiS de Jaroslaw Kaczynski, frère jumeau du président tué.

Selon la transcription de la bande sonore de l’une des boîtes noires, décryptée une nouvelle fois par des experts et diffusée par la radio, le commandant en chef de l’armée de l’air, le général Andrzej Blasik, était présent dans le cockpit durant les dernières minutes du vol et jusqu’à la fin tragique.

Le fait est que nous devons le faire (tenter d’atterrir) jusqu’au bout, a-t-il dit six minutes avant l’impact au sol, en répétant la phrase prononcée dix minutes plus tôt par le chef du protocole du ministère des Affaires étrangères, présent aussi dans le cockpit.

Vas-y, t’as assez de place!, a encore lancé le général Blasik au pilote à 300 m du sol. Sa phrase apparaît comme un encouragement à poursuivre l’atterrissage.

Les pilotes ont tenté en vain de faire sortir du cockpit des personnes ne faisant pas partie de l’équipage durant les dernières minutes du vol, selon la transcription diffusée sur le site internet de la radio.

Dans un communiqué, le parquet militaire polonais, chargé de l’enquête sur le crash, a confirmé l’existence d’une nouvelle expertise sonore contenant 40% de mots décryptés de plus qu’une expertise précédente d’un laboratoire de police.

Qualifiant d’imprécises les révélations de la radio, il a mis en garde contre leur interprétation sans corrélation avec d’autres éléments du dossier.

Il a également prévenu les auteurs de cette fuite de poursuites judiciaires pouvant leur valoir jusqu’à deux ans de prison.

Le président Kaczynski, son épouse et 94 autres personnes présentes à bord, dont de hauts responsables politiques et militaires polonais, avaient péri dans cet accident le 10 avril 2010.

La semaine dernière, le parquet militaire avait confirmé qu’à son avis les pilotes étaient les premiers responsables de l’accident, tout en annonçant l’inculpation de deux contrôleurs aériens russes pour y avoir aussi contribué.

Les procureurs ont présenté un rapport d’experts confirmant les erreurs commises par les pilotes mais excluant une nouvelle fois une raison du crash autre que le choc avec le sol.

La délégation polonaise devait assister à Katyn, près de Smolensk, aux cérémonies marquant le 70e anniversaire du massacre de milliers d’officiers polonais prisonniers de l’Armée rouge par la police secrète soviétique pendant la Seconde Guerre mondiale.

Moscou refuse toujours de restituer l’épave du Tupolev-154 à la Pologne, malgré l’insistance de Varsovie, affirmant que l’enquête se poursuit.

Romandie.com avec(©AFP / 07 avril 2015 14h23)

Crash de l’Airbus A320 : la piste du suicide du pilote

mars 26, 2015
Pourquoi le pilote a-t-il verrouillé le cockpit?

Pourquoi le pilote a-t-il verrouillé le cockpit?

Même si la prudence reste de mise, un verrouillage volontaire du pilote dans le cockpit semble un scénario probable pour expliquer l’incapacité de son collègue à le rejoindre.

Un cockpit fermé, un pilote qui essaye d’enfoncer la porte. Si les informations du New York Times sont confirmées par les autorités, la piste de l’attentat ou d’un suicide du pilote en fonction resté dans le cockpit devrait prendre de l’épaisseur dans les heures à venir. «C’est une enquête de sécurité aérienne qui pourrait vite devenir une enquête criminelle, indique au Figaro un expert en sécurité aérienne. Le BEA n’a pas démenti les informations de la presse américaine. Si elles étaient erronées, nous le saurions déjà».

Le vol Germanwings 4U9525 est en effet allé s’écraser contre la montagne avec un seul pilote dans le cockpit et l’autre qui essayait de revenir aux commandes puis même d’enfoncer la porte. Une opération condamnée à l’échec depuis le 11 septembre puisque tous les avions de ligne de la planète ont été équipés de portes blindées afin d’éviter une incursion dans le cockpit et un attentat. «Au début du vol, on entend l’équipage parler normalement, puis on entend le bruit d’un des sièges qui reculent, une porte qui s’ouvre et se referme, des bruits indiquant qu’on retape à la porte et il n’y a plus de conversation à ce moment-là jusqu’au crash», explique une source proche de l’enquête, interrogé par l’AFP. D’après le New York Times, le pilote qui était sorti de la cabine a même vainement tenté d’enfoncer la porte.

Oprah, en larmes!

Oprah, en larmes!

Ce scénario pourrait faire penser à un suicide. «Un malaise du pilote en fonction est quand même peu probable, explique un expert aéronautique au Figaro. D’autant plus que l’équipage a la possibilité de pénétrer dans le cockpit de l’extérieur». Quand il part se dégourdir les jambes ou satisfaire un besoin naturel, le pilote qui souhaite rentrer dans le cockpit presse en effet un code qui active une caméra de contrôle pour l’identifier et doit activer le déverrouillage de la porte. «Ce code active une alarme dans le cockpit, explique Nicolas Redier, commandant de bord sur Boeing. Mais le pilote en fonction a alors 30 secondes pour bloquer l’ouverture de la porte en appuyant sur un bouton «deny» qui refuse l’accès au cockpit».

Une faille dans le système

Si le pilote en fonction a fait un malaise et si le second pilote a oublié le code à cinq chiffres, le chef de cabine a également un code qui, s’il n’est pas annulé dans les 30 secondes par le pilote de l’intérieur du cockpit, permet d’ouvrir le poste. Enfin, dernière possibilité, en cas de panne électrique, il y a normalement toujours une clef à l’extérieur du cockpit, placée sous la responsabilité du chef de cabine. «Mais le cockpit peut être verrouillé de l’intérieur, explique Nicolas Redier. Il y a une faille dans le système: un pilote peut se barricader au poste de pilotage». Autre évolution depuis le 11 septembre, il n’y a plus de hache à l’extérieur du cockpit donc pénétrer dans un cockpit fermé était impossible au reste de l’équipage. «Ce que je ne m’explique pas, c’est cette trajectoire rectiligne et cette descente lente vers la montagne», s’interroge Nicolas Redier. Interrogé par le Figaro, un pilote d’Air France pensait à un tout autre scénario jeudi matin: «le commandant de bord sort pour satisfaire un besoin urinaire. A ce moment, l’appareil subit une violente dépressurisation qui déforme la structure de l’appareil. La porte est alors déformée et ne peut plus être ouverte tandis que le pilote en fonction a perdu connaissance».

Crash A320: le copilote allemand a sans doute eu la volonté de détruire l’appareil

Le copilote de l’Airbus A320 de la compagnie allemande Germanwings, seul aux commandes, a vraisemblablement eu la volonté de détruire l’appareil, a affirmé jeudi le procureur français en charge de l’enquête judiciaire, Brice Robin, tout en écartant à ce stade un attentat terroriste.

Andreas Lubitz, 28 ans, de nationalité allemande, se trouvait seul aux commandes dans la cabine de pilotage au moment du crash, a-t-il ajouté lors d’une conférence de presse à Marignane (sud) en présentant les premiers résultats de l’analyse d’une boîte noire de l’appareil.

Par une abstention volontaire, il a refusé d’ouvrir la porte de la cabine au commandant de bord, sorti momentanément du cockpit, a déclaré le procureur.

Il a ensuite actionné le bouton commandant la perte d’altitude pour une raison que nous ignorons totalement mais qui peut s’analyser comme une volonté de détruire cet avion, a-t-il ajouté.

Le procureur a souligné que le copilote n’était pas répertorié comme terroriste, et que rien ne permet de dire qu’il s’agit d’un attentat terroriste à ce stade.

Le procureur a enfin indiqué que la mort mardi des 150 victimes du vol avait été instantanée. Nous n’entendons des cris que dans les tout derniers moments, a-t-il dit.

Figaro.fr et Romandie.com avec AFP